La géographie des échanges commerciaux de biens au sein de l’Union européenne : en 20 ans, une intensification des échanges entre nouveaux et anciens pays membres

Adel Moutaabbid, Olivier Simon

L’ouverture commerciale des États membres de l’Union européenne (UE) traduit des échanges de biens majoritairement tournés vers leurs autres partenaires européens. L’Allemagne y occupe une position de partenaire privilégié, notamment auprès des nouveaux membres de l’UE. C’est également, dans une certaine mesure, le cas de la France vis-à-vis de l’Espagne et de l’Italie. Les nouveaux membres de l’UE, très ouverts mais de plus petite taille économique, pèsent nettement moins dans les échanges intra-européens de biens.

Cette organisation des échanges de biens, relativement stable depuis 20 ans malgré l’ouverture croissante des économies européennes, n’est pas surprenante en soi. Elle traduit simplement le fait que deux États membres ont tendance à échanger à mesure de ce qu’ils pèsent dans le commerce intra-européen. Plus intéressant est d’étudier si ces deux pays échangent davantage ou non que ne le suggèrent leurs seuls poids commerciaux. Tel est l’apport de la notion d’intensité relative des échanges analysée dans ce dossier. En moyenne sur la période 1994-2016, les échanges intra-européens de biens les plus intenses apparaissent marqués par la géographie, avec l’existence de pôles d’échanges (Europe occidentale, pays nordiques, pays baltes, Europe centrale, pays méditerranéens du sud-est de l’Europe) au carrefour desquels se trouvent certains pays, comme l’Allemagne. De façon dynamique, depuis 20 ans, l’évolution de l’intensité des échanges montre cependant un rapprochement entre pays éloignés géographiquement, notamment entre l’est et l’ouest de l’Europe, dans le contexte des élargissements successifs de l’UE sur la période.

Insee Références
Paru le : Paru le 16/04/2019
Adel Moutaabbid, Olivier Simon
La France dans l'Union européenne - avril 2019
Consulter