Savoie : entre grandes aires urbaines dynamiques et territoires de montagne en déclin démographique

Christelle Thouilleux, Emma Bianco, Insee

Huitième département de la région, la Savoie compte 429 700 habitants au 1er janvier 2016. Sa croissance démographique s’élève à 0,5 % par an en moyenne entre 2011 et 2016, légèrement en deçà de la moyenne régionale. Elle ralentit par rapport à la période 2006-2011, du fait d’une baisse conjointe des soldes naturel et migratoire. Les grandes aires urbaines sont dynamiques, alors que les communes isolées, notamment en montagne, restent à l’écart de l’essor démographique. La vallée de la Maurienne, et plus récemment, celle de la Tarentaise, perdent ainsi des habitants.

Insee Flash Auvergne-Rhône-Alpes
No 52
Paru le : Paru le 11/01/2019
Christelle Thouilleux, Emma Bianco, Insee
Insee Flash Auvergne-Rhône-Alpes  No 52 - janvier 2019

Au 1er janvier 2016, 429 700 personnes habitent en Savoie, soit 5 % de la population régionale. Entre 2011 et 2016, la croissance démographique du département augmente à un rythme annuel moyen de 0,5 %, mais ralentit par rapport à la période 2006-2011 (figure 1). En position médiane au sein de la région, la croissance savoyarde est désormais légèrement inférieure à la moyenne régionale (+ 0,7 %). Le département a gagné plus de 25 000 habitants en dix ans, soit presque l’équivalent de sa deuxième plus grande commune, Aix-les-Bains.

Figure 1La périurbanisation se poursuit mais ralentitÉvolution de la population et contribution des soldes naturel et migratoire pour la Savoie, ses dix principales communes et les différents types d'espace

La périurbanisation se poursuit mais ralentit
Population Taux de variation annuel moyen (en %)
de la population dû au solde naturel dû au solde migratoire
2006 2011 2016 2006-2011 2011-2016 2006-2011 2011-2016 2006-2011 2011-2016
Savoie 403 090 418 949 429 681 0,8 0,5 0,4 0,3 0,4 0,2
Chambéry 57 543 58 437 59 183 0,3 0,3 0,6 0,5 -0,3 -0,3
Aix-les-Bains 27 375 28 585 29 799 0,9 0,8 0 -0,1 0,8 0,9
Albertville 18 009 18 832 19 055 0,9 0,2 0,6 0,4 0,3 -0,2
La Motte-Servolex 11 714 11 317 11 680 -0,7 0,6 0,3 0,4 -1 0,3
La Ravoire 6 788 8 008 8 482 3,4 1,2 0,7 0,7 2,7 0,5
Saint-Jean-de-Maurienne 8 685 8 148 7 794 -1,3 -0,9 0,1 -0,2 -1,4 -0,7
Bourg-Saint-Maurice 7 634 7 723 7 265 0,2 -1,2 0,7 0,5 -0,5 -1,7
Ugine 7 004 7 075 7 065 0,2 0 0 -0,1 0,2 0
Cognin 5 874 5 920 6 144 0,2 0,7 0,1 0,3 0 0,4
Entrelacs 5 092 5 578 6 091 1,8 1,8 0,5 0,6 1,3 1,2
Grands pôles urbains 212 824 221 154 229 985 0,8 0,8 0,4 0,3 0,3 0,4
Périurbain 73 457 79 708 83 646 1,65 0,97 0,48 0,37 1,17 0,6
Autres communes sous influence des villes 75 928 77 068 75 792 0,3 -0,33 0,31 0,1 -0,02 -0,43
Communes isolées 40 881 41 019 40 258 0,1 -0,4 0,5 0,4 -0,4 -0,8
Auvergne-Rhône-Alpes 7 357 284 7 634 223 7 916 889 0,7 0,7 0,5 0,4 0,3 0,3
  • Sources : Insee, Recensements de la population 2006, 2011 et 2016

Un essor démographique qui ralentit

La croissance démographique de la Savoie tient à la fois à un excédent des naissances sur les décès (solde naturel positif) et à un excédent des arrivées dans le département sur les départs (solde migratoire positif). Cependant, ils sont tous deux en baisse par rapport à la période 2006-2011 (figure 2). La contribution du solde migratoire a notamment été divisée par deux entre les deux périodes.

Figure 2La croissance ralentit par une baisse conjointe des soldes naturel et migratoireÉvolutions de la population et des soldes naturel et migratoire (en %)

La croissance ralentit par une baisse conjointe des soldes naturel et migratoire
2011-2016 2006-2011
Savoie
Population 0,51 0,77
Solde naturel 0,32 0,42
Solde migratoire 0,19 0,35
Auvergne-Rhône-Alpes
Population 0,73 0,74
Solde naturel 0,41 0,46
Solde migratoire 0,32 0,28
  • Sources : Insee, Recensements de la population 2006, 2011 et 2016

Figure 2La croissance ralentit par une baisse conjointe des soldes naturel et migratoireÉvolutions de la population et des soldes naturel et migratoire (en %)

  • Sources : Insee, Recensements de la population 2006, 2011 et 2016

Dynamisme des grandes aires urbaines de l’ouest

Le nord et l’ouest de la Savoie poursuivent leur essor démographique. Les grandes aires urbaines de Chambéry et d’Albertville concentrent la croissance démographique départementale (figure 3). Leurs grands pôles urbains augmentent de 0,8 % par an en moyenne, et leurs territoires périurbains restent les espaces les plus dynamiques du département, avec + 1,0 % par an. La périurbanisation se poursuit donc, les habitants s’installant de plus en plus en périphérie des grandes agglomérations. Elle y génère un solde migratoire excédentaire, qui s’associe à un accroissement naturel, lié à une population relativement jeune. Cependant, la croissance périurbaine a nettement ralenti par rapport à la période précédente.

Avec 59 200 habitants au 1er janvier 2016, la commune de Chambéry maintient une croissance annuelle de 0,3 % de sa population. Ce rythme est constant depuis 1982, alors que celui d’Albertville ralentit pour s’établir à + 0,2 % par an en moyenne entre 2011 et 2016. Aix-les-Bains connaît une croissance démographique soutenue (+ 0,8 % par an) et est plus attractive, avec un solde migratoire excédentaire, en hausse par rapport à la période précédente. Néanmoins, elle est de plus en plus touchée par le vieillissement de sa population et les décès dépassent désormais les naissances.

Figure 3Dynamisme à l’ouest et déclin démographique dans les territoires de montagneÉvolution de la population des communes entre 2011 et 2016

  • Sources : Insee, Recensements de la population 2011 et 2016

Déclin démographique dans les territoires de montagne

Le sud et l’est du département, plus montagneux, sont à l’écart de la croissance démographique. Les communes situées en dehors des grandes aires urbaines perdent de la population (entre – 0,3 % et – 0,4 % par an en moyenne). La situation de ces territoires s’est fortement détériorée par rapport à la période 2006-2011, où ils gagnaient encore des habitants.

Ainsi, si le déclin de la Maurienne se confirme, la Tarentaise est dorénavant également concernée. Les aires urbaines d’Aime-la-Plagne et de Bourg-Saint-Maurice commencent à perdre des habitants, en raison d’un déficit migratoire que ne compense plus l’excédent naturel.

Évolution du questionnaire de recensement

Afin d'améliorer la prise en compte de la multi résidence, notamment pour les enfants en résidence partagée, le questionnaire du recensement de la population a évolué en 2018. La croissance de population mesurée entre 2011 et 2016 est ainsi affectée d’un très léger effet questionnaire. Une estimation en sera publiée le 15 janvier 2019.

Sources

Depuis 2004, la méthode du recensement de la population est basée sur des cycles de collecte de 5 ans. Les populations légales publiées fin 2018, qui entrent en vigueur au 1er janvier 2019, sont millésimées 2016, car elles sont calculées à partir des informations collectées lors des enquêtes de recensement de 2014 à 2018 et ramenées à une même date, celle du milieu de la période.

Définitions

Le solde naturel est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès domiciliés (comptabilisés dans la commune de résidence).

Le solde migratoire apparent, appelé ici « solde migratoire », est la différence entre le nombre de personnes entrées sur un territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours de la période considérée. Il est estimé par différence entre la variation totale de la population et le solde naturel.

Une aire urbaine est un ensemble de communes constitué par un pôle urbain et par des communes rurales ou unités urbaines, dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans le pôle et dans les communes attirées par celui-ci. Les « grandes aires urbaines » sont composées des grands pôles urbains de plus de 10 000 emplois et des espaces périurbains (couronnes et communes multi-polarisées autour des grands pôles). Les autres communes sous influence des pôles constituent les moyennes et petites aires urbaines, autour de pôles concentrant de 1 500 à 10 000 emplois. Les communes isolées se situent hors de l’influence des pôles.

Pour en savoir plus

«  La croissance démographique reste soutenue, grâce au dynamisme des grandes aires urbaines », Insee Flash Auvergne-Rhône-Alpes n° 41, décembre 2018

Retrouvez les mêmes résultats pour chaque département de la région sur le site insee.fr