Les entreprises réunionnaises dégagent 6,6 milliards d’euros de valeur ajoutéeÉlaboration des statistiques annuelles d’entreprises 2014

Sylvain Daubrée, Insee

En 2014, la valeur ajoutée dégagée par les entreprises marchandes réunionnaises est de 6,6 milliards d’euros, pour un chiffre d’affaires de 23,7 milliards d’euros. L’investissement, largement porté par les activités immobilières, s’élève à 1,7 milliard d’euros. Il est concentré sur quelques entreprises, puisque 5 % des entreprises hors micro-entreprises réalisent 93 % de l’investissement. Enfin, par rapport à 2013, la valeur ajoutée totale augmente en moyenne de 2,5 %, mais cette hausse est portée par seulement la moitié des entreprises.

Publication actualisée le 20 février 2017 suite à la découverte d'une erreur de traitement.

En 2014, 48 000 entreprises composent les secteurs principalement marchands non agricoles et non financiers de l’économie à La Réunion contre 4,4 millions en France (figure 1). Ces entreprises réunionnaises dégagent une valeur ajoutée de 6,6 milliards d’euros (1 100 milliards d’euros en France) pour un chiffre d’affaires de 23,7 milliards d’euros (3 800 milliards d’euros en France). Les secteurs qui contribuent le plus à la création de richesse sont l’enseignement, santé humaine et action sociale (hors secteur public), les activités scientifiques et techniques, services administratifs et de soutien et le commerce de détail.

Par ailleurs, parmi ces entreprises réunionnaises, les trois quarts n’ont pas de salarié. Les autres emploient 87 500 salariés en équivalent temps plein. La Réunion compte 11 200 entreprises entre 1 et 9 salariés, 1 500 entre 10 et 249 salariés et 17 entreprises de plus de 250 salariés.

L’investissement est porté par les activités immobilières

Les entreprises investissent 1,7 milliard d’euros en 2014 (175 milliards d’euros en France). Cet investissement est largement porté par les activités immobilières, qui représentent 43 % de l’investissement total mais seulement 5 % de la valeur ajoutée.

Le taux de marge baisse entre 2013 et 2014, passant de 33,7 % à 32,9 %.

Figure 1 – La valeur ajoutée des entreprises réunionnaises s’élève à 6,6 milliards d’euros en 2014Principales caractéristiques des entreprises réunionnaises en 2014 par secteur

La valeur ajoutée des entreprises réunionnaises s’élève à 6,6 milliards d’euros en 2014
Entreprises Salariés Chiffre d'affaires Valeur ajoutée (VA) Investissement Part de la VA Taux de marge
nombre en ETP* en millions d’euros en %
Extraction, énergie, environnement 1 649 2 266 643 243 136 3,7 54,8
Fabrication d'aliments, tabac 896 5 285 1 468 451 103 6,8 29,7
Autre industrie manufacturière 2 157 5 916 1 258 400 75 6,0 26,1
Construction 6 064 11 563 2 463 705 93 10,6 16,2
Commerce et réparation de véhicules 1 321 3 901 1 480 242 22 3,7 21,1
Commerce de gros hors véhicules 2 606 5 285 4 407 525 55 7,9 37,2
Commerce de détail hors véhicules 6 677 15 143 5 388 808 75 12,2 24,3
Transports et entreposage 1 520 7 107 1 281 425 98 6,4 21,6
Hébergement et restauration 2 999 5 076 560 209 44 3,1 14,4
Information et communication 918 2 380 837 298 52 4,5 50,4
Activités immobilières 1 651 2 094 722 360 747 5,4 58,1
Activités scientifiq. et techniq. ; serv. administratifs et de soutien 7 724 12 537 1 619 916 182 13,8 27,9
Enseignement, santé humaine et action sociale 8 352 6 619 1 350 934 24 14,1 54,1
Autres activités de services 3 430 2 299 260 115 15 1,7 28,5
Total 47 964 87 470 23 735 6 630 1 722 100,0 32,9
  • *Équivalent temps plein.
  • Champ : entreprises réunionnaises.
  • Source : Insee, Ésane (données individuelles).

La valeur ajoutée moins concentrée que l’investissement

Un petit nombre d’entreprises réunionnaises concentre une grande partie de la création de richesse et de l’emploi (figure 2). Ainsi, 5 % des entreprises hors micro-entreprises, soit 1 700 entreprises, réalisent 63 % de la valeur ajoutée. À l’opposé, la moitié des entreprises ne dégagent pas (ou très peu) de valeur ajoutée. L’économie réunionnaise est cependant moins concentrée qu’au niveau national : 1 % des entreprises réalisent 41 % de la valeur ajoutée à La Réunion contre 65 % en France.

Cette concentration se retrouve également au niveau de l’emploi : 5 % des entreprises concentrent 65 % de l’emploi salarié, tandis que 63 % des entreprises n’ont aucun salarié.

L’investissement est encore plus concentré : les 5 % d’entreprises qui investissent le plus représentent 93 % de l’investissement total. Près des deux tiers des entreprises réunionnaises n’ont, quant à elles, réalisé aucun investissement en 2014.

Figure 2 – La moitié des salariés employés par 2 % des entreprisesConcentration de la valeur ajoutée, de l’emploi et de l’investissement

%
La moitié des salariés employés par 2 % des entreprises
Investissement Salarriés Valeur ajoutée
0 0 0 0
1 78,5 38,3 40,9
2 84,8 49,1 49,6
3 89,0 55,8 55,2
4 91,6 60,7 59,3
5 93,2 64,8 62,6
10 97,0 78,9 73,5
15 98,6 87,2 80,2
20 99,3 92,3 84,8
25 99,7 95,8 88,2
30 99,9 97,8 90,8
35 99,9 99,6 92,9
40 100,0 100,0 94,6
45 100,0 100,0 95,9
50 100,0 100,0 97,2
  • * Équivalent temps plein.
  • Lecture : 10 % des entreprises réalisent 97 % de l’investissement, 74 % de la valeur ajoutée et emploient 79 % des salariés.
  • Champ : entreprises réunionnaises hors micro-entrepreneurs et micro-entreprises au sens fiscal.
  • Source : Insee, Ésane (données individuelles).

Figure 2 – La moitié des salariés employés par 2 % des entreprisesConcentration de la valeur ajoutée, de l’emploi et de l’investissement

Une valeur ajoutée en hausse qui masque une dispersion importante

Entre 2013 et 2014, la valeur ajoutée augmente de 160 millions d’euros dans les entreprises réunionnaises, soit + 2,5 % (– 1,2 % en France). D’une part, les entreprises pérennes génèrent 185 millions d’euros de valeur ajoutée supplémentaire (+ 2,9 %). D’autre part, les entreprises créées en 2014 ont une valeur ajoutée de 140 millions d’euros. Mais la cessation ou la sortie du champ d’entreprises entraînent une baisse de 165 millions d’euros de la valeur ajoutée.

Pour les entreprises pérennes hors micro-entreprises, l’évolution positive de la valeur ajoutée masque des réalités très différentes : en effet, il y a autant d’entreprises dont la valeur ajoutée augmente que d’entreprises dont la valeur ajoutée baisse. Pour un quart des entreprises, cette baisse est supérieure à 17 %. Les entreprises s’en sortent mieux si elles ont des salariés (figure 3). En effet, un quart des entreprises sans salarié ont une valeur ajoutée en baisse de plus de 24 % ; ce seuil est de 12 % pour les entreprises employeuses.

Figure 3 – La valeur ajoutée baisse dans la moitié des entreprisesDispersion de l'évolution de la valeur ajoutée selon la taille des entreprises

en %
La valeur ajoutée baisse dans la moitié des entreprises
1er quartile Médiane 3e quartile
ENSEMBLE - 18 0 18
Aucun salarié - 25 0 13
1 à 9 salariés - 13 1 24
10 à 249 salariés - 7 3 18
250 salariés ou plus - 4 2 9
  • Lecture : 25 % des entreprises sans salarié ont une valeur ajouté qui baisse de plus de 24 %, (1er quartile) ; elle a augmenté de plus de 14 % pour 25 % également (3e quartile). Quand la médiane est nulle, il y a autant d’entreprises pour lesquelles la valeur ajoutée a augmenté que d’entreprises pour lesquelles la valeur ajoutée a baissé.
  • Champ : entreprises réunionnaises pérennes (présentes en 2013 et 2014) hors micro-entrepreneurs et micro-entreprises au sens fiscal.
  • Source : Insee, Ésane (données individuelles).

Figure 3 – La valeur ajoutée baisse dans la moitié des entreprisesDispersion de l'évolution de la valeur ajoutée selon la taille des entreprises

À l’inverse, un quart des entreprises employant entre 1 et 9 salariés sont en très forte croissance avec une hausse de la valeur ajoutée de plus de 24 %.

Sources

Le dispositif Ésane combine des données administratives et des données obtenues à partir d'un échantillon d'entreprises enquêtées par un questionnaire spécifique pour produire des statistiques structurelles d'entreprises. Les résultats d’Ésane sont utilisés pour établir les comptes de la nation ainsi que pour réaliser des études sur les entreprises.

Le champ du dispositif couvre les entreprises principalement marchandes dont le siège est implanté à La Réunion, hors secteur financier et agricole. Ceci signifie que ces résultats prennent en compte l’activité d’établissements métropolitains d’entreprise ayant leur siège à La Réunion, mais ne comptabilisent pas les résultats des établissements situés à La Réunion et dont le siège social est en métropole. Ces dernières années, la valeur ajoutée mesurée par Ésane couvre environ 40 % de la valeur ajoutée totale réunionnaise.

Les micro-entrepreneurs et micro-entreprises au sens fiscal représentent 40 % des entreprises sans salarié, soit 14 300 entreprises. Pour celles-ci, on ne dispose que de peu d’informations comptables. Elles sont donc exclues d’une partie de l’analyse ce qui n’impacte pas les résultats car, bien que nombreuses, elles ne représentent que 0,5 % du chiffre d’affaires total et 0,7 % de la valeur ajoutée totale.

Pour en savoir plus

●« Les entreprises en France », Insee Références - Édition 2016, novembre 2016

● Boé J., « Entreprises de 1 à 249 salariés en 2011 : analyse comparée des entreprises réunionnaises et françaises», Insee Dossier Réunion n° 3 ,mars 2016 ;

● Boé J., « Résultats comptables des entreprises réunionnaises en 2010 : les entreprises marchandes dégagent 6 milliards d’euros de valeur ajoutée», Informations Rapides Réunion n° 287, décembre 2013 ;

Le compte Twitter de l’Insee La Réunion-Mayotte : @InseeOI