Croissance de l’entreprise et risque de trésorerie : étude sur données d’exportations

Paul BEAUMONT

Les contraintes de liquidités représentent-elles pour les entreprises un obstacle à l’entrée dans de nouveaux marchés ? Cette hypothèse est testée sur un échantillon de PME exportatrices françaises en utilisant une réforme inscrite dans la Loi de Modernisation de l’Economie (LME) de 2009 limitant les délais de paiement interentreprises à 60 jours. L’analyse empirique utilise la granularité des données de commerce international pour introduire des effets fixes marché à un niveau fin afin de contrôler pour des chocs simultanés à la réforme. L’effet de la réforme sur la variation des délais de paiement est isolé en utilisant comme instrument une mesure d’exposition à la limite des 60 jours. Les résultats suggèrent un effet causal des conditions de financement des besoins de fonds de roulement sur l’expansion à l’international: une baisse des délais de paiement de 10 jours supplémentaires conduit à une augmentation de la trésorerie de 1,4 point de pourcentage et une hausse de la probabilité d’entrer dans un nouveau marché de 0,4 point de pourcentage. Par contraste, aucun effet sur l’évolution du volume des exportations ou sur la probabilité de sortie d’un marché ne peut être mis en évidence. (document en anglais).

Documents de travail N° G2017/10
No G2017/10
Paru le : 14/12/2017