Territoire à 30 minutes autour d'Iter - Un territoire attractif aux portes de la métropole Aix-Marseille-Provence

Thierry Lassagne, Insee - Catherine Loose, Direccte

Composé des 36 communes situées à moins de 30 minutes du chantier Iter, le territoire Iter30min connaît une importante expansion démographique depuis 50 ans. Peu dense, le territoire est attractif et enregistre l'arrivée de résidents venant plus particulièrement de la métropole Aix-Marseille-Provence. Les nouveaux arrivants sont souvent de jeunes actifs, à la recherche d’un habitat individuel, fréquent sur le territoire. En couple avec ou sans enfant, ils peuvent également accéder à la propriété. Les déplacements domicile-travail, notamment en provenance de l’extérieur du territoire, sont de plus en plus nombreux. Malgré l'installation de ces jeunes ménages, la population d’Iter30min est de plus en plus âgée. Elle connaît par ailleurs certaines disparités sociales. La consommation d’espace, l’habitat, les transports ou encore le vieillissement sont autant de défis ou d’enjeux que devra relever le territoire pour rester un territoire attractif et dynamique aux portes de la métropole Aix-Marseille-Provence.

Un territoire peu dense aux portes de la métropole Aix-Marseille-Provence

En 2013, près de 130 000 personnes (figure 1) vivent sur le territoire Iter30min, composé des 36 communes situées à moins de 30 minutes du chantier Iter par le réseau routier (encadré 1). Ce territoire abrite 2,5 % de la population de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) et occupe une superficie de 1 440 km². Avec une densité de population de 90 habitants au km², nettement inférieure à celle de Paca, le territoire est faiblement artificialisé. Plus de la moitié de sa surface est recouverte de forêts et de végétation et 35 % de terres agricoles. Deux parcs naturels régionaux, le Verdon au sud-est et le Luberon au nord-ouest couvrent 60 % de la surface du territoire.

Ce territoire est composé de 31 communes de moins de 5 000 habitants qui accueillent près de la moitié de la population. Les deux plus grandes communes, Manosque et Pertuis qui comptent environ 20 000 habitants, regroupent un tiers de la population. L'essentielle de celle-ci se concentre le long de l'autoroute A51 qui traverse Iter30min de part en part. Le sud-ouest de ce vaste territoire appartient à la métropole Aix-Marseille-Provence (AMP), notamment la commune de Saint-Paul-lès-Durance. Celle-ci, hébergeant le Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA) et choisie pour l'implantation du projet Iter en 2005 (encadré 2), est un pôle d’emploi important au regard de sa population.

Figure 1 – Plus d’un tiers de la population appartient à la métropole Aix-Marseille-ProvenceNombre d’habitants d’Iter30min en 2013

  • Note : au sein du territoire Iter30min, seuls les noms des communes comptant plus de 5 000 habitants (et la commune hébergeant le projet Iter) sont mentionnés. A l'extérieur, ne figurent que les communes qui comptent plus de 10 000 habitants.
  • Source : Insee, Recensement de la population 2013

Une forte attractivité démographique

Entre 1962 et 2013, la population d’Iter30min a été multipliée par 2,6 (figure 2) passant de 49 300 à 130 000 habitants. Depuis 2008, la population augmente de 1,0 % par an soit à un rythme trois fois plus important que celui de Paca. La plupart des communes du territoire gagnent des habitants.

L'attractivité migratoire du territoire explique en grande partie son dynamisme démographique. Au cours de l'année 2012, le territoire a gagné 900 habitants du fait d’arrivées plus nombreuses que les départs : 6 400 personnes se sont installées à Iter30min et 5 500 en sont parties. Les arrivées proviennent essentiellement des différents départements de Paca et plus particulièrement des Bouches-du-Rhône, mais également des régions Île-de-France et Hauts-de-France. Un tiers de ces migrations résidentielles se sont effectuées avec le reste de la métropole AMP. L'excédent des naissances sur les décès contribue plus modérément à la croissance démographique d’Iter30min : + 0,3 % par an, autant que la moyenne régionale.

Figure 2 – La population d'Iter30min continue de croîtreÉvolution de la population d'Iter30min de Paca et de la France métropolitaine entre 1962 et 2013

Base 100 en 1962
La population d'Iter30min continue de croître
Iter30min Paca France métropolitaine
1962 100 100 100
1968 125 117 107
1975 141 130 113
1982 163 141 117
1990 196 151 122
1999 220 160 126
2008 251 173 134
2013 264 176 137
  • Lecture : la population d'Iter30min est de 130 000 en 2013, soit 2,6 fois plus qu'en 1962.
  • Source : Insee, Recensements de la population 1962 à 2013

Figure 2 – La population d'Iter30min continue de croîtreÉvolution de la population d'Iter30min de Paca et de la France métropolitaine entre 1962 et 2013

Arrivées de jeune actifs, départs des étudiants

Les arrivées dans le territoire concernent surtout de jeunes actifs (figure 3). Les échanges migratoires renforcent encore la population des cadres et professions intellectuelles supérieures déjà très présente. Toutefois, l’attractivité d’Iter30min vis à vis de cette catégorie socioprofessionnelle est moins marquée que dans le référentiel composé de cinq territoires comparables (encadré 1). Les professions intermédiaires viennent également s'installer nombreuses dans le territoire. Par ailleurs, parmi les 6 400 arrivées, 46 % sont des actifs occupés et 12 % des chômeurs.

L'absence d'établissements d'enseignement supérieur dans le territoire incite les étudiants à partir pour poursuivre leurs études. Près de 60 % d'entre eux vont étudier à Aix-en-Provence ou à Marseille. Néanmoins, près de 2 400 étudiants résident à Iter30min en 2013.

Figure 3 – Les 25-40 ans s'installent sur le territoire Iter30min alors que les étudiants en partentDéparts, arrivées et impacts des migrations résidentielles par tranche d’âge en 2013

Les 25-40 ans s'installent sur le territoire Iter30min alors que les étudiants en partent
Âge révolu (en années) Arrivées (nombre de personnes) Départs (nombre de personnes) Impact des migrations
1-4 ans 500 -290 3,7
5-9 ans 457 -311 1,9
10-14 ans 364 -264 1,2
15-19 ans 313 -555 -3,1
20-24 ans 739 -745 -0,1
25-29 ans 830 -706 2,0
30-34 ans 718 -550 2,5
35-39 ans 488 -341 1,9
40-44 ans 384 -362 0,2
45-49 ans 332 -296 0,4
50-54 ans 285 -257 0,3
55-59 ans 263 -229 0,4
60-64 ans 262 -184 0,9
65-69 ans 149 -173 -0,3
70-74 ans 72 -82 -0,2
75-79 ans 81 -84 0,0
80-84 ans 66 -35 0,8
85-89 ans 55 -38 0,6
90-95 ans 34 -22 1,1
95 ans et plus 4 -6 -0,6
  • Lecture : 310 personnes entre 15 et 19 ans se sont installées en 2013 sur le territoire Iter30min et 555 en sont parties. Les migrations résidentielles, ayant eu lieu au cours de l'année 2012, ont ainsi diminué la population âgée de 15 à 19 ans de 3,1 % (impact).
  • Source : Insee, Recensement de la population 2013

Figure 3 – Les 25-40 ans s'installent sur le territoire Iter30min alors que les étudiants en partentDéparts, arrivées et impacts des migrations résidentielles par tranche d’âge en 2013

Emménager dans une maison individuelle

Les nouveaux ménages qui s’installent dans le territoire sont en général des couples avec ou sans enfant. L’opportunité d’habiter dans une maison apparaît comme un motif déterminant pour emménager à Iter30min, notamment en provenance du reste de la métropole AMP où la pression foncière est certainement plus importante. En effet, les nouveaux ménages qui quittent un appartement pour s’installer dans une maison sont largement plus nombreux parmi les arrivants de la métropole AMP que parmi les autres arrivants. Au total, près d’un nouveau ménage sur deux en provenance d’AMP s’installe dans une maison.

Le parc de résidences principales d’Iter30min est composé d'une forte proportion de logements individuels (71 % contre seulement 42 % en Paca). Au cours des dernières années, la construction neuve ne modifie pas la répartition entre individuel et collectif. Entre 2012 et 2014, 35 % des logements neufs sur Iter30min sont collectifs contre 56 % en Paca. Par ailleurs, les logements sont plus souvent de grande taille : 65 % des résidences principales disposent de 4 à 6 pièces contre 49 % en Paca.

Mais également devenir propriétaire

L’accession à la propriété est un autre motif qui incite les ménages à s’installer à Iter30min, en particulier ceux venant du reste de la métropole. Pour 24 % d’entre eux, le déménagement d’AMP vers Iter30min s’accompagne d’un changement de statut de locataire à propriétaire (contre 18 % pour l’ensemble des nouveaux arrivants). Globalement, les ménages résidant sur le territoire sont plus souvent propriétaires qu’ailleurs (62 % contre 54 % en Paca). La possibilité d’acquérir un logement plus grand, en général individuel, rend Iter30min particulièrement attractif pour les actifs travaillant à proximité. La moitié des actifs qui choisissent d’y emménager continuent à travailler en dehors du territoire.

Enfin, malgré la présence de deux parcs naturels régionaux, favorable au tourisme, le parc de logements d’Iter30min comporte assez peu de résidences secondaires (10 % contre 17 % en Paca). De plus, au contraire de Paca, leur nombre n’augmente plus depuis une vingtaine d'années.

Des déplacements domicile-travail de plus en plus nombreux

L’attractivité résidentielle mais également la dynamique d’emploi dont bénéficie Iter30min provoquent un accroissement des navettes quotidiennes domicile-travail sur ce territoire. Entre 2008 et 2013, le nombre d'actifs qui franchissent les limites du territoire Iter30min pour aller travailler augmente de 9 % soit l'équivalent de 450 navetteurs de plus chaque année. Cette hausse est encore plus importante pour les « entrants » (+ 18 % contre + 3 % pour les « sortants »). Ainsi, en 2013, 29 300 navetteurs journaliers arrivent ou quittent le territoire d'Iter30min (figure 4). La majorité de ces échanges s'effectuent avec le reste de la métropole AMP (60 %). Les 17 100 navetteurs « sortants » (résidents du territoire travaillant à l’extérieur), représentent un tiers des résidents en emploi. A l’inverse, près de 26 % des emplois d’Iter30min sont occupés par des non-résidents, soit 12 200 personnes. Contrairement aux territoires de comparaison, Iter30min compte ainsi moins d'emplois que d'actifs occupés. Cependant, ce rapport de 90 emplois pour 100 actifs occupés résidents est en augmentation (+ 3 points) depuis 2008, alors qu’il baisse (- 2 points) sur le référentiel.

À cette mobilité avec l’extérieur se rajoute une mobilité interne. Ainsi, 15 700 actifs occupés vivant à Iter30min changent de commune au sein du territoire pour se rendre à leur lieu de travail, soit 11 % de plus en 5 ans (320 navetteurs internes de plus par an). Ce sont principalement les trajets en direction de Manosque ou de Saint-Paul-lès-Durance qui ont fortement augmenté. Les navettes de Manosque ou de Pertuis vers Saint-Paul-lès-Durance ont particulièrement progressé. Par ailleurs, 18 500 actifs travaillent dans leur commune de résidence, soit un taux de « stables » supérieur au référentiel.

Si cette croissance de navettes journalières devait se maintenir, un enjeu pour Iter30min serait de pouvoir l’absorber, au travers de son réseau routier et autoroutier et de son offre de transport collectif.

Figure 4 – De nombreux déplacements domicile-travail entre Iter30min et la métropole Aix-Marseille-ProvenceNombre de navetteurs d’Iter30min en 2013 et évolution du nombre de navetteurs entre 2008 et 2013

  • Lecture : en 2013, 12 420 actifs occupés résidant à Iter30min travaillent dans les Bouches-du-Rhône et 5 240 résidant dans les Bouches-du-Rhône travaillent sur Iter30min. Ces derniers sont 16 % de plus qu'en 2008.
  • Note : seuls les flux supérieurs à 150 navetteurs avec l'extérieur ou à l’intérieur du territoire Iter30min sont représentés. Seule la valeur des flux supérieurs à 500 navetteurs est mentionnée.
  • Source : Insee, Recensements de la population 2008 et 2013

Une population de plus en plus âgée

En 2013, la population résidant à Iter30min est légèrement plus âgée que dans l’ensemble de Paca. Un habitant sur cinq a 65 ans ou plus (figure 5). Le nombre de seniors a fortement augmenté depuis 1999 : + 2,6 % en moyenne par an soit 7 820 habitants supplémentaires (contre + 1,6 % en Paca). L'arrivée de jeunes ménages ne compense pas ce vieillissement par ailleurs accentué par les départs d'étudiants. Un des enjeux pour Iter30min est d’accompagner ce vieillissement.

Figure 5 – Une population de plus en plus âgée avec une prévalence des soixantenairesPyramide des âges d’Iter30min en 1999 et 2013

Une population de plus en plus âgée avec une prévalence des soixantenaires
Âge (en ans) Hommes 1999 Femmes 1999 Hommes 2013 Femmes 2013
0 6,2 5,2 5,3 5,0
1 5,8 5,6 5,6 5,0
2 6,0 6,0 5,8 5,7
3 6,5 6,0 5,8 6,2
4 6,3 6,1 6,2 5,6
5 7,0 5,8 6,3 5,8
6 7,0 5,9 6,2 5,6
7 6,9 6,4 6,2 5,9
8 6,8 6,5 6,3 6,7
9 7,1 7,0 6,6 6,1
10 7,5 7,2 7,0 6,4
11 7,1 6,4 6,8 6,5
12 6,8 6,5 6,8 6,3
13 7,6 6,6 6,8 6,4
14 6,7 6,5 6,5 6,2
15 6,7 6,7 6,6 6,6
16 7,0 6,5 6,6 5,7
17 6,6 6,3 6,4 5,8
18 6,4 5,8 5,5 5,3
19 5,6 4,8 4,9 4,5
20 5,0 4,3 4,7 4,3
21 5,0 4,4 4,5 3,8
22 4,8 4,1 4,3 4,4
23 5,0 4,3 4,4 4,3
24 5,1 4,8 4,8 4,5
25 5,6 5,5 4,7 5,0
26 5,8 5,7 4,6 4,9
27 5,9 6,0 4,8 4,9
28 5,9 6,2 5,2 5,2
29 6,3 6,8 4,6 5,0
30 7,1 7,3 5,7 5,6
31 6,3 6,9 5,2 5,2
32 6,2 7,0 5,1 5,6
33 6,7 7,6 5,3 5,9
34 7,5 8,1 4,9 5,8
35 7,4 7,5 5,6 5,5
36 7,3 7,7 5,3 6,1
37 7,1 7,6 6,0 6,4
38 7,1 8,7 5,7 6,6
39 7,4 7,7 6,7 7,2
40 7,6 7,4 7,2 7,1
41 7,4 7,4 6,9 7,5
42 7,2 7,4 6,9 7,1
43 7,7 7,4 6,7 7,5
44 7,5 7,2 7,2 7,2
45 7,6 6,8 7,2 7,4
46 7,4 7,3 6,7 7,8
47 7,1 7,3 7,0 7,5
48 7,1 7,1 6,8 8,0
49 7,1 7,5 6,7 7,3
50 6,9 7,3 7,1 7,2
51 7,3 6,9 6,9 7,3
52 6,8 7,2 6,4 7,4
53 5,5 5,8 6,3 7,0
54 5,5 5,7 6,5 7,2
55 5,6 6,2 6,9 6,6
56 5,5 5,8 7,3 6,9
57 5,0 5,6 6,4 6,8
58 5,1 5,0 6,3 6,8
59 5,2 5,6 6,6 6,4
60 5,4 5,2 6,7 6,9
61 5,3 5,4 6,9 7,2
62 5,4 5,4 6,9 7,1
63 5,6 5,6 6,1 7,0
64 5,4 5,8 6,5 7,3
65 5,2 5,6 6,3 6,6
66 5,3 5,7 5,8 6,3
67 5,2 5,4 5,0 5,9
68 5,0 5,5 5,1 5,6
69 4,7 5,0 4,0 5,1
70 4,3 5,2 4,2 4,9
71 4,2 4,5 4,4 5,4
72 4,4 5,0 4,1 4,4
73 4,0 4,7 3,8 4,4
74 3,5 4,4 3,6 4,4
75 3,6 4,7 3,9 4,3
76 3,5 4,3 3,6 4,4
77 3,6 4,4 3,4 4,8
78 3,1 4,2 3,5 4,4
79 2,2 3,1 3,2 4,2
80 1,6 2,1 3,2 4,5
81 1,2 1,7 3,2 3,8
82 1,1 1,9 2,5 4,1
83 1,0 1,8 2,6 3,5
84 1,8 2,7 1,9 3,2
85 1,1 2,3 1,6 2,6
86 1,1 2,2 1,7 2,9
87 0,8 1,8 1,4 2,7
88 0,6 1,6 1,1 2,3
89 0,7 1,3 1,2 2,5
90 0,4 1,4 0,7 1,8
91 0,3 0,8 0,7 1,4
92 0,2 0,8 0,6 1,2
93 0,2 0,6 0,3 0,9
94 0,2 0,4 0,3 0,7
95 0,1 0,4 0,1 0,5
96 0,0 0,3 0,1 0,3
97 0,1 0,3 0,1 0,3
98 0,0 0,1 0,1 0,3
99 0,0 0,1 0,1 0,2
100 0,0 0,1 0,0 0,4
  • Lecture : en 2013, 6,6 femmes sur 1 000 et 6,3 hommes sur 1 000 sont âgés de 65 ans dans le territoire Iter30min.
  • Source : Insee, Recensements de la population 1999 et 2013

Figure 5 – Une population de plus en plus âgée avec une prévalence des soixantenairesPyramide des âges d’Iter30min en 1999 et 2013

Des disparités sociales

Reflet de son tissu économique tourné à la fois vers la recherche-développement et les services à destination de la population résidente (cf Insee Analyses Paca n° 45), le territoire n'est pas exempt de disparités sociales qui sont même plus présentes que sur le référentiel. Elles restent toutefois moins importantes qu’en moyenne régionale. Le taux d’habitants vivant avec un bas revenu à iter30min est de 18 % (2 points de plus que le référentiel). Les actifs au chômage (au sens du recensement de la population de 2013) y sont plus nombreux et plus souvent chômeurs de longue durée. Les femmes sont plus particulièrement exposées. Par ailleurs, 14,8 % de salariés ont un contrat précaire, davantage que dans le référentiel.

Ces difficultés sociales se retrouvent au niveau des revenus disponibles. En 2013, le revenu mensuel médian disponible par unité de consommation est de 1 680 euros à Iter30min, soit 100 euros de moins que dans les territoires de comparaison mais 60 euros de plus qu'en Paca. Comme dans le référentiel, le rapport entre les revenus disponibles les plus élevés et les plus faibles, varie de 1 à 3.

Par ailleurs, le parc locatif social d’Iter30min est peu développé. Il ne représente que 7 % du parc de résidences principales, soit deux fois moins que dans le référentiel ou en Paca. Néanmoins, la construction de logements sociaux s’est accélérée au cours des dernières années (+ 14 % entre 2012 et 2014).

Encadrés

Territoire étudié, territoire de référence

Le territoire étudié (dénommé Iter30min) est composé des 36 communes dont le chef-lieu est situé à moins de 30 minutes du chantier Iter par le réseau routier (aux heures creuses de circulation, source GoogleMaps). Il est à la croisée de quatre départements (Bouches-du-Rhône, Var, Vaucluse et Alpes-de-Haute-Provence) et compte huit communes de la métropole Aix-Marseille-Provence. Sur ce territoire, l’État a mis en place un « Service Public de l’Emploi de Proximité » (SPE-P) qui vise à concentrer les moyens de la politique de l’emploi afin d’accompagner le développement du projet Iter. La comparaison de cet espace à un référentiel composé de territoires français aux caractéristiques semblables permet de mettre en évidence certaines spécificités ou enjeux propres à Iter30min. Ce référentiel est composé des cinq seuls EPCI de France de province hébergeant entre 65 000 et 180 000 habitants en 2013, et au sein desquels les professions consacrées à la conception et à la recherche représentent au moins 6 % de l’emploi : Communautés d’Agglomération (CA) de Sophia-Antipolis, du Pays de Montbéliard, du Sicoval et du Gard Rhodanien, et Communauté de Communes (CC) du Pays du Grésivaudan. Trois d'entre eux se trouvent, comme Iter30min, à proximité d'une grande agglomération : Toulouse pour la CA de Sicoval, Nice pour la CA de Sophia-Antipolis et Grenoble pour la CC du Pays du Grésivaudan.

Le projet Iter

En 2005, la France a obtenu l’implantation du projet Iter (International thermonuclear experimental reactor), qui a pour finalité de valider l’efficience de la fusion nucléaire à l’origine de la production d’énergie. Reproduire une énergie comparable à celle créée naturellement au cœur du soleil est un projet soutenu par 35 pays. Il se traduit en région Paca par la construction, l’implantation et l’exploitation d’un réacteur expérimental (Tokamak), et de ses équipements connexes sur un site de 180 d’hectares à Saint-Paul-lès-Durance (Bouches-du-Rhône). Démarré en 2007, le chantier doit se poursuivre jusqu’en 2021, et les premières expériences de fusion en pleine puissance interviendront en 2035.

Pour en savoir plus

Belle R., Adaoust S., «Territoire à 30 minutes autour d’Iter : Les services aux entreprises, réacteur de l’emploi malgré la crise », Insee Analyses Paca n° 45, mars 2017

Durieux S., Pougnard J., « Parc naturel régional du Verdon : un espace en mutation entre ruralité et périurbanisation », Insee Analyses Paca n° 14, avril 2015

Novella S., Jourdan N., « La zone d'emploi de Manosque au défi de la mobilité durable », Insee Études Analyse n° 21, juin 2012

Bras M.A., Chassang C., Martin M., Pierraccini P. et Davoult G., « Des dynamiques de développement variées autour de Cadarache », Sud Insee l'essentiel n° 86, novembre 2005