Des transmissions de patrimoine plus fréquentes mais de montants plus faibles en France que dans les autres grands pays de la zone euro - une comparaison fondée sur les données de l’enquête européenne HFCS

Jérôme Coffinet et Michel Mouliom

Les transmissions d’actifs entre les générations, qu’il s’agisse des donations ou des héritages, affectent significativement les niveaux d’accumulation de patrimoine des ménages bénéficiaires. Ainsi, tout au long du cycle de vie, le patrimoine net médian des ménages héritiers ou donataires est supérieur à celui des ménages n’ayant bénéficié d’aucun transfert. En France, l’écart entre la médiane du patrimoine net des ménages héritiers ou donataires et celle des ménages n’ayant bénéficié d’aucun transfert est de 175 000 euros environ sur la tranche d’âge – de la personne de référence du ménage – des 50-59 ans.

Les transferts de patrimoine bénéficient à environ un quart des ménages en Allemagne, 30 % à 35 % en Espagne et en Italie, 45 % en France. La France se distingue par une plus large diffusion des transferts mais aussi par des montants transmis en moyenne plus modestes, par contraste notamment avec l’Italie. Ces spécificités peuvent s’expliquer par des particularités socio-démographiques et culturelles, ainsi que par les règles fiscales nationales.

Par ailleurs, les ménages donataires présentent un patrimoine net plus élevé que celui des autres ménages en raison des caractéristiques des donations et de leur profil. En effet, les premières donations sont perçues à un âge plus précoce que les premiers héritages : même si leur montant reste comparable à celui des héritages, elles accroissent ainsi plus rapidement le patrimoine des ménages bénéficiaires. Les personnes de référence des ménages donataires apparaissent en général plus diplômées que les personnes de référence des autres catégories de ménages, elles présentent également une plus grande propension à prendre des risques financiers et à entreprendre que les autres catégories de ménages. Ces caractéristiques sont en général associées à un revenu plus élevé. Ces faits stylisés sont particulièrement avérés, dans l’ordre des quatre pays étudiés, en Allemagne, puis en France, en Italie et en Espagne.

Insee Références
Paru le : Paru le 05/06/2018
Jérôme Coffinet et Michel Mouliom
Les revenus et le patrimoine des ménages - juin 2018
Consulter