Insee Analyses NormandieDe nombreux départs à la retraite en Caux Seine Agglo : un enjeu pour le renouvellement des compétences

Anne-Sarah Horvais, Thibaut Louza, Martial Maillard (Insee)

La Communauté d’Agglomération Caux Seine Agglo est confrontée à un vieillissement de sa population active, malgré une sortie plus précoce du marché du travail pour les séniors que dans des territoires comparables. Cette situation résulte, en partie, d’un faible niveau de renouvellement des actifs par de jeunes salariés. De plus, ce territoire industriel a perdu de nombreux emplois dans la plupart des activités économiques entre 2010 et 2015, conduisant davantage d’actifs résidents à travailler à l’extérieur. Près de trois actifs sur dix, âgés de 50 ans ou plus, cesseront leur activité au cours des prochaines années, avec un enjeu de recrutements et de formation pour les jeunes.

Insee Analyses Normandie
No 66
Paru le : Paru le 20/09/2019
Anne-Sarah Horvais, Thibaut Louza, Martial Maillard (Insee)
Insee Analyses Normandie  No 66 - Septembre 2019

Située entre la Métropole Rouen Normandie et la Communauté Urbaine du Havre Seine Métropole, la Communauté d’Agglomération Caux Seine Agglo regroupe 50 communes en 2019. Avec 76 800 habitants en 2015, Caux Seine Agglo est la Communauté d’Agglomération la plus peuplée de Seine-Maritime.

Un retrait plus précoce des séniors du marché du travail

Caux Seine Agglo compte en 2015 une population active de 36 000 personnes, dont 30 900 occupent un emploi, que ce soit sur place ou à l’extérieur. Avec 26 300 emplois, ce territoire constitue le 11e pôle d’emplois de la région en termes d’EPCI. Le taux d’activité de Caux Seine Agglo est proche de celui d’un ensemble de territoires de comparaison pris comme référentiel (encadré, 74,2 % contre 73,5 % en 2015). Le taux d’activité des hommes y est supérieur à celui du référentiel jusqu’à 55 ans, avant de diminuer rapidement au-delà de cet âge (figure 1). Cette baisse rapide du taux d’activité après 55 ans, que l’on observe dans beaucoup de territoires industriels, s’explique sans doute par la fréquence plus importante des carrières longues, renforcée le cas échéant par des conventions de départ anticipé. On repère notamment celles-ci dans l’industrie pétrochimique, activité phare du territoire.

Entre 25 et 45 ans, le taux d’activité des femmes est analogue à celui du référentiel. Il diminue ensuite de façon plus marquée au-delà de 45 ans. L’activité féminine connaît un rattrapage en Caux Seine Agglo. En 2009, elle était en effet un peu moins fréquente que dans le référentiel (Pour en savoir plus).

Figure 1Une entrée plus précoce des jeunes sur le marché du travailTaux d’activité par sexe et âge en 2015

Une entrée plus précoce des jeunes sur le marché du travail
Âge Caux Seine Agglo Territoires de référence
Hommes Femmes Hommes Femmes
15 4,4 2,3 3,7 1,7
16 13,6 5,6 10,5 4,8
17 26,6 15,1 16,5 7,8
18 42,6 30,9 35,7 25,6
19 62,6 48,9 53,0 41,2
20 75,5 63,4 67,0 53,4
21 84,4 73,9 75,5 65,6
22 88,9 79,2 80,9 73,1
23 93,3 84,5 86,6 80,5
24 95,2 86,5 90,8 84,7
25 96,6 89,0 93,3 86,0
26 97,1 89,2 94,9 87,0
27 97,4 86,7 95,3 87,5
28 97,9 87,2 95,1 86,6
29 98,1 85,6 95,6 86,4
30 98,2 87,1 96,0 86,1
31 98,0 87,5 96,2 87,0
32 98,6 89,2 96,1 86,1
33 98,8 88,3 96,6 87,2
34 98,0 87,4 96,1 86,8
35 96,9 86,3 96,2 87,4
36 96,8 86,8 96,3 87,4
37 97,4 87,1 96,0 87,6
38 98,0 88,0 96,1 88,0
39 98,2 89,6 96,1 88,0
40 97,3 89,6 96,0 87,8
41 96,9 89,3 96,0 88,1
42 97,0 88,0 96,1 88,5
43 97,5 88,2 95,9 88,7
44 97,1 87,6 95,3 88,3
45 96,0 88,8 95,6 87,9
46 96,1 87,2 95,1 87,5
47 96,6 86,2 94,7 86,9
48 96,8 84,6 94,4 85,7
49 96,5 83,2 94,2 85,9
50 95,9 81,7 93,7 84,5
51 94,8 80,3 92,9 83,0
52 93,4 79,9 91,4 81,9
53 92,3 78,5 90,4 79,8
54 90,5 74,4 89,5 78,9
55 87,6 70,4 86,5 75,9
56 82,2 67,4 83,2 72,0
57 76,0 63,8 79,6 68,2
58 68,2 60,9 72,4 64,2
59 52,2 51,8 65,7 58,7
60 35,5 39,6 37,8 44,2
61 18,3 25,0 25,3 27,0
62 12,2 15,2 17,3 15,6
63 7,7 10,0 13,6 12,3
64 6,4 7,4 10,4 10,1
65 5,0 5,3 7,2 4,9
66 4,0 4,3 6,4 4,1
67 3,2 3,5 4,4 3,6
68 2,0 2,7 4,0 2,7
69 2,1 2,3 3,7 2,3
70 1,0 2,0 2,7 2,0
  • Source : Insee, recensement de la population 2015, exploitation principale

Figure 1Une entrée plus précoce des jeunes sur le marché du travailTaux d’activité par sexe et âge en 2015

  • Source : Insee, recensement de la population 2015, exploitation principale

Les jeunes de moins de 25 ans, hommes ou femmes, entrent plus tôt sur le marché du travail, conséquence d’une scolarité plus courte. Ils occupent davantage des emplois d’ouvriers, plus présents au sein de ce territoire. Pour autant, l’insertion professionnelle des jeunes est plus difficile en 2015 qu’en 2010. Leur taux de chômage s’est accru de plus de six points en 5 ans pour atteindre 31,9 %.

Un vieillissement de la population active

Entre 2010 et 2015, la population active a légèrement augmenté (+ 1,8 %). Cette croissance est portée par les séniors et les femmes. La population des séniors (55 à 64 ans) a augmenté du fait du vieillissement démographique. Elle est de plus en plus active du fait du recul progressif de l’âge de départ à la retraite. Ainsi, 43,0 % des 55 à 64 ans sont actifs en 2015, huit points de plus qu’en 2010. Parallèlement, le nombre de jeunes actifs diminue, ce qui entraîne un vieillissement de la population active.

Les femmes de 25 à 54 ans sont, quant à elles, moins nombreuses qu’en 2010, mais davantage actives. Par conséquent, leur nombre parmi la population active s’accroît et la féminisation des actifs a progressé d’un point en cinq ans, plus rapidement que dans les territoires de référence. En 2015, 46,7 % des actifs sont des femmes.

Un territoire industriel structuré par des grands établissements

Le système productif local de Caux Seine Agglo apparaît fortement structuré par l’industrie qui fournit 26 % des emplois (figure 2), sept points de plus que dans le référentiel. L’emploi industriel y est concentré dans quelques grands établissements, les cinq principaux employant la moitié des effectifs du secteur. L’industrie chimique et le raffinage du pétrole sont des activités spécifiques à ce territoire, grâce à la présence de grands établissements comme EXXONMOBIL. Les activités liées à la réparation et l’installation de machines, ou encore la construction, sont également très importantes, comme le secteur logistique qui est plus développé localement. Ce dernier représente 6 % de l’emploi salarié contre 4 % en Normandie, elle-même en tête des régions pour le poids de la logistique. Les trois quarts des emplois logistiques relèvent du transport et de l’entreposage.

En outre, le système productif local dépend assez fortement de centres de décisions situés à l’extérieur du territoire, voire à l’étranger. Ainsi, 60 % des salariés relèvent d’un établissement dont le siège est extérieur à Caux Seine Agglo en 2015 ; le chiffre monte même jusqu’à 77 % dans la seule industrie.

Figure 2Un repli de l’emploi dans la plupart des secteursEmploi par secteur en 2015 et évolution 2010-2015

Un repli de l’emploi dans la plupart des secteurs
CA Caux Seine Agglo Normandie Territoires de référence
Nombre % Évolution 2010-2015 (en %) % Évolution 2010-2015 (en %) % Évolution 2010-2015 (en %)
Agriculture 670 2,6 – 1,2 3,5 – 3,1 2,5 – 9,5
Industrie 6 770 25,8 – 14,3 16,1 – 9,6 18,9 – 11,2
dont Industrie chimique, cokéfaction et raffinage 3 330 12,7 – 11,7 1,2 – 6,0 1,6 – 7,5
Réparation et installation de machines 1 590 6,0 + 1,4 1,0 – 7,9 1,0 – 0,6
Construction 2 250 8,6 – 7,2 7,2 – 10,0 7,0 – 7,0
Commerce, transports et services divers 8 730 33,3 – 8,6 40,8 – 0,6 38,9 + 1,2
dont Commerce ; réparation d’automobiles et de motocycles 2 280 8,7 – 6,4 12,2 – 3,5 12,9 – 1,6
Activités de services administratifs et de soutien 2 070 7,9 – 13,7 5,8 + 2,5 5,5 + 3,6
Transports et entreposage 1 150 4,4 – 16,1 5,2 – 4,4 4,9 – 0,4
Hébergement et restauration 560 2,1 – 18,5 3,6 + 1,2 3,1 + 4,4
Administration publique, enseignement, santé et action sociale 7 830 29,8 + 3,0 32,4 + 1,6 32,7 + 3,9
dont Hébergement médico-social et social et action sociale sans hébergement 2 510 9,5 + 8,7 8,7 + 6,1 9,4 + 7,5
Administration publique 2 100 8,0 + 6,9 9,2 + 2,0 7,7 + 2,6
Enseignement 1 990 7,6 – 3,8 7,6 – 4,0 8,0 – 0,2
Activités pour la santé humaine 1 230 4,7 – 2,6 6,9 + 2,1 7,6 + 5,5
Ensemble 26 250 100,0 – 6,8 100,0 – 2,3 100,0 – 1,5
  • Source : Insee, recensements de la population 2010 et 2015, exploitations complémentaires

Baisse de l’emploi dans l’industrie, le transport-entreposage et l’hébergement-restauration

L’emploi total s’est replié entre 2010 et 2015, comme en Normandie et dans les territoires de référence, mais de façon plus marquée sur Caux Seine Agglo (– 7 % ; figure 2). Cette évolution représente le 9ᵉ plus fort recul parmi les 70 EPCI normands. La baisse de l’emploi est liée en premier lieu à l’industrie (– 14 %), secteur plus présent et en repli plus rapide localement. Les pertes d’emploi concernent particulièrement l’industrie chimique et la plasturgie. La construction et les services marchands ont également subi des contractions d’effectifs, notamment dans le transport-entreposage et l’hébergement-restauration, en recul de plus de 15 % chacun. À l’inverse, les services non marchands constituent le seul moteur de l’emploi du territoire (+ 3 %). Cette croissance est portée par l’action sociale et l’administration publique, activités plus dynamiques que dans les territoires de référence. Ce dynamisme du secteur non marchand a contribué à la meilleure résistance de l’emploi féminin, ces activités étant plus féminisées.

Dans le secteur marchand hors agriculture, la baisse de l’emploi salarié entre 2010 et 2015 résulte en premier lieu du recul des effectifs au sein des établissements pérennes, qui n’est pas compensé par la hausse des effectifs dans les établissements en croissance (figure 3). Les effets de la démographie des établissements sur l’emploi s’équilibrent. D’une part, les emplois offerts par les établissements créés compensent quasiment les pertes de ceux qui ont cessé leur activité. D’autre part, les emplois apportés par les établissements transférés sur Caux Seine Agglo sont en léger excédent par rapport aux effectifs des unités qui ont quitté le territoire (solde des transferts).

Figure 3Une baisse de l’emploi salarié due au repli des effectifs dans les établissements pérennesVariation de l'emploi salarié selon le type de mouvements

Une baisse de l’emploi salarié due au repli des effectifs dans les établissements pérennes - Lecture : entre 2010 et 2015, 6 520 emplois ont été perdus dans les établissements pérennes de Caux Seine Agglo.
2010 – 2015
Variation nette de l’emploi salarié – 1 300
Établissements en recul – 6 520
Établissements en croissance + 5 220
Solde des transferts + 30
Cessations – 2 990
Créations pures et réactivations + 2 960
  • Lecture : entre 2010 et 2015, 6 520 emplois ont été perdus dans les établissements pérennes de Caux Seine Agglo.
  • Champ : emploi salarié du secteur marchand non agricole. Sur ce champ, l’emploi salarié a diminué de 1 300 postes sur Caux Seine Agglo entre 2010 et 2015. La diminution de 1 900 postes, citée dans le commentaire et la figure 2, concerne l’emploi total dans l’ensemble des activités économiques.
  • Sources : Insee ; REE, Clap 2010 à 2015

Figure 3Une baisse de l’emploi salarié due au repli des effectifs dans les établissements pérennesVariation de l'emploi salarié selon le type de mouvements

  • Lecture : entre 2010 et 2015, 6 520 emplois ont été perdus dans les établissements pérennes de Caux Seine Agglo.
  • Champ : emploi salarié du secteur marchand non agricole. Sur ce champ, l’emploi salarié a diminué de 1 300 postes sur Caux Seine Agglo entre 2010 et 2015. La diminution de 1 900 postes, citée dans le commentaire et la figure 2, concerne l’emploi total dans l’ensemble des activités économiques.
  • Sources : Insee ; REE, Clap 2010 à 2015

La baisse du nombre d’actifs en emploi est limitée par le développement des navettes sortantes

Le marché local du travail de Caux Seine Agglo apparaît relativement ouvert. Parmi les emplois locaux, 33 % sont occupés par des non-résidents. À l’inverse, près de la moitié des résidents disposant d’un emploi l’exercent à l’extérieur du territoire (figure 4). Ce degré d’ouverture situe le territoire Caux Seine Agglo dans la moyenne des territoires de référence. Avec 13 500 sortants et 8 600 entrants, le solde des navetteurs est déficitaire. Entre 2010 et 2015, le développement des navettes sortantes (+ 1 170 actifs, en hausse de 9 %) a permis de limiter la baisse du nombre d’actifs en emploi parmi les résidents, dont le recul est quatre fois moins marqué que celui de l’emploi local. Les femmes participent majoritairement à cette hausse de la mobilité, ce qui pourrait contribuer, avec la progression de leur taux d’activité, à expliquer la meilleure résistance de l’emploi féminin. Malgré cette évolution, les femmes restent moins mobiles que les hommes, 62 % d’entre elles travaillant sur place, 10 points de plus que les hommes. Elles le sont aussi moins que leurs homologues du référentiel.

Figure 4Un développement des navettes sortantes face à la baisse de l’emploi localIndicateurs relatifs aux navettes domicile-travail de la CA Caux Seine Agglo en 2015

Un développement des navettes sortantes face à la baisse de l’emploi local - Lecture : en 2015, 43,3 % des actifs occupés résidant sur Caux Seine Agglo travaillent à l’extérieur.
2015 Évolution 2010 – 2015
Stables (1) 17 690 -1 700
Sortants (2) 13 490 + 1 170
Entrants (3) 8 560 - 210
Emploi au lieu de travail (1) + (3) 26 250 -1 910
Emploi au lieu de résidence (1) + (2) 31 180 - 530
Taux de stables (1) / ( (1) + (2) ) 56,7 - 4,4
Taux de sortie (2) / ( (1) + (2) ) 43,3 + 4,4
Taux d’entrée (3) / ( (1) + (3) ) 32,6 + 1,5
  • Lecture : en 2015, 43,3 % des actifs occupés résidant sur Caux Seine Agglo travaillent à l’extérieur.
  • Source : Insee, recensements de la population 2010 et 2015, exploitations complémentaires

Symétriquement, les entrées d’actifs sur le territoire se sont repliées de 210 actifs, une baisse de 2 % qui résulte de l’évolution défavorable de l’emploi sur Caux Seine Agglo. Seuls sept des 23 territoires de référence ont connu un recul des entrées d’actifs.

En 2015, les sortants de Caux Seine Agglo se dirigent principalement vers le territoire de l’ancienne CODAH (40 %). Ce flux augmente de 9 % entre 2010 et 2015 (figure 5). Les autres flux sortants sont principalement dirigés vers la Métropole Rouen Normandie et l’ancienne CC Caux Estuaire. Parmi les flux entrants, seul celui originaire de la CC de la Côte d’Albâtre progresse.

Figure 5Une baisse des flux de navetteurs entrants et une hausse des sortantsVolume et variation des flux de navetteurs entre 2010 et 2015

Une baisse des flux de navetteurs entrants et une hausse des sortants - Note de lecture : 5 400 personnes habitant Caux Seine Agglo en 2015 vont travailler dans la CODAH. Un flux qui augmente de 9 % entre 2010 et 2015.
Code EPCI Résidence Code EPCI Travail EPCI Résidence EPCI Travail Flux 2015 Évolution 2010 – 2015 (en %)
Sortants
200010700 247600596 CA Caux Seine Agglo CA Havraise (Co.D.A.H.) 5 400 9,1
200010700 200023414 CA Caux Seine Agglo Métropole Rouen Normandie 2 400 13,8
200010700 247600539 CA Caux Seine Agglo CC Caux Estuaire 2 100 4,3
200010700 247600620 CA Caux Seine Agglo CC de la Région d'Yvetot 1 100 4,1
200010700 200069821 CA Caux Seine Agglo CA Fécamp Caux Littoral Agglomération 400 8,0
200010700 200069839 CA Caux Seine Agglo CC de la Côte d'Albâtre 300 21,6
200010700 247600505 CA Caux Seine Agglo CC Campagne-De-Caux 300 10,0
Entrants
247600596 200010700 CA Havraise (Co.D.A.H.) CA Caux Seine Agglo 1 800 -0,5
247600620 200010700 CC de la Région d'Yvetot CA Caux Seine Agglo 1 200 -3,1
200023414 200010700 Métropole Rouen Normandie CA Caux Seine Agglo 1 000 -7,3
200069821 200010700 CA Fécamp Caux Littoral Agglomération CA Caux Seine Agglo 700 -0,5
247600539 200010700 CC Caux Estuaire CA Caux Seine Agglo 600 -5,2
247600505 200010700 CC Campagne-De-Caux CA Caux Seine Agglo 600 -13,6
200066405 200010700 CC Roumois Seine CA Caux Seine Agglo 500 -6,7
200069839 200010700 CC de la Côte d'Albâtre CA Caux Seine Agglo 400 +26,4
200069847 200010700 CC Plateau de Caux-Doudeville-Yerville CA Caux Seine Agglo 400 +2,0
  • Note de lecture : 5 400 personnes habitant Caux Seine Agglo en 2015 vont travailler dans la CODAH. Un flux qui augmente de 9 % entre 2010 et 2015.
  • Champ : Flux de plus de 200 personnes.
  • Source : Insee, recensements de la population 2010 et 2015, exploitations complémentaires

Figure 5Une baisse des flux de navetteurs entrants et une hausse des sortantsVolume et variation des flux de navetteurs entre 2010 et 2015

  • Note de lecture : 5 400 personnes habitant Caux Seine Agglo en 2015 vont travailler dans la CODAH. Un flux qui augmente de 9 % entre 2010 et 2015.
  • Champ : Flux de plus de 200 personnes.
  • Source : Insee, recensements de la population 2010 et 2015, exploitations complémentaires

Parmi les entrants, la moitié des cadres en activité sur Caux Seine Agglo réside à l’extérieur, contre seulement un employé sur cinq. Quelle que soit la catégorie professionnelle, ce taux d’entrée est plus élevé dans l’industrie, secteur attirant davantage d’actifs d’autres territoires. La part de sortants parmi les actifs résidents est plus homogène entre les différentes catégories socio-professionnelles.

De nombreux départs pour fin d’activité dans les industries de process …

En fonction des dynamiques passées des recrutements et des suppressions d’emplois, les pyramides des âges des différents secteurs d’activité et métiers présentent des spécificités. En 2015, 7 500 actifs qui occupent un emploi sur Caux Seine Agglo, dont 6 300 salariés (29 % du total des salariés du territoire Caux Seine Agglo), sont âgés de 50 ans ou plus et seront amenés à cesser leur activité professionnelle au cours des prochaines années. Ces actifs séniors se répartissent équitablement dans les services non marchands (31 %), les services marchands (30 %), l’industrie (29 %), et une faible part dans la construction (7 %). Cette proportion d’actifs en fin de carrière atteint le tiers des effectifs de l’industrie, plus encore dans la chimie et le raffinage du pétrole. Ils ne sont plus qu’un quart dans la construction et les services marchands, notamment dans l’hébergement-restauration. Ils se situent dans la moyenne dans le transport-entreposage.

Les départs pour fin d’activité seraient nombreux pour les techniciens et ouvriers qualifiés des industries de process. Ces emplois sont très majoritairement stables et les demandeurs d’emploi susceptibles de les remplacer peu nombreux (figure 6 et figure 7). Les départs potentiels à la retraite seraient également importants dans d’autres métiers industriels tels les ouvriers qualifiés travaillant par formage de métal ou de la maintenance industrielle. Toutefois, le nombre de demandeurs d’emploi dans ces professions est plus important et pourrait favoriser leur remplacement, sous réserve de l’adéquation qualitative entre les offres d’emploi des entreprises et les demandeurs d’emploi. Des départs importants toucheraient aussi les métiers des services à la personne tels les assistantes maternelles et les employés de maison, ou encore ceux de la fonction publique.

Figure 6De nombreux départs au sein de différents domaines professionnels dans les années à venirIndicateurs par domaine professionnel en 2015

De nombreux départs au sein de différents domaines professionnels dans les années à venir
Salariés de 50 ans ou plus (1) Part d’emplois stables (1) (en %) Demandeurs d’emploi de catégorie A au 31/12/2015 (2)
Nombre Part (en %) Répartition (en %) Nombre Répartition (en %)
Ensemble des domaines professionnels 6 303 28,6 100,0 82,5 4 065 100,0
Services aux particuliers et aux collectivités 965 35,3 15,3 81,0 819 20,1
Industries de process 864 30,8 13,7 92,4 142 3,5
Bâtiment, travaux publics 778 26,3 12,3 79,4 482 11,9
Gestion, administration des entreprises 606 31,3 9,6 86,3 387 9,5
Transports, logistique et tourisme 518 27,5 8,2 82,3 436 10,7
Maintenance 416 35,0 6,6 88,0 198 4,9
Mécanique, travail des métaux 388 29,5 6,2 75,5 300 7,4
Commerce 364 25,4 5,8 86,3 478 11,8
Administration publique, professions juridiques, armée et police 298 25,1 4,7 79,0 20 0,5
Santé, action sociale, culturelle et sportive 270 19,1 4,3 74,5 206 5,1
Enseignement, formation 254 26,5 4,0 95,6 24 0,6
Ingénieurs et cadres de l'industrie 144 37,5 2,3 97,4 32 0,8
Hôtellerie, restauration, alimentation 97 17,9 1,5 75,3 203 5,0
Études et recherche 75 34,9 1,2 96,7 9 0,2
Agriculture, marine, pêche 59 18,6 0,9 22,3 198 4,9
Banque et assurances 53 25,2 0,8 90,5 19 0,5
Informatique et télécommunications 52 31,7 0,8 90,2 26 0,6
Électricité, électronique 37 31,4 0,6 76,3 12 0,3
Communication, information, art et spectacle 29 28,4 0,5 58,8 48 1,2
Matériaux souples, bois, industries graphiques 17 26,2 0,3 58,5 18 0,4
Artisanat 14 19,2 0,2 30,1 8 0,2
Politique, religion 5 83,3 0,1 83,3 0 0,0
  • Sources : (1) Insee, DADS 2015 fichier salariés ; (2) Pôle emploi-Dares, STMT

Figure 7Des jeunes actifs plus diplômés que leurs aînésIndicateurs pour les huit métiers les plus concernés par les départs de fin d’activité en 2015

Des jeunes actifs plus diplômés que leurs aînés
Famille professionnelle (87 postes) Salariés de 50 ans ou plus (1) Part d’emplois stables (1) Actifs titulaires au moins du bac (2) Actifs titulaires d’un diplôme du supérieur (2) DEFM de catégorie A (3)
Nombre Part Part parmi les moins de 30 ans (en %) Écart par rapport aux 30 ans ou plus (en points) Part parmi les moins de 30 ans (en %) Écart par rapport aux 30 ans ou plus (en points)
Techniciens et agents de maîtrise des industries de process 455 45,4 95,8 88,0 + 14,1 66,2 + 27,9 26
Ouvriers qualifiés des travaux publics* 379 42,0 88,6 85,8 + 46,2 13,3 + 8,0 8
Ouvriers qualifiés des industries de process 312 23,7 89,9 83,3 + 28,5 38,2 + 24,3 56
Conducteurs de véhicules 278 31,2 88,1 34,6 + 19,8 6,3 + 2,2 137
Assistantes maternelles 261 37,4 99,3 30,4 + 12,8 ns ns 185
Enseignants 231 27,4 98,1 100,0 + 5,0 100,0 + 8,1 9
Agents d'entretien 226 32,0 64,0 48,6 + 34,6 10,4 + 6,8 299
Ouvriers qualifiés travaillant par formage de métal 219 32,9 71,2 48,0 + 31,0 5,7 + 1,0 104
Ensemble des métiers 6 303 28,6 82,5 59,3 + 13,2 28,5 + 1,4 4 065
  • * ce poste comprend notamment les employés municipaux chargés de l’entretien de la voirie.
  • Sources : (1) Insee, DADS 2015 fichier salariés ; (2) Insee, recensement de la population 2015, exploitation complémentaire ; (3) Pôle emploi-Dares, STMT

… dans un contexte d’élévation de la norme d’embauche

Quel que soit le métier, les jeunes sont plus diplômés que leurs aînés. Ainsi, la part de bacheliers est supérieure de 13 points parmi les personnes en emploi de moins de 30 ans par rapport aux générations précédentes. Cette situation s’observe également dans les territoires de référence. Ce niveau de diplôme plus élevé pour ces jeunes générations découle naturellement de l’allongement de la durée des études (figure 7). Cette élévation du niveau de qualification touche la quasi-totalité des métiers, à l’exception des employés de maison.

Un référentiel de comparaison composé de 23 territoires

Le territoire Caux Seine Agglo est essentiellement urbain ou périurbain et possède plusieurs pôles urbains. Pour identifier de réelles singularités de ce territoire, celui-ci est comparé à un ensemble de territoires de France métropolitaine qui présentent les mêmes caractères structurants : plusieurs petits pôles urbains dont aucun ne domine vraiment, le reste du territoire étant essentiellement périurbain, et un même ordre de grandeur de la population. Ces critères aboutissent à un référentiel de 23 territoires (y compris Caux Seine Agglo), composé de 11 EPCI et 12 pays.

L’emploi touristique est moins présent

La présence des touristes sur le territoire de Caux Seine Agglo génère 360 emplois mesurés en équivalent temps plein en 2015, soit 1,5 % de l’emploi total, une proportion inférieure de moitié au niveau régional. Par rapport à 2009, l’emploi touristique recule de 7,4 %. Les pertes se concentrent dans les activités liées aux sports et aux loisirs, à l’artisanat et à l’hébergement.

Les activités d’hébergement rassemblent près du tiers de ces emplois. Viennent ensuite les activités commerciales de détail ou des grandes surfaces, et les activités liées au patrimoine et à la culture.

Définitions

La population active regroupe la population active occupée (actifs ayant un emploi) et les chômeurs.

Le taux d’activité rapporte la population active à la population de la même tranche d’âge.

Le taux de chômage est ici mesuré au sens du recensement de la population, sur une base déclarative.

Au sens des navettes domicile-travail, les travailleurs stables résident et travaillent au sein d’un même territoire, les entrants y travaillent sans y résider, les sortants y résident mais travaillent à l’extérieur.

Les demandeurs d’emploi (DEFM) de catégorie A sont les demandeurs d'emploi sans activité réduite, inscrits à Pôle emploi et tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi.

Au sens de la condition d’emploi, l’emploi stable regroupe les contrats à durée indéterminée et les titulaires de la fonction publique.

Pour en savoir plus

Brendler J., Brunet L., Follin J., Maillard M., Restoux D., « GPEC territoriale, Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Caux Vallée de Seine », Dossier d’Aval, Insee Haute-Normandie, avril 2013.

Follin J., « Les dynamiques de développement des EPCI normands : des disparités assez fortes, dans des contextes géographiques souvent déterminants », « La Normandie et ses territoires », Insee Dossier Normandie, n° 11, mai 2018.

Moisan M., « Les emplois de plus en plus qualifiés en Normandie », Insee Analyses Normandie, n° 40, janvier 2018.