Les méthodes de décomposition appliquées à l’analyse des inégalités

Béatrice Boutchenik, Élise Coudin, Sophie Maillard (DMCSI)

Les méthodes de décomposition sont des outils standards pour l'analyse statistique des discriminations, notamment salariales. Le modèle canonique utilisé est celui d'Oaxaca et de Blinder (Oaxaca 1973, Blinder 1973), qui propose une décomposition des écarts constatés entre deux populations (hommes et femmes par exemple) en une part expliquée par les caractéristiques observables de ces deux groupes, c'est-à-dire un effet de composition, et en une part inexpliquée. Isoler cet écart inexpliqué permet de mettre en avant d'éventuels phénomènes discriminatoires, sous certaines hypothèses que nous nous attachons à clarifer. Les conclusions apportées peuvent également être sensibles aux choix de spécifcation, dont nous cherchons à expliciter les conséquences. Plusieurs méthodes ont par ailleurs été proposées pour étendre le cadre classique d'Oaxaca et de Blinder à une analyse plus complète des écarts, en particulier pour des variables catégorielles et pour l'ensemble de la distribution de variables continues. Nous portons un intérêt particulier à cette extension aux distributions. Enfin, nous présentons différentes approches pour prendre en compte le rôle de la sélection dans les décompositions. La mise en oeuvre de ces différentes méthodes est illustrée à partir de données françaises issues de l'Enquête Emploi en continu, pour l'exemple des disparités de salaire entre hommes et femmes et entre descendants d'immigrés et personnes sans ascendance migratoire.

Documents de travail
No M2019/01
Paru le : Paru le 26/04/2019
Béatrice Boutchenik, Élise Coudin, Sophie Maillard (DMCSI)
Documents de travail  No M2019/01 - avril 2019
Consulter