Population du Grand Est en 2035 : entre le choc démographique allemand et la prospérité du Luxembourg et de la Suisse

Corinne Challand, Marie-Laure Kayali, Insee

À l’horizon 2035, la population du Grand Est et de ses pays frontaliers évoluera très diversement d’une région à l’autre : si les tendances actuelles devaient se poursuivre, le Luxembourg et la Suisse du Nord-Ouest pourraient compter sur des gains démographiques importants. Les gains seraient un peu moindres en Wallonie, tandis que dans le Grand Est et le Bade, le nombre d’habitants stagnerait. Enfin, en Rhénanie-Palatinat et dans la Sarre, la population baisserait. Dans les régions à fort développement démographique, ce sont les migrations internationales, liées à la situation économique, qui contribuent à l’accroissement du nombre d’habitants. Dans tous les cas, le solde migratoire est le moteur de la croissance démographique, ou du moins un ralentisseur du déclin. Le solde naturel continuerait en effet de diminuer au fil du temps, sous l’effet du vieillissement de la population. En 2060, un Allemand sur trois et un Belge sur quatre auront au moins 65 ans.

Cette publication qui traite des projections de population dans les régions transfrontalières, pour partie en Allemagne et en Suisse, est également proposée en langue allemande.

Les projections démographiques sont un outil essentiel d’aide à la décision publique. Si la situation actuelle en matière de natalité se poursuit, combien faudra-t-il de maternités, d’écoles, de grands logements dans les années à venir ? Si l’espérance de vie continue d’augmenter, quel sera le poids des retraités par rapport aux actifs, combien faudra-t-il de structures dédiées à cette population, faut-il anticiper un recul de l'âge effectif de départ à la retraite ?

Dans les régions frontalières du Grand Est, Suisse du Nord-Ouest, pays de Bade, Sarre et Rhénanie-Palatinat côté allemand, Luxembourg, Wallonie en Belgique, les évolutions observées récemment aux frontières nord et est de la région conduisent à retenir deux hypothèses de projection démographique : la baisse du solde naturel et la hausse du solde migratoire.

Les grandes tendances nationales passées se poursuivraient

Excepté dans la Sarre, la population a fortement progressé entre 1970 et 2015 aux frontières du Grand Est (figure 1). Les projections à vingt ans ne remettent pas en cause le classement des évolutions passées selon les pays, mais les dynamiques nationales sont nettement divergentes : le Luxembourg et la Suisse verraient leur croissance s’accélérer, la France et la Belgique resteraient dans une tendance modérée, l’Allemagne connaîtrait un déclin démographique très important, cela même dans une hypothèse migratoire optimiste (figure 5).

Les gains seraient en effet très variables selon les pays, mais le vieillissement de la population devrait se poursuivre, la fécondité rester basse et l’espérance de vie s’allonger. Les migrations en provenance de l’est et du sud de l’Europe devraient se stabiliser, avec l’amélioration de la situation économique dans les pays d’origine et le vieillissement de leur population, les personnes âgées migrant rarement. Les évolutions restent néanmoins sujettes à l’incertitude liée aux crises politiques et économiques aux portes de l’Europe.

Si les tendances observées en matière de démographie se prolongeaient (encadré), le nombre d’habitants au Luxembourg continuerait de croître à un rythme soutenu : de + 69 % à + 79 % entre 2015 et 2050 selon le scénario choisi. En Suisse, la population augmenterait de 25 %, en Belgique de 14 % et en France de 11 %. En Allemagne, la population baisserait de 7 % à 12 % d’ici 2060 selon l’hypothèse retenue en matière de solde migratoire : 100 000 ou 200 000 personnes par an entre 2021 et 2060, après 500 000 en 2014 et 2015.

Figure 1Luxembourg, Suisse et France : les plus dynamiques sur les dernières décenniesPopulation en 1970 et 2015

Luxembourg, Suisse et France : les plus dynamiques sur les dernières décennies -
1970 2015 Variation annuelle moyenne 1970-2015 (nombre d’habitants) taux d’évolution annuel moyen (en %)
1970-2015 2015-2035
Luxembourg 339 150 569 600 5 121 1,16 1,80
Suisse 6 168 700 8 237 670 45 977 0,64 0,87
Suisse du nord-ouest* 1 166 480 1 467 920 6 699 0,51 0,72
France métropolitaine 50 528 220 64 344 120 307 020 0,54 0,36
Grand Est** 4 966 100 5 552 390 13 029 0,25 0,13
Belgique* 9 601 050 11 267 910 37 041 0,36 0,40
Wallonie 3 159 230 3 589 740 9 567 0,28 0,37
Allemagne*** 78 269 000 81 198 000 65 089 0,08 -0,07
Pays de Bade 2 000 521 2 478 370 10 619 0,48 0,14
Rhénanie-Palatinat 3 671 280 4 011 580 7 562 0,20 -0,22
Sarre 1 127 350 989 040 -3 074 -0,29 -0,69
  • * chiffres 1971 et 2016
  • ** chiffres 1968 et 2013
  • *** l’évolution 2015-2035 est celle avec l’hypothèse haute (immigration élevée)
  • Sources : Insee, Destatis, Statistisches Landesamt Baden-Württemberg, Statistisches Landesamt Rheinland-Pfalz, Statec, Statbel, OFS

Figure 2Déclin démographique dans le rural du Grand Est, la Sarre et la Rhénanie-PalatinatProjections démographiques pour la période 2016 à 2036

Déclin démographique dans le rural du Grand Est, la Sarre et la Rhénanie-Palatinat
nuts3_ze libellé Population 2016 Population 2036 Variation annuelle moyenne de la population (en %)
DEC01 Saarland 986 000 895 000 -0,64
DEB12 Ahrweiler 127 770 120 079 -0,31
DEB13 Altenkirchen 129 171 114 478 -0,60
DEB3B Alzey-Worms 127 274 123 009 -0,17
DEB3C Dürkheim 132 203 127 037 -0,20
DEB14 Kreuznach 156 821 149 689 -0,23
DEB22 Bernkastel-Wittlich 111 828 103 492 -0,39
DEB15 Birkenfeld 80 615 68 824 -0,79
DEB16 Cochem-Zell 62 391 55 388 -0,59
DEB3D Donnersbergkreis 75 230 67 857 -0,51
DEB23 Eifelkreis 97 180 92 958 -0,22
DEB3E Germersheim 127 303 124 354 -0,12
DEB3F Kaiserslautern 104 966 94 421 -0,53
DEB3G Kusel 70 997 61 231 -0,74
DEB3J Mainz-Bingen 208 749 209 526 0,02
DEB17 Mayen-Koblenz 211 925 198 614 -0,32
DEB18 Neuwied 180 655 167 141 -0,39
DEB19 Rhein-Hunsrück-Kreis 102 529 91 478 -0,57
DEB1A Rhein-Lahn-Kreis 123 543 109 943 -0,58
DEB3I Rhein-Pfalz-Kreis 151 546 152 417 0,03
DEB3H Weinstraße 110 526 107 906 -0,12
DEB3K Südwestpfalz 96 474 84 105 -0,68
DEB25 Trier-Saarburg 147 999 147 092 -0,03
DEB24 Vulkaneifel 60 794 53 917 -0,60
DEB1B Westerwaldkreis 200 302 183 814 -0,43
DEB11 Koblenz, Kreisfreie Stadt 112 586 108 074 -0,20
DEB21 Trier, Kreisfreie Stadt 114 914 111 245 -0,16
DEB31 Frankenthal (Pfalz), Kreisfreie Stadt 48 363 47 857 -0,05
DEB32 Kaiserslautern, Kreisfreie Stadt 98 520 94 609 -0,20
DEB33 Landau in der Pfalz, Kreisfreie Stadt 45 362 44 297 -0,12
DEB34 Ludwigshafen am Rhein, Kreisfreie Stadt 164 718 169 776 0,15
DEB35 Mainz, Kreisfreie Stadt 209 779 210 076 0,01
DEB36 Neustadt an der Weinstraße, Kreisfreie Stadt 52 999 50 884 -0,20
DEB37 Pirmasens, Kreisfreie Stadt 40 125 34 028 -0,82
DEB38 Speyer, Kreisfreie Stadt 50 284 50 326 0,00
DEB39 Worms, Kreisfreie Stadt 82 102 80 885 -0,07
DEB3A Zweibrücken, Kreisfreie Stadt 34 260 30 783 -0,53
LU000 Luxembourg 576 249 821 475 1,79
BE100 Région de Bruxelles-Capitale 1 187 890 1 353 581 0,66
BE211 Anvers 1 033 674 1 140 037 0,49
BE212 Malines 337 339 379 384 0,59
BE213 Turnhout 453 123 486 879 0,36
BE221 Hasselt 423 067 455 419 0,37
BE222 Maaseik 238 944 241 460 0,05
BE223 Tongres 201 414 201 499 0,00
BE231 Alost 285 041 317 127 0,53
BE232 Termonde 198 494 206 407 0,20
BE233 Eeklo 83 573 86 512 0,17
BE234 Gand 550 372 632 675 0,70
BE235 Audenarde 123 008 132 785 0,38
BE236 Saint-Nicolas 246 234 275 440 0,56
BE241 Hal-Vilvorde 622 234 710 115 0,66
BE242 Louvain 499 459 529 597 0,29
BE251 Bruges 280 456 279 869 -0,01
BE252 Dixmude 51 030 51 214 0,02
BE253 Ypres 106 154 103 240 -0,14
BE254 Courtrai 286 471 296 950 0,18
BE255 Ostende 154 919 161 181 0,20
BE256 Roulers 149 697 160 919 0,36
BE257 Tielt 92 124 94 480 0,13
BE258 Furnes 60 977 60 504 -0,04
BE310 Nivelles 396 840 449 235 0,62
BE321 Ath 86 515 98 659 0,66
BE322 Charleroi 430 587 440 338 0,11
BE323 Mons 257 860 270 302 0,24
BE324 Mouscron 75 492 77 755 0,15
BE325 Soignies 188 959 211 084 0,56
BE326 Thuin 151 209 151 243 0,00
BE327 Tournai 146 535 144 737 -0,06
BE331 Huy 112 465 130 284 0,74
BE332 Liège 620 960 670 482 0,38
BE335 Verviers 285 819 302 714 0,29
BE334 Waremme 79 444 90 827 0,67
BE341 Arlon 61 180 68 842 0,59
BE342 Bastogne 47 319 54 644 0,72
BE343 Marche-en-Famenne 55 934 58 262 0,20
BE344 Neufchâteau 62 360 69 419 0,54
BE345 Virton 53 534 57 476 0,36
BE351 Dinant 109 755 121 508 0,51
BE352 Namur 312 965 344 984 0,49
BE353 Philippeville 66 484 67 038 0,04
CH040 Zurich 1 467 534 1 769 730 0,94
CH021 Berne 1 017 515 1 149 953 0,61
CH061 Lucerne 399 287 473 256 0,85
CH062 Uri 36 079 36 825 0,10
CH063 Schwytz 154 447 182 083 0,83
CH064 Obwald 37 112 41 470 0,56
CH065 Nidwald 42 242 44 672 0,28
CH051 Glaris 40 091 44 372 0,51
CH066 Zoug 121 884 146 046 0,91
CH022 Fribourg 309 384 407 711 1,39
CH023 Soleure 266 349 308 940 0,74
CH031 Bâle-Ville 191 980 209 175 0,43
CH032 Bâle-Campagne 283 062 309 513 0,45
CH052 Schaffhouse 80 213 93 307 0,76
CH053 Appenzell Rh.-Ext. 54 292 58 744 0,39
CH054 Appenzell Rh.-Int. 15 911 16 332 0,13
CH055 Saint-Gall 500 686 573 634 0,68
CH056 Grisons 197 128 213 469 0,40
CH033 Argovie 654 092 796 482 0,99
CH057 Thurgovie 267 652 330 801 1,06
CH070 Tessin 354 822 413 135 0,76
CH011 Vaud 774 253 963 167 1,10
CH012 Valais 336 794 412 946 1,02
CH024 Neuchâtel 178 680 200 287 0,57
CH013 Genève 485 109 580 744 0,90
CH025 Jura 72 907 80 177 0,48
DE111 Stuttgart, Stadtkreis 623 738 648 200 0,19
DE112 Böblingen 381 281 395 100 0,18
DE113 Esslingen 524 127 542 600 0,17
DE114 Göppingen 252 749 256 200 0,07
DE115 Ludwigsburg 534 074 559 900 0,24
DE116 Rems-Murr-Kreis 419 456 428 100 0,10
DE117 Heilbronn, Stadtkreis 122 567 126 400 0,15
DE118 Heilbronn, Landkreis 334 388 346 700 0,18
DE119 Hohenlohekreis 110 181 113 700 0,16
DE11A Schwäbisch Hall 191 614 197 500 0,15
DE11B Main-Tauber-Kreis 132 181 128 200 -0,15
DE11C Heidenheim 130 527 132 500 0,08
DE11D Ostalbkreis 312 650 309 700 -0,05
DE121 Baden-Baden, Stadtkreis 54 160 52 900 -0,12
DE122 Karlsruhe, Stadtkreis 307 755 318 300 0,17
DE123 Karlsruhe, Landkreis 435 841 447 300 0,13
DE124 Rastatt 227 474 230 600 0,07
DE125 Heidelberg, Stadtkreis 156 267 163 300 0,22
DE126 Mannheim, Stadtkreis 305 780 311 000 0,08
DE127 Neckar-Odenwald-Kreis 142 936 137 500 -0,19
DE128 Rhein-Neckar-Kreis 541 859 557 900 0,15
DE129 Pforzheim, Stadtkreis 122 247 127 700 0,22
DE12A Calw 155 359 155 500 0,00
DE12B Enzkreis 196 066 198 800 0,07
DE12C Freudenstadt 116 233 111 400 -0,21
DE131 Freiburg im Breisgau, Stadtkreis 226 393 236 400 0,22
DE132 Breisgau-Hochschwarzwald 257 343 266 000 0,17
DE133 Emmendingen 162 082 167 800 0,17
DE134 Ortenaukreis 420 106 424 800 0,06
DE135 Rottweil 137 500 132 400 -0,19
DE136 Schwarzwald-Baar-Kreis 209 648 209 100 -0,01
DE137 Tuttlingen 136 606 140 000 0,12
DE138 Konstanz 280 288 291 100 0,19
DE139 Lörrach 226 708 233 600 0,15
DE13A Waldshut 167 861 170 800 0,09
DE141 Reutlingen 282 113 283 200 0,02
DE142 Tübingen, Landkreis 221 837 228 500 0,15
DE143 Zollernalbkreis 188 595 189 100 0,01
DE144 Ulm, Stadtkreis 122 636 125 600 0,12
DE145 Alb-Donau-Kreis 192 104 196 400 0,11
DE146 Biberach 194 019 199 500 0,14
DE147 Bodenseekreis 212 201 219 400 0,17
DE148 Ravensburg 279 296 289 100 0,17
DE149 Sigmaringen 130 772 127 200 -0,14
FRX1101 Paris 6 001 981 6 289 639 0,23
FRX1102 Marne-la-Vallée 344 070 385 928 0,58
FRX1103 Coulommiers 66 858 75 694 0,62
FRX1104 Meaux 157 471 185 102 0,81
FRX1105 Melun 397 052 425 226 0,34
FRX1106 Montereau-Fault-Yonne 43 580 49 472 0,64
FRX1107 Nemours 50 202 55 679 0,52
FRX1108 Provins 43 494 46 763 0,36
FRX1109 Houdan 38 131 39 902 0,23
FRX1110 Mantes-la-Jolie 176 435 193 122 0,45
FRX1111 Poissy 248 450 260 213 0,23
FRX1112 Rambouillet 72 303 74 463 0,15
FRX1113 Plaisir 55 556 57 397 0,16
FRX1114 Étampes 63 301 71 863 0,64
FRX1115 Évry 341 462 348 383 0,10
FRX1116 Saclay 1 185 748 1 281 498 0,39
FRX1117 Créteil 570 813 615 202 0,38
FRX1118 Orly 516 822 576 225 0,55
FRX1119 Cergy 400 284 411 756 0,14
FRX2101 Charleville-Mézières 225 563 203 521 -0,51
FRX2102 Troyes 315 464 326 153 0,17
FRX2103 Châlons-en-Champagne 106 050 109 162 0,14
FRX2104 Épernay 109 894 110 592 0,03
FRX2105 Reims 363 538 405 205 0,54
FRX2106 Chaumont - Langres 109 309 101 577 -0,37
FRX2107 Vitry-le-François - Saint-Dizier 114 177 104 771 -0,43
FRX2201 Château-Thierry 67 474 72 310 0,35
FRX2202 Tergnier 55 363 51 225 -0,39
FRX2203 La Thiérache 59 248 56 108 -0,27
FRX2204 Laon 100 519 100 426 0,00
FRX2205 Saint-Quentin 136 687 128 297 -0,32
FRX2206 Soissons 93 552 88 762 -0,26
FRX2207 Beauvais 254 337 272 223 0,34
FRX2208 Compiègne 204 221 206 611 0,06
FRX2209 Abbeville 69 126 66 370 -0,20
FRX2210 Amiens 393 963 420 733 0,33
FRX2211 Péronne 55 930 54 928 -0,09
FRX2601 Beaune 49 936 49 548 -0,04
FRX2602 Chatillon 18 212 17 088 -0,32
FRX2603 Dijon 435 372 464 818 0,33
FRX2604 Montbard 31 634 30 148 -0,24
FRX2605 Le Morvan 35 089 34 426 -0,10
FRX2606 Nevers 118 935 110 554 -0,36
FRX2607 Autun 32 908 30 779 -0,33
FRX2608 Chalon-sur-Saône 198 326 205 115 0,17
FRX2609 Louhans 36 930 37 762 0,11
FRX2610 Le Creusot - Montceau 101 035 94 664 -0,33
FRX2611 Le Charolais 83 450 78 951 -0,28
FRX2612 Auxerre 207 169 200 208 -0,17
FRX2613 Avallon 24 070 22 239 -0,39
FRX2614 Sens 111 322 124 450 0,56
FRX3110 Roubaix - Tourcoing 432 597 470 802 0,42
FRX3111 Lille 813 489 883 660 0,41
FRX3112 Dunkerque 250 219 232 372 -0,37
FRX3113 La Flandre - Lys 125 742 132 688 0,27
FRX3114 Douai 247 237 248 102 0,02
FRX3115 Valenciennes 351 449 359 695 0,12
FRX3116 Cambrai 180 261 177 177 -0,09
FRX3117 Maubeuge 230 573 220 337 -0,23
FRX3121 Arras 247 009 264 111 0,34
FRX3122 Lens - Hénin 359 779 355 409 -0,06
FRX3123 Béthune - Bruay 294 476 301 571 0,12
FRX3124 Saint-Omer 118 730 121 761 0,13
FRX3125 Calais 166 972 171 355 0,13
FRX3126 Boulogne-sur-mer 160 456 151 465 -0,29
FRX3127 Berck - Montreuil 104 337 99 946 -0,21
FRX4101 Longwy 112 288 114 833 0,11
FRX4102 Lunéville 33 508 34 338 0,12
FRX4103 Nancy 516 868 531 721 0,14
FRX4104 Bar-le-Duc 60 400 56 051 -0,37
FRX4105 Commercy 43 591 39 366 -0,51
FRX4106 Verdun 61 871 58 949 -0,24
FRX4107 Metz 512 337 516 400 0,04
FRX4108 Forbach 214 694 193 451 -0,52
FRX4109 Sarrebourg 72 855 69 688 -0,22
FRX4110 Sarreguemines 109 894 98 738 -0,53
FRX4111 Thionville 226 859 246 600 0,42
FRX4112 Épinal 161 784 152 061 -0,31
FRX4113 Remiremont 82 372 76 224 -0,39
FRX4114 Saint-Dié-des-Vosges 85 889 81 408 -0,27
FRX4115 Neufchâteau 49 732 43 137 -0,71
FRX4201 Haguenau 204 949 221 039 0,38
FRX4202 Molsheim - Obernai 135 018 140 729 0,21
FRX4203 Saverne 77 430 75 377 -0,13
FRX4204 Sélestat 85 996 92 959 0,39
FRX4205 Strasbourg 592 688 658 808 0,53
FRX4206 Wissembourg 40 452 40 555 0,01
FRX4207 Colmar 197 656 207 746 0,25
FRX4208 Mulhouse 436 727 449 013 0,14
FRX4209 Saint-Louis 124 192 141 051 0,64
FRX4301 Besançon 314 395 358 097 0,65
FRX4302 Belfort - Montbéliard - Héricourt 375 695 379 457 0,05
FRX4303 Morteau 48 574 56 562 0,76
FRX4304 Pontarlier 62 786 71 327 0,64
FRX4305 Dole 70 668 75 240 0,31
FRX4306 Lons-le-Saunier 119 992 122 186 0,09
FRX4307 Saint-Claude 54 345 53 984 -0,03
FRX4308 Gray 27 173 25 822 -0,25
FRX4309 Vesoul 118 270 118 485 0,01
  • Lecture : au 1er janvier 2016, la population dans la zone d’emploi de Nancy s’élève à 517 000 habitants. Celle-ci progresserait de 0,1% par an jusqu’en 2036 si les tendances actuelles devaient se poursuivre.
  • Sources : France : Insee, Omphale 2017 – scénario central, Suisse : OFS - Office fédéral de la statistique 2015, scénario de référence, Bade-Wurtemberg : Statistisches Landesamt Baden- Württemberg, Hauptvariante 2015, Sarre : Destatis - Statistisches Bundesamt, 13. koordinierten Bevölkerungsvorausberechnung, Variante 1, 2015, Rhénanie-Palatinat : Statistisches Landesamt Rheinland-Pfalz, Vierte regionalisierte Bevölkerungsvorausberechnung, mittlere Variante 2015, Luxembourg : Statec - Institut national de la statistique et des études économiques, 2017, projection de référence jusqu’en 2030 puis prolongation des hypothèses, dont 3 % de croissance, jusqu’en 2036, Belgique :Bureau fédéral du Plan, Direction générale Statistique - Statistics Belgium, Perspectives démographiques 2016-2060.

Figure 2Déclin démographique dans le rural du Grand Est, la Sarre et la Rhénanie-PalatinatProjections démographiques pour la période 2016 à 2036

  • Lecture : au 1er janvier 2016, la population dans la zone d’emploi de Nancy s’élève à 517 000 habitants. Celle-ci progresserait de 0,1% par an jusqu’en 2036 si les tendances actuelles devaient se poursuivre.
  • Sources : France : Insee, Omphale 2017 – scénario central, Suisse : OFS - Office fédéral de la statistique 2015, scénario de référence, Bade-Wurtemberg : Statistisches Landesamt Baden- Württemberg, Hauptvariante 2015, Sarre : Destatis - Statistisches Bundesamt, 13. koordinierten Bevölkerungsvorausberechnung, Variante 1, 2015, Rhénanie-Palatinat : Statistisches Landesamt Rheinland-Pfalz, Vierte regionalisierte Bevölkerungsvorausberechnung, mittlere Variante 2015, Luxembourg : Statec - Institut national de la statistique et des études économiques, 2017, projection de référence jusqu’en 2030 puis prolongation des hypothèses, dont 3 % de croissance, jusqu’en 2036, Belgique :Bureau fédéral du Plan, Direction générale Statistique - Statistics Belgium, Perspectives démographiques 2016-2060.

Les migrations internationales, moteur de la croissance démographique

Le dynamisme démographique du Luxembourg se poursuivrait sous l’effet de l’immigration internationale (figure 3). C’est, avec la Suisse, le pays dont l’accroissement de population est le plus fortement lié à l’accueil d’immigrés (travailleurs et regroupement familial). Depuis les années 1960, les trois quarts des gains de population dans le Grand Duché sont dus à l’immigration, et au vu de ses bonnes perspectives économiques, cela devrait se prolonger au moins jusqu’en 2030. En 2016, le pays compte 47 % d’étrangers : les nationalités les plus présentes sont les Portugais et les Français.

En Suisse, le climat économique favorable rend probable une poursuite du recours à la main-d’œuvre étrangère. Le solde migratoire était de 87 000 en 2013 et il se maintiendrait à un niveau assez élevé jusqu’en 2030 (60 000 arrivées nettes par an) avant de diminuer. En 2016, un habitant sur quatre est étranger : les Italiens, Allemands et Portugais sont en Suisse les plus nombreux.

En Allemagne, l’afflux de près d’un million de réfugiés en 2014 et 2015, essentiellement en provenance d’Afghanistan, d’Irak et de Syrie, apporte de nouvelles perspectives. Ces populations sont en effet plus jeunes et en âge de procréer, comparées à l’immigration traditionnelle d’Europe de l’Est ou du Sud. Les incertitudes liées à la situation politique au Proche et au Moyen-Orient pourraient entraîner l’arrivée de six à onze millions de personnes d’ici 2060 en Allemagne. Cela ralentirait le déclin démographique, mais ne l’empêcherait pas à long terme. En 2016, on dénombre neuf millions d’étrangers, soit 10 % de la population. Les nationalités les plus fréquentes sont les Turcs, les Polonais et les Syriens.

En Belgique, le nombre d’immigrés est également en augmentation par rapport au début des années 2000. Les étrangers représentent 11,5 % de la population, Français, Italiens et Néerlandais étant les plus nombreux. L’afflux devrait se poursuivre dans les décennies à venir (125 000 à 133 000 personnes par an jusqu’en 2060), flux auxquels il faut retrancher l’émigration (90 000 à 100 000 par an) : le solde migratoire resterait donc largement positif (20 000 à 30 000).

En France métropolitaine, le solde des migrations internationales serait de 70 000 personnes par an. En 2014, les étrangers représentent 7 % de la population, les proportions de Portugais, Algériens et Marocains étant les plus fortes.

Figure 3 Explosion démographique du Luxembourg, déclin de la Sarre à l’horizon 2035Évolution de la population entre 1970 et 2035 dans la Grande région

Explosion démographique du Luxembourg, déclin de la Sarre à l’horizon 2035 - Lecture : entre 1970 et 2015, la population de la Sarre a diminué de 12,3 %. De 2015 à 2035 (en pointillés), cette baisse atteindrait 24 % par rapport à 1970.
Rhénanie-Palatinat Sarre Wallonie Lorraine Luxembourg Grande Région
1970 100 100 100 100 100 100
1975 100,46 97,86 100,98 102,55 103,63 100,89
1980 98,96 94,78 101,96 102,03 107,39 100,34
1985 98,71 93,21 102,56 102,19 109,96 100,38
1990 100,83 94,46 103,15 101,31 112,59 101,32
1995 107,63 96,17 104,86 101,80 120,35 104,74
2000 109,79 95,05 105,71 101,78 128,65 105,88
2005 110,62 93,71 107,49 102,55 138,67 107,05
2010 109,30 90,71 110,74 103,36 149,48 107,76
2015 109,27 87,73 113,63 102,95 167,95 108,80
2020 109,80 85,24 115,94 102,93 186,35 109,99
2025 108,44 82,32 118,24 102,62 205,51 110,44
2030 106,69 79,39 120,41 102,13 223,79 110,65
2035 104,64 76,46 122,43 101,78 240,15 110,68
  • Lecture : entre 1970 et 2015, la population de la Sarre a diminué de 12,3 %. De 2015 à 2035 (en pointillés), cette baisse atteindrait 24 % par rapport à 1970.
  • Sources : Lorraine : Insee, Omphale 2017 – scénario central, Sarre : Destatis - Statistisches Bundesamt, 13. koordinierten Bevölkerungsvorausberechnung, Variante 1, 2015, Rhénanie-Palatinat : Statistisches Landesamt Rheinland-Pfalz, Vierte regionalisierte Bevölkerungsvorausberechnung, mittlere Variante 2015, Luxembourg : Statec - Institut national de la statistique et des études économiques, 2017, projection de référence jusqu’en 2030 puis prolongation des hypothèses, dont 3 % de croissance, jusqu'en 2035, Wallonie : Bureau fédéral du Plan, Direction générale Statistique - Statistics Belgium, Perspectives démographiques 2016-2060.

Figure 3 Explosion démographique du Luxembourg, déclin de la Sarre à l’horizon 2035Évolution de la population entre 1970 et 2035 dans la Grande région

Figure 4 Croissance douce le long du RhinÉvolution de la population entre 1970 et 2035 dans la Conférence du Rhin supérieur

Croissance douce le long du Rhin -
Suisse du NO Alsace Pays de Bade Palatinat du Sud Conférence du Rhin Supérieur
1970 100 100 100 100 100
1975 100,06 107,41 102,60 99,69 103,19
1980 100,13 109,65 103,27 99,39 104,09
1985 101,34 112,28 104,25 102,01 105,71
1990 103,97 114,90 109,40 104,64 109,37
1995 109,54 119,48 115,19 111,23 114,81
2000 111,48 123,48 118,04 113,79 117,76
2005 114,33 127,68 121,22 114,39 120,98
2010 118,62 130,68 122,39 112,92 123,23
2015 124,59 133,06 123,89 113,92 126,01
2020 130,29 136,51 127,47 113,22 129,77
2025 135,65 138,98 127,90 111,94 131,84
2030 140,82 141,60 127,55 110,26 133,57
2035 145,37 143,16 127,39 108,22 134,89
  • Sources : Alsace : Insee, Omphale 2017 – scénario central, Suisse : OFS - Office fédéral de la statistique 2015, scénario de référence, Bade-Wurtemberg : Statistisches Landesamt Baden-Württemberg, Hauptvariante 2015, Palatinat du Sud : Statistisches Landesamt Rheinland-Pfalz, Vierte regionalisierte Bevölkerungsvorausberechnung, mittlere Variante 2015,

Figure 4 Croissance douce le long du RhinÉvolution de la population entre 1970 et 2035 dans la Conférence du Rhin supérieur

Des soldes naturels en baisse dans tous les pays

Le Luxembourg est, avec la Belgique, un des rares pays dont le solde naturel pourrait encore progresser d’ici 2030. Ensuite, ce solde serait en diminution, à l’instar de celui des autres pays (France, Suisse, Allemagne). Le solde naturel allemand, négatif depuis plusieurs décennies, continuerait à se dégrader sans pouvoir être compensé par un solde migratoire largement positif. L’apport de populations jeunes par les migrations ne suffirait pas à inverser les tendances actuelles que sont la baisse de la natalité ou la forte proportion de femmes nullipares. Tout au plus permettrait-il de les ralentir ou de les stabiliser.

Le nombre de décès continuerait de croître et celui des naissances de décroître, ce qui accentuerait la diminution du solde naturel. Dans tous les pays étudiés, la fécondité se stabiliserait dans les décennies à venir, voire augmenterait légèrement du fait du recul de l’âge de la maternité, combiné au maintien du nombre d’enfants par femmes. La baisse de la fécondité constatée ces dernières années pourrait donc être enrayée.

Ainsi, au Luxembourg, le taux de fécondité devrait passer de 1,57 à 1,71 entre 2015 et 2060 et en Belgique, de 1,74 à 1,85. Après 2040, la Suisse connaîtrait une situation similaire à celle que connaît l’Allemagne actuellement, avec un solde naturel négatif. Le taux de fécondité de la Suisse (1,52 en 2013) devrait croître légèrement pour se stabiliser à 1,58 en 2040. En ce qui concerne l’Allemagne, les projections se font avec un taux de fécondité stable de 1,4 enfant par femme. Le solde naturel allemand continuerait de se réduire de façon importante (figures 5).

Figure 5Le solde migratoire moteur de la croissance démographique à l’horizon 2050 - Niveau des soldes naturel et migratoire dans les décennies à venir (en milliers)Allemagne

solde (en milliers)
Le solde migratoire moteur de la croissance démographique à l’horizon 2050 - Niveau des soldes naturel et migratoire dans les décennies à venir (en milliers) (solde (en milliers)) - Lecture : en 2013, en Allemagne, le déficit du solde naturel (naissances – décès) a été de 212 000 personnes tandis que le solde migratoire (immigration – émigration) a atteint 500 000 individus. Si les tendances démographiques actuelles se poursuivaient, le déficit du solde naturel atteindrait 506 000 personnes en 2050 pendant que le solde migratoire aurait un excédent de 200 000 personnes (hypothèse 2).
solde naturel solde migratoire
2013 -212 500
2020 -242 250
2030 -357 200
2040 -437 200
2050 -506 200
  • Lecture : en 2013, en Allemagne, le déficit du solde naturel (naissances – décès) a été de 212 000 personnes tandis que le solde migratoire (immigration – émigration) a atteint 500 000 individus. Si les tendances démographiques actuelles se poursuivaient, le déficit du solde naturel atteindrait 506 000 personnes en 2050 pendant que le solde migratoire aurait un excédent de 200 000 personnes (hypothèse 2).
  • Sources : France : Insee, Omphale 2017 – scénario central, Suisse : OFS - Office fédéral de la statistique 2015, scénario de référence, Allemagne : Destatis - Statistisches Bundesamt, 13. koordinierten Bevölkerungsvorausberechnung, Variante 2, 2015, Luxembourg : Statec - Institut national de la statistique et des études économiques, 2017, projection de référence jusqu’en 2030 puis prolongation des hypothèses, dont 3 % de croissance, jusqu'en 2060, Belgique : Bureau fédéral du Plan, Direction générale Statistique - Statistics Belgium, Perspectives démographiques 2016-2060.

Figure 5Le solde migratoire moteur de la croissance démographique à l’horizon 2050 - Niveau des soldes naturel et migratoire dans les décennies à venir (en milliers)Allemagne

Figure 5Le solde migratoire moteur de la croissance démographique à l’horizon 2050 - Niveau des soldes naturel et migratoire dans les décennies à venir France

solde (en milliers)
Le solde migratoire moteur de la croissance démographique à l’horizon 2050 - Niveau des soldes naturel et migratoire dans les décennies à venir (solde (en milliers)) - Lecture : en 2013, en Allemagne, le déficit du solde naturel (naissances – décès) a été de 212 000 personnes tandis que le solde migratoire (immigration – émigration) a atteint 500 000 individus. Si les tendances démographiques actuelles se poursuivaient, le déficit du solde naturel atteindrait 506 000 personnes en 2050 pendant que le solde migratoire aurait un excédent de 200 000 personnes (hypothèse 2).
solde naturel solde migratoire
2013 245,4 70
2020 195,1 70
2030 162,2 70
2040 117,6 70
2050 59,9 70
  • Lecture : en 2013, en Allemagne, le déficit du solde naturel (naissances – décès) a été de 212 000 personnes tandis que le solde migratoire (immigration – émigration) a atteint 500 000 individus. Si les tendances démographiques actuelles se poursuivaient, le déficit du solde naturel atteindrait 506 000 personnes en 2050 pendant que le solde migratoire aurait un excédent de 200 000 personnes (hypothèse 2).
  • Sources : France : Insee, Omphale 2017 – scénario central, Suisse : OFS - Office fédéral de la statistique 2015, scénario de référence, Allemagne : Destatis - Statistisches Bundesamt, 13. koordinierten Bevölkerungsvorausberechnung, Variante 2, 2015, Luxembourg : Statec - Institut national de la statistique et des études économiques, 2017, projection de référence jusqu’en 2030 puis prolongation des hypothèses, dont 3 % de croissance, jusqu'en 2060, Belgique : Bureau fédéral du Plan, Direction générale Statistique - Statistics Belgium, Perspectives démographiques 2016-2060.

Figure 5France

Figure 5 Le solde migratoire moteur de la croissance démographique à l’horizon 2050 - Niveau des soldes naturel et migratoire dans les décennies à venir (en milliers)Suisse

solde (en milliers)
Le solde migratoire moteur de la croissance démographique à l’horizon 2050 - Niveau des soldes naturel et migratoire dans les décennies à venir (en milliers) (solde (en milliers)) - Lecture : en 2013, en Allemagne, le déficit du solde naturel (naissances – décès) a été de 212 000 personnes tandis que le solde migratoire (immigration – émigration) a atteint 500 000 individus. Si les tendances démographiques actuelles se poursuivaient, le déficit du solde naturel atteindrait 506 000 personnes en 2050 pendant que le solde migratoire aurait un excédent de 200 000 personnes (hypothèse 2).
solde naturel solde migratoire
2013 21 87
2020 21,6 60
2030 14,1 60
2040 0,4 30
2045 -6 30
  • Lecture : en 2013, en Allemagne, le déficit du solde naturel (naissances – décès) a été de 212 000 personnes tandis que le solde migratoire (immigration – émigration) a atteint 500 000 individus. Si les tendances démographiques actuelles se poursuivaient, le déficit du solde naturel atteindrait 506 000 personnes en 2050 pendant que le solde migratoire aurait un excédent de 200 000 personnes (hypothèse 2).
  • Sources : France : Insee, Omphale 2017 – scénario central, Suisse : OFS - Office fédéral de la statistique 2015, scénario de référence, Allemagne : Destatis - Statistisches Bundesamt, 13. koordinierten Bevölkerungsvorausberechnung, Variante 2, 2015, Luxembourg : Statec - Institut national de la statistique et des études économiques, 2017, projection de référence jusqu’en 2030 puis prolongation des hypothèses, dont 3 % de croissance, jusqu'en 2060, Belgique : Bureau fédéral du Plan, Direction générale Statistique - Statistics Belgium, Perspectives démographiques 2016-2060.

Figure 5 Suisse

Figure 5 Le solde migratoire moteur de la croissance démographique à l’horizon 2050 - Niveau des soldes naturel et migratoire dans les décennies à venir (en milliers)Luxembourg

solde (en milliers)
Le solde migratoire moteur de la croissance démographique à l’horizon 2050 - Niveau des soldes naturel et migratoire dans les décennies à venir (en milliers) (solde (en milliers)) - Lecture : en 2013, en Allemagne, le déficit du solde naturel (naissances – décès) a été de 212 000 personnes tandis que le solde migratoire (immigration – émigration) a atteint 500 000 individus. Si les tendances démographiques actuelles se poursuivaient, le déficit du solde naturel atteindrait 506 000 personnes en 2050 pendant que le solde migratoire aurait un excédent de 200 000 personnes (hypothèse 2).
solde naturel solde migratoire
2016 2,083 12,335
2030 2,978 10,08
2060 0,793 10,313
  • Lecture : en 2013, en Allemagne, le déficit du solde naturel (naissances – décès) a été de 212 000 personnes tandis que le solde migratoire (immigration – émigration) a atteint 500 000 individus. Si les tendances démographiques actuelles se poursuivaient, le déficit du solde naturel atteindrait 506 000 personnes en 2050 pendant que le solde migratoire aurait un excédent de 200 000 personnes (hypothèse 2).
  • Sources : France : Insee, Omphale 2017 – scénario central, Suisse : OFS - Office fédéral de la statistique 2015, scénario de référence, Allemagne : Destatis - Statistisches Bundesamt, 13. koordinierten Bevölkerungsvorausberechnung, Variante 2, 2015, Luxembourg : Statec - Institut national de la statistique et des études économiques, 2017, projection de référence jusqu’en 2030 puis prolongation des hypothèses, dont 3 % de croissance, jusqu'en 2060, Belgique : Bureau fédéral du Plan, Direction générale Statistique - Statistics Belgium, Perspectives démographiques 2016-2060.

Figure 5 Luxembourg

Figure 5 Le solde migratoire moteur de la croissance démographique à l’horizon 2050 - Niveau des soldes naturel et migratoire dans les décennies à venir (en milliers)Belgique

solde (en milliers)
Le solde migratoire moteur de la croissance démographique à l’horizon 2050 - Niveau des soldes naturel et migratoire dans les décennies à venir (en milliers) (solde (en milliers)) - Lecture : en 2013, en Allemagne, le déficit du solde naturel (naissances – décès) a été de 212 000 personnes tandis que le solde migratoire (immigration – émigration) a atteint 500 000 individus. Si les tendances démographiques actuelles se poursuivaient, le déficit du solde naturel atteindrait 506 000 personnes en 2050 pendant que le solde migratoire aurait un excédent de 200 000 personnes (hypothèse 2).
solde naturel solde migratoire
2016 12,7 52,1
2020 24 31,1
2030 20,9 21,8
2040 15,5 21,4
2050 10,2 19,4
  • Lecture : en 2013, en Allemagne, le déficit du solde naturel (naissances – décès) a été de 212 000 personnes tandis que le solde migratoire (immigration – émigration) a atteint 500 000 individus. Si les tendances démographiques actuelles se poursuivaient, le déficit du solde naturel atteindrait 506 000 personnes en 2050 pendant que le solde migratoire aurait un excédent de 200 000 personnes (hypothèse 2).
  • Sources : France : Insee, Omphale 2017 – scénario central, Suisse : OFS - Office fédéral de la statistique 2015, scénario de référence, Allemagne : Destatis - Statistisches Bundesamt, 13. koordinierten Bevölkerungsvorausberechnung, Variante 2, 2015, Luxembourg : Statec - Institut national de la statistique et des études économiques, 2017, projection de référence jusqu’en 2030 puis prolongation des hypothèses, dont 3 % de croissance, jusqu'en 2060, Belgique : Bureau fédéral du Plan, Direction générale Statistique - Statistics Belgium, Perspectives démographiques 2016-2060.

Figure 5 Belgique

Des seniors de plus en plus présents

Dans les pays les plus développés, le nombre de décès dépend essentiellement du nombre de personnes âgées, et donc de la structure par âge de la population. Dans les pays européens, la part des seniors augmente sous l’effet de la diminution des naissances et de l’allongement de l’espérance de vie qui continuerait de progresser, mais à un rythme moindre et avec une différence entre les hommes et les femmes atténuée : les gains d’espérance de vie pour les femmes seraient à l’avenir moins importants que pour les hommes. La part des plus de 65 ans augmenterait sensiblement d’ici 2060, et notamment celle des plus de 80 ans.

C’est en Allemagne que la population serait la plus vieillissante : les plus de 65 ans y représentent aujourd’hui 20 % de la population ; ce chiffre serait de 28 % en 2030 et de 33 % en 2060, dont 13 % de 80 ans et plus. L’âge médian de la population allemande, de 45 ans en 2013, s’élèverait à 50 ou 51 ans en 2060 en fonction de l’hypothèse migratoire retenue. La population en âge de travailler (les 20-64 ans) devrait également vieillir et baisser : de 49 millions actuellement, elle passerait à 44-45 millions en 2030. Considérer la population des 20-66 ans (au lieu des 20-64 ans) pour tenir compte d'un éventuel allongement des carrières accroîtrait de deux millions la population en âge de travailler (que ce soit en 2030 ou en 2060). Après le départ à la retraite des baby boomers à l’horizon 2035-2040, la pyramide des âges de la population active serait moins déséquilibrée et connaîtrait un rajeunissement.

De moins en moins d’actifs pour davantage de personnes âgées

La France et la Belgique connaîtraient une évolution similaire, avec un poids des seniors dans la population active de plus en plus important. En France, la population en âge de travailler représenterait 55 % de la population totale en 2020, mais 50 % en 2060. Dans le même temps, le ratio de dépendance démographique des personnes âgées, qui rapporte le nombre de personnes de plus de 65 ans au nombre de personnes en âge de travailler, passerait de 36 % à 55 % durant la même période. En Belgique, le phénomène est identique avec une diminution de la part des 20-64 ans de 58 % à 53 % entre 2020 et 2060, faisant passer le taux de dépendance économique de 33 % à 47 %.

En Suisse et au Luxembourg, le ratio de dépendance démographique des personnes âgées progresserait encore plus rapidement, malgré la fin des générations du baby boom arrivées à la retraite. Au Luxembourg, cet indicateur passerait de 23 % à 48 % entre 2020 et 2060. En Suisse, la population active culminerait à 5,6 millions en 2045, soit 0,4 million de plus qu’en 2015, avant de décroître. De ce fait, le poids des plus de 65 ans, parmi les plus faibles entre les pays considérés en 2020 (33 %), atteindrait 57 % en 2060, et celui des octogénaires 13 %.

Des évolutions démographiques contrastées et divergentes dans les espaces transfrontaliers

À l’échelle régionale transfrontalière, les évolutions démographiques des vingt ans à venir accentuent les évolutions nationales.

La Grande Région, composée de la Wallonie, du Luxembourg, de la Rhénanie- Palatinat, de la Sarre et des départements lorrains, connaîtrait les évolutions les plus divergentes, entre le Luxembourg (+ 1,8 % par an entre 2016 et 2036), la Sarre et la Rhénanie-Palatinat (respectivement - 0,7 % et - 0,2 %). Du côté français, la population stagnerait en Moselle et Meurthe-et- Moselle tandis qu’elle baisserait dans la Meuse et les Vosges (figure 6).

Le Rhin supérieur, qui comprend le Palatinat du Sud, le pays de Bade, la Suisse du Nord-Ouest et les départements alsaciens, connaîtrait aussi des évolutions opposées mais plus resserrées, entre la Suisse du Nord-Ouest en croissance démographique (+ 0,7 %) et le déclin du Palatinat du Sud (- 0,3 %) (figure 4).

Entre 2015 et 2035, la croissance démographique de la Grande Région serait trois fois plus importante que celle du Rhin supérieur (+ 1,21 % contre + 0,34 %), principalement du fait du fort dynamisme luxembourgeois.

Figure 6 Croissance aux frontières nord-est et est de la régionProjections démographiques à l’horizon 2036 avec la contribution des soldes naturel et migratoire

Croissance aux frontières nord-est et est de la région
Evolution de la population 2016-2036 (en %) Variation annuelle moyenne de la population 2016-2036 (en %)
totale dont due au solde naturel dont due au solde migratoire
Luxembourg 39,70 1,76 0,26 1,50
Suisse du Nord-Ouest 16,07 0,75 0,08 0,66
Wallonie 7,65 0,37 0,08 0,29
Rhénanie-Palatinat -4,50 -0,20 -0,40 0,20
Sarre -12,84 -0,69 -0,76 0,07
Bade-Wurtemberg 2,70 0,13 -0,12 0,25
Ardennes -8,75 -0,46 -0,01 -0,44
Aube 3,26 0,16 0,14 0,02
Marne 7,19 0,35 0,28 0,07
Haute-Marne -5,86 -0,30 -0,27 -0,03
Meurthe-et-Moselle 0,94 0,05 0,53 -0,48
Meuse -7,69 -0,40 -0,12 -0,28
Moselle 0,35 0,02 0,01 0,00
Vosges -7,54 -0,39 -0,30 -0,09
Bas-Rhin 8,76 0,42 0,28 0,14
Haut-Rhin 4,36 0,21 0,09 0,12
  • Sources : Grand Est : Insee, Omphale 2017 – scénario central, Suisse : OFS - Office fédéral de la statistique 2015, scénario de référence, Bade-Wurtemberg : Statistisches Landesamt Baden- Württemberg, Hauptvariante 2015, Sarre : Destatis - Statistisches Bundesamt, 13. koordinierten Bevölkerungsvorausberechnung, Variante 1, 2015, Rhénanie-Palatinat : Statistisches Landesamt Rheinland-Pfalz, Vierte regionalisierte Bevölkerungsvorausberechnung, mittlere Variante 2015, Luxembourg : Statec - Institut national de la statistique et des études économiques, 2017, projection de référence jusqu’en 2030 puis prolongation des hypothèses, dont 3 % de croissance, jusqu'en 2036, Wallonie : Bureau fédéral du Plan, Direction générale Statistique - Statistics Belgium, Perspectives démographiques 2016-2060.

Figure 6 Croissance aux frontières nord-est et est de la régionProjections démographiques à l’horizon 2036 avec la contribution des soldes naturel et migratoire

  • Sources : Grand Est : Insee, Omphale 2017 – scénario central, Suisse : OFS - Office fédéral de la statistique 2015, scénario de référence, Bade-Wurtemberg : Statistisches Landesamt Baden- Württemberg, Hauptvariante 2015, Sarre : Destatis - Statistisches Bundesamt, 13. koordinierten Bevölkerungsvorausberechnung, Variante 1, 2015, Rhénanie-Palatinat : Statistisches Landesamt Rheinland-Pfalz, Vierte regionalisierte Bevölkerungsvorausberechnung, mittlere Variante 2015, Luxembourg : Statec - Institut national de la statistique et des études économiques, 2017, projection de référence jusqu’en 2030 puis prolongation des hypothèses, dont 3 % de croissance, jusqu'en 2036, Wallonie : Bureau fédéral du Plan, Direction générale Statistique - Statistics Belgium, Perspectives démographiques 2016-2060.

Des indicateurs conjoncturels de fécondité faibles

Dans presque tous les départements du Grand Est, le nombre d’enfants par femme de 15 à 49 ans est plus bas qu’en moyenne nationale (sauf dans l’Aube en 2016). L’indicateur conjoncturel de fécondité des départements inclus dans la Grande Région ou la Conférence du Rhin supérieur se situe en 2016 entre 1,70 et 1,83, contre 1,89 en France métropolitaine. Si les tendances actuelles de ces deux ensembles se poursuivaient, le solde naturel ne serait excédentaire à l’avenir qu’en Meurthe-et-Moselle et côté alsacien.

En Wallonie, l’indicateur conjoncturel de fécondité atteindrait 1,83 en 2060, contre 1,76 en 2013, mais le solde naturel se réduirait progressivement pour devenir négatif après 2040. Celui des cantons frontaliers se situe aujourd’hui entre 1,37 (Bâle-ville) et 1,65 (Jura). Dans les cantons de la Suisse du Nord-Ouest, le solde naturel resterait quasiment nul jusque dans les années 2030, avant de devenir déficitaire. À Bâle-Campagne, les décès excéderaient les naissances dès 2020.

En Allemagne, l’hypothèse de 1,4 enfant par femme est également retenue par les offices régionaux, sauf par celui du Bade-Wurtemberg qui mesure en 2014 un indicateur conjoncturel de fécondité légèrement plus élevé et qui l’envisage à 1,5 pour les années futures. Ce serait le seul Land voisin où la population progresserait, du moins jusqu’en 2024, mais uniquement du fait des migrations. Le déficit du solde naturel se creuserait en effet dans les trois Länder allemands voisins.

En 2035, la proportion de personnes âgées de plus de 65 ans varierait entre un habitant sur cinq et un sur trois selon les régions. Elle s’établirait à 23 % en Wallonie, 27 % dans les départements lorrains, 31 % en Rhénanie-Palatinat, et avoisinerait 33 % en Sarre, mais atteindrait seulement 19 % au Luxembourg. En Rhénanie-Palatinat, l’âge médian passerait de 46 à 52 ans entre 2013 et 2060. Les octogénaires y représenteraient un habitant sur sept, contre un sur vingt en 2013. En Sarre, le vieillissement serait encore plus notable.

Dans chaque territoire de la Conférence du Rhin supérieur, un habitant sur quatre aurait plus de 65 ans en 2035 (25 % dans les départements alsaciens, 26 % en Suisse du Nord- Ouest et 27 % dans le Bade). Les migrations en direction du Bade-Wurtemberg demeureraient les plus fortes, ce qui limiterait l’âge moyen à 48 ans à l’horizon 2060, soit 3 ans de moins qu’en l’absence de migrants ; en 2014, il était de 43 ans et serait de 45 ans en 2035.

Les migrations résidentielles entre régions contribuent peu à l’augmentation de la population

La croissance démographique d’une région dépend également de son attractivité sur les populations et des migrations résidentielles. Dans le Grand Est, le solde migratoire avec le reste de la France est négatif en 2015 et celui avec l’étranger est faiblement positif. De manière générale, en matière de migrations interrégionale ou internationale, la région est peu attractive ; jusqu’en 2040, le solde migratoire serait moins élevé que dans les régions frontalières et après cette date, il n’arriverait pas à compenser le solde naturel devenu négatif. La population du Grand Est serait la seule à baisser entre 2040 et 2050. Dans les Länder frontaliers allemands, les échanges sont beaucoup plus importants avec l’étranger qu’avec le reste du pays. Dans la Sarre, le solde est de + 41 400 en 2015, sept fois plus qu’avec le reste de l’Allemagne. En Rhénanie-Palatinat, le solde migratoire avec les autres Länder est négatif depuis plusieurs années tandis que celui avec l’étranger est positif. En Wallonie, les arrivées dépassent largement les départs depuis les années 2000 : + 4 500 avec le reste de la Belgique en 2015, et le double avec l’étranger. Le solde des migrations externes devrait néanmoins diminuer à l’avenir et celui des migrations internes rester stable. La région wallonne, où la part d’étrangers s’élève à 10 %, accueillerait deux fois moins d’immigrés que la région flamande (environ 30 000 par an, contre 60 000) et également moins que Bruxelles-capitale (45 000 migrants attendus par an).

Les échanges migratoires resteraient contrastés à l’échelle de la Grande Région, avec un solde entrées-sorties négatif ou nul du côté français et dans la Sarre, tandis qu’il serait positif en Wallonie, en Rhénanie-Palatinat et au Luxembourg. Ce solde migratoire contribuerait ainsi pour une part très importante à l’accroissement de la population en Wallonie et au Luxembourg, alors qu’il parviendrait à peine à freiner la décroissance en Rhénanie-Palatinat. Du côté français, le solde migratoire négatif annulerait d’ici 2036 les effets de l’excédent naturel en Meurthe-et-Moselle, et aggraverait le déclin démographique de la Meuse. Ailleurs, le solde des entrées et sorties resterait nul et les migrations résidentielles n'affecteraient pas une évolution démographique atone ou déclinante.

Dans le Rhin Supérieur, la partie alsacienne aurait un solde naturel positif et un solde migratoire faible, tandis que la partie allemande et suisse connaîtrait une attractivité résidentielle plus importante. En Suisse du Nord-Ouest, le solde migratoire intercan- tonal est positif de 2010 à 2014 dans les cantons de Bâle-Campagne, Soleure, Argovie et Jura, contrairement à Bâle-Ville. Cette situation devrait perdurer jusqu’en 2045, sauf pour le Jura. En 2016, la proportion d’étrangers est comprise entre 15 % dans le Jura et 36 % à Bâle-Ville (25 % en Suisse). Dans le Bade-Wurtemberg, la situation varie fortement d’une année sur l’autre, mais s’avère largement excédentaire en 2015 (+ 170 000 avec l’étranger et + 1 300 avec les autres Länder). Le pays de Bade compte actuellement 13 % d’étrangers, soit 3 points de plus qu’au niveau national.

Les espaces de coopération transfrontalière traversés par une écharpe de déprise démographique

À une échelle géographique fine (figure 2), « l’écharpe » de déprise démographique du Grand Est qui couvre Charleville-Mézières, Bar-le-Duc, Chaumont, Remiremont, Saint-Dié, Sarrebourg, Sarreguemines se prolonge au-delà de la Sarre jusqu’au nord de Coblence. Ce déclin, souvent associé à des territoires peu denses, crée un cloisonnement entre le nord-ouest de la Grande Région et le Rhin supérieur, peu propice à la diffusion de la croissance. Les deux espaces de coopération transfrontalière apparaissent ainsi séparés, bien que le sud de la Rhénanie-Palatinat soit commun aux deux espaces.

Si les projections démographiques des territoires du pays de Bade proches de la frontière ne tranchent pas avec celles du Bade-Wurtemberg, il en est autrement du côté français où la croissance démographique serait plus importante qu’au niveau régional : il y aurait en effet une croissance moyenne annuelle autour de 0,5 % en plaine d’Alsace, contre + 0,1 % entre 2015 et 2035 dans le Grand Est. De l’autre côté des Vosges, l’évolution serait en revanche négative, sauf à proximité du Luxembourg. Quant à la bande frontalière wallonne, elle aurait une croissance légèrement supérieure au reste de la région.

La bande des 25 kilomètres de l’espace transfrontalier de proximité apparaîtrait comme une zone de pressions démographiques, à l’exception de la rupture de Sarrebruck. Si ce dynamisme à proximité de la frontière est source d’opportunités, il pourrait aussi emporter des risques compte-tenu de possibles tensions, sur le prix de l’immobilier, sur les ressources en main-d’oeuvre, sur les qualifications.

Encadré

Les projections de populations ne sont pas des prévisions de la population totale ou de sa structure dans le futur. Elles aident à comprendre comment une population se développerait si les tendances passées se poursuivaient, sans anticiper de ruptures démographiques ou économiques. Les hypothèses retenues dans les modèles démographiques tiennent compte des dernières évolutions observées en matière de fécondité, d’espérance de vie et de migrations. Elles nécessitent donc régulièrement des ajustements et incluent plusieurs scénarios et variantes. Ainsi en France, l’hypothèse relative au solde migratoire a été revue à la baisse en 2017 (passant de 100 000 à 70 000 individus par an).

Les hypothèses retenues dans les différents pays et régions

Chez nos voisins étrangers, les hypothèses portant sur le solde migratoire sont les plus fragiles. Il s'agit de la variable la plus difficile à évaluer en raison de sa forte volatilité d’une année sur l’autre, contrairement à d’autres facteurs démographiques comme la fécondité ou l’espérance de vie qui n’évoluent que lentement.

L’Allemagne a donc élaboré deux scénarios centraux en fonction de flux migratoires plus ou moins importants. Certains Länder développent leur propre modèle, comme le Bade-Wurtemberg ou la Rhénanie-Palatinat. La Sarre a adopté la variante du Bund avec le moins de flux migratoires (scénario 1).

Au Luxembourg, l’essentiel de la croissance démographique dépendra des flux migratoires, eux-mêmes dépendants de la conjoncture économique. Le scénario de référence s’arrête en 2030. Pour les années 2030 à 2060, il existe plusieurs projections en fonction de la croissance du PIB (0 %, 1,5 %, 3 %, 4,5%).

La Suisse table sur une diminution des flux migratoires en raison de l’amélioration de la situation économique des pays de l’Union européenne, ainsi que sur la baisse de la fécondité qui fait diminuer la population active à long terme.

En Belgique, le scénario retenu suppose un solde migratoire relativement important malgré une émigration belge du fait de la crise économique.

Pays/région Fécondité (nombre d’enfants par femme) Espérance de vie en 2060 (gains en années) Solde migratoire annuel
Allemagne Reste à 1,4 Hommes : 84,8 ans (+ 7)
Femmes : 88,8 ans (+ 6)
On passe de 500 000 en 2014 et 2015 à 100 000 (scénario 1) ou 200 000 (scénario 2) à partir de 2021
Rhénanie Palatinat Reste à 1,4 Hommes : 78,3 ans (+ 7)
Femmes : 82,9 ans (+ 6)
On passe de 24 000 en 2014 et 2015 à 6 000 à partir de 2021
Bade-Wurtemberg Augmente légèrement à 1,5 (1,46 en 2014) Hommes : 79,4 ans (+ 7)
Femmes : 83,9 ans (+ 6)
27 000 entre 2015 et 2060
Luxembourg Augmente légèrement à 1,71 en 2060 Hommes : 86,7 ans
Femmes : 90,7 ans
10 700 en 2020 puis 9 400 en 2030
Belgique Augmente légèrement à 1,8 - 1,9 après 2020 Hommes : 86,5 ans
Femmes : 88,5 ans
20 000 - 30 000
Suisse Augmente légèrement à 1,58 en 2040 Hommes : 86,2 ans en 2045
Femmes : 89,4 ans
60 000 entre 2015 et 2030 puis 30 000 en 2040
France Baisse de 0,04 jusqu’en 2016 puis constante jusqu’en 2050 (1,95) Hommes : 86,5 ans en 2050
Femmes : 90,3 ans
70 000

Pour en savoir plus

France

Lu V., Vuillier-Devillers F., «  Des perspectives de croissance démographique peu favorables  », Insee Analyses Grand Est n° 45, juin 2017.

Blanpain N., Buisson G., «  Projections de population à l’horizon 2070 - Deux fois plus de personnes de 75 ans ou plus qu’en 2013  », Insee Première n° 1619, novembre 2016.

Belgique

Sous la direction de Vandresse M., Perspectives démographiques 2016-2060 , Bureau fédéral du Plan (BFP) Direction générale Statistique (DGS), mars 2017.

Luxembourg

Haas T., Peltier F., « Projections macroéconomiques et démographiques de long terme: 2017-2060 », Institut national de la statistique et des études économiques (Statec), novembre 2017.

Allemagne

Pötzsch O., Dr. Rößger F., « Bevölkerung Deutschlands bis 2060 - 13. koordinierte Bevölkerungsvorausberechnung », Statistisches Bundesamt (Destatis), avril 2015.

Suisse

Kohli R., Bläuer Herrmann A., Perrenoud S., Babel J., « Les scénarios de l’évolution de la population de la Suisse 2015 - 2045 », Statistique de la Suisse, Office fédéral de la statistique, 2015.