Un petit boulot pour plus d'un étudiant breton sur dix

Muriel Cazenave, Insee

En 2014, 11 % des 121 700 étudiants bretons exercent un emploi sans lien direct avec leurs études. Cette proportion augmente avec l’âge et l’éloignement du lieu d’habitation. Les métiers de serveurs et de caissiers, souvent compatibles avec les emplois du temps des étudiants, sont les plus fréquents.

En 2014, la Bretagne compte 121 700 étudiants au sens du recensement. Il s’agit de titulaires du baccalauréat, inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur âgés de 16 à 29 ans (figure 1). Parmi ceux-ci, 71 % sont exclusivement étudiants, 24,5 % occupent un emploi et 4,5 % déclarent en chercher un. Parmi les 29 300 étudiants travaillant, plus de la moitié (15 600) exercent un emploi faisant partie intégrante de leur cursus de formation. Ce sont des apprentis, des stagiaires rémunérés, des internes, des étudiants enseignants de l’enseignement supérieur, des chercheurs, mais aussi, par exemple, des élèves de l’École de Saint-Cyr Coëtquidan ou de l’École Navale de Brest. Les 13 700 étudiants restants exercent, de leur propre chef, une activité rémunérée sans lien direct avec leurs études (jobs d’étudiants, petits boulots…) 1 .

1 Ces situations s’entendent hors emplois saisonniers et en particulier hors jobs d'été, non appréhendés dans le recensement de la population (méthodologie).

Figure 1 – Les femmes exercent plus souvent un emploi en dehors de leur cursus de formationRépartition des étudiants selon leur sexe et leur mode de cohabitation

Les femmes exercent plus souvent un emploi en dehors de leur cursus de formation
Étudiants Étudiants en emploi dont emploi hors cursus
Nombre Nombre %
Ensemble 121 701 29 330 13 735 11,3
sexe
Hommes 57 958 14 613 5 984 10,3
Femmes 63 743 14 717 7 751 12,2
Mode de cohabitation
Chez ses parents 44 508 8 672 4 213 9,5
Seul 37 391 8 936 4 022 10,8
En couple, en famille 12 724 5 884 2 753 21,6
En colocation 18 358 3 643 2 071 11,3
En foyer étudiant 8 720 2 195 676 7,8
  • Source : Insee, recensement de la population 2014

Plus d’un étudiant sur dix a un emploi sans rapport avec ses études

Ces 13 700 jeunes exerçant un emploi en dehors du cadre de leurs études représentent 11,3 % de l’effectif total des étudiants bretons. Cette proportion est la même qu’au niveau national. Elle est cependant légèrement supérieure à celle des régions de province (10,5 %), en raison de la proportion plus élevée enregistrée en Île-de-France (13,0 %). Par rapport à 2009, cette part a reculé alors que celle des étudiants déclarant rechercher un emploi a augmenté. Ce constat est un signe vraisemblable qu’à l’instar de l’ensemble des actifs les étudiants ont également été touchés par la crise. Regroupant plus de la moitié des étudiants bretons, l’Ille-et-Vilaine est le département de la région le plus concerné par le cumul emploi-études (12,5 %). Au contraire, le cumul est moins fréquent parmi les 30 000 étudiants finistériens (9,5 %).

Le cumul emploi-études croît avec l’âge

Alors que les jeunes âgés de moins de 20 ans sont 6 % à travailler pendant leurs études, cette part atteint 12 % entre 20 et 24 ans et même 24 % au-delà de 24 ans (figure 2 et figure 3). En effet, la recherche d’un emploi est pour partie à relier aux enjeux d’indépendance financière et, corrélativement, au mode de cohabitation des étudiants. Ainsi, alors que 22 % des étudiants vivant en couple travaillent, ils sont 11 % parmi ceux vivant seuls et 9,5 % parmi ceux habitant chez leurs parents. Concernant ces situations de cumuls emploi-études, les jeunes femmes travaillent plus fréquemment (12,2 %) que les jeunes hommes (10,3 %) car elles suivent des études plus longues et sont plus souvent en couple que leurs homologues masculins. Les jeunes femmes constituent la majorité (56 %) des étudiants exerçant un emploi en Bretagne. C’est plus que leur poids dans l’ensemble de la population étudiante (52 %).

Figure 2 – Près de la moitié des étudiants bretons exerçant un emploi sont âgés de 20 à 22 ansRépartition des étudiants en emploi selon l’âge en Bretagne (en nombre)

Près de la moitié des étudiants bretons exerçant un emploi sont âgés de 20 à 22 ans
Emploi en rapport avec les études Emploi hors cursus
16/17 154 71
18 911 840
19 1 332 1 798
20 2 057 2 215
21 2 422 2 045
22 2 476 1 892
23 1 862 1 126
24 1 324 949
25 1 076 824
26 750 573
27 654 460
28 367 520
29 211 421
Ensemble 15 595 13 735
  • Source : Insee, recensement de la population 2014

Figure 2 – Près de la moitié des étudiants bretons exerçant un emploi sont âgés de 20 à 22 ansRépartition des étudiants en emploi selon l’âge en Bretagne (en nombre)

Figure 3 – La part des étudiants en emploi augmente avec l’âgePart des étudiants en emploi selon l’âge en Bretagne (en %)

La part des étudiants en emploi augmente avec l’âge
Emploi en rapport avec les études Emploi hors cursus Part des étudiants en emploi Part des étudiants en emploi hors cursus
16/17 154 71 5,9 1,8
18 911 840 9,9 4,8
19 1 332 1 798 14,4 8,3
20 2 057 2 215 20,9 10,9
21 2 422 2 045 26,4 12,1
22 2 476 1 892 31,9 13,8
23 1 862 1 126 33,4 12,6
24 1 324 949 40,2 16,8
25 1 076 824 52,2 22,6
26 750 573 54,4 23,5
27 654 460 58,2 24,0
28 367 520 56,6 33,2
29 211 421 59,3 39,5
Ensemble 15 595 13 735 24,6 11,5
  • Source : Insee, recensement de la population 2014

Figure 3 – La part des étudiants en emploi augmente avec l’âgePart des étudiants en emploi selon l’âge en Bretagne (en %)

Les étudiants résidant loin de leur lieu d’études sont plus souvent en emploi

L’éloignement entre lieux de formation et de résidence apparaît comme un autre facteur jouant sur le cumul emploi-études. Ainsi les étudiants résidant en dehors de l’unité urbaine (définitions) où ils étudient, travaillent plus fréquemment que ceux habitant et étudiant dans la même unité urbaine (13 % contre 10,4 %).

Parmi l’ensemble des 13 700 étudiants exerçant un emploi en dehors de leur cursus, moins de la moitié (6 400) vit, étudie et travaille dans la même unité urbaine. Pour aller travailler, ces 13 700 étudiants sollicitent plus souvent les transports en commun que l’ensemble des actifs (22,3 % contre 15,1 %) et, pour ceux disposant d’un véhicule, utilisent moins fréquemment leur voiture (58,2 % contre 69,9 %).

Des métiers aux horaires compatibles avec les études

Salariés pour la quasi-totalité, plus de la moitié des jeunes cumulant études et emploi hors cursus sont en contrat à durée déterminée. La recherche d’horaires compatibles avec les heures de cours implique une large préférence pour les emplois à temps partiels (62 %). Par ailleurs, en formation, ces jeunes exercent souvent des métiers peu qualifiés. On les retrouve ainsi dans le commerce, dans lequel ils travaillent comme serveurs et caissiers de magasin, dans l’éducation et le secteur de l’enfance – ils sont alors aides-éducateurs scolaires, animateurs socioculturels, garde d’enfants –, ou dans les services à la personne (figure 4). Les deux métiers les plus fréquents, serveurs et caissiers, représentent respectivement 10 % et 9 % des effectifs des étudiants cumulant études et emplois, hors cursus de formation, et se déclarant à titre principal comme étudiants.

Figure 4 – Serveurs et caissiers : emplois hors cursus les plus fréquentsPart des professions les plus fréquentes (en %)

Serveurs et caissiers : emplois hors cursus les plus fréquents
Serveurs bar, brasserie, café restaurant 10,39
Caissiers de magasin 9,52
Assistantes maternelles, gardes enfants 5,46
Animateurs socioculturels et de loisirs 3,81
Surveillants, aides-éducateurs scolaires 3,77
Vendeurs en habillement, articles sport 2,95
Vendeurs en alimentation 2,57
Ouvriers emballage expédition non qualifiés 2,56
Aides à domicile, aides ménagères 2,40
Aides de cuisine, employés polyvalents de restauration 2,21
  • Champ : personnes de 16 à 29 ans se déclarant à titre principal étudiants ou élèves et qui exercent par ailleurs un emploi en Bretagne en 2014
  • Source : Insee, recensement de la population 2014

Figure 4 – Serveurs et caissiers : emplois hors cursus les plus fréquentsPart des professions les plus fréquentes (en %)

Pour comprendre

Méthodologie

Depuis 2004, une question a été introduite sur le bulletin individuel du recensement de la population afin de mieux couvrir les situations mixtes en matière d'activité et d'inactivité (lesquelles tendent à se multiplier), et de se rapprocher des normes du Bureau International du Travail (BIT). Cette question « Travaillez-vous actuellement ? (y compris en emploi occasionnel ou de très courte durée) » permet de réintégrer dans l'emploi les personnes dont la situation principale est d'être élève ou étudiant, retraité ou préretraité, ou encore femme ou homme au foyer.

Réalisé en janvier et février de chaque année, le recensement ne permet pas de prendre en compte les emplois saisonniers ou temporaires effectués de manière intermittente au cours de l'année, en particulier les « jobs d'été » particulièrement nombreux parmi les étudiants.

Définitions

La notion d'unité urbaine repose sur la continuité du bâti et le nombre d'habitants. On appelle unité urbaine une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) qui compte au moins 2 000 habitants.

Pour en savoir plus

Deux étudiants du supérieur sur dix ont un emploi, le premier en lien avec ses études et l'autre pas / Élise Coudin et Chloé Tavan – Dans : Insee Première n° 1204 (2008, juillet) - 4 p.

« L'impact du travail salarié des étudiants sur la réussite et la poursuite des études universitaires - » Dans : Économie et statistique n° 422 (2009)

« L’activité rémunérée des étudiants - » Dans : Observatoire national de la vie étudiante (2015, avril)

Les quatre saisons de l'emploi, une partition pour étudiants / Magali Beffy et Élise Coudin – Dans : Insee Première n° 1119 (2007, janvier) – 4 p.