Saison d’hiver 2016-2017 : fréquentation touristique en hausse, malgré une saison de ski décevante

Isabelle Pertile, Insee

En Occitanie, la fréquentation des hébergements touristiques augmente de 4,9 % durant la saison d’hiver 2016-2017 par rapport à la saison d’hiver précédente. Hôtels et autres hébergements collectifs touristiques contribuent de façon équitable à la croissance du nombre des nuitées. Le massif pyrénéen connaît une saison difficile.

Durant la saison d’hiver de novembre 2016 à avril 2017, les touristes, résidents et non-résidents, réalisent au total 9 millions de nuitées dans les hôtels et les autres hébergements collectifs touristiques (AHCT) (résidences de tourisme, villages de vacances…) de la région Occitanie, en hausse de 4,9 % par rapport à la saison précédente. En France métropolitaine, la croissance de la fréquentation est légèrement supérieure.

Figure 1Moins d’une nuitée sur cinq dans la montagne pyrénéenneRépartition des nuitées dans les espaces touristiques d’Occitanie durant la saison d’hiver 2016-2017 (novembre à avril)

Moins d’une nuitée sur cinq dans la montagne pyrénéenne
Nuitées hiver 2016-2017
(nombre) (%)
Littoral 1 276 170 14
Urbain 4 326 293 48
Rural hors Pyrénées et Massif central 496 358 6
Massif central 650 646 7
Massif pyrénéen non ski 143 362 2
Massif pyrénéen ski 1 430 802 16
Piémont pyrénéen hors Lourdes 167 351 2
Lourdes 480 521 5
Total 8 971 503 100
  • Source : Insee - DGE - CRT Occitanie, enquête mensuelle de fréquentation dans l’hôtellerie et les autres hébergements collectifs touristiques (AHCT)

Figure 1Moins d’une nuitée sur cinq dans la montagne pyrénéenneRépartition des nuitées dans les espaces touristiques d’Occitanie durant la saison d’hiver 2016-2017 (novembre à avril)

Une saison de ski difficile

La montagne pyrénéenne représente près d’une nuitée sur cinq durant la saison d’hiver en Occitanie (figure 1). La saison 2016-2017 y est en retrait, avec une baisse des nuitées de 3,7 % par rapport à la saison d’hiver précédente (figure 2). Le début de saison est marqué par un déficit d’enneigement sur l’ensemble du massif qui dure jusqu’à la mi-janvier et pénalise les stations de sports d’hiver. Les chutes de neige qui suivent entraînent un bilan très positif lors des vacances de février mais ne suffisent pas à inverser la tendance sur la saison pour les stations de ski : la fréquentation y est en baisse de 4,6 %, elle diminue également dans le massif pyrénéen hors stations. Les nuitées progressent toutefois dans le piémont (hors Lourdes), mais cet espace représente seulement 10 % des nuitées totales de la montagne pyrénéenne. Le recul du nombre de nuitées dans les Pyrénées est particulièrement sensible dans les hébergements collectifs de tourisme tels que résidences de tourisme, villages de vacances... (- 4,8 %), il l’est un peu moins dans l’hôtellerie.

À Lourdes, la fréquentation est quasiment stable durant l’hiver 2016-2017 après la forte progression de l’année précédente (+ 13,6 %). La présence de touristes venant de l’étranger ne parvient pas à compenser la désaffection de la clientèle résidant en France. Sur la saison, les touristes privilégient à Lourdes les autres hébergements touristiques collectifs au détriment des hôtels.

Figure 2Une saison de ski en retraitNuitées par espace touristique durant la saison d’hiver 2016-2017 (novembre à avril) en Occitanie

Une saison de ski en retrait
Nombre de nuitées totales Évolution par rapport à la saison précédente (%) Part de nuitées de touristes non-résidents (%)
Montagne pyrénéenne 1 741 515 - 3,7 7,6
Massif pyrénéen non ski 143 362 - 6,6 5,9
Massif pyrénéen ski 1 430 802 - 4,6 7,4
Piémont pyrénéen hors Lourdes 167 351 + 7,5 10,3
Rural hors Pyrénées et Massif central 496 358 + 1,9 8,9
Massif central 650 646 + 1,4 8,1
Urbain 4 326 293 + 6,9 21,0
Urbain hors métropoles 1 862 285 + 6,1 17,1
Toulouse métropole 1 644 380 + 8,1 27,3
Montpellier Méditerranée métropole 819 628 + 6,1 16,9
Littoral 1 276 170 + 17,3 11,2
Lourdes 480 521 - 0,3 47,7
Occitanie 8 971 503 + 4,9 16,8
  • Source : Insee - DGE - CRT Occitanie, enquête mensuelle de fréquentation dans l’hôtellerie et les autres hébergements collectifs touristiques (AHCT)

L’urbain, toujours porteur

Dans l’urbain, qui représente 48 % des nuitées de la saison hivernale en Occitanie, la fréquentation touristique est en forte augmentation par rapport à la saison d’hiver précédente (+ 6,9 %). L’engouement concerne aussi bien les métropoles de Toulouse et de Montpellier que l’urbain hors métropoles. Cette hausse est imputable à la fois à la clientèle en provenance de l’étranger et à celle résidant en France. Elle profite aux autres hébergements collectifs touristiques (+ 9,6 %) et dans une moindre mesure aux hôtels (+ 5,9 %).

Le littoral booste la fréquentation régionale

C’est sur le littoral méditerranéen que la saison d’hiver 2016-2017 est la plus favorable, avec une progression de 17,3 % du nombre de nuitées. Mais ce territoire ne regroupe que 14 % de la fréquentation hivernale dans la région Occitanie. La hausse est portée principalement par la clientèle résidant en France, même si la part des touristes venus de l’étranger augmente (+ 2,1 points). L’hôtellerie comme les autres hébergements collectifs touristiques bénéficient de ce dynamisme.

Dans l’espace rural, lui aussi peu fréquenté durant cette période (seulement 6 % des nuitées hivernales en Occitanie), le nombre de nuitées progresse un peu grâce à la clientèle résidant en France. Les nuitées des touristes non-résidents sont en repli. Dans le Massif central, qui représente 7 % des nuitées de la saison, la fréquentation touristique augmente faiblement.

Pour comprendre

Dans le cadre de cette étude, des espaces touristiques ont été constitués, basés sur des espaces cohérents tout en reflétant les spécificités propres à la région. Ils comprennent le littoral, la partie sud du Massif central*, le Massif pyrénéen (massif ski, non ski et piémont hors Lourdes) qui s’étend en Occitanie des Hautes-Pyrénées aux Pyrénées-Orientales, des deux métropoles (au sens EPCI) de Toulouse et de Montpellier**, de l’urbain hors métropoles qui regroupe les communes appartenant à des unités urbaines de 10 000 habitants ou plus. Enfin, le rural est défini en creux comme tous les territoires n’appartenant pas aux zones précédemment citées.

* Le Massif central a été délimité conformément à la loi Montagne, le Massif pyrénéen conformément à la définition retenue par la confédération pyrénéenne du tourisme.

** Dans cette étude, trois communes de la métropole montpelliéraine sont classées dans l’espace « littoral » : Villeneuve-lès-Maguelone, Lattes et Pérols.

Définitions

Nuitées : nombre total de nuits passées par chaque arrivant dans un établissement ; ainsi, pour un couple séjournant trois nuits consécutives dans un hôtel, on comptera six nuitées, comme pour six personnes ne séjournant qu’une seule nuit.

La clientèle peut être soit résidente (lieu d’habitation habituelle localisé en France), soit non-résidente.

Pour en savoir plus