736 029 habitants dans le GardPopulations légales au 1er janvier 2014

Christian Bourniquel, Insee

Au 1er janvier 2014, le Gard compte 736 029 habitants. C’est le troisième département le plus peuplé de la région Occitanie, derrière la Haute-Garonne et l'Hérault. Entre 2009 et 2014, le Gard gagne en moyenne 6 830 habitants chaque année, soit une croissance annuelle moyenne de 1,0 %. Ce rythme de croissance est légèrement supérieur à la moyenne régionale et le double de celui de la France métropolitaine.

La moitié de la population vit dans les deux plus grandes aires urbaines du département, celles de Nîmes et d'Alès. La population augmente sur la plus grande partie du territoire : à Nîmes, dans les principales agglomérations, les espaces périurbains qui les entourent, mais aussi dans un large espace entre Nîmes et Alès et le long de l’autoroute A9. Seule une partie de l’arrondissement du Vigan et quelques communes au nord d’Alès échappent à cette dynamique.

Dynamisme de Nîmes, quatrième aire urbaine de la région

Quatrième aire urbaine d'Occitanie et première du département, l'aire de Nîmes compte 266 193 habitants au 1er janvier 2014. Comme la plupart des plus grandes aires urbaines de la région, celle de Nîmes croît à un rythme soutenu (+ 1,4 % par an) et gagne 3 500 habitants chaque année entre 2009 et 2014. Cette dynamique bénéficie à la plupart des communes qui en font partie, à l'exception notable de Poulx, Marguerittes ou Milhaud, ces deux dernières faisant partie de la banlieue de Nîmes. La commune de Beauvoisin affiche une croissance remarquable (+ 5,2 % par an entre 2009 et 2014), ainsi que celles de Manduel et Redessan (+ 2,8 %).

L’agglomération nîmoise, forte de 185 183 habitants, ainsi que la ville-centre, font preuve également d’un dynamisme démographique soutenu, proche de celui observé à Montpellier.

La croissance démographique est plus modeste dans l'aire urbaine d'Alès, deuxième du département, où la croissance moyenne (+ 0,5 % par an) cache de fortes disparités. Ainsi, dans la couronne périurbaine alésienne où vivent près de 20 000 habitants, la croissance est de 1,2 %, alors que dans l'agglomération (94 440 habitants), elle n'est que de 0,3 %. Enfin, la ville-centre d'Alès perd 290 habitants chaque année entre 2009 et 2014.

Les évolutions sont contrastées dans les trois autres principales agglomérations du département. La population de l'unité urbaine de Bagnols-sur-Cèze est stable sur la période récente (+ 0,1 % par an), tandis que celle de Beaucaire, dont près de la moitié se situe à Tarascon dans les Bouches-du-Rhône, bénéficie d’une croissance soutenue (+ 1,0 %). Enfin, la partie gardoise de l’agglomération d’Avignon qui compte 20 159 habitants, perd aussi des habitants à un rythme sensible (- 0,6 %), en raison d'une baisse de la population de la commune la plus peuplée, Villeneuve-lès-Avignon.

Figure 1 – Population du départementPopulation municipale au 1er janvier 2014 et évolution annuelle moyenne

Population du département
Population en 2014 Population en 2009 Évolution annuelle moyenne 2009-2014 (%)
Gard 736 029 701 883 + 1,0
Occitanie 5 730 753 5 473 597 + 0,9
France métropolitaine 64 027 784 62 465 709 + 0,5
Grandes aires urbaines
Nîmes 266 193 248 805 + 1,4
Alès 114 093 111 404 + 0,5
Beaucaire(2) 30 442 29 009 + 1,0
Bagnols-sur-Cèze 22 205 22 148 + 0,1
Principales unités urbaines(1)
Nîmes 185 183 173 914 + 1,3
Alès 94 440 92 905 + 0,3
Beaucaire(2) 30 442 29 009 + 1,0
Bagnols-sur-Cèze 22 205 22 148 + 0,1
Le Grau-du-Roi(2) 17 001 16 386 + 0,7
  • (1) Non compris les aires urbaines et les unités urbaines d'Avignon, d'Arles et de Lunel, qui débordent dans le département.
  • (2) Y compris partie hors Gard.
  • Source : Insee, recensements de la population, exploitation principale

Figure 2 – Population des principales communes du GardPopulation municipale au 1er janvier 2014 et évolution annuelle moyenne

Population des principales communes du Gard
Principales communes Population en 2014 Population en 2009 Évolution annuelle moyenne 2009-2014 (%)
Nîmes 151075 140747 + 1,4
Alès 39993 41432 - 0,7
Bagnols-sur-Cèze 18172 18105 + 0,1
Beaucaire 15859 15857 0,0
Saint-Gilles 13326 13735 - 0,6
Villeneuve-lès-Avignon 11716 12463 - 1,3
Vauvert 11353 11030 + 0,6
Pont-Saint-Esprit 10155 10233 - 0,2
Marguerittes 8577 8666 - 0,2
Uzès 8569 8339 + 0,5
  • Source : Insee, recensements de la population, exploitation principale

Figure 3 – Population municipale au 1er janvier 2014 et évolution annuelle entre 2009 et 2014

  • Source : Insee, recensements de la population, exploitation principale

Définitions

Unité urbaine : la définition de l’unité urbaine correspond à celle, communément admise, d’agglomération. C’est une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu d’au moins 2 000 habitants (pas plus de 200 m entre deux constructions). Les communes appartenant à une unité urbaine sont dites urbaines, les autres sont considérées comme rurales.

Aire urbaine : l’aire urbaine est la zone d’influence, en termes d’emploi, d’une unité urbaine d’au moins 1 500 emplois (pôle). C’est un ensemble de communes comprenant un pôle et sa couronne, constitué par les communes (rurales ou urbaines) dont au moins 40 % des actifs en emploi travaillent dans le pôle ou dans une commune attirée par celui-ci. Si le pôle compte au moins 10 000 emplois, l’aire est considérée comme une grande aire urbaine et sa couronne est dite périurbaine.