L'emploi salarié du commerce de détail tiré par le commerce alimentaire

Arnaud Rousset, division Commerce, Insee

Le commerce de détail occupe 2,2 millions de personnes. Juste après la crise, les non-salariés ont contribué pour près de la moitié à l’évolution de l’emploi du secteur. L’emploi salarié s’est développé notamment dans le commerce alimentaire et l’équipement de la personne, mais s’est contracté dans l’équipement du foyer. Les unités des groupes emploient 61 % des salariés en 2013 et ont contribué pour 89 % à la croissance de l’emploi après crise. Dans les filiales de groupes étrangers, l’emploi est particulièrement dynamique.

Le commerce de détail : 8 % de l’emploi total

Près de 2,2 millions de personnes travaillent dans le commerce de détail au sens large, comprenant l'artisanat commercial, fin 2013. Ce secteur rassemble ainsi 8 % de l'emploi total en France et 59 % de l’emploi dans le commerce. Moins dynamique qu’avant la crise, l’emploi du commerce de détail est cependant resté favorablement orienté (+ 2,1 % de fin 2009 à fin 2013) tandis qu’il a diminué dans le commerce de gros et le commerce et la réparation d’automobiles (figure 1). Non-salariés et salariés ont contribué à parts presque égales à cette croissance modérée.

La composition et l’évolution de l’emploi à un niveau sectoriel fin sont connues tardivement. Elles sont donc retracées ici sur la période après crise, de 2009 à 2013. Après 2013, l’emploi salarié dans le commerce de détail a continué d’augmenter. La croissance de l'emploi total devrait dès lors s'affermir, tirée par l'emploi salarié, alors que l'emploi non salarié devrait ralentir. En effet, depuis fin 2014 et la requalification du régime de l'auto-entrepreneur en celui du micro-entrepreneur, les immatriculations sous ce régime ont fortement baissé dans le commerce. Le nombre de non-salariés exerçant à ce titre dans le commerce de détail devrait ainsi avoir moins progressé que juste après la crise.

Figure 1 - Non-salariés et salariés contribuent à parts presque égales à l'évolution de l'emploi du commerce de détail entre 2009 et 2013

Figure 1 - Non-salariés et salariés contribuent à parts presque égales à l'évolution de l'emploi du commerce de détail entre 2009 et 2013
Contribution des non-salariés (en points) Contribution des salariés (en points) Évolution de l'emploi total (en %)
Commerce de détail (y c. artisanat commercial) 0,9 1,2 2,1
Commerce et réparation d'automobiles 2,4 -4,1 -1,7
Commerce de gros 0,5 -1,7 -1,2
Ensemble de l'économie 1,5 0,5 2,0
  • Lecture : de fin 2009 à fin 2013, l’emploi total du commerce de détail et de l’artisanat commercial a crû de 2,1 %. Les non-salariés y ont contribué pour 0,9 point et les salariés pour 1,2 point.
  • Champ : France (hors Mayotte).
  • Source : Insee, estimations d’emploi localisées, Clap, base non-salariés.

Figure 1 - Non-salariés et salariés contribuent à parts presque égales à l'évolution de l'emploi du commerce de détail entre 2009 et 2013

L’auto-entrepreneuriat se développe dans la vente hors magasin

Dans le commerce de détail, les non-salariés occupent 15 % des emplois. En effet, les petites entreprises y forment l'essentiel du tissu productif. De 2009 à 2013, le nombre de non-salariés a progressé de 6 %, soit trois fois plus vite que l’ensemble des emplois dans ce secteur. Cette croissance a toutefois été moins vive que dans les autres secteurs commerciaux ou que dans l'ensemble de l'économie. Elle est restée concentrée sur un nombre très limité d’activités : le commerce hors magasin et le commerce de produits pharmaceutiques, d'articles médicaux et d'optique (figure 2). 

La période 2009-2013 a été particulièrement favorable à la création d'entreprise sous le régime de l'auto-entrepreneur en vigueur depuis 2009. Plus des trois quarts des auto-entrepreneurs sont immatriculés dans le commerce hors magasin. En 2013, ils représentent ainsi 58 % des non-salariés de ce secteur contre 9 % dans le commerce de détail en magasin.

Hors auto-entrepreneurs, l’effectif de non-salariés s’est réduit de 12 % entre 2009 et 2013, sous l’effet de deux mouvements : le nombre d'entrepreneurs individuels a chuté de 28 % alors que celui de gérants majoritaires de sociétés progressait de 19 %, en particulier dans le commerce alimentaire et dans les pharmacies et magasins d’articles médicaux et d’optique. Ainsi, fin 2013, les gérants constituent presque la moitié des non-salariés hors auto-entrepreneurs.

Figure 2 - Évolution du nombre de non-salariés dans le commerce de détail entre 2009 et 2013

Figure 2 - Évolution du nombre de non-salariés dans le commerce de détail entre 2009 et 2013
Entrepreneurs individuels Gérants Auto-entrepreneurs
Ensemble du commerce de détail -53 000 18 600 56 200
Équipement du foyer -3 800 1 000 1 400
Information-communication, culture, loisirs -2 600 800 800
Commerce alimentaire et artisanat commercial -10 900 7 900 2 100
Équipement de la personne -4 000 1 500 2 000
Pharmacie, articles médicaux, optique -2 700 4 600 100
Autres commerces en magasin -4 700 1 100 5 900
Vente à distance -600 600 5 000
Vente à domicile et par automates 700 500 4 900
Commerce sur éventaires et marchés -24 300 500 34 200
  • Note : le sous-secteur des grands magasins n'est pas représenté sur le graphique.
  • Lecture : entre fin 2009 et fin 2013, dans le secteur du commerce sur éventaires et marchés, le nombre de non-salariés entrepreneurs individuels a diminué de 24 300, le nombre de gérants de sociétés a augmenté de 500 et le nombre d’auto-entrepreneurs de 34 200.
  • Champ : France (hors Mayotte).
  • Source : Insee, base non-salariés.

Figure 2 - Évolution du nombre de non-salariés dans le commerce de détail entre 2009 et 2013

L'emploi salarié croît surtout dans le commerce alimentaire

L'emploi salarié du commerce de détail s'est accru de 1,4 % de 2009 à 2013, alors qu’il a diminué dans les secteurs du commerce de gros et du commerce et de la réparation d'automobiles. Cette hausse a été portée par trois activités : le commerce alimentaire, l'équipement de la personne ainsi que le commerce de produits pharmaceutiques, d’articles médicaux et d’optique. Fin 2013, ces trois activités représentent près des trois quarts de l'emploi salarié du commerce de détail (figure 3). 

Figure 3 - Répartition des effectifs salariés selon l’activité dans le commerce de détail en 2013

en %
Figure 3 - Répartition des effectifs salariés selon l’activité dans le commerce de détail en 2013
Secteur Effectifs salariés
Hypermarchés* 18
Supermarchés et magasins multi-commerces* 14
Petites surfaces d'alimentation* 2
Commerce alimentaire spécialisé* 5
Artisanat commercial* 9
Équipement de la personne 14
Pharmacie, articles médicaux, optique 9
Grands magasins 1
Équipement du foyer 13
Information-communication, culture, loisirs 6
Autres commerces spécialisés et non spécialisés 4
Commerce hors magasin 5
  • * Inclus dans le commerce alimentaire et l'artisanat commercial.
  • Lecture : au 31 décembre 2013, 18 % des salariés du commerce de détail et de l’artisanat commercial sont employés par des entreprises du secteur des hypermarchés.
  • Champ : France (hors Mayotte).
  • Source : Insee, Clap.

Figure 3 - Répartition des effectifs salariés selon l’activité dans le commerce de détail en 2013

Dans le commerce alimentaire, le nombre de salariés a augmenté principalement dans les boulangeries-pâtisseries et dans les supermarchés (figure 4). Sa croissance a été également très rapide (+ 22 %) dans le sous-secteur incluant les magasins bio et les épiceries fines (autres commerces alimentaires spécialisés). 

Hors alimentaire, l’emploi salarié a progressé aussi dans l'équipement de la personne, notamment dans la maroquinerie et la parfumerie. Il s’est fortement développé dans les magasins d’articles médicaux et d’optique (respectivement + 23 % et + 9 %) mais est resté stable dans la pharmacie.

Dans le reste du commerce de détail, l’emploi salarié s’est contracté. Les deux tiers de la baisse sont imputables à l'équipement du foyer, notamment aux commerces de meubles et d'appareils électroménagers. L’emploi salarié s’est réduit également dans les grands magasins, dans le commerce de biens culturels et d’information-communication, en particulier dans le domaine de l'image et du son, et la vente de journaux. Enfin, faisant figure d'exception dans le commerce alimentaire, la charcuterie a perdu régulièrement des emplois. 

Figure 4 - Évolution du nombre de salariés et de non-salariés entre 2009 et 2013 : forte progression dans le commerce alimentaire, chute dans l'équipement du foyer

Figure 4 - Évolution du nombre de salariés et de non-salariés entre 2009 et 2013 : forte progression dans le commerce alimentaire, chute dans l'équipement du foyer
Salariés Non-salariés
Ensemble du commerce de détail 25 500 19 600
Équipement du foyer -16 600 -1 500
Information-communication, culture, loisirs -5 400 -1 200
Grands magasins -2 000 0
Commerce de carburants -1 300 -300
Vente à distance 900 4 800
Pharmacie, articles médicaux, optique 5 200 2 100
Commerce sur éventaires et marchés -800 9 500
Équipement de la personne 10 700 -800
Charcuterie -1 100 -900
Hypermarchés 400 0
Petites surfaces d'alimentation 2 000 -500
Commerce alimentaire spécialisé 6 700 400
Supermarchés et magasins multi-commerces 12 400 400
Boulangerie-pâtisserie 14 400 -400
  • Note : les sous-secteurs des autres commerces en magasin (hors vente de carburants) et de la vente à domicile et par automates ne sont pas détaillés sur le graphique.
  • Lecture : entre fin 2009 et fin 2013, dans les entreprises du secteur de la boulangerie-pâtisserie, le nombre de salariés croît de 14 400 et le nombre de non-salariés diminue de 400.
  • Champ : France (hors Mayotte).
  • Source : Insee, Clap.

Figure 4 - Évolution du nombre de salariés et de non-salariés entre 2009 et 2013 : forte progression dans le commerce alimentaire, chute dans l'équipement du foyer

Un emploi dynamique dans les filiales des groupes étrangers

En 2013, les unités légales des groupes emploient 61 % des effectifs salariés en équivalent temps plein du commerce de détail. Minoritaires en nombre (9 %), elles réalisent plus des deux tiers du chiffre d'affaires total du secteur. Elles sont massivement présentes dans le commerce en grande surface (grands magasins, grandes surfaces d'alimentation et de quincaillerie) ainsi que dans la vente à distance. 

Les unités légales indépendantes sont en revanche prépondérantes dans la pharmacie, le commerce sur éventaires et marchés et l'ensemble du commerce alimentaire hors grandes surfaces. 

Entre 2009 et 2013, l’emploi salarié a progressé bien davantage dans les unités légales faisant partie d'un groupe en 2013 que dans les unités légales indépendantes (+ 2,7 % contre + 0,5 %) : 89 % des créations nettes d'emplois salariés sur la période proviennent des unités appartenant à un groupe en 2013 (figure 5). Ces dernières ont particulièrement contribué à la croissance des effectifs dans l'équipement de la personne, la vente d'appareils médicaux et l'optique ; les unités indépendantes ont plus fortement tiré à la hausse l'emploi salarié dans le commerce alimentaire. 

Les filiales de groupes étrangers emploient 11 % des salariés du commerce de détail en 2013. L'emploi salarié dans ces filiales a augmenté nettement plus vite (+ 8 %) que dans les unités légales de groupes français (+ 2 %) ; elles ont presque autant contribué que ces dernières à la hausse globale de l'emploi du secteur. Leurs effectifs se sont accrus principalement dans l'habillement, l'optique et la vente d'ordinateurs. 

Figure 5 - Contributions à l'évolution de l'emploi salarié du commerce de détail entre 2009 et 2013, selon l'appartenance à un groupe

en points
Figure 5 - Contributions à l'évolution de l'emploi salarié du commerce de détail entre 2009 et 2013, selon l'appartenance à un groupe
Unités légales indépendantes Unités légales appartenant à un groupe français Unités légales appartenant à un groupe étranger Ensemble
Ensemble du commerce de détail 11 45 44 100
Équipement du foyer -49 4 0 -45
Information-communication, culture, loisirs -10 -6 6 -10
Grands magasins 0 -8 0 -8
Autres commerces en magasin -1 -4 2 -3
Commerce hors magasin 1 2 -6 -3
Pharmacie, articles médicaux, optique -1 6 14 19
Équipement de la personne -8 19 28 39
Commerce alimentaire et artisanat commercial 79 32 -1 111
  • Note : les sous-secteurs sont présentés par ordre décroissant de l'évolution de l'emploi salarié.
  • Lecture : la variation totale des effectifs salariés en équivalent temps plein du commerce de détail entre 2009 et 2013 s'explique pour 45 points par les unités légales appartenant à un groupe français en 2013, pour 44 points par celles appartenant à un groupe étranger et pour 11 points par les unités légales indépendantes.
  • Champ : France (hors Mayotte)
  • Source : Insee, Clap, Lifi.

Figure 5 - Contributions à l'évolution de l'emploi salarié du commerce de détail entre 2009 et 2013, selon l'appartenance à un groupe

Sources

Cette étude s’appuie sur quatre sources : le système d’information Connaissance localisée de l’appareil productif (Clap), la base « non-salariés » de l’Insee, les Estimations d’emploi localisées (Estel) et le système d’information sur les liaisons financières entre sociétés (Lifi) 2013. Ce dernier permet de recenser les détentions de capitaux, d’identifier les groupes de sociétés opérant en France et de déterminer leur contour (ensemble des unités légales qui les composent).

Le concept d’emploi utilisé ici à partir de Clap est l’effectif salarié de l’unité légale au 31 décembre.

Le classement sectoriel des unités légales dans Clap a fait l’objet d’un retraitement pour mesurer les évolutions des effectifs salariés sur la période 2009-2013.

Définitions

Le commerce de détail consiste à revendre des marchandises en l’état, généralement à une clientèle de particuliers. Dans cet article, le commerce de détail comprend l’artisanat commercial.

L'artisanat commercial regroupe la charcuterie, la boulangerie et la boulangerie-pâtisserie, la pâtisserie et la cuisson de produits de boulangerie.

Pour en savoir plus

Andrieux V., Bourdeaux C., Le Faucheur S., Rousset A., Segreto R. et Trinquier B., sous la direction de Bessière S., « La situation du commerce en 2015 », Documents de travail n° E2016/03, juillet 2016.

Turner L., « La productivité dans le commerce : l'impact du renouvellement des entreprises, de l'innovation et de l'appartenance à un réseau », in « Les entreprises en France », Insee Références, octobre 2013.