Une note d’optimisme en fin d’année

Véronique Bruniaux, Julien Marache, Élisabeth Vilain

L’année 2016 s’est terminée sur une note positive dans les Hauts-de-France. Pour le troisième trimestre de suite, l’emploi salarié marchand a progressé, et ce, dans les cinq départements de la région. Au final, sur l’année complète, les créations d’emploi excèdent les suppressions de quelque 12 400 unités, ce qui représente une croissance de 1,0 % à comparer au + 1,3 % du niveau national. Comme au trimestre précédent, la croissance a été portée par l’intérim qui flirte avec son niveau d’avant crise de 2008. Cette orientation positive rejaillit sur le marché du travail, où la demande d’emploi (en catégorie A,  B et C) baisse de 0,5 % et le taux de chômage de 0,3 point en un an. La reprise s’est enfin affirmée dans l’immobilier neuf, même si comme au plan national l’emploi du secteur de la construction dans son ensemble connaît toujours une situation défavorable.

Insee Conjoncture Hauts-de-France
No 7
Paru le : 06/04/2017

L’emploi salarié marchand continue d’augmenter

Au quatrième trimestre 2016 et pour la troisième fois consécutive, le nombre d’emplois salariés dans les secteurs marchands des Hauts-de-France a progressé. La région clôture l’année sur une croissance trimestrielle plus soutenue que les deux trimestres précédents puisqu’elle atteint 0,5 %. En un an, l’augmentation de l’emploi salarié principalement marchand est portée à + 1,0 %, soit + 12 400 emplois. L’Oise est le département qui connaît la progression la plus marquée en cette fin d’année (+ 1,1 %) et l’Aisne la plus timide (+ 0,2 %). Au final, en un an, malgré des profils d’évolution différenciés, tous les départements des Hauts-de-France ont gagné des emplois : le Nord, l’Oise et la Somme dans un trio de tête avec respectivement + 1,3 %, + 1,0 % et + 0,9 %, les deux autres avec un bilan un peu moins favorable avec + 0,5 %.

Au plan national, l'emploi salarié marchand gagne 0,4 % au quatrième trimestre, portant à + 1,3 % l'évolution des effectifs en un an.

Le soutien de l’intérim à nouveau marqué

La légère accélération du quatrième trimestre repose essentiellement sur l’intérim. Les effectifs employés par le secteur ont progressé de 9,5 %, ce qui porte leur niveau à 69 000 postes fin 2016. Dans tous les départements, le recours à l'intérim a été intense : de + 16 % dans l’Oise à un peu moins de 10 % dans les autres départements. Le transport et l’entreposage restent en tête des secteurs les plus utilisateurs et où le recours à cette forme de contrats s’intensifie. Ce même secteur gagne également des emplois non intérimaires (+ 0,3 %). Sa vigueur se conjugue à celle des services qualifiés aux entreprises (+ 0,3 %) contribuant tous deux fortement à la croissance de l’emploi tertiaire (+0,3 % au 4e trimestre et + 1,6 % en un an).

Figure 1 – Évolution de l'emploi salarié marchand

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi salarié marchand
Hauts-de-France France métropolitaine
T1 2005 100 100
T2 2005 99,77 100,07
T3 2005 99,64 100,18
T4 2005 99,85 100,34
T1 2006 99,32 100,45
T2 2006 100,26 101
T3 2006 100,37 101,36
T4 2006 100,39 101,46
T1 2007 101,27 102,26
T2 2007 101,49 102,49
T3 2007 101,58 102,82
T4 2007 101,89 103,03
T1 2008 102,28 103,35
T2 2008 102 102,9
T3 2008 101,47 102,63
T4 2008 100,25 101,82
T1 2009 99,08 100,78
T2 2009 98,37 100,3
T3 2009 98,02 100,05
T4 2009 97,76 100,12
T1 2010 97,37 100,01
T2 2010 97,17 100,05
T3 2010 97,65 100,31
T4 2010 98,01 100,52
T1 2011 98,22 100,8
T2 2011 98,37 101,05
T3 2011 98,16 100,99
T4 2011 98,02 100,95
T1 2012 97,88 100,98
T2 2012 97,61 100,83
T3 2012 97,04 100,62
T4 2012 96,46 100,34
T1 2013 96,53 100,34
T2 2013 95,8 100,02
T3 2013 95,93 100,21
T4 2013 95,86 100,33
T1 2014 95,76 100,21
T2 2014 95,67 100,26
T3 2014 95,32 99,97
T4 2014 95,34 100,09
T1 2015 95,22 100,03
T2 2015 95,22 100,25
T3 2015 95,36 100,4
T4 2015 95,52 100,76
T1 2016 95,6 101,04
T2 2016 95,77 101,23
T3 2016 95,98 101,56
T4 2016 96,49 101,98
  • Champ : emploi salarié hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 1 – Évolution de l'emploi salarié marchand

Figure 2 – Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Hauts-de-France

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Hauts-de-France
Construction Industrie Tertiaire marchand hors intérim dont Commerce
T1 2005 100 100 100 100
T2 2005 100,67 99,17 100,05 100,04
T3 2005 101,09 97,81 100,15 100,24
T4 2005 103,17 97,97 100,24 100,12
T1 2006 104,27 97,2 99,53 100,32
T2 2006 105,23 96,6 100,9 100,24
T3 2006 106,19 95,94 101,38 100,32
T4 2006 107,4 95,18 101,73 100,17
T1 2007 108,27 94,62 102,47 100,44
T2 2007 109,56 94,23 103,12 100,62
T3 2007 111,15 93,62 103,61 101,12
T4 2007 112,3 93,23 104,15 101,29
T1 2008 113,37 92,34 104,85 101,11
T2 2008 113,9 91,74 105,26 101,4
T3 2008 114,22 91,46 105,31 101,12
T4 2008 113,45 90,45 105,02 100,64
T1 2009 112,89 89,22 104,87 100,41
T2 2009 111,84 87,72 104,55 99,82
T3 2009 110,41 86,04 104,49 99,31
T4 2009 109,92 85,06 104,52 99,22
T1 2010 108,55 84,04 104,25 99,18
T2 2010 108,45 83,27 104,23 98,88
T3 2010 108,52 82,66 104,78 98,93
T4 2010 108,87 82,26 105,32 99,35
T1 2011 108,81 82,27 105,53 99,66
T2 2011 108,71 81,95 105,9 100,22
T3 2011 108,44 81,55 105,89 100,04
T4 2011 108,29 81,13 106,17 99,98
T1 2012 108,49 80,79 106,17 99,6
T2 2012 107,5 80,55 106,26 99,43
T3 2012 106,52 80,14 106,24 99,28
T4 2012 105,52 79,65 105,92 98,46
T1 2013 104,42 79,33 105,92 98,27
T2 2013 103,5 78,77 105,38 97,49
T3 2013 102,96 78,45 105,68 97,5
T4 2013 102,28 78,14 105,75 97,48
T1 2014 101,65 77,95 105,9 97,34
T2 2014 100,42 77,55 105,79 97,16
T3 2014 98,93 77,12 105,89 97,17
T4 2014 97,57 76,67 106,18 97,4
T1 2015 96,23 76,26 106,4 97,63
T2 2015 95,78 75,68 106,48 97,54
T3 2015 94,97 75,33 106,85 97,7
T4 2015 94,68 75,13 106,97 97,59
T1 2016 94,28 74,69 107,31 97,71
T2 2016 93,78 74,4 107,87 97,97
T3 2016 93,22 74,12 107,99 97,9
T4 2016 92,86 73,87 108,27 98,11
  • Champ : emploi salarié hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 2 – Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Hauts-de-France

Industrie et construction perdent toujours plus d’emplois qu’ils n’en créent

La baisse des effectifs se poursuit dans la construction à un même rythme que depuis le début d’année, soit – 0,4 %. La contraction est moins importante au niveau national (– 0,2%), de sorte qu’en un an, la situation régionale apparaît toujours comme plus défavorable (avec – 1,9 % contre – 0,8 % sur un an).

Dans l’industrie, une nouvelle chute de l’emploi salarié est observée avec – 0,3 % ce trimestre. En un an, les pertes d’emploi régionales s’élèvent à – 4 900, soit – 1,7 %. Les effectifs remontent toutefois au 4e trimestre dans les industries agroalimentaires, essentiellement dans le Nord, portant à + 0,3 % la croissance régionale du secteur en un an. Celui-ci constitue l’un des rares segments dynamiques pour l’emploi industriel.

Figure 3 – Évolution de l'emploi intérimaire

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi intérimaire
Hauts-de-France France métropolitaine
T1 2005 100 100
T2 2005 98,76 99,86
T3 2005 102,93 101,93
T4 2005 101,36 102,6
T1 2006 101,51 101,7
T2 2006 107,54 107,36
T3 2006 106,61 107,31
T4 2006 105,77 105,31
T1 2007 117,47 114,94
T2 2007 114,83 112,47
T3 2007 111,84 110,87
T4 2007 112,55 109,72
T1 2008 116,33 114,35
T2 2008 108,59 106,28
T3 2008 98,24 99,93
T4 2008 83,88 86,9
T1 2009 70,14 73,86
T2 2009 70,63 75,59
T3 2009 77,44 79,59
T4 2009 78,95 84,27
T1 2010 83,16 88,79
T2 2010 84,34 93,35
T3 2010 91,86 97,12
T4 2010 95 100,8
T1 2011 97,03 101,31
T2 2011 98,28 101,54
T3 2011 96,97 100,51
T4 2011 93,6 96,35
T1 2012 92,61 95,18
T2 2012 89,32 91,89
T3 2012 82,1 88,11
T4 2012 78,58 85,61
T1 2013 84,13 88,45
T2 2013 80,41 87,36
T3 2013 82,87 89,01
T4 2013 83,84 90,87
T1 2014 82,27 89,18
T2 2014 86,58 91,59
T3 2014 83,65 87,72
T4 2014 86,09 90,52
T1 2015 86,09 89,92
T2 2015 89,64 93,5
T3 2015 92,23 96,03
T4 2015 96,1 98,9
T1 2016 97,25 99,39
T2 2016 96,95 99,58
T3 2016 102,91 104,44
T4 2016 112,69 110,81
  • Champ : emploi salarié hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 3 – Évolution de l'emploi intérimaire

Le taux de chômage orienté à la baisse en 2016

Comme au niveau national, le taux de chômage a diminué en Hauts-de-France de 0,1 point au quatrième trimestre 2016, confirmant la tendance à la baisse amorcée en septembre 2015. Il se situe fin décembre 2016 à 12,1 %, soit 0,3 point de moins qu’un an auparavant. Il est désormais supérieur de 2,4 points au taux national qui a baissé de 0,2 point dans le même temps. La baisse est portée par tous les départements, mais tout particulièrement par le Pas-de-Calais qui perd 0,6 point en un an et se situe à 12,2 %.

Figure 4 – Taux de chômage

En %
Taux de chômage
Hauts-de-France France métropolitaine
T1 2005 10,4 8,3
T2 2005 10,6 8,4
T3 2005 10,9 8,6
T4 2005 11,1 8,7
T1 2006 11,3 8,7
T2 2006 11,2 8,6
T3 2006 11,0 8,5
T4 2006 10,4 8,0
T1 2007 10,6 8,1
T2 2007 10,2 7,8
T3 2007 10,0 7,6
T4 2007 9,5 7,1
T1 2008 9,2 6,8
T2 2008 9,4 7,0
T3 2008 9,5 7,1
T4 2008 9,9 7,4
T1 2009 11,0 8,2
T2 2009 11,7 8,8
T3 2009 11,6 8,8
T4 2009 11,8 9,1
T1 2010 11,7 9,0
T2 2010 11,7 8,9
T3 2010 11,7 8,8
T4 2010 11,5 8,8
T1 2011 11,5 8,8
T2 2011 11,4 8,7
T3 2011 11,5 8,8
T4 2011 11,7 9,0
T1 2012 11,9 9,1
T2 2012 12,2 9,3
T3 2012 12,2 9,4
T4 2012 12,7 9,7
T1 2013 12,9 9,9
T2 2013 13,0 10,0
T3 2013 12,8 9,9
T4 2013 12,5 9,8
T1 2014 12,5 9,8
T2 2014 12,4 9,8
T3 2014 12,6 10,0
T4 2014 12,7 10,1
T1 2015 12,5 10,0
T2 2015 12,6 10,1
T3 2015 12,7 10,2
T4 2015 12,4 9,9
T1 2016 12,3 9,9
T2 2016 12,1 9,6
T3 2016 12,2 9,8
T4 2016 12,1 9,7
  • Notes : données trimestrielles CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisé.

Figure 4 – Taux de chômage

Légère baisse de la demande d’emploi

Fin décembre 2016, 574 210 personnes inscrites à Pôle emploi étaient tenues de faire des actes positifs de recherche d’emploi (catégorie A,  B et C), soit 730 personnes de moins que le trimestre précédent (– 0,1 %). Au niveau national, le nombre de demandeurs d'emplois baisse de – 0,2 %. Sur un an, le nombre de demandeurs d’emploi en Hauts-de-France a baissé de 0,5 % alors qu’il est stable en France métropolitaine.

Le nombre de demandeurs de moins de 25 ans continue de diminuer (– 3,1 %) ce qui porte la baisse à 7,2 % sur un an. Le nombre de demandeurs de plus de 50 ans progresse de 1,7 % (+ 4,0 % sur un an).

Par ailleurs, le nombre de demandeurs d’emploi depuis plus d’un an perd à nouveau 0,9 %, de sorte qu’il diminue sur un an de 3,3 %. Au final, le chômage de longue durée concerne 47,8 % des demandeurs d'emploi, contre 44,0 % au niveau national.

Construction : la reprise s’affirme

Au quatrième trimestre 2016, les perspectives favorables dans la construction se sont affermies.

Le nombre de permis de construire des logements neufs délivrés, dont la remontée avait tardé dans la région par rapport au plan national, a continué de se redresser. La région enregistre une progression de 1 300 autorisations par rapport au 4e trimestre 2015. Cette dynamique favorable concerne en premier lieu, la Somme, le Nord et le Pas-de-Calais.

Le cumul annuel 2016 s’établit à 25 800, en hausse de 17 % par rapport à celui de 2015. L’écart avec le meilleur niveau de moyen terme, celui de 2011, est désormais de 28 % contre 38 % un an auparavant.

Figure 5 – Évolution du nombre de logements autorisés à la construction

Indice base 100 en janvier 2005
Évolution du nombre de logements autorisés à la construction
Hauts-de-France France métropolitaine
janv. 2005 100 100
févr. 2005 99,14 100,47
mars 2005 100,58 101,53
avril 2005 102,88 102,29
mai 2005 104,61 102,8
juin 2005 105,48 104,19
juil. 2005 107,2 105,05
août 2005 110,09 105,52
sept. 2005 112,68 106,38
oct. 2005 108,93 106,52
nov. 2005 108,36 106,99
déc. 2005 110,09 108,4
janv. 2006 108,07 109,44
févr. 2006 109,22 110,71
mars 2006 111,24 112,47
avril 2006 112,1 113,45
mai 2006 114,12 114,84
juin 2006 114,7 115,57
juil. 2006 115,56 116,43
août 2006 116,71 117,11
sept. 2006 114,41 116,62
oct. 2006 117 118,03
nov. 2006 119,88 118,99
déc. 2006 121,33 118,48
janv. 2007 121,33 117,88
févr. 2007 122,77 117,88
mars 2007 121,04 118,37
avril 2007 120,46 117,84
mai 2007 118,73 117,54
juin 2007 116,71 116,78
juil. 2007 114,7 116,98
août 2007 113,54 116,8
sept. 2007 113,54 116,51
oct. 2007 111,24 115,78
nov. 2007 107,78 113,67
déc. 2007 102,88 112,47
janv. 2008 100 112,24
févr. 2008 97,12 111,91
mars 2008 96,83 110,3
avril 2008 96,54 109,52
mai 2008 97,12 108,34
juin 2008 96,54 106,15
juil. 2008 96,83 103,7
août 2008 92,8 101,27
sept. 2008 90,2 99,71
oct. 2008 89,63 97,51
nov. 2008 87,03 95,65
déc. 2008 86,46 92,85
janv. 2009 85,88 90,09
févr. 2009 83,86 86,45
mars 2009 82,13 83,57
avril 2009 79,83 81,32
mai 2009 78,1 78,64
juin 2009 77,52 76,74
juil. 2009 76,95 75,6
août 2009 76,08 74,76
sept. 2009 75,22 74,11
oct. 2009 74,35 73,21
nov. 2009 76,95 73,37
déc. 2009 78,1 74,09
janv. 2010 78,67 74,76
févr. 2010 79,83 76,5
mars 2010 83 79,01
avril 2010 85,3 80,97
mai 2010 86,17 83,04
juin 2010 88,47 85,39
juil. 2010 91,07 87,57
août 2010 92,8 88,92
sept. 2010 95,97 90,48
oct. 2010 94,52 91,11
nov. 2010 93,95 91,64
déc. 2010 93,95 92,83
janv. 2011 95,39 94,36
févr. 2011 95,97 94,56
mars 2011 95,68 94,05
avril 2011 95,97 93,97
mai 2011 97,41 95,46
juin 2011 97,41 95,81
juil. 2011 97,41 96,38
août 2011 97,41 97,63
sept. 2011 98,56 99,39
oct. 2011 100,29 100,04
nov. 2011 100,86 101,12
déc. 2011 103,75 102,21
janv. 2012 103,46 101,96
févr. 2012 103,75 102,15
mars 2012 103,17 101,82
avril 2012 104,03 102,15
mai 2012 102,02 100,72
juin 2012 99,71 100,31
juil. 2012 96,54 99,47
août 2012 96,83 99,59
sept. 2012 94,52 97,57
oct. 2012 94,24 97,04
nov. 2012 93,08 95,99
déc. 2012 90,78 94,28
janv. 2013 91,07 94,44
févr. 2013 94,52 95,95
mars 2013 97,98 96,57
avril 2013 96,83 95,01
mai 2013 96,25 93,07
juin 2013 97,12 91,35
juil. 2013 100 89,33
août 2013 97,98 86,45
sept. 2013 95,39 84,86
oct. 2013 94,81 84,41
nov. 2013 91,07 83,61
déc. 2013 88,76 82,91
janv. 2014 85,3 80,85
févr. 2014 79,83 77,78
mars 2014 73,78 76,7
avril 2014 71,18 75,56
mai 2014 67,72 75,64
juin 2014 65,42 75,6
juil. 2014 61,67 75,92
août 2014 63,69 75,68
sept. 2014 64,55 75,84
oct. 2014 64,84 74,9
nov. 2014 66,57 74,11
déc. 2014 66,86 73,94
janv. 2015 67,72 73,62
févr. 2015 67,72 73,12
mars 2015 66,57 72,33
avril 2015 65,99 72,96
mai 2015 65,71 72,53
juin 2015 66,57 73,41
juil. 2015 66,28 73,31
août 2015 64,55 74,06
sept. 2015 64,27 74,76
oct. 2015 63,11 75,27
nov. 2015 63,98 76,97
déc. 2015 63,69 77,91
janv. 2016 62,25 78,34
févr. 2016 61,96 79,62
mars 2016 61,67 79,85
avril 2016 61,38 80,69
mai 2016 63,11 82,4
juin 2016 63,11 82,61
juil. 2016 65,71 83,34
août 2016 67,44 84,55
sept. 2016 70,61 86,61
oct. 2016 72,62 87,33
nov. 2016 72,91 88,23
déc. 2016 74,35 89,47
janv. 2017 76,95 90,48
févr. 2017 78,67 91,35
  • Note : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • Source : SOeS, Sit@del2.

Figure 5 – Évolution du nombre de logements autorisés à la construction

La reprise est également à l’œuvre en ce qui concerne les mises en chantier. Le nombre de logements commencés dans la région a dépassé de 2 300 celui du 4e trimestre 2015.

Au total en 2016, grâce à cette progression de fin d’année, 21 100 logements ont été mis en chantier, soit 1 200 de plus qu’en 2015 (+ 6 %).

Ce mouvement concerne tous les départements, sauf l’Aisne. La dynamique est particulièrement marquée dans le Pas-de-Calais qui contribue pour la moitié des mises en chantier supplémentaires alors qu’il représente le quart des constructions de 2016. Inversement, elle apparaît encore faible dans le Nord, qui représente 17 % des mises en chantier supplémentaires et 43 % des chantiers régionaux.

Au plan national, le nombre des mises en chantier en 2016 (364 600) dépasse de 12 % son niveau de 2015.

Figure 6 – Évolution du nombre de logements commencés

Indice base 100 en janvier 2005
Évolution du nombre de logements commencés
Hauts-de-France France métropolitaine
janv. 2005 100 100
févr. 2005 103,82 100,44
mars 2005 107,63 101,6
avril 2005 108,4 102,22
mai 2005 109,16 104,47
juin 2005 110,69 105,5
juil. 2005 114,5 105,85
août 2005 115,27 106,49
sept. 2005 118,32 108,07
oct. 2005 120,23 109,18
nov. 2005 120,61 109,3
déc. 2005 122,52 110,64
janv. 2006 121,76 110,86
févr. 2006 119,85 111,53
mars 2006 118,7 112,31
avril 2006 120,99 113,4
mai 2006 123,66 113,75
juin 2006 124,43 114,93
juil. 2006 123,28 115,33
août 2006 124,43 115,89
sept. 2006 121,37 115,7
oct. 2006 122,14 116,41
nov. 2006 124,05 117,4
déc. 2006 127,1 117,05
janv. 2007 128,24 117,05
févr. 2007 129,01 117,05
mars 2007 129,39 116,78
avril 2007 128,24 116,51
mai 2007 126,72 116,04
juin 2007 124,43 115,75
juil. 2007 125,57 117,25
août 2007 124,43 116,51
sept. 2007 127,86 116,44
oct. 2007 128,24 116,95
nov. 2007 125,95 116,31
déc. 2007 125,19 116,09
janv. 2008 122,9 115,84
févr. 2008 122,52 115,79
mars 2008 120,23 114,39
avril 2008 118,7 113,1
mai 2008 115,65 111,3
juin 2008 114,12 109,18
juil. 2008 111,07 106,32
août 2008 109,54 105,4
sept. 2008 105,73 103,36
oct. 2008 101,53 100,22
nov. 2008 99,62 96,99
déc. 2008 93,89 94,6
janv. 2009 90,08 91,31
févr. 2009 86,64 88,01
mars 2009 85,11 85,81
avril 2009 85,5 83,96
mai 2009 83,59 81,96
juin 2009 82,82 80,48
juil. 2009 83,21 80,5
août 2009 85,88 80,6
sept. 2009 85,11 79,34
oct. 2009 85,5 78,73
nov. 2009 85,88 80,11
déc. 2009 89,31 82,33
janv. 2010 89,69 82,4
févr. 2010 89,31 82,9
mars 2010 91,98 84,16
avril 2010 90,08 84,82
mai 2010 92,37 86,25
juin 2010 95,04 87,46
juil. 2010 93,89 88,13
août 2010 94,27 88,97
sept. 2010 98,85 91,34
oct. 2010 99,62 94,2
nov. 2010 101,53 96,72
déc. 2010 103,44 98,3
janv. 2011 104,2 99,65
févr. 2011 107,25 100,59
mars 2011 107,63 101,55
avril 2011 108,78 101,78
mai 2011 109,16 102,81
juin 2011 107,25 101,55
juil. 2011 109,92 101,11
août 2011 107,63 100,57
sept. 2011 106,49 100,02
oct. 2011 109,54 98,99
nov. 2011 111,45 100,81
déc. 2011 112,98 102,17
janv. 2012 113,74 101,68
févr. 2012 112,98 101,51
mars 2012 112,98 101,92
avril 2012 111,07 100,52
mai 2012 109,92 98,25
juin 2012 110,69 98,45
juil. 2012 108,02 98
août 2012 108,02 97,26
sept. 2012 104,2 95,36
oct. 2012 101,15 94,67
nov. 2012 99,62 91,16
déc. 2012 101,53 91,04
janv. 2013 100,76 90,92
févr. 2013 100 91,54
mars 2013 98,85 91,04
avril 2013 101,15 92,35
mai 2013 100 93,07
juin 2013 100,76 93,34
juil. 2013 103,44 93,19
août 2013 103,05 92,87
sept. 2013 103,05 93,04
oct. 2013 101,91 91,56
nov. 2013 100,38 90,3
déc. 2013 95,04 87,14
janv. 2014 94,66 86,75
févr. 2014 92,37 85,12
mars 2014 90,84 83,42
avril 2014 87,79 82,8
mai 2014 86,26 81,98
juin 2014 82,06 81,02
juil. 2014 78,63 80,7
août 2014 77,86 80,58
sept. 2014 77,48 79,99
oct. 2014 75,95 79,86
nov. 2014 78,63 79,91
déc. 2014 83,21 80,13
janv. 2015 81,68 79,62
févr. 2015 82,82 79,64
mars 2015 84,73 79,37
avril 2015 83,59 78,63
mai 2015 84,73 78,21
juin 2015 87,02 78,53
juil. 2015 87,02 78,13
août 2015 87,4 78,41
sept. 2015 87,02 79,02
oct. 2015 86,64 79
nov. 2015 82,44 79,39
déc. 2015 75,57 80,11
janv. 2016 77,86 80,31
févr. 2016 76,34 81,05
mars 2016 70,99 81,05
avril 2016 72,52 82,23
mai 2016 70,99 83,96
juin 2016 72,14 84,55
juil. 2016 71,37 85,71
août 2016 71,76 85,98
sept. 2016 71,76 86,8
oct. 2016 74,05 88,55
nov. 2016 75,95 89,98
déc. 2016 80,53 89,98
janv. 2017 79,77 91,41
févr. 2017 81,68 92,03
  • Note : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • Source : SOeS, Sit@del2.

Figure 6 – Évolution du nombre de logements commencés

L'hôtellerie termine l'année en légère baisse

Lors des trois derniers mois de l'année 2016, l'activité hôtelière régionale a légèrement reculé par rapport à la même période 2015 (– 1,1 %), affichant 2,1 millions de nuitées consommées. Cette baisse, similaire au trimestre précédent, résulte d'un repli de la clientèle française de 2,2 % et d'une hausse de 3,1 % des nuitées étrangères. Les touristes allemands et belges sont venus plus nombreux dans la région (respectivement + 5,9 % et + 9,9 %) à la différence des Britanniques (– 10,3 %).

Au niveau national, après un été en recul, l'activité hôtelière a progressé de 4,9 %, fruit d'une hausse des demandes françaises et étrangères.

Au sein de la région, les nuitées de l'Aisne et de la Somme sont en progression de respectivement 8,6 % et 6,8 %, portées par les touristes étrangers notamment allemands et anglais. L'activité des hôtels de l'Oise et du Nord stagne alors que celle du Pas-de-Calais est en recul de 6,6 %. Ce repli, illustré par la baisse des nuitées françaises de 15 % en novembre et de 13,1 % en décembre, s'explique par le retrait progressif des forces de l'ordre très présentes dans le secteur de Calais.

Sur l'ensemble de l'année 2016, l’activité hôtelière de la région a enregistré une hausse de 2,2 %, soutenue notamment par l'Euro de football, contre une baisse de 1 % en métropole.

Figure 7 – Évolution de la fréquentation dans les hôtels

En %
Évolution de la fréquentation dans les hôtels
Hauts-de-France France métropolitaine
T1 2011 3,803954702667884 2,2455296988236904
T2 2011 1,793319123511048 3,118357539041192
T3 2011 0,35843768904398937 3,0256743767917547
T4 2011 2,8029590920919154 4,643769783473398
T1 2012 -0,32675337147407507 2,3624045764267207
T2 2012 -2,2346275690099384 -0,7817130068028603
T3 2012 -1,7853774552015405 -0,7592137658719297
T4 2012 3,149101917046789 0,30393408277045164
T1 2013 -0,22383719222385748 -0,39239682185379654
T2 2013 -0,2563327386300436 -0,7465023691316598
T3 2013 2,7000283905876885 0,09029170044515399
T4 2013 -0,6630775009390377 -0,5644496415199138
T1 2014 -0,4887182627537909 -2,85235793715239
T2 2014 3,7921186429824645 -0,7980936572239198
T3 2014 2,994109349020058 -1,6063850425588522
T4 2014 2,547000015124714 -0,7375650233675307
T1 2015 3,719482609673266 2,4484776357299944
T2 2015 1,122024250201545 1,9306724791269951
T3 2015 1,7162164295751305 3,301374690924051
T4 2015 4,655290236623836 -1,2733203931827362
T1 2016 9,154077860435386 1,9023637524163426
T2 2016 3,907508338078588 -3,6195839979635847
T3 2016 -1,2992052651185901 -4,108686591845969
T4 2016 -1,1161637040099104 4,915287437018298
  • Notes : données trimestrielles brutes. Évolution du nombre de nuitées du trimestre de l'année n par rapport au trimestre de l'année n-1.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE.

Figure 7 – Évolution de la fréquentation dans les hôtels

Un quatrième trimestre qui confirme la vigueur de la création d’entreprises hors micro entreprises

La création d’entreprises connaît un regain de dynamisme depuis septembre 2015. Au quatrième trimestre 2016, le nombre de créations hors micro-entrepreneurs se maintient au niveau des deux trimestres précédents avec un volume d’un peu moins de 5 000 unités. La tendance n’est pas propre à la région même si un léger fléchissement est enregistré ce trimestre au plan national. En un an, le nombre de créations hors micro-entrepreneurs atteint 20 300, en hausse de 5,8 % par rapport à 2015 tandis que dans le même temps le bilan national est de 331 000, en progression de 9,8 %.

Le nombre des créations sous le régime de la micro entreprise a finalement chuté de 3,2 % en 2016 par rapport à 2015 en attirant 12 600 créateurs tandis qu’il s’est stabilisé au plan national.

Ainsi, tous types de créations d’entreprises confondus en 2016, la création d’entreprise dans la région s’est révélée un peu moins vigoureuse qu’en France par rapport à 2015 (+ 2,2 % contre + 5,5 %). Le département du Nord fait exception avec une hausse de 7,9 %.

Le nombre de défaillances est toujours en repli sur la région en un an (– 7,2 %) comme au plan national (– 8,1 %).■

Figure 8 – Créations d'entreprises

Indice base 100 au 1er trimestre 2009
Créations d'entreprises
Hauts-de-France hors micro-entr. France métro. hors micro-entr. Hauts-de-France y/c micro-entr. France métro. y/c micro-entr.
T1 2009 100 100 100 100
T2 2009 98,04 95,6 110,89 120,41
T3 2009 94,49 94,16 118,62 116,67
T4 2009 101,6 99,67 124,85 123,76
T1 2010 98,04 96,46 138,91 132,84
T2 2010 109,55 99,98 124,71 121,91
T3 2010 105,18 98,64 117,24 117,2
T4 2010 100,46 97,31 117,13 117,62
T1 2011 103,32 96,35 112,76 108,24
T2 2011 96,63 94,83 112 107,88
T3 2011 101,39 96,47 111,9 107,13
T4 2011 105,33 96,86 118 108,58
T1 2012 95,98 92,64 115,31 110,97
T2 2012 91,06 88,78 113,07 108,11
T3 2012 97,3 89,5 113,88 107,66
T4 2012 92,84 90,63 106,63 105,08
T1 2013 102,19 97,52 110,17 107,44
T2 2013 103,61 97,67 109,46 106,1
T3 2013 109,45 98,99 108,64 105,07
T4 2013 110,17 101,89 110,03 107,69
T1 2014 108,63 100,58 109,71 109,75
T2 2014 108,94 100,55 111,62 107,81
T3 2014 108,83 99,9 111,77 110,25
T4 2014 113,96 101,27 108,05 109,25
T1 2015 123,36 107,73 108,35 104,25
T2 2015 124,47 112,99 102,45 102,57
T3 2015 120,94 116,07 100,15 104,49
T4 2015 125,29 118,44 101,78 105,33
T1 2016 127,17 121,32 103,99 108,54
T2 2016 132,91 125,33 111,77 111,87
T3 2016 131,7 126,83 101,85 109,5
T4 2016 131,26 125,61 104,67 108,33
  • Champ : ensemble des activités marchandes hors agriculture.
  • Note : données trimestrielles corrigées des variations saisonnières (CVS).
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Figure 8 – Créations d'entreprises

Figure 9 – Défaillances d'entreprises

Indice base 100 en janvier 2005
Défaillances d'entreprises
Hauts-de-France France métropolitaine
janv. 2005 100 100
févr. 2005 99,76 100,52
mars 2005 99,89 100,57
avril 2005 100,43 101,22
mai 2005 99,84 102,01
juin 2005 99,78 102,31
juil. 2005 98,46 102,08
août 2005 98,38 101,95
sept. 2005 98,78 102,18
oct. 2005 100,19 101,8
nov. 2005 98,73 101,61
déc. 2005 99,59 101,36
janv. 2006 99,89 100,49
févr. 2006 98,65 99,45
mars 2006 99,49 98,95
avril 2006 97,84 97,81
mai 2006 97,59 97,15
juin 2006 97,97 96,75
juil. 2006 97,67 96,78
août 2006 97,94 97
sept. 2006 97,94 97,05
oct. 2006 97,43 97,57
nov. 2006 97,89 98,29
déc. 2006 96,59 98,95
janv. 2007 95,94 99,83
févr. 2007 98,21 101,14
mars 2007 98,02 102
avril 2007 98,08 102,72
mai 2007 97,65 103,16
juin 2007 97,13 103,95
juil. 2007 97,75 105,07
août 2007 97,73 104,94
sept. 2007 97,54 104,96
oct. 2007 97,43 105,76
nov. 2007 98,48 105,6
déc. 2007 100,84 105,6
janv. 2008 101,38 105,64
févr. 2008 101,98 106,12
mars 2008 101,76 105,69
avril 2008 103,57 107,11
mai 2008 104,49 106,87
juin 2008 104,38 106,86
juil. 2008 104,98 107,4
août 2008 105,71 107,64
sept. 2008 107,9 109,11
oct. 2008 110,66 110,52
nov. 2008 112,58 111,76
déc. 2008 112,66 114,05
janv. 2009 114,83 115,7
févr. 2009 116,91 117,53
mars 2009 119,86 121,06
avril 2009 121,43 122,8
mai 2009 123,35 124,72
juin 2009 124,62 126,52
juil. 2009 126,7 128,01
août 2009 127,38 128,99
sept. 2009 129,73 130,67
oct. 2009 130,68 130,38
nov. 2009 129,36 130,96
déc. 2009 129,17 130,57
janv. 2010 130,47 130,72
févr. 2010 130,25 130,54
mars 2010 131,01 130,66
avril 2010 131,28 129,35
mai 2010 131,17 129,3
juin 2010 132,77 129,4
juil. 2010 133,66 128,48
août 2010 133,06 128,64
sept. 2010 132,85 127,41
oct. 2010 130,55 126,45
nov. 2010 131,63 125,87
déc. 2010 131,95 124,77
janv. 2011 133,14 124,84
févr. 2011 133,28 124,8
mars 2011 133,33 123,95
avril 2011 131,36 123,42
mai 2011 134,71 125,01
juin 2011 133,96 123,63
juil. 2011 131,66 122,9
août 2011 131,76 122,95
sept. 2011 132,47 122,44
oct. 2011 134,71 122,53
nov. 2011 133,87 122,76
déc. 2011 132,52 122,57
janv. 2012 133,44 123,52
févr. 2012 133,98 123,51
mars 2012 133,01 122,56
avril 2012 134,82 122,9
mai 2012 131,25 121,25
juin 2012 132,77 121,36
juil. 2012 134,44 122,97
août 2012 135,42 122,83
sept. 2012 133,93 122,24
oct. 2012 133,96 124,24
nov. 2012 134,93 124,54
déc. 2012 141,5 125,94
janv. 2013 139,37 125,66
févr. 2013 137,77 125,49
mars 2013 138,8 125,31
avril 2013 138,88 126,74
mai 2013 140,21 127,01
juin 2013 139,2 127,46
juil. 2013 141,21 128,46
août 2013 140,48 128,3
sept. 2013 142,91 129,3
oct. 2013 142,69 129,28
nov. 2013 142,42 129
déc. 2013 138,34 129,05
janv. 2014 138,37 129,18
févr. 2014 140,04 130,34
mars 2014 140,37 130,35
avril 2014 140,12 130,61
mai 2014 139,91 129,98
juin 2014 140,18 130,21
juil. 2014 139,15 130,25
août 2014 138,99 130,31
sept. 2014 137,77 130,73
oct. 2014 136,88 130,61
nov. 2014 138,45 130,81
déc. 2014 137,66 129,09
janv. 2015 138,99 129,83
févr. 2015 138,88 129,65
mars 2015 139,29 132,04
avril 2015 140,72 132,12
mai 2015 136,9 129,43
juin 2015 138,58 131,31
juil. 2015 138,37 130,76
août 2015 138,07 130,21
sept. 2015 138,18 130,46
oct. 2015 136,28 128,69
nov. 2015 137,2 129,03
déc. 2015 137,09 130,67
janv. 2016 134,96 129,13
févr. 2016 135,09 128,43
mars 2016 133,17 126,76
avril 2016 132,68 125,43
mai 2016 135,74 128,59
juin 2016 133,87 126,81
juil. 2016 133,12 124,8
août 2016 132,39 124,59
sept. 2016 131,52 123,29
oct. 2016 131,82 122,8
nov. 2016 128,92 122,19
déc. 2016 127,22 120,07
janv. 2017 127,54 119,51
  • Note : données mensuelles brutes au 14 mars 2017, en date de jugement.
  • Chaque point représente l'évolution du cumul des douze derniers mois.
  • Source : Fiben, Banque de France.

Figure 9 – Défaillances d'entreprises

Encadrés

Un vent d'optimisme souffle sur l'économie mondiale

L'activité dans les économies avancées est restée solide au quatrième trimestre 2016 (+ 0,5 %), en particulier au Royaume-Uni (+ 0,7 %). Dans la zone euro, la croissance s’est légèrement élevée (+ 0,4 % après + 0,3 %), en particulier en Allemagne (+ 0,4 % après + 0,1 %).

Avec un climat des affaires nettement au-dessus de sa moyenne de longue période, la croissance resterait solide dans les économies avancées au premier semestre 2017. Ce serait notamment le cas aux États-Unis où souffle une bouffée d'optimisme postélectorale. La hausse récente du cours du pétrole et celle des prix alimentaires stimulent un regain d'inflation qui érode les gains de pouvoir d'achat des ménages. Néanmoins, les ménages européens lisseraient l'effet de cette érosion sur leurs dépenses et épargneraient un peu moins. En outre, les salaires gagneraient en dynamisme, notamment en Allemagne et en Espagne où les salaires minima ont été nettement revalorisés. L'activité économique accélérerait même légèrement dans la zone euro, grâce aux exportations. Le chômage continuerait de baisser doucement.

L’économie française a accéléré fin 2016

En France, l’activité a accéléré fin 2016 (+ 0,4 % au quatrième trimestre après + 0,2 % au troisième). La production manufacturière est restée solide, surtout du fait d’une forte hausse dans les matériels de transports. Côté demande, les exportations ont accéléré, en particulier grâce à des livraisons aéronautiques exceptionnelles en décembre. Après deux trimestres atones, la demande intérieure s’est nettement raffermie, à la fois la consommation des ménages et l’investissement des entreprises, alors que l’investissement des ménages est resté vigoureux. Dans le même temps, l’emploi salarié marchand a encore progressé (+ 64 000 après + 50 000) et le chômage a légèrement diminué (– 0,1 point à 10,0 %).

En février, le climat des affaires demeure au-dessus de sa moyenne de longue période dans les services et surtout dans l’industrie, où il est au plus haut depuis l’été 2011. Au total, le PIB progresserait de nouveau solidement au premier semestre 2017 (+ 0,3 % au premier trimestre puis + 0,5 % au deuxième). L’emploi conserverait sa vigueur et le chômage baisserait à nouveau, à 9,8 % mi-2017.  

Pour en savoir plus

« L’emploi reste bien orienté grâce à l’intérim », Insee Conjoncture Hauts-de-France n°6, janvier 2017.

« Le pouvoir d’achat ralentit, le climat conjoncturel reste favorable », Note de conjoncture, Insee, mars 2017.