Emploi salarié marchand au deuxième trimestre 2016 - Les trois régions marquent le pas

Guy Mystille

Du fait des fins de saisonnalité, les seconds trimestres sont souvent synonymes de recul de l’emploi salarié marchand, aux Antilles-Guyane. Au 30 juin 2016, ceux-ci ont perdu des emplois.

En Guadeloupe, les fins de contrats courts sont à l’origine du recul

Après une évolution positive sur deux trimestres consécutifs, l’emploi salarié marchand guadeloupéen est en léger repli au second trimestre 2016 (– 0,4 %) (figure 2). Le ralentissement est corrélé à celui de l’industrie et du secteur tertiaire marchand qui ne bénéficient plus des effets de saisonnalité de la fin de l’année 2015 et du début de l’exercice 2016. Le recul est faible dans l’industrie (– 0.3 %). Il est légèrement plus prononcé au sein du secteur tertiaire marchand (– 0,6 %) (figure 1). Celui-ci enregistre en effet des pertes dans deux de ses sous-secteurs les plus pourvoyeurs d’emplois. Ainsi, l’hébergement et la restauration sont contraints par la fin de la haute saison touristique et reculent de 3,5 %. Les effectifs du commerce sont en baisse de 0,3% et ceux du transport et de l’entreposage, de 2,4 %. Les activités scientifiques et techniques-services administratifs et de soutien, sont en repli de 0,2 %. A l’inverse, les autres activités de service sont en hausse de 1,9 %. La baisse de l’emploi salarié marchand guadeloupéen est tempérée par un certain regain d’activité dans le secteur de la construction. L’évolution est de 1,1 % par rapport au premier trimestre 2016 (figure 1).

En Martinique, le repli est lié à la saisonnalité

Le second trimestre 2016 marque un léger recul de l’emploi salarié marchand martiniquais (figure 1). Comme en Guadeloupe, la perte de 0,4 % est alimentée par l’infléchissement du secteur industriel et des services concurrentiels composant le secteur tertiaire marchand (figure 3). Après l’accroissement d’activité généré par les fêtes de fin d’année, l’industrie recule de 0,9 % par rapport au premier trimestre. Le secteur tertiaire marchand enregistre un repli plus modeste (– 0,4 %), principalement lié à des pertes d’emploi l’hébergement et la restauration (– 2,1 %) et surtout dans les activités scientifiques et techniques-services administratifs et de soutien (– 2,5 %). A l’inverse, le commerce et les autres activités de service alimentent l’emploi de l’ensemble du secteur tertiaire marchand : les hausses sont respectivement de 1,1 % et de 1,2 %. Le secteur de la construction poursuit lentement une amélioration amorcée au second semestre 2015 (figure 3). Cependant, l’accroissement de 0,5 % par rapport au premier trimestre traduit mal la santé réelle du secteur. Par rapport au second trimestre 2015, il a perdu des effectifs (– 0,9 %).

Figure 1 – L’emploi salarié aux Antilles Guyane est en léger reculEffectifs départementaux de l'emploi salarié au 30 juin 2016 (1) (en milliers)

L’emploi salarié aux Antilles Guyane est en léger recul
Industrie Construction Tertiaire marchand TOTAL
effectifs Evolution T2 2016 / T1 2016 (en %) Evolution T2 2016 / T2 2015 (en %) effectifs Evolution T2 2016 / T1 2016 (en %) Evolution T2 2016 / T2 2015 (en %) effectifs Evolution T2 2016 / T1 2016 (en %) Evolution T2 2016 / T2 2015 (en %) effectifs Evolution T2 2016 / T1 2016 (en %) Evolution T2 2016 / T2 2015 (en %)
GUADELOUPE 8,8 -0,3 0,3 6,7 1,1 1,5 47,7 -0,6 1,0 63,2 -0,4 1,0
MARTINIQUE 8,6 -0,9 0,9 6,1 0,5 -0,9 49,9 -0,4 1,9 64,7 -0,4 1,5
GUYANE 4,4 1,5 3,0 3,5 -4,3 -8,9 19,8 -0,7 3,2 27,7 -0,7 1,5
TOTAL 21,8 -0,2 1,1 16,4 -0,3 -1,8 117,4 -0,5 1,9 155,6 -0,5 1,3
  • Note: l'évolution annuelle rapporte les effectifs au 30 juin 2015 aux effectifs au 30 juin 2016
  • Note: l'évolution trimestrielle rapporte les effectifs au 31 mars 2016 aux effectifs au 30 juin 2016
  • Source : Insee, Epure

Figure 2 – La baisse est freinée par la constructionÉvolution de l’emploi salarié marchand en Guadeloupe

(Indice base 100 au deuxième trimestre 2009)
La baisse est freinée par la construction
Industrie Construction Tertiaire marchand Ensemble
2011 T2 107,9 98,9 106,7 105,9
T3 106,8 99,9 107,3 106,3
T4 106,5 99,5 106,0 105,2
T1 107,9 101,0 107,1 106,4
2012 T2 108,3 99,9 107,9 107,0
T3 102,4 96,7 104,8 103,5
T4 103,0 97,1 105,0 103,8
T1 110,3 98,7 107,1 106,4
2013 T2 109,0 101,1 104,6 104,7
T3 103,9 90,8 100,7 99,9
T4 103,6 89,5 102,5 101,0
T1 105,2 90,2 103,2 101,9
2014 T2 105,0 88,0 101,4 100,2
T3 103,7 84,7 99,5 98,2
T4 102,7 83,5 100,7 98,8
T1 105,7 83,8 101,5 99,9
2015 T2 105,2 84,6 100,7 99,3
T3 101,0 85,1 100,0 98,3
T4 101,1 85,7 101,1 99,2
T1 105,8 84,9 102,4 100,7
2016 T2 105,5 85,9 101,7 100,2
  • Champ : emploi marchand (cf méthodologie).
  • Source : Insee - Epure

Figure 2 – La baisse est freinée par la constructionÉvolution de l’emploi salarié marchand en Guadeloupe

Figure 3 – Le secteur de la construction agit en modérateurÉvolution de l’emploi salarié marchand en Martinique

(Indice base 100 au deuxième trimestre 2009)
Le secteur de la construction agit en modérateur
Industrie Construction Tertiaire marchand Ensemble
2011 T2 96,7 81,3 99,6 97,0
T3 95,2 82,4 100,6 97,7
T4 92,3 77,4 98,7 95,2
T1 92,7 77,4 98,5 95,1
2012 T2 92,8 78,3 99,3 95,9
T3 92,2 77,0 98,8 95,2
T4 92,0 78,0 99,3 95,7
T1 94,9 79,6 100,8 97,4
2013 T2 94,7 77,5 98,9 95,7
T3 93,6 74,8 97,0 93,8
T4 93,2 73,8 98,0 94,3
T1 94,8 74,7 98,1 94,8
2014 T2 94,0 74,3 97,7 94,3
T3 92,4 73,3 99,0 94,9
T4 91,6 72,5 98,6 94,4
T1 92,7 74,3 99,8 95,7
2015 T2 93,8 76,2 99,5 95,9
T3 93,1 74,6 99,5 95,6
T4 94,3 74,6 101,1 97,0
T1 95,4 75,1 101,9 97,7
2016 T2 94,6 75,5 101,4 97,3
  • Champ : emploi marchand (cf méthodologie).
  • Source : Insee - Epure

Figure 3 – Le secteur de la construction agit en modérateurÉvolution de l’emploi salarié marchand en Martinique

Seule l’industrie est en hausse en Guyane

L’année 2016 marque une rupture du dynamisme de l’évolution de l’emploi salarié marchand guyanais (figure 4). La chute observée au premier trimestre se confirme au second. Elle est fortement corrélée à la mauvaise santé persistante du secteur de la construction : celui-ci recule de 4,3 % par rapport au premier trimestre 2016, et de 8,9 % par rapport au second trimestre 2015 (figure 1). Il atteint ainsi un niveau historiquement bas, peu compatible avec la forte croissance démographique de la Guyane. Le secteur tertiaire marchand contribue aussi à la dégradation, les pertes étant localisées au sein des sous-secteurs les plus pourvoyeurs d’emploi. Ainsi, les activités scientifiques et techniques-services administratifs et de soutien se dégradent par rapport au premier trimestre, tout comme le commerce (respectivement – 1,5 % et – 0,8 %). L’emploi salarié marchand est toutefois soutenu par le secteur industriel. Il progresse en effet de 1,5 % sur un trimestre et de 3,0 % par rapport au second trimestre 2015.

Figure 4 – La crise s’accentue dans la constructionÉvolution de l’emploi salarié marchand en Guyane

(Indice base 100 au deuxième trimestre 2009)
La crise s’accentue dans la construction
Industrie Construction Tertiaire marchand Total
2011 T2 104,6 100,1 107,2 105,6
T3 106,3 104,5 112,6 110,2
T4 107,3 105,3 113,0 110,8
T1 108,9 109,0 113,2 111,8
2012 T2 112,9 110,8 114,4 113,6
T3 114,8 110,0 112,6 112,5
T4 114,5 112,7 114,7 114,3
T1 116,6 114,7 114,7 115,0
2013 T2 117,4 113,2 112,5 113,4
T3 114,6 109,8 113,3 112,9
T4 116,9 105,5 118,2 115,8
T1 114,9 107,8 116,5 114,8
2014 T2 113,4 104,7 116,9 114,3
T3 115,0 101,0 118,6 115,1
T4 116,3 100,0 119,0 115,3
T1 116,4 100,0 120,3 116,3
2015 T2 114,1 94,3 119,4 114,3
T3 113,9 93,5 121,5 115,5
T4 114,9 93,1 125,2 118,1
T1 115,8 89,7 124,0 116,9
2016 T2 117,5 85,9 123,2 116,0
  • Champ : emploi marchand (cf méthodologie).
  • Source : Insee - Epure

Figure 4 – La crise s’accentue dans la constructionÉvolution de l’emploi salarié marchand en Guyane

Figure 5 – Les Antilles accusent moins de pertes que la GuyaneÉvolution trimestrielle de l’emploi salarié marchand par département

(Indice base 100 au deuxième trimestre 2009)
Les Antilles accusent moins de pertes que la Guyane
Guadeloupe Guyane Martinique
2011 T2 106,5 103,7 99,5
T3 104,9 104,5 99,2
T4 107,8 106,2 100,1
T1 107,9 107,9 96,6
2012 T2 107,9 106,7 96,6
T3 107,4 112,6 97,4
T4 106,4 111,2 95,1
T1 107,8 113,6 95,1
2013 T2 108,3 115,4 95,8
T3 104,8 114,3 95,1
T4 105,1 116,1 95,6
T1 107,8 116,8 97,3
2014 T2 106,0 115,2 95,6
T3 101,1 114,6 93,7
T4 102,3 117,6 94,3
T1 103,2 116,6 94,7
2015 T2 101,5 116,1 94,3
T3 99,5 116,9 94,9
T4 100,1 117,1 94,4
T1 101,1 118,1 95,6
2016 T2 100,5 116,1 95,8
  • Champ : emploi marchand (cf méthodologie).
  • Source : Insee - Epure

Figure 5 – Les Antilles accusent moins de pertes que la GuyaneÉvolution trimestrielle de l’emploi salarié marchand par département

Pour en savoir plus:

Emploi salarié - résultats du deuxième trimestre 2016, Informations Rapides n° 233, sept 2016.

Sources

Les emplois salariés font l’objet de déclarations sous forme de Bordereaux de Recouvrement des Cotisations (BRC).

Ces Bordereaux sont adressés par les employeurs aux Unions de Recouvrement de Sécurité Sociale et des Allocations Familiales (Urssaf), puis transmis trimestriellement à l’Insee.

Ils concernent les salariés soumis au régime général de sécurité sociale, à l’exception :

- des apprentis dont les cotisations sont prises en charge par l’État ;

- des emplois domestiques ;

- des fonctionnaires de l’État.

Sur les données issues des BRC, une chaîne de traitement dite Epure (Extension du Projet Urssaf sur les Revenus et l’Emploi) est utilisée pour les départements français d’Amérique depuis 2006. Le champ est restreint aux activités les mieux représentées.

Sont exclus du champ Epure :

- les caisses de congés payés ;

- les établissements de vente à domicile ;

- les administrateurs d’immeubles à l’AFPA.

Finalement, le champ étudié « les établissements marchands de l’industrie, de la construction, du commerce et des services » représente 50  % des 300 000 emplois des DFA en fin septembre 2011 (hors emplois domestiques et personnel militaire dépendant du Ministère de la Défense).

Les données brutes ne sont pas désaisonnalisées. Les résultats sont ici présentés selon la nouvelle Nomenclature Agrégée (NA) 2008, regroupement de la nouvelle Nomenclature d’Activités Française (NAF) destiné à l’analyse économique