Une reprise sans effet sur les demandeurs d’emploiNote de conjoncture régionale - 1er trimestre 2017

Auteur : Déborah Caruso, Insee

Au 1er trimestre 2017, en Corse, l'emploi salarié marchand rebondit (+ 1,3 %). Pour la première fois depuis quatre ans, l’emploi dans la construction bénéficie de nombreuses mises en chantier et se réoriente à la hausse (+ 1,6 %). Les indicateurs sont également au vert dans les services marchands hors intérim (+ 1,6 %) et le commerce (+ 1,3 %). Seule l’industrie enregistre un léger repli (- 0,6 %).

Ce trimestre, le taux de chômage diminue pour atteindre 10,3 % de la population active dans la région mais reste supérieur d’un point à la moyenne française. Il situe toujours la Corse au 4e rang des régions où le chômage est le plus élevé de métropole. Ce taux demeure plus important en Haute-Corse mais l'écart avec la Corse-du-Sud se réduit.

Fin mars, la Corse compte 22 350 demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi. Ce nombre progresse légèrement sur le trimestre (+ 0,5 %) comme sur l’année (+ 0,3 %). Le nombre de chômeurs de longue durée baisse à nouveau alors que les plus de 50 ans continuent d’enregistrer la plus forte hausse des inscriptions.

Par ailleurs, les créations d’entreprises hors micro-entrepreneurs et les défaillances d’entreprises restent atones ce trimestre.

Enfin, le transport de fret augmente grâce au roll et au ciment. Le transport aérien stimule le trafic de passagers qui progresse sur un an. Parallèlement, la fréquentation des hôtels croît par rapport au 1er trimestre 2016, en particulier au mois de janvier. Cette hausse est plus importante pour les touristes français que pour les étrangers.

Insee Conjoncture Corse
No 16
Paru le : 07/07/2017

L’emploi régional repart à la hausse

Au 1er trimestre 2017, l’emploi salarié dans les secteurs principalement marchands hors agriculture, particuliers employeurs et intérimaires progresse de 1,3 % par rapport au 4e trimestre 2016 avec 852 emplois créés. L’évolution est plus élevée en région qu’au niveau national (+ 0,4 %). Au niveau départemental, l’emploi croît moins fortement en Corse-du-Sud (+ 1,1 %) qu’en Haute-Corse (+ 1,5 %) (figure 1). Sur un an, la hausse est plus importante en Corse (+ 2,4 %) qu’en France métropolitaine (+ 0,9 %).

Figure 1 – Évolution de l'emploi salarié marchand

Indice base 100 au 1er trimestre 2015
Évolution de l'emploi salarié marchand
France métropolitaine Corse-du-Sud Haute-Corse Corse
T1 2005 100,0 100,0 100,0 100,0
T2 2005 100,1 99,5 99,6 99,6
T3 2005 100,1 100,5 100,9 100,7
T4 2005 100,2 102,6 102,7 102,7
T1 2006 100,3 103,2 102,6 102,9
T2 2006 100,6 103,7 103,0 103,3
T3 2006 101,0 104,4 103,9 104,1
T4 2006 101,2 106,0 105,3 105,7
T1 2007 101,6 107,6 106,6 107,1
T2 2007 102,0 108,5 106,8 107,6
T3 2007 102,5 108,8 107,1 107,9
T4 2007 102,8 109,1 107,9 108,5
T1 2008 102,9 111,1 109,0 110,1
T2 2008 102,7 111,5 108,2 109,9
T3 2008 102,7 112,0 107,8 109,9
T4 2008 102,4 113,2 109,0 111,1
T1 2009 101,9 113,4 110,1 111,7
T2 2009 101,2 113,3 110,4 111,9
T3 2009 100,8 113,4 110,2 111,8
T4 2009 100,7 114,1 110,5 112,3
T1 2010 100,5 115,7 112,1 113,9
T2 2010 100,3 116,4 113,2 114,8
T3 2010 100,5 116,1 112,2 114,1
T4 2010 100,5 116,9 112,9 114,9
T1 2011 100,7 118,1 112,9 115,5
T2 2011 100,9 119,8 113,9 116,9
T3 2011 100,9 118,6 114,2 116,4
T4 2011 101,0 118,9 113,8 116,4
T1 2012 101,1 119,5 114,9 117,2
T2 2012 101,1 120,3 114,0 117,2
T3 2012 101,1 119,6 114,3 116,9
T4 2012 100,9 120,1 114,6 117,3
T1 2013 100,8 120,0 114,1 117,1
T2 2013 100,5 120,4 113,8 117,1
T3 2013 100,6 120,5 113,4 116,9
T4 2013 100,7 120,9 114,3 117,6
T1 2014 100,6 121,3 114,3 117,8
T2 2014 100,6 121,7 114,5 118,1
T3 2014 100,4 120,7 114,4 117,6
T4 2014 100,5 120,7 114,5 117,6
T1 2015 100,4 120,8 114,8 117,8
T2 2015 100,5 120,5 115,3 117,9
T3 2015 100,5 122,2 115,6 118,9
T4 2015 100,8 122,1 115,6 118,9
T1 2016 101,1 122,8 116,1 119,4
T2 2016 101,3 123,7 117,5 120,6
T3 2016 101,5 125,7 118,5 122,1
T4 2016 101,6 123,2 118,2 120,7
T1 2017 102,0 124,6 120,0 122,3
  • Source : Insee, Estimations d'emploi

Figure 1 – Évolution de l'emploi salarié marchand

Pour la première fois depuis quatre ans, en écho à de nombreuses mises en chantier dans la région, l’emploi dans la construction se réoriente à la hausse (+ 1,6 %) ce trimestre (figure 2). Cette tendance prend davantage d’ampleur en Haute-Corse (+ 2,2 %) qu’en Corse-du-Sud (+1,0 %).

L’emploi régional augmente également dans les services marchands hors intérim (+ 1,6 %). Le secteur est porté par l’hébergement et la restauration (+ 4 %) favorisés par un tourisme hors saison qui bénéficie aux deux départements. L’emploi dans le commerce augmente de 1,3 %, équitablement entre ces deux territoires. Seule l’industrie enregistre un léger repli ce trimestre (- 0,6 %) en région. En Haute-Corse (- 1,0 %), le secteur agroalimentaire explique cette baisse (- 1,5 %). En Corse-du-Sud, c’est le secteur industrie extractive, énergie, eau, gestion de déchets qui contracte ses emplois (- 1,6 %).

Figure 2 – Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Corse

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Corse
Construction Industrie Tertiaire marchand hors intérim dont Commerce
T1 2005 100 100 100 100
T2 2005 100,68 100,62 98,84 99,77
T3 2005 102,78 101,84 99,83 100,53
T4 2005 105,57 101,26 102,58 101,61
T1 2006 107,6 100,75 102,79 101,11
T2 2006 108 100,37 103,33 101,64
T3 2006 110,33 100,43 104,23 101,58
T4 2006 112,25 100,42 106,43 102,35
T1 2007 113,65 101,49 108,64 102,65
T2 2007 114,35 101,22 109,32 103,05
T3 2007 116,19 101,53 108,76 103,82
T4 2007 117,31 103,04 109,4 103,65
T1 2008 119,47 104,27 111,24 104,48
T2 2008 122,23 104,63 110,41 103,52
T3 2008 122,48 106,23 109,62 104,07
T4 2008 123,92 107,07 110,88 105,07
T1 2009 124,54 108,15 112,04 104,79
T2 2009 125,32 108,24 112,02 104,84
T3 2009 125,4 108,29 111,74 104,89
T4 2009 125,41 109,89 112,16 105,51
T1 2010 126,05 110,14 114,34 107,31
T2 2010 124,82 110,56 116,23 107,85
T3 2010 125,88 111,1 115,08 106,53
T4 2010 126,91 111,04 116,45 106,47
T1 2011 127,34 113,02 116,95 106,79
T2 2011 128,46 114,63 118,52 107,89
T3 2011 128,54 114,8 117,54 107,78
T4 2011 128,56 115,36 117,27 107,8
T1 2012 130,03 115,9 118,24 107,99
T2 2012 130,22 116,39 118,13 107,92
T3 2012 129,33 115,58 117,7 108,61
T4 2012 129,71 114,97 118,25 109,12
T1 2013 128,11 115,37 118,65 108,38
T2 2013 127,72 116,01 118,65 108,27
T3 2013 127,8 116,37 117,97 108,78
T4 2013 126,26 116,6 119,71 109,16
T1 2014 125,89 117,23 119,88 109,61
T2 2014 124,71 116,36 120,61 110,38
T3 2014 122,15 116,38 120,53 110,13
T4 2014 121,02 116,59 120,78 110,39
T1 2015 120,09 116,75 120,91 111,49
T2 2015 118,92 116,76 121,01 112,32
T3 2015 118,03 116,81 123,3 112,56
T4 2015 116,72 116 123,84 112,79
T1 2016 115,86 116,05 124,98 113,28
T2 2016 115,68 117,1 126,97 114,04
T3 2016 115,58 118,48 129,35 114,9
T4 2016 115,58 118,15 126,48 114,97
T1 2017 117,44 117,43 128,49 116,44
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Source : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 2 – Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Corse

Recul du taux de chômage

Au sens du BIT, le taux de chômage insulaire continue sa baisse. Au 1er trimestre 2017, il s’établit à 10,3 % de la population active, perdant ainsi 0,7 point sur un an (figure 3). Il demeure toutefois supérieur d’un point au taux de la France métropolitaine. La Corse enregistre toujours le 4e taux de chômage le plus élevé des treize régions métropolitaines.

En Haute-Corse, le taux de chômage (10,7 %) diminue mais reste plus élevé qu'en Corse-du-Sud (9,8 %) où il se stabilise.

Figure 3 – Taux de chômage

%
Taux de chômage
France métropolitaine Corse Corse-du-Sud Haute-Corse
T1 2005 8,3 8,9 8,4 9,4
T2 2005 8,4 9,4 8,8 10,0
T3 2005 8,6 9,3 8,6 9,9
T4 2005 8,7 9,2 8,5 10,0
T1 2006 8,7 9,2 8,3 10,1
T2 2006 8,6 9,2 8,3 10,1
T3 2006 8,5 9,2 8,3 10,0
T4 2006 8,0 8,9 8,0 9,6
T1 2007 8,1 8,8 8,0 9,6
T2 2007 7,8 8,5 7,7 9,3
T3 2007 7,6 8,2 7,4 9,1
T4 2007 7,1 7,9 7,2 8,6
T1 2008 6,8 7,6 7,0 8,2
T2 2008 7,0 7,6 7,0 8,2
T3 2008 7,1 7,6 7,0 8,3
T4 2008 7,4 7,7 7,1 8,3
T1 2009 8,2 7,9 7,4 8,5
T2 2009 8,8 8,2 7,6 8,8
T3 2009 8,8 8,4 7,9 8,9
T4 2009 9,1 8,8 8,4 9,3
T1 2010 9,0 8,8 8,3 9,3
T2 2010 8,9 8,8 8,3 9,3
T3 2010 8,8 8,9 8,3 9,5
T4 2010 8,8 9,0 8,5 9,6
T1 2011 8,8 9,1 8,6 9,7
T2 2011 8,7 9,0 8,5 9,6
T3 2011 8,8 9,2 8,6 9,8
T4 2011 9,0 9,3 8,7 9,9
T1 2012 9,1 9,3 8,7 9,9
T2 2012 9,3 9,5 9,0 10,0
T3 2012 9,4 9,5 9,0 10,0
T4 2012 9,7 9,9 9,4 10,4
T1 2013 9,9 10,1 9,5 10,7
T2 2013 10,1 10,3 9,7 10,9
T3 2013 9,9 10,3 9,6 11,0
T4 2013 9,7 10,2 9,5 11,0
T1 2014 9,8 10,2 9,5 11,0
T2 2014 9,8 10,4 9,6 11,3
T3 2014 10,0 10,8 9,9 11,6
T4 2014 10,1 11,1 10,1 12,0
T1 2015 10,0 11,1 10,2 12,0
T2 2015 10,1 11,2 10,3 12,1
T3 2015 10,1 11,1 10,2 11,9
T4 2015 9,9 10,8 9,8 11,7
T1 2016 9,9 11,0 10,0 11,9
T2 2016 9,7 10,6 9,8 11,3
T3 2016 9,7 10,5 9,8 11,2
T4 2016 9,7 10,5 9,9 11,1
T1 2017 9,3 10,3 9,8 10,7
  • Note : données trimestrielles CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisé

Figure 3 – Taux de chômage

Le nombre de demandeurs d’emploi toujours en légère hausse

En Corse fin mars 2017, 22 350 demandeurs d’emploi sont inscrits à Pôle emploi en catégories A, B ou C (données corrigées des variations saisonnières). Par rapport au 4e trimestre 2016, ce nombre évolue peu au niveau régional (+ 0,5 %) comme au niveau national (+ 0,7 %). La hausse est également modérée sur un an, avec + 0,3 % en Corse et + 0,9 % en France métropolitaine.

Par rapport au trimestre précédent, la recrudescence des demandeurs d’emploi de 50 ans ou plus (+ 2,6 %) est plus importante que chez les moins de 25 ans (+ 0,3 %). Cependant, en évolution annuelle, le nombre d’inscrits de 50 ans ou plus augmente de 9,4 % alors que celui des moins de 25 ans baisse de 5,8 %. Par ailleurs, le nombre de demandeurs d’emploi de longue durée est en légère baisse ce trimestre (- 0,3 %). Il reste toutefois en net recul sur l’année (- 6,2 %).

Ce trimestre, les départements de Corse enregistrent chacun une évolution conforme à la tendance régionale. Sur l’année, la situation est pourtant plus favorable en Haute-Corse (- 1,8 %) qu’en Corse-du-Sud (+ 2,7 %).

Les mises en chantier relancent la construction

Le nombre de logements autorisés à la construction en cumul annuel dans la région atteint 4 800 fin décembre et se réoriente à la hausse par rapport au trimestre précédent (+ 9,2 %). Toutefois, il baisse de 38,9 % en un an (contre + 14,1 % au niveau national) (figure 4). En effet, la période entre décembre 2015 et novembre 2016 est marquée par un niveau élevé du nombre des logements autorisés en Corse-du-Sud suite à l’exécution de grands projets immobiliers notamment sur Ajaccio.

Conséquence du pic des autorisations de construire sur cette période, les mises en chantier progressent fortement. Fin mars, avec 5 000 logements commencés en cumul annuel, la région enregistre une progression de 2 % sur le trimestre. En un an, la hausse est de 49 % et est due exclusivement à la Corse-du-Sud.

Figure 4 – Évolution du nombre de logements autorisés à la construction

Indice base 100 en janvier 2005
Évolution du nombre de logements autorisés à la construction
Corse France métropolitaine
janv. 2005 100 100
févr. 2005 100 100,47
mars 2005 106,98 101,53
avril 2005 109,3 102,29
mai 2005 100 102,8
juin 2005 109,3 104,19
juil. 2005 111,63 105,05
août 2005 109,3 105,52
sept. 2005 111,63 106,38
oct. 2005 109,3 106,52
nov. 2005 109,3 106,99
déc. 2005 116,28 108,4
janv. 2006 118,6 109,44
févr. 2006 118,6 110,71
mars 2006 118,6 112,47
avril 2006 120,93 113,45
mai 2006 123,26 114,84
juin 2006 125,58 115,57
juil. 2006 125,58 116,43
août 2006 127,91 117,11
sept. 2006 123,26 116,62
oct. 2006 125,58 118,03
nov. 2006 125,58 118,99
déc. 2006 116,28 118,48
janv. 2007 111,63 117,88
févr. 2007 113,95 117,88
mars 2007 113,95 118,37
avril 2007 116,28 117,84
mai 2007 116,28 117,54
juin 2007 109,3 116,78
juil. 2007 111,63 116,98
août 2007 113,95 116,8
sept. 2007 127,91 116,51
oct. 2007 127,91 115,78
nov. 2007 132,56 113,67
déc. 2007 127,91 112,47
janv. 2008 141,86 112,26
févr. 2008 141,86 111,94
mars 2008 139,53 110,32
avril 2008 148,84 109,52
mai 2008 146,51 108,34
juin 2008 151,16 106,15
juil. 2008 148,84 103,7
août 2008 165,12 101,27
sept. 2008 155,81 99,71
oct. 2008 158,14 97,51
nov. 2008 155,81 95,65
déc. 2008 158,14 92,85
janv. 2009 148,84 90,09
févr. 2009 148,84 86,45
mars 2009 148,84 83,57
avril 2009 132,56 81,32
mai 2009 137,21 78,64
juin 2009 132,56 76,74
juil. 2009 134,88 75,6
août 2009 111,63 74,76
sept. 2009 111,63 74,11
oct. 2009 109,3 73,21
nov. 2009 106,98 73,37
déc. 2009 109,3 74,09
janv. 2010 113,95 74,76
févr. 2010 132,56 76,5
mars 2010 132,56 79,03
avril 2010 132,56 80,97
mai 2010 134,88 83,04
juin 2010 134,88 85,39
juil. 2010 137,21 87,59
août 2010 146,51 88,94
sept. 2010 151,16 90,48
oct. 2010 151,16 91,11
nov. 2010 153,49 91,64
déc. 2010 158,14 92,83
janv. 2011 155,81 94,36
févr. 2011 139,53 94,56
mars 2011 141,86 94,05
avril 2011 141,86 93,97
mai 2011 141,86 95,46
juin 2011 146,51 95,81
juil. 2011 139,53 96,38
août 2011 137,21 97,63
sept. 2011 144,19 99,39
oct. 2011 144,19 100,04
nov. 2011 144,19 101,12
déc. 2011 141,86 102,21
janv. 2012 139,53 101,98
févr. 2012 137,21 102,15
mars 2012 141,86 101,82
avril 2012 141,86 102,17
mai 2012 137,21 100,74
juin 2012 132,56 100,33
juil. 2012 139,53 99,51
août 2012 141,86 99,63
sept. 2012 137,21 97,59
oct. 2012 137,21 97,06
nov. 2012 137,21 96,01
déc. 2012 137,21 94,28
janv. 2013 139,53 94,46
févr. 2013 144,19 95,97
mars 2013 146,51 96,59
avril 2013 146,51 95,03
mai 2013 144,19 93,07
juin 2013 141,86 91,35
juil. 2013 134,88 89,33
août 2013 130,23 86,45
sept. 2013 120,93 84,86
oct. 2013 111,63 84,41
nov. 2013 106,98 83,61
déc. 2013 100 82,85
janv. 2014 97,67 80,77
févr. 2014 90,7 77,7
mars 2014 76,74 76,62
avril 2014 76,74 75,5
mai 2014 76,74 75,54
juin 2014 76,74 75,52
juil. 2014 79,07 75,84
août 2014 83,72 75,6
sept. 2014 86,05 75,76
oct. 2014 83,72 74,82
nov. 2014 86,05 74,02
déc. 2014 86,05 73,94
janv. 2015 81,4 73,64
févr. 2015 79,07 73,15
mars 2015 86,05 72,35
avril 2015 86,05 73,02
mai 2015 86,05 72,59
juin 2015 86,05 73,59
juil. 2015 81,4 73,57
août 2015 81,4 74,37
sept. 2015 81,4 75,15
oct. 2015 88,37 75,74
nov. 2015 113,95 77,5
déc. 2015 174,42 78,52
janv. 2016 174,42 79,01
févr. 2016 186,05 80,44
mars 2016 183,72 80,77
avril 2016 190,7 81,63
mai 2016 186,05 83,38
juin 2016 186,05 83,47
juil. 2016 181,4 84,2
août 2016 179,07 85,31
sept. 2016 179,07 87,31
oct. 2016 179,07 87,9
nov. 2016 155,81 88,62
déc. 2016 102,33 89,54
janv. 2017 109,3 90,13
févr. 2017 102,33 90,46
mars 2017 109,3 92,48
avril 2017 104,65 92,87
mai 2017 111,63 94,18
  • Notes : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • Source : SOeS, Sit@del2.

Figure 4 – Évolution du nombre de logements autorisés à la construction

Créations et défaillances d’entreprises sont atones

Au 1er trimestre 2017, 606 entreprises « classiques » (hors micro-entrepreneurs) ont été créées (données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables) contre 609 au trimestre précédent. Les créations régionales restent atones (- 0,5 %) face à la progression nationale (+ 2,4 %) (figure 5). Sur un an, le nombre de créations d’entreprises classiques progresse plus faiblement en Corse (+ 1,8 %) qu’en France Métropolitaine (+ 6,2 %).

Les créations sous le régime du micro-entrepreneur atteignent 373 entreprises ce trimestre, soit une évolution trimestrielle de 19,6 %. Les micro-entreprises représentent 38 % des entreprises créées sur le trimestre. Sur un an, leurs créations reculent pourtant de 7,4 %.

En cumul annuel, le nombre de créations d’entreprises, y compris micro-entrepreneurs, progresse davantage en région (+ 6,4 %) qu’au niveau national (+ 4,5 %) par rapport au 4e trimestre 2016. L’évolution trimestrielle est la plus importante dans les secteurs de la construction (+ 8,3 %) et des services (+ 9,9 %). Elle se stabilise dans le secteur commerce-transports-hébergement-restauration (0,9 %) et baisse dans l’industrie (- 3,2 %).

Figure 5 – Créations d'entreprises

Indice base 100 au 1er trimestre 2009
Créations d'entreprises
Corse hors micro-entr. France métro. hors micro-entr. Corse y/c micro-entr. France métro. y/c micro-entr.
T1 2009 100 100 100 100
T2 2009 79,79 95,61 110,18 120,71
T3 2009 85,41 94,18 107,94 116,46
T4 2009 90,86 99,69 113,75 123,39
T1 2010 81,72 96,47 123,42 132,76
T2 2010 80,32 100 101,63 121,26
T3 2010 75,57 98,66 98,78 116,86
T4 2010 78,73 97,33 104,28 117,48
T1 2011 78,38 96,36 98,57 107,69
T2 2011 78,21 94,84 100,92 107,35
T3 2011 82,95 96,48 97,45 107,4
T4 2011 78,03 96,89 96,64 108,96
T1 2012 73,29 92,64 103,87 111,36
T2 2012 74,52 88,77 100 108,77
T3 2012 68,54 89,52 93,58 107,9
T4 2012 81,55 90,68 97,56 105,14
T1 2013 87,17 97,51 96,54 107,5
T2 2013 85,41 97,65 93,28 106,25
T3 2013 89,98 99,01 95,52 104,92
T4 2013 92,79 102 94,6 107,93
T1 2014 84,01 100,52 95,82 109,66
T2 2014 89,81 100,55 102,04 107,95
T3 2014 94,38 99,94 96,95 110,39
T4 2014 84,89 101,37 94,2 109,54
T1 2015 88,93 107,64 88,29 103,91
T2 2015 96,66 113,02 95,72 102,53
T3 2015 93,85 116,09 88,9 104,56
T4 2015 101,41 118,58 94,7 105,48
T1 2016 104,57 121,18 101,63 108,83
T2 2016 106,33 125,41 97,15 111,06
T3 2016 102,64 126,82 91,14 109,79
T4 2016 107,03 125,73 93,79 108,87
T1 2017 106,5 128,73 99,8 113,74
  • Note : données trimestrielles corrigées des variations saisonnières (CVS).
  • Champ : ensemble des activités marchandes hors agriculture.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Figure 5 – Créations d'entreprises

En cumul annuel, la Corse enregistre 454 défaillances d’entreprises ce trimestre. Par rapport au 4e trimestre 2016, ce nombre se stabilise en région face au niveau national en recul (- 1,7 %) (figure 6). Les comportements départementaux diffèrent : en Corse-du-Sud les défaillances d’entreprises sont en léger repli (- 0,4 %) contrairement à la Haute-Corse (+ 0,4 %).

Sur un an, les défaillances d’entreprises progressent nettement (+ 29,7 %). Cette tendance concerne les deux départements mais elle est davantage marquée en Haute-Corse (+ 36,1 %) qu’en Corse-du-Sud (+ 23,8 %).

Figure 6 – Défaillances d'entreprises

Indice base 100 en janvier 2005
Défaillances d'entreprises
Corse France métropolitaine
janv. 2005 100 100
févr. 2005 98,64 100,52
mars 2005 95,25 100,57
avril 2005 95,59 101,22
mai 2005 91,19 102,01
juin 2005 88,81 102,31
juil. 2005 86,44 102,08
août 2005 87,46 101,95
sept. 2005 87,8 102,18
oct. 2005 84,41 101,8
nov. 2005 85,08 101,61
déc. 2005 81,02 101,36
janv. 2006 80 100,49
févr. 2006 82,71 99,45
mars 2006 83,39 98,95
avril 2006 81,02 97,81
mai 2006 82,37 97,15
juin 2006 82,71 96,75
juil. 2006 86,78 96,78
août 2006 84,75 97
sept. 2006 83,39 97,05
oct. 2006 84,41 97,57
nov. 2006 81,69 98,29
déc. 2006 82,03 98,95
janv. 2007 83,05 99,82
févr. 2007 82,03 101,14
mars 2007 83,39 102
avril 2007 80,68 102,72
mai 2007 78,64 103,16
juin 2007 81,36 103,95
juil. 2007 79,32 105,07
août 2007 79,66 104,94
sept. 2007 80,68 104,96
oct. 2007 88,81 105,76
nov. 2007 90,85 105,6
déc. 2007 94,92 105,6
janv. 2008 97,29 105,64
févr. 2008 101,02 106,12
mars 2008 103,05 105,69
avril 2008 109,15 107,11
mai 2008 110,51 106,87
juin 2008 111,86 106,86
juil. 2008 112,88 107,4
août 2008 113,22 107,64
sept. 2008 113,22 109,11
oct. 2008 106,44 110,52
nov. 2008 107,12 111,76
déc. 2008 106,78 114,05
janv. 2009 103,73 115,7
févr. 2009 106,44 117,53
mars 2009 111,19 121,06
avril 2009 106,78 122,8
mai 2009 111,53 124,72
juin 2009 110,17 126,52
juil. 2009 108,81 128,01
août 2009 112,54 128,99
sept. 2009 112,88 130,67
oct. 2009 117,97 130,38
nov. 2009 120,34 130,96
déc. 2009 119,32 130,57
janv. 2010 124,41 130,72
févr. 2010 120 130,54
mars 2010 118,98 130,66
avril 2010 120,34 129,35
mai 2010 117,63 129,3
juin 2010 120,34 129,4
juil. 2010 122,03 128,48
août 2010 119,66 128,64
sept. 2010 118,31 127,41
oct. 2010 114,92 126,45
nov. 2010 113,9 125,87
déc. 2010 111,53 124,77
janv. 2011 110,17 124,84
févr. 2011 108,81 124,8
mars 2011 106,1 123,95
avril 2011 108,47 123,42
mai 2011 107,8 125,01
juin 2011 100 123,63
juil. 2011 99,66 122,9
août 2011 97,29 122,95
sept. 2011 94,58 122,44
oct. 2011 95,59 122,53
nov. 2011 95,93 122,76
déc. 2011 98,64 122,57
janv. 2012 96,27 123,52
févr. 2012 98,64 123,51
mars 2012 99,66 122,56
avril 2012 100,34 122,9
mai 2012 99,32 121,25
juin 2012 104,07 121,36
juil. 2012 105,76 122,97
août 2012 107,12 122,83
sept. 2012 108,47 122,24
oct. 2012 109,49 124,24
nov. 2012 106,78 124,54
déc. 2012 109,15 125,94
janv. 2013 115,93 125,66
févr. 2013 111,19 125,49
mars 2013 108,14 125,31
avril 2013 106,78 126,74
mai 2013 108,81 127,01
juin 2013 112,2 127,46
juil. 2013 113,22 128,46
août 2013 114,58 128,3
sept. 2013 122,03 129,3
oct. 2013 118,64 129,28
nov. 2013 118,31 129
déc. 2013 120 129,05
janv. 2014 116,27 129,18
févr. 2014 120 130,34
mars 2014 123,05 130,35
avril 2014 123,39 130,61
mai 2014 125,08 129,98
juin 2014 130,17 130,21
juil. 2014 129,15 130,25
août 2014 128,81 130,31
sept. 2014 126,78 130,73
oct. 2014 128,14 130,61
nov. 2014 127,46 130,81
déc. 2014 122,37 129,09
janv. 2015 120,34 129,83
févr. 2015 122,03 129,65
mars 2015 124,75 132,04
avril 2015 127,46 132,11
mai 2015 125,08 129,42
juin 2015 120 131,29
juil. 2015 114,92 130,72
août 2015 114,92 130,18
sept. 2015 113,9 130,42
oct. 2015 115,25 128,62
nov. 2015 118,31 128,96
déc. 2015 117,29 130,59
janv. 2016 116,61 129,04
févr. 2016 118,64 128,33
mars 2016 118,31 126,66
avril 2016 120,34 125,33
mai 2016 127,12 128,48
juin 2016 132,88 126,7
juil. 2016 144,07 124,7
août 2016 141,02 124,49
sept. 2016 145,42 123,18
oct. 2016 146,78 122,73
nov. 2016 152,2 122,11
déc. 2016 153,22 120,02
janv. 2017 153,22 119,71
févr. 2017 154,24 118,44
mars 2017 153,22 118,16
avril 2017 148,81 116,44
  • Notes : données mensuelles brutes au 19 juin 2017, en date de jugement.
  • Chaque point représente l'évolution du cumul des douze derniers mois.
  • Source : Fiben, Banque de France.

Figure 6 – Défaillances d'entreprises

Progression du transport de fret et de passagers

Dans le transport maritime de fret, le trafic total s’intensifie et comptabilise 537 040 tonnes transportées au 1er trimestre 2017. En glissement annuel, il progresse de 1,7 % par rapport au trimestre précédent. Cette évolution résulte de l’augmentation du trafic de roll (+ 2,5 %) et de ciment (+ 2,3 %) (figure 7). En revanche, le transport de gaz et d’hydrocarbures diminue de 1,3 %. Le trafic de roll avec l’Italie continue sa progression (+ 4,3 % par rapport au 1er trimestre 2016).

Figure 7 – Evolution du trafic de marchandises

milliers de tonnes
Evolution du trafic de marchandises
Ciment Gaz et hydrocarbures Roll
T1 2010 149 537 1 485
T2 2010 153 545 1 507
T3 2010 153 531 1 536
T4 2010 153 531 1 553
T1 2011 154 548 1 594
T2 2011 152 566 1 653
T3 2011 142 583 1 664
T4 2011 131 582 1 695
T1 2012 127 581 1 715
T2 2012 121 576 1 677
T3 2012 123 558 1 668
T4 2012 122 539 1 655
T1 2013 115 508 1 615
T2 2013 108 484 1 605
T3 2013 104 503 1 584
T4 2013 103 517 1 570
T1 2014 98 503 1 554
T2 2014 95 490 1 557
T3 2014 95 477 1 548
T4 2014 92 463 1 546
T1 2015 97 494 1 556
T2 2015 109 506 1 540
T3 2015 117 504 1 556
T4 2015 126 516 1 555
T1 2016 127 486 1 561
T2 2016 128 478 1 581
T3 2016 129 455 1 599
T4 2016 125 423 1 633
T1 2017 128 418 1 674
  • Note : données trimestrielles. Chaque point représente le cumul des 12 derniers mois
  • Source : Observatoire régional des transports de la Corse

Figure 7 – Evolution du trafic de marchandises

Le trafic de passagers est en hausse de 0,9 % par rapport au 1er trimestre 2016. Le transport aérien explique cette légère croissance. En effet, il augmente de 5,3 % alors que le trafic maritime accuse une baisse du nombre de voyageurs de 5,3 %. L’activité aérienne augmente essentiellement en janvier (+ 7,2 %) et en février (+ 6,3 %). En revanche, celle du maritime baisse de façon marquée en janvier (- 5,2 %) et en mars (- 8,6 %) (figure 8).

Seul le mois de mars enregistre une baisse globale du trafic de passagers (- 2 %), exclusivement due au recul du maritime. De fortes tempêtes hivernales se sont abattues sur l’île ce mois là. En revanche, le mois d’avril annonce un début de saison prometteur tant dans le maritime que dans l’aérien puisqu’il comptabilise 21,2 % de passagers supplémentaires par rapport à la même période un an avant.

Au 1er trimestre 2017, 21 000 croisiéristes ont débarqué sur l’île. Sur un an, la Corse a accueilli 1,2 million de ces voyageurs. Leur nombre croît de 52 % sur un an. La ville d’Ajaccio accueille sept croisiéristes sur huit.

Figure 8 – Évolution du trafic de passagers

passagers
Évolution du trafic de passagers
Air 2016 Mer 2016 Air 2017 Mer 2017
Janvier 120 449 81 377 129 103 77 169
Février 114 250 84 393 121 391 83 040
Mars 135 165 97 850 138 983 89 455
Avril 265 742 219 115 320 328 267 407
Mai 352 311 306 717
Juin 407 074 413 602
Juillet 621 530 853 510
Août 621 698 1 089 037
Septembre 439 726 475 739
Octobre 299 170 237 608
Novembre 138 453 86 962
Décembre 154 769 112 630
  • Note : nombre de passagers transportés au départ et à l'arrivée.
  • Source : Observatoire régional des transports de la Corse

Figure 8 – Évolution du trafic de passagers

Croissance de la fréquentation hôtelière

Dans l'hôtellerie, par rapport au 1er trimestre 2016, le nombre de nuitées progresse de 8,5 % en Corse et de 2,3 % au niveau national.

La progression régionale est portée par la clientèle française en augmentation de 10,3 % entre le 1er trimestre 2016 et le 1er trimestre 2017. En revanche, la clientèle étrangère est en recul de 7,4 %. Sur la période, les nuitées étrangères ne représentent qu’une nuitée hôtelière sur douze.

Le nombre de nuitées globales sur ce trimestre représente 3,6 % des nuitées annuelles du secteur.

La hausse de la fréquentation dans les hôtels de Corse est particulièrement marquée en janvier (+ 15,5 % par rapport à janvier 2016). Elle est plus modérée en mars (+ 6,9 %) et en février (+5,5 %) (figure 9).

Figure 9 – Nombre de nuitées dans les hôtels et les campings de Corse

milliers
Nombre de nuitées dans les hôtels et les campings de Corse
Hôtels 2016 Hôtels 2017 Campings 2016 Campings 2017
Janvier 25 29
Février 32 34
Mars 47 51
Avril 156
Mai 369 195
Juin 473 493
Juillet 549 1288
Aout 655 1579
Septembre 532 526
Octobre 220
Novembre 41
Décembre 35
  • Source : Insee, DGE, partenaires régionaux.

Figure 9 – Nombre de nuitées dans les hôtels et les campings de Corse

Avertissement

À partir des résultats du premier trimestre 2017, les estimations trimestrielles d'emploi localisées commentées dans les notes de conjoncture régionale sont réalisées en partenariat avec l'Acoss et les Urssaf ainsi que la Dares, afin d'assurer une plus grande cohérence des messages et de les rendre plus lisibles. Les niveaux d'emploi restent issus des estimations annuelles d'emploi produites par l'Insee. À ces niveaux d'emploi de référence, sont appliqués des taux d'évolution trimestriels élaborés par l'Acoss et les Urssaf sur le champ privé hors intérim, et la Dares sur l'intérim. La synthèse de l'ensemble des éléments est assurée par l'Insee. Parallèlement aux publications régionales de l'Insee, les Urssaf publient des StatUr sur les effectifs salariés, la masse salariale et le salaire moyen par tête. Les niveaux publiés dans ces deux publications sont différents (emploi en personnes physiques pour l'Insee contre nombre de postes pour les Urssaf). D'une part, le champ couvert n'est pas le même. Il correspond au champ salarié marchand non agricole et hors particuliers employeurs pour l'Insee, alors qu'il couvre le champ salarié privé pour les Urssaf (y compris dans les secteurs non marchands : administration, enseignement, santé, action sociale). D'autre part, le concept mesuré diffère. Pour l'Insee, il porte sur l'emploi en personnes physiques : les personnes qui occupent plusieurs emplois durant la période de référence sont comptées une seule fois. Dans les StatUr, sont mesurés des effectifs salariés, sans traitement de la multiactivité. Sur le champ commun, les taux d’évolutions corrigés des variations saisonnières peuvent différer légèrement sur les échelons agrégés présentés dans les notes de conjoncture et les StatUr, compte tenu d'effets de composition liés aux écarts de niveaux.

Par ailleurs, l’introduction de la Déclaration sociale nominative (DSN) en remplacement du bordereau récapitulatif de cotisations (BRC) peut transitoirement affecter les comportements déclaratifs des entreprises. Durant la phase de montée en charge de la DSN, des adaptations sont réalisées dans la chaîne de traitement statistique des estimations d’emploi afin de tenir compte de ces changements. Ces modifications sont susceptibles de générer des révisions accrues sur les données.

Encadrés

Contexte national - La croissance française s'est élevée d'un cran depuis le quatrième trimestre 2016

En France, la croissance est restée solide début 2017, sur un rythme de + 0,4 % à + 0,5 % depuis fin 2016. L’investissement des entreprises a vivement accéléré mais les exportations se sont nettement repliées et la consommation des ménages a marqué le pas. Dans le même temps, l’emploi salarié marchand a de nouveau solidement progressé (+ 76 000 après + 60 000 fin 2016) et le taux de chômage a nettement diminué (- 0,4 point à 9,6 %). En mai, le climat des affaires dans l’industrie en France est au plus haut depuis mi-2011. Au total, le PIB progresserait de nouveau solidement jusque fin 2017 (+ 0,5 % aux deuxième et troisième trimestres, + 0,4 % au quatrième) et s’élèverait de 1,6 % sur l’année, une croissance inédite depuis 2011. L’emploi resterait dynamique et le taux de chômage baisserait de nouveau, pour s’établir à 9,4 % fin 2017.

Contexte international - Dans la zone euro, le climat des affaires est au printemps 2017 au plus haut depuis dix ans

Au premier trimestre 2017, la croissance des économies avancées s’est un peu infléchie (+ 0,4 % après + 0,5 %), en particulier aux États-Unis (+ 0,3 % après + 0,5 %) et au Royaume-Uni (+ 0,2 % après + 0,7 %). Dans la zone euro, la croissance s'est légèrement élevée (+ 0,6 % après + 0,5 %), en particulier en Allemagne (+ 0,6 % après + 0,4 %). Le climat des affaires reste bien orienté dans les économies avancées et la croissance y resterait solide. La conjoncture est aussi favorable dans les économies émergentes. En conséquence, le commerce mondial accélérerait vigoureusement en 2017 (+ 5,9 %, ce qui serait la plus forte croissance depuis 2011), sous l’impulsion des économies émergentes et des États-Unis. Dans la zone euro, la croissance continuerait de s’élever à petits pas en 2017 (+ 1,8 % après + 1,6 % en 2016 et + 1,4 % en 2015). La consommation résisterait au ralentissement du pouvoir d’achat car les ménages réduiraient leur épargne de précaution, en particulier en Italie et en Espagne.