Programme Action Cœur de ville en Occitanie : 25 « villes moyennes » très différentes

Brigitte Doguet, Vincent Rodes (Insee)

Les 25 communes d’Occitanie retenues au titre du programme Action Cœur de ville présentent des disparités importantes, démographiques, géographiques, sociales, économiques. Elles ne sont pas confrontées aux mêmes problématiques. Certaines sont en perte d’attractivité sur le plan démographique, alors que leur périphérie est dynamique. D’autres, qui ont une démographie positive et où l’emploi progresse, sont néanmoins marquées par une forte précarité. D’autres, enfin, bénéficient d’un réel dynamisme économique.

Brigitte Doguet, Vincent Rodes (Insee)
Insee Flash Occitanie  No 92 - octobre 2019

Lancé en décembre 2017, le programme « Action Cœur de ville » répond à une double ambition : améliorer les conditions de vie des habitants des villes moyennes et conforter leur rôle moteur dans le développement des territoires. Au titre de cette action, 25 communes ont été retenues en Occitanie. De Revel à Perpignan, parcourir ces « villes moyennes » révèle quelques ressemblances et beaucoup de disparités géographiques, démographiques, sociales ou économiques.

Selon qu’elles bénéficient ou pas du rayonnement de Toulouse ou de Montpellier, qu’elles se situent sur le littoral, au pied des Pyrénées, sur les contreforts du Massif central ou dans les plaines du Sud-Ouest, elles présentent des caractéristiques forcément différentes, notamment en matière d’accessibilité. Leur poids démographique est très inégal. Revel (9 600 habitants) est l’une des communes les moins peuplées du programme Action Cœur de ville au niveau national, alors que Perpignan (121 900 habitants) est la deuxième de France métropolitaine après Limoges. Quatre des 25 communes ont moins de 10 000 habitants, quatre en comptent plus de 50 000 (figure 1).

Figure 1Action Cœur de ville : 25 communes disparates en OccitanieProfil des communes du programme Action Cœur de ville

Action Cœur de ville : 25 communes disparates en Occitanie
Code commune Libellé Code profil Libellé profil Population de la commune au 1ᵉʳ janvier 2016 Population de l’aire urbaine au 1ᵉʳ janvier 2016
30007 Alès 1 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique - Difficultés sociales 39 970 114 893
11069 Carcassonne 1 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique - Difficultés sociales 45 895 99 041
65286 Lourdes 1 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique - Difficultés sociales 13 651 20 892
81163 Mazamet 1 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique - Difficultés sociales 9 969 25 141
65440 Tarbes 1 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique - Difficultés sociales 40 318 113 998
81004 Albi 2 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique 49 024 99 293
32013 Auch 2 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique 21 618 41 470
30028 Bagnols-sur-Cèze 2 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique 18 192 22 330
46042 Cahors 2 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique 19 405 44 276
81065 Castres 2 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique 41 338 67 698
09122 Foix 2 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique 9 613 18 335
48095 Mende 2 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique 11 860 18 195
12202 Rodez 2 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique 23 739 86 745
34032 Béziers 3 Démographie dynamique - Économie dynamique – Difficultés sociales 76 493 173 258
34145 Lunel 3 Démographie dynamique - Économie dynamique – Difficultés sociales 26 002 51 042
82121 Montauban 3 Démographie dynamique - Économie dynamique – Difficultés sociales 60 444 111 499
11262 Narbonne 3 Démographie dynamique - Économie dynamique – Difficultés sociales 53 594 93 576
09225 Pamiers 3 Démographie dynamique - Économie dynamique – Difficultés sociales 15 688 35 566
66136 Perpignan 3 Démographie dynamique - Économie dynamique – Difficultés sociales 121 875 323 336
34301 Sète 3 Démographie dynamique - Économie dynamique – Difficultés sociales 43 609 90 970
46102 Figeac 4 Démographie dynamique - Économie dynamique 9 833 25 991
12145 Millau 4 Démographie dynamique - Économie dynamique 22 200 28 907
31451 Revel 4 Démographie dynamique - Économie dynamique 9 567 10 089
12300 Villefranche-de-Rouergue 4 Démographie dynamique - Économie dynamique 11 894 20 206
34003 Agde 5 Démographie très dynamique - Économie dynamique - Difficultés sociales 27 681 27 681
  • Source : Insee, recensement de la population, Filosofi

Figure 1Action Cœur de ville : 25 communes disparates en OccitanieProfil des communes du programme Action Cœur de ville

  • Source : Insee, recensement de la population, Filosofi

Elles diffèrent aussi beaucoup par leur périphérie - banlieue ou couronne périurbaine - plus ou moins développée. Narbonne est une ville « isolée », sans banlieue, alors que Bagnols-sur-Cèze n’a pas de couronne périurbaine. Perpignan, au contraire, est au cœur d’une agglomération de 200 000 habitants et d’une aire urbaine de 320 000 habitants. L’étendue de la périphérie dépend de l’importance de la ville-centre, mais aussi de contraintes liées à la géographie : les zones montagneuses (Foix) ou littorales (Sète) limitent l’étalement urbain. A contrario, dans les communes les plus vastes, comme Narbonne et Agde, les zones bâties peuvent s’étendre loin sans déborder sur d’autres communes.

Des communes moins dynamiques que leur périphérie

Parmi les 25 communes du programme, cinq profils se distinguent (figure 1). Le premier rassemble des communes peu dynamiques sur le plan démographique, alors que leurs périphéries le sont davantage. Pour la plupart d’entre elles, entre 2006 et 2016, les villes-centres perdent plus d’habitants qu’elles n’en accueillent, quand c’est le contraire dans leur périphérie, à l’image de Castres ou Rodez. Albi et Auch font exception en gagnant des habitants grâce à l’arrivée d’étudiants. Dans la majorité de ces villes-centres, l’emploi recule aussi alors qu’il progresse sensiblement en périphérie, comme à Cahors ou Rodez. Le constat ne vaut pas pour Albi et Castres, où l’emploi en périphérie n’augmente pas. Pour autant, le chômage et la pauvreté sont contenus pour la plupart de ces villes.

Dans un deuxième profil, d’autres villes-centres, où population et emploi reculent aussi, sont marquées par le chômage et la pauvreté (figure 2). Si la périphérie de ces communes attire des habitants, l’emploi n’est pas toujours au rendez-vous. Il augmente autour de Carcassonne et d’Alès, mais il recule beaucoup en périphérie de Lourdes et de Mazamet, où l’emploi productif est important.

Figure 2Dynamiques de la population et de l’emploi vont souvent de pairÉvolution annuelle moyenne de la population et de l’emploi 2006-2016

Dynamiques de la population et de l’emploi vont souvent de pair
Code commune Libellé de la commune Code profil Libellé profil Évolution annuelle moyenne de la population entre 2006 et 2016 (%) Évolution annuelle moyenne de l’emploi entre 2006 et 2016 (%)
30007 Alès 1 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique - Difficultés sociales + 0,1 - 0,2
11069 Carcassonne 1 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique - Difficultés sociales - 0,2 - 0,0
65286 Lourdes 1 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique - Difficultés sociales - 1,1 - 0,6
81163 Mazamet 1 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique - Difficultés sociales - 0,2 - 0,9
65440 Tarbes 1 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique - Difficultés sociales - 1,2 - 0,7
81004 Albi 2 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique + 0,1 - 0,3
32013 Auch 2 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique + 0,0 - 0,1
30028 Bagnols-sur-Cèze 2 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique - 0,2 - 0,4
46042 Cahors 2 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique - 0,3 - 0,7
81065 Castres 2 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique - 0,4 - 0,1
09122 Foix 2 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique + 0,0 - 0,8
48095 Mende 2 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique - 0,4 + 0,0
12202 Rodez 2 Démographie peu dynamique - Économie peu dynamique - 0,1 - 0,3
34032 Béziers 3 Démographie dynamique - Économie dynamique – Difficultés sociales + 0,6 + 0,6
34145 Lunel 3 Démographie dynamique - Économie dynamique – Difficultés sociales + 0,8 + 1,1
82121 Montauban 3 Démographie dynamique - Économie dynamique – Difficultés sociales + 1,1 + 0,4
11262 Narbonne 3 Démographie dynamique - Économie dynamique – Difficultés sociales + 0,5 + 0,7
09225 Pamiers 3 Démographie dynamique - Économie dynamique – Difficultés sociales + 0,6 + 0,9
66136 Perpignan 3 Démographie dynamique - Économie dynamique – Difficultés sociales + 0,6 + 0,3
34301 Sète 3 Démographie dynamique - Économie dynamique – Difficultés sociales + 0,1 + 0,5
46102 Figeac 4 Démographie dynamique - Économie dynamique - 0,1 + 1,6
12145 Millau 4 Démographie dynamique - Économie dynamique + 0,0 - 0,1
31451 Revel 4 Démographie dynamique - Économie dynamique + 0,8 + 0,7
12300 Villefranche-de-Rouergue 4 Démographie dynamique - Économie dynamique - 0,1 + 0,5
34003 Agde 5 Démographie très dynamique - Économie dynamique - Difficultés sociales + 2,7 + 1,8
Ensemble + 0,2 + 0,1
  • Source : Insee, recensements de la population 2016 et 2006

Figure 2Dynamiques de la population et de l’emploi vont souvent de pairÉvolution annuelle moyenne de la population et de l’emploi 2006-2016

  • Source : Insee, recensements de la population 2016 et 2006

L’attractivité démographique peut s’accompagner de précarité

Certaines communes, attractives d’un point de vue démographique, et où l’emploi augmente, y compris en périphérie, constituent un troisième profil, marqué par un niveau de chômage et de pauvreté élevé. La contradiction entre un emploi en progression et un chômage élevé n’est qu’apparente : si les nouveaux arrivants sont souvent des actifs en emploi à Montauban, Narbonne ou Lunel, ils sont nombreux à être au chômage à Béziers, Pamiers, Perpignan ou encore Sète.L’emploi peut ainsi progresser, notamment l’emploi présentiel, au service de la population. Mais le chômage aussi, le marché du travail n’arrivant pas à absorber ces nouveaux venus.

Agde est un cas particulier. C’est la plus attractive des 25 communes d’Action Cœur de ville : la forte croissance de sa population entre 2006 et 2016 est due uniquement à l’excédent des arrivées sur les départs, notamment de personnes retraitées. Parmi les actifs qui arrivent, les employés sont nombreux, en particulier dans l’hôtellerie et la restauration. Mais, malgré la forte croissance de l’emploi, le chômage reste à un niveau élevé.

Un dynamisme lié à un emploi productif élevé

Dans un dernier profil, figurent Figeac et Villefranche-de-Rouergue, situées dans la Mecanic Vallée, et Revel, communes où l’emploi augmente entre 2006 et 2016. Ce dynamisme remarquable s’explique par la forte présence de l’emploi productif, notamment à Figeac (aéronautique) et Revel (agroalimentaire). L’attractivité, mesurée, limite la baisse de population ou soutient la croissance démographique comme à Revel. Dans ce groupe figure aussi Millau, où le chômage reste contenu, bien que l’emploi, fortement présentiel, recule légèrement.

Le commerce au cœur des villes

La vitalité commerciale des villes moyennes est l’un des enjeux majeurs du programme Action Cœur de ville. Les centres-villes accueillent des commerces de proximité, ceux qui sont fréquentés quasi-quotidiennement comme la boulangerie, la supérette, le café, le restaurant... Confrontés aux changements d’habitude de consommation, ces commerces sont souvent en perte de vitesse, concurrencés par les zones commerciales de périphérie, même si certains types de commerces résistent.

Dans la majorité des villes du programme Action Cœur de ville en Occitanie, le nombre de commerces de proximité diminue entre 2009 et 2015 aussi bien en centre-ville que dans le reste de l’agglomération, mais la baisse est plus marquée en centre-ville. C’est le cas à Villefranche-de-Rouergue, Bagnols-sur-Cèze, Mazamet ou Tarbes.

Dans d’autres cas, comme à Pamiers, Montauban ou Auch, cette déprise au cœur des villes s’accompagne d’une augmentation du nombre de commerces de proximité situés à l’extérieur des centres-villes : centres commerciaux en banlieue, mais aussi commerces diffus dans des quartiers situés à l’écart du centre.

Enfin, parfois, les commerces de centre-ville résistent ou progressent, comme à Agde, dont la forte attractivité est liée aussi au potentiel touristique.

Programme Action Cœur de ville

Lancé fin 2017, le programme national Action Cœur de ville a conduit à sélectionner, parmi les « villes moyennes » qui candidataient, 222 communes en France, dont 25 en Occitanie. Via un financement national de 5 milliards d’euros sur 5 ans, ce programme vise à faciliter et à soutenir le travail des collectivités territoriales, à inciter les acteurs du logement, du commerce et de l’urbanisme à réinvestir les centres-villes, à favoriser le maintien ou l’implantation d’activités en cœur de ville.

Définitions

L’unité urbaine (ou agglomération) comprend la ville-centre et sa banlieue (ensemble continûment bâti). L’unité urbaine et sa couronne périurbaine, zone d’influence en matière d’emploi, définissent l’aire urbaine. La périphérie dont il est question ici comprend la banlieue et la couronne périurbaine.

Les emplois présentiels sont ceux destinés à produire des biens et des services pour la population présente dans une zone (résidents ou touristes) ; les emplois productifs sont destinés à produire des biens et services majoritairement consommés hors de la zone.

Système productif local (cluster) labellisé par la Datar en 1999.

Pour en savoir plus

Programme Action Cœur de ville,portail du ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales