L’espérance de vie par niveau de vie - Méthode et principaux résultats

Nathalie Blanpain

En France, les écarts d’espérance de vie selon la catégorie sociale sont analysés de longue date, et plus écemment, l’analyse a été aussi menée par niveau de diplôme (Insee première n°1584). En revanche, faute de données disponibles, rares sont les études s’intéressant à l’espérance de vie par niveau de vie. Une telle étude nécessite la disponibilité de données à la fois sur l’âge au décès, les revenus disponibles et la composition du ménage. Il est désormais possible de réaliser une telle étude en population générale en France grâce à l’ajout des données sociofiscales dans l’échantillon démographique Permanent (EDP).

Il s’agira notamment de connaître la forme de la courbe de l’espérance de vie selon le niveau de vie pour les hommes et les femmes. L’espérance de vie augmente-t-elle de manière linéaire avec le niveau de vie ? Y-at- il une limite au-dessus de laquelle un revenu supplémentaire n’est pas associé à un gain d’espérance de vie ? Le niveau de vie joue-t-il de la même manière sur l’espérance de vie des femmes et celles des hommes ?

Plus on est aisé, plus l’espérance de vie est élevée. Ainsi, sur la période 2012-2016, parmi les 5 % les plus aisés, l’espérance de vie à la naissance des hommes est de 84,4 ans, contre 71,7 ans parmi les 5 % les plus modestes, soit 13 ans d’écart. Chez les femmes, cet écart est plus faible : 8 ans séparent les plus aisées des plus modestes. Aux alentours d’un niveau de vie de 1 000 euros par mois, 100 euros supplémentaires sont associés à 0,9 an en plus d’espérance de vie chez les hommes et 0,7 an chez les femmes, tandis que l’écart n’est plus que de 0,3 an et 0,2 an aux alentours d’un niveau de vie de 2 000 euros par mois.

En France, les femmes ont une espérance de vie plus élevée que les hommes (6 ans en moyenne sur la période 2012-2016). Elles vivent aussi en général plus longtemps que les hommes les plus aisés : les femmes dont le niveau de vie se situe parmi les 70 % de personnes les plus aisées ont une espérance de vie plus longue que les hommes parmi les 5 % les plus aisés. Enfin, avec ou sans diplôme, plus on est aisé, plus l’espérance de vie augmente.

Documents de travail
No F1801
Paru le : 06/02/2018