Amélioration progressive sur le front de l’emploi

Auteur : Antonin Bretel, Insee

Au 2e trimestre 2016, l’emploi salarié continue de progresser. En glissement annuel, il augmente de 2,7 % contre 0,8 % au niveau national. Il croît plus rapidement en Corse-du-Sud qu’en Haute-Corse.

Le marché du travail insulaire s’améliore. Fin juin, la Corse compte 21 960 demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi, soit une baisse de 1,9 % sur un an, contrairement au niveau national ou la hausse se poursuit. C’est la 1ère baisse annuelle enregistrée dans la région depuis septembre 2008. Au 2e trimestre, le taux de chômage recule à nouveau (10,5 %). Il est de 0,9 point supérieur à la moyenne française. Il situe toujours la Corse au 4e rang des régions où le chômage est le plus élevé de métropole. La Haute-Corse enregistre un taux de chômage supérieur de 1,6 point à celui de la Corse-du-Sud (11,3 % contre 9,7 %).

Par ailleurs, en lien avec des permis d’envergure fin 2015, les autorisations de construire progressent de 98,5 % sur un an. Les créations d’entreprises hors micro-entrepreneurs demeurent orientées à la hausse.

Enfin, les transports de passagers progressent légerement, alors que le fret enregistre une nouvelle baisse sur un an. Parallèlement, la fréquentation des hôtels croît par rapport au 2e trimestre 2015, grâce à la clientèle étrangère. La fréquentation dans les campings augmente sur le trimestre du fait d’un mois de juin favorable.

Notes trimestrielles de conjoncture
No 12
Paru le : 27/10/2016

L’emploi régional confirme sa progression sur un an

Au 2e trimestre 2016, l’emploi salarié dans les secteurs principalement marchands progresse par rapport au 2e trimestre 2015 (+ 2,7 %). Cette évolution est plus élevée qu’au niveau national (+ 0,8 %).

Au niveau des départements, l’emploi croît plus rapidement en Corse-du-Sud (+ 3,0 %) qu’en Haute-Corse (+ 2,4 %) (figure 1).

Figure 1 – Évolution de l'emploi salarié marchand

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi salarié marchand
France métropolitaine Corse-du-Sud Haute-Corse Corse
T1 2005 100,0 100,0 100,0 100,0
T2 2005 100,1 99,5 99,7 99,6
T3 2005 100,2 100,5 100,9 100,7
T4 2005 100,3 102,7 102,8 102,7
T1 2006 100,5 103,3 102,7 103,0
T2 2006 101,0 103,8 103,0 103,4
T3 2006 101,4 104,4 103,9 104,2
T4 2006 101,5 106,0 105,4 105,7
T1 2007 102,3 107,7 106,7 107,2
T2 2007 102,5 108,5 106,9 107,7
T3 2007 102,8 108,8 107,1 108,0
T4 2007 103,0 109,2 107,9 108,6
T1 2008 103,3 111,2 109,1 110,2
T2 2008 102,9 111,7 108,4 110,1
T3 2008 102,6 112,2 108,0 110,1
T4 2008 101,8 113,4 109,2 111,3
T1 2009 100,8 113,5 110,2 111,8
T2 2009 100,3 113,8 111,0 112,4
T3 2009 100,1 113,6 110,5 112,0
T4 2009 100,1 114,2 110,7 112,5
T1 2010 100,0 116,0 112,4 114,2
T2 2010 100,1 116,9 113,7 115,3
T3 2010 100,3 116,6 112,7 114,6
T4 2010 100,5 117,2 113,2 115,2
T1 2011 100,8 118,2 112,9 115,5
T2 2011 101,1 119,9 114,1 117,0
T3 2011 101,0 118,9 114,5 116,7
T4 2011 100,9 119,3 114,2 116,7
T1 2012 101,0 119,9 115,2 117,5
T2 2012 100,8 120,6 114,5 117,5
T3 2012 100,6 120,0 114,7 117,3
T4 2012 100,3 120,3 114,8 117,6
T1 2013 100,3 120,3 114,2 117,2
T2 2013 100,0 120,7 114,3 117,5
T3 2013 100,2 120,9 113,8 117,3
T4 2013 100,3 121,1 114,5 117,8
T1 2014 100,2 121,8 114,3 118,0
T2 2014 100,2 122,4 115,2 118,8
T3 2014 99,9 121,8 114,9 118,4
T4 2014 100,0 121,4 114,6 118,0
T1 2015 99,9 121,5 114,5 118,0
T2 2015 100,2 121,6 116,1 118,8
T3 2015 100,4 123,7 116,3 120,0
T4 2015 100,7 122,3 116,1 119,2
T1 2016 101,0 123,4 116,2 119,8
T2 2016 100,9 125,2 118,6 121,9
  • Note : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 1 – Évolution de l'emploi salarié marchand

L’emploi régional continue de baisser dans la construction : – 2,7 % sur un an. Néanmoins, sur le trimestre l’emploi se stabilise dans ce secteur. En revanche, il progresse à nouveau dans le tertiaire marchand hors intérim (+ 4,2 %) (figure 2), et en particulier dans l’hébergement et restauration (+ 7,9 %).

Au niveau départemental, sur un an, l’emploi dans la construction baisse une nouvelle fois plus vite en Corse-du-Sud (– 3,0 %) qu’en Haute-Corse (– 2,3 %). En revanche, l’emploi industriel augmente légèrement en Corse-du-Sud (+ 0,4 %) et en Haute-Corse (+ 0,3 %). Dans le tertiaire marchand, il progresse à nouveau de 4,7 % en Corse-du-Sud et de 3,7 % en Haute-Corse.

Figure 2 – Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Corse

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Corse
Construction Industrie Tertiaire marchand hors intérim dont Commerce
T1 2005 100 100 100 100
T2 2005 100,65 100,63 99,17 99,76
T3 2005 102,77 101,84 100,02 100,52
T4 2005 105,56 101,26 102,24 101,61
T1 2006 107,57 100,76 102,22 101,12
T2 2006 107,94 100,36 102,81 101,64
T3 2006 110,27 100,43 103,31 101,57
T4 2006 112,23 100,43 104,93 102,35
T1 2007 113,64 101,5 106,43 102,65
T2 2007 114,34 101,23 107,07 103,05
T3 2007 116,16 101,53 106,95 103,82
T4 2007 117,3 103,04 107,26 103,65
T1 2008 119,53 104,29 108,68 104,52
T2 2008 122,36 104,65 107,92 103,58
T3 2008 122,58 106,27 107,59 104,15
T4 2008 123,91 107,08 108,62 105,08
T1 2009 124,24 108,09 109,12 104,69
T2 2009 125,35 108,25 109,38 104,88
T3 2009 125,39 108,3 109,16 104,91
T4 2009 125,41 109,91 109,6 105,51
T1 2010 126,06 110,14 111,56 107,31
T2 2010 124,82 110,56 113,02 107,85
T3 2010 125,88 111,08 111,76 106,52
T4 2010 126,93 111,12 112,56 106,47
T1 2011 127,33 113,02 112,94 106,78
T2 2011 128,4 114,68 114,49 107,87
T3 2011 128,53 114,86 113,79 107,78
T4 2011 128,58 115,46 113,46 107,8
T1 2012 130,01 115,87 114,21 107,96
T2 2012 130,14 116,45 114,34 107,91
T3 2012 129,34 115,62 114,26 108,62
T4 2012 129,75 115,11 114,68 109,13
T1 2013 128,06 115,26 114,55 108,34
T2 2013 127,64 116,07 114,87 108,28
T3 2013 127,85 116,43 114,6 108,83
T4 2013 126,35 116,77 115,59 109,16
T1 2014 125,97 117,29 115,75 109,33
T2 2014 124,99 116,9 116,99 110,01
T3 2014 122,77 117,11 116,9 109,63
T4 2014 121,9 117,71 116,53 109,6
T1 2015 120,69 117,35 116,9 110,57
T2 2015 119,55 117,69 118,13 111,49
T3 2015 118,8 117,76 119,83 111,85
T4 2015 117,5 117,06 118,96 111,93
T1 2016 116,44 116,57 119,72 112,23
T2 2016 116,34 118,05 122,33 113,24
  • Note : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 2 – Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Corse

Le taux de chômage insulaire diminue à nouveau ce trimestre. Il s’établit à 10,5 % de la population active, perdant ainsi 0,6 point sur un an (figure 3). Il demeure toutefois supérieur au taux de la métropole de 0,9 point, situant toujours la Corse au 4e rang des régions métropolitaines où il est le plus haut.

Au niveau départemental, le taux de chômage en Haute-Corse est de 1,6 point plus élevé qu’en Corse-du-Sud (11,3 % contre 9,7 %).

Figure 3 – Taux de chômage

En %
Taux de chômage
France métropolitaine Corse Corse-du-Sud Haute-Corse
T1 2005 8,3 8,9 8,4 9,4
T2 2005 8,4 9,4 8,8 10,0
T3 2005 8,6 9,3 8,7 10,0
T4 2005 8,7 9,2 8,4 10,0
T1 2006 8,7 9,2 8,3 10,1
T2 2006 8,6 9,2 8,3 10,1
T3 2006 8,5 9,2 8,4 10,1
T4 2006 8,0 8,8 8,0 9,6
T1 2007 8,1 8,8 8,0 9,6
T2 2007 7,8 8,5 7,7 9,4
T3 2007 7,6 8,3 7,4 9,2
T4 2007 7,1 7,9 7,2 8,5
T1 2008 6,8 7,6 7,0 8,2
T2 2008 7,0 7,6 7,0 8,2
T3 2008 7,1 7,7 7,0 8,3
T4 2008 7,4 7,7 7,0 8,3
T1 2009 8,2 7,9 7,4 8,5
T2 2009 8,8 8,2 7,6 8,8
T3 2009 8,8 8,4 7,9 9,0
T4 2009 9,1 8,8 8,4 9,3
T1 2010 9,0 8,8 8,3 9,3
T2 2010 8,9 8,8 8,3 9,3
T3 2010 8,8 8,9 8,3 9,5
T4 2010 8,8 9,0 8,5 9,6
T1 2011 8,8 9,1 8,6 9,7
T2 2011 8,7 9,0 8,5 9,6
T3 2011 8,8 9,2 8,7 9,8
T4 2011 9,0 9,3 8,7 9,9
T1 2012 9,1 9,3 8,8 9,9
T2 2012 9,3 9,5 9,0 9,9
T3 2012 9,4 9,5 9,0 10,0
T4 2012 9,7 9,9 9,4 10,4
T1 2013 10,0 10,1 9,6 10,7
T2 2013 10,0 10,2 9,6 10,8
T3 2013 9,9 10,3 9,6 11,0
T4 2013 9,8 10,3 9,5 11,0
T1 2014 9,8 10,3 9,5 11,0
T2 2014 9,8 10,4 9,5 11,2
T3 2014 10,0 10,7 9,9 11,6
T4 2014 10,1 11,1 10,1 12,1
T1 2015 10,0 11,1 10,1 12,0
T2 2015 10,1 11,0 10,1 11,9
T3 2015 10,2 10,9 10,0 11,8
T4 2015 9,9 10,7 9,7 11,6
T1 2016 9,9 10,9 10,0 11,8
T2 2016 9,6 10,5 9,7 11,3
  • Note : données trimestrielles CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisé.

Figure 3 – Taux de chômage

Baisse du nombre de demandeurs d’emploi

En Corse, le nombre de demandeurs d’emploi de catégories A, B et C, en données corrigées des variations saisonnières, est de 21 960 fin juin. Il diminue de 1,9 % sur un trimestre contre - 0,4 % en moyenne nationale. Sur un an, le nombre de personnes inscrites à Pôle Emploi en catégories A, B et C recule de 1,9 % en Corse et enregistre une hausse de 0,9 % en France métropolitaine. La région connaît ainsi sa 1ère baisse annuelle des demandeurs d’emploi depuis septembre 2008.

La baisse trimestrielle du nombre de demandeurs d’emploi insulaires touche toutes les classes d’âge. La diminution la moins marquée concerne les personnes de plus de 50 ans (- 0,5 % par rapport au trimestre précédent). En évolution annuelle, le nombre d’inscrits de plus de 50 ans augmente de 3,0 % tandis que celui des moins de 25 ans est en recul de 4,9 %.

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits depuis plus d’un an est en nette diminution pendant ce trimestre (- 5,1 %), comme sur l’année écoulée (- 4,8 %).

Les autorisations de construire dynamiques depuis un an

En cumul annuel, le nombre de logements autorisés à la construction dans la région atteint 7 300 fin juin, soit une diminution 1,8 % sur le trimestre. Néanmoins sur un an l’augmentation est de 98,5 % contre 10,7 % au niveau national (figure 4). Cette hausse s’explique par d’importants programmes de construction de logements collectifs en Corse-du-Sud, fin 2015. Le nombre d’autorisations a retrouvé le niveau d’avant la crise.

Figure 4 – Évolution du nombre de logements autorisés à la construction

Indice base 100 en janvier 2005
Évolution du nombre de logements autorisés à la construction
Corse France métropolitaine
janv. 2005 100 100
févr. 2005 100 100,47
mars 2005 106,98 101,51
avril 2005 109,3 102,29
mai 2005 100 102,78
juin 2005 109,3 104,17
juil. 2005 111,63 105,05
août 2005 109,3 105,5
sept. 2005 111,63 106,35
oct. 2005 109,3 106,5
nov. 2005 109,3 106,97
déc. 2005 116,28 108,38
janv. 2006 118,6 109,42
févr. 2006 118,6 110,69
mars 2006 118,6 112,42
avril 2006 120,93 113,4
mai 2006 123,26 114,81
juin 2006 125,58 115,55
juil. 2006 125,58 116,39
août 2006 127,91 117,06
sept. 2006 123,26 116,57
oct. 2006 125,58 118
nov. 2006 125,58 118,96
déc. 2006 116,28 118,49
janv. 2007 111,63 117,9
févr. 2007 113,95 117,9
mars 2007 113,95 118,39
avril 2007 116,28 117,86
mai 2007 116,28 117,55
juin 2007 109,3 116,8
juil. 2007 111,63 117
août 2007 113,95 116,82
sept. 2007 127,91 116,53
oct. 2007 127,91 115,79
nov. 2007 132,56 113,69
déc. 2007 127,91 112,44
janv. 2008 141,86 112,22
févr. 2008 141,86 111,89
mars 2008 139,53 110,28
avril 2008 148,84 109,5
mai 2008 146,51 108,32
juin 2008 151,16 106,11
juil. 2008 148,84 103,66
août 2008 165,12 101,23
sept. 2008 155,81 99,67
oct. 2008 158,14 97,49
nov. 2008 155,81 95,63
déc. 2008 158,14 92,83
janv. 2009 148,84 90,05
févr. 2009 148,84 86,43
mars 2009 148,84 83,55
avril 2009 132,56 81,3
mai 2009 137,21 78,63
juin 2009 132,56 76,73
juil. 2009 134,88 75,58
août 2009 111,63 74,74
sept. 2009 111,63 74,09
oct. 2009 109,3 73,19
nov. 2009 106,98 73,36
déc. 2009 109,3 74,07
janv. 2010 113,95 74,74
févr. 2010 132,56 76,48
mars 2010 132,56 78,99
avril 2010 132,56 80,94
mai 2010 134,88 83,02
juin 2010 134,88 85,37
juil. 2010 137,21 87,56
août 2010 146,51 88,9
sept. 2010 151,16 90,44
oct. 2010 151,16 91,09
nov. 2010 153,49 91,62
déc. 2010 158,14 92,81
janv. 2011 155,81 94,32
févr. 2011 139,53 94,52
mars 2011 141,86 94,01
avril 2011 141,86 93,95
mai 2011 141,86 95,42
juin 2011 146,51 95,77
juil. 2011 139,53 96,34
août 2011 137,21 97,59
sept. 2011 144,19 99,35
oct. 2011 144,19 100
nov. 2011 144,19 101,08
déc. 2011 141,86 102,17
janv. 2012 139,53 101,94
févr. 2012 137,21 102,1
mars 2012 141,86 101,82
avril 2012 141,86 102,15
mai 2012 137,21 100,72
juin 2012 132,56 100,33
juil. 2012 139,53 99,49
août 2012 141,86 99,59
sept. 2012 137,21 97,55
oct. 2012 137,21 97,04
nov. 2012 137,21 96
déc. 2012 137,21 94,28
janv. 2013 139,53 94,48
févr. 2013 146,51 96
mars 2013 146,51 96,55
avril 2013 146,51 94,99
mai 2013 144,19 93,01
juin 2013 141,86 91,25
juil. 2013 137,21 89,27
août 2013 130,23 86,39
sept. 2013 120,93 84,8
oct. 2013 111,63 84,33
nov. 2013 106,98 83,51
déc. 2013 100 82,73
janv. 2014 97,67 80,65
févr. 2014 90,7 77,56
mars 2014 76,74 76,46
avril 2014 74,42 75,32
mai 2014 74,42 75,38
juin 2014 76,74 75,32
juil. 2014 79,07 75,6
août 2014 83,72 75,4
sept. 2014 83,72 75,6
oct. 2014 83,72 74,56
nov. 2014 83,72 73,78
déc. 2014 83,72 73,7
janv. 2015 81,4 73,29
févr. 2015 76,74 72,8
mars 2015 83,72 72,01
avril 2015 83,72 72,64
mai 2015 86,05 72,17
juin 2015 86,05 73,01
juil. 2015 81,4 72,89
août 2015 81,4 73,54
sept. 2015 81,4 74,03
oct. 2015 86,05 74,52
nov. 2015 109,3 76,09
déc. 2015 167,44 77,03
janv. 2016 165,12 77,5
févr. 2016 176,74 78,71
mars 2016 174,42 78,65
avril 2016 176,74 79,36
mai 2016 172,09 81
juin 2016 169,77 80,81
juil. 2016 167,44 81,14
août 2016 162,79 82,2
  • Note : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • Source : SOeS, Sit@del2.

Figure 4 – Évolution du nombre de logements autorisés à la construction

Les créations d’entreprises enregistrent une hausse modérée

Au 2e trimestre 2016, 616 entreprises hors micro-entrepreneurs ont été créées (données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables) contre 599 au trimestre précédent, soit une hausse trimestrielle de 2,8 % contre 3,5 % en moyenne nationale (figure 5). Cette hausse modérée s’inscrit dans le prolongement de la tendance enregistrée au premier trimestre 2016.

En glissement annuel, le nombre global de créations, y compris micro-entrepreneurs, progresse de 1,9 % en Corse et de 9,4 % sur le continent. Après avoir augmenté au premier trimestre, les créations sous le régime du micro-entrepreneur enregistrent une baisse importante au 2e trimestre 2016 en Corse (– 15,2 % ), alors qu’elles renouent avec la croissance au niveau national (+ 2,3 %).

Figure 5 – Créations d'entreprises

Indice base 100 au 1er trimestre 2009
Créations d'entreprises
Corse hors micro-entr. France métro. hors micro-entr. Corse y/c micro-entr. France métro. y/c micro-entr.
T1 2009 100 100 100 100
T2 2009 79,96 95,63 110,18 120,58
T3 2009 85,24 94,06 107,84 116,62
T4 2009 90,86 99,58 113,85 123,95
T1 2010 81,72 96,43 123,42 132,86
T2 2010 80,49 99,94 101,73 122,19
T3 2010 75,22 98,57 98,57 117,07
T4 2010 78,91 97,28 104,28 117,88
T1 2011 78,38 96,27 98,57 108,3
T2 2011 78,38 94,73 101,02 108,02
T3 2011 82,43 96,52 97,15 107,13
T4 2011 78,03 96,83 96,64 108,66
T1 2012 73,29 92,56 104,07 111,04
T2 2012 74,87 88,71 100,2 108,14
T3 2012 67,84 89,53 92,97 107,64
T4 2012 81,9 90,64 97,56 105,17
T1 2013 87,35 97,54 97,05 107,56
T2 2013 85,94 97,61 93,48 106,09
T3 2013 88,4 98,96 94,3 105,04
T4 2013 93,5 102,03 94,91 107,82
T1 2014 84,18 100,57 96,54 109,93
T2 2014 90,51 100,44 102,34 107,86
T3 2014 92,09 99,94 95,21 110,04
T4 2014 85,76 101,39 94,6 109,51
T1 2015 89,28 107,7 89 104,59
T2 2015 97,54 112,72 96,03 102,39
T3 2015 90,86 116,14 86,76 104,2
T4 2015 102,81 118,55 95,42 105,61
T1 2016 105,27 121,14 102,44 108,8
T2 2016 108,26 125,35 97,86 112,04
  • Note : les créations d'entreprises hors micro-entrepreneurs sont corrigées des jours ouvrables et corrigées des variations saisonnières (CVS-CJO), les créations sous régime de micro-entrepreneur sont brutes. Données trimestrielles.
  • Champ : ensemble des activités marchandes hors agriculture.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Figure 5 – Créations d'entreprises

Le nombre de défaillances en hausse sur un an

En cumul annuel, par rapport au 2e trimestre 2015, le nombre de défaillances d’entreprises est en hausse en Corse (+ 10,4 %) contrairement au niveau national (- 3,5 %) (figure 6).

Figure 6 – Défaillances d'entreprises

Indice base 100 en janvier 2005
Défaillances d'entreprises
Corse France métropolitaine
janv. 2005 100 100
févr. 2005 98,64 100,52
mars 2005 95,25 100,57
avril 2005 95,59 101,22
mai 2005 91,19 102,01
juin 2005 88,81 102,32
juil. 2005 86,44 102,08
août 2005 87,46 101,95
sept. 2005 87,8 102,18
oct. 2005 84,41 101,81
nov. 2005 85,08 101,62
déc. 2005 81,02 101,36
janv. 2006 80 100,5
févr. 2006 82,71 99,45
mars 2006 83,39 98,96
avril 2006 81,02 97,81
mai 2006 82,37 97,16
juin 2006 82,71 96,75
juil. 2006 86,78 96,78
août 2006 84,75 97,01
sept. 2006 83,39 97,06
oct. 2006 84,41 97,57
nov. 2006 81,69 98,29
déc. 2006 82,03 98,95
janv. 2007 83,05 99,83
févr. 2007 82,03 101,14
mars 2007 83,39 102,01
avril 2007 80,68 102,72
mai 2007 78,64 103,16
juin 2007 81,36 103,95
juil. 2007 79,32 105,07
août 2007 79,66 104,94
sept. 2007 80,68 104,97
oct. 2007 88,81 105,77
nov. 2007 90,85 105,6
déc. 2007 94,92 105,6
janv. 2008 97,29 105,64
févr. 2008 101,02 106,13
mars 2008 103,05 105,69
avril 2008 109,15 107,12
mai 2008 110,51 106,87
juin 2008 111,86 106,86
juil. 2008 112,88 107,4
août 2008 113,22 107,64
sept. 2008 113,22 109,11
oct. 2008 106,44 110,52
nov. 2008 107,12 111,76
déc. 2008 106,78 114,05
janv. 2009 103,73 115,7
févr. 2009 106,44 117,53
mars 2009 111,19 121,06
avril 2009 106,78 122,8
mai 2009 111,53 124,72
juin 2009 110,17 126,52
juil. 2009 108,81 128,01
août 2009 112,54 128,99
sept. 2009 112,88 130,67
oct. 2009 117,97 130,38
nov. 2009 120,34 130,96
déc. 2009 119,32 130,57
janv. 2010 124,41 130,72
févr. 2010 120 130,54
mars 2010 118,98 130,66
avril 2010 120,34 129,35
mai 2010 117,63 129,3
juin 2010 120,34 129,4
juil. 2010 122,03 128,48
août 2010 119,66 128,64
sept. 2010 118,31 127,41
oct. 2010 114,92 126,45
nov. 2010 113,9 125,87
déc. 2010 111,53 124,77
janv. 2011 110,17 124,84
févr. 2011 108,81 124,8
mars 2011 106,1 123,95
avril 2011 108,47 123,42
mai 2011 107,8 125,01
juin 2011 100 123,63
juil. 2011 99,66 122,9
août 2011 97,29 122,95
sept. 2011 94,58 122,44
oct. 2011 95,59 122,53
nov. 2011 95,93 122,76
déc. 2011 98,64 122,57
janv. 2012 96,27 123,52
févr. 2012 98,64 123,51
mars 2012 99,66 122,56
avril 2012 100,34 122,9
mai 2012 99,32 121,25
juin 2012 104,07 121,36
juil. 2012 105,76 122,97
août 2012 107,12 122,83
sept. 2012 108,47 122,24
oct. 2012 109,49 124,24
nov. 2012 106,78 124,54
déc. 2012 109,15 125,94
janv. 2013 115,93 125,66
févr. 2013 111,19 125,49
mars 2013 108,14 125,31
avril 2013 106,78 126,74
mai 2013 108,81 127,01
juin 2013 112,2 127,46
juil. 2013 113,22 128,46
août 2013 114,58 128,3
sept. 2013 122,03 129,3
oct. 2013 118,64 129,28
nov. 2013 118,31 129
déc. 2013 120 129,05
janv. 2014 116,27 129,18
févr. 2014 120 130,34
mars 2014 123,05 130,35
avril 2014 123,39 130,61
mai 2014 125,08 129,99
juin 2014 130,17 130,22
juil. 2014 129,15 130,26
août 2014 128,81 130,31
sept. 2014 126,78 130,74
oct. 2014 128,14 130,64
nov. 2014 127,46 130,84
déc. 2014 122,37 129,12
janv. 2015 120,34 129,86
févr. 2015 122,03 129,7
mars 2015 125,08 132,12
avril 2015 127,8 132,22
mai 2015 125,42 129,53
juin 2015 120,34 131,42
juil. 2015 115,25 130,88
août 2015 115,25 130,34
sept. 2015 114,24 130,59
oct. 2015 115,59 128,81
nov. 2015 118,98 129,18
déc. 2015 117,97 130,82
janv. 2016 117,63 129,27
févr. 2016 119,66 128,58
mars 2016 118,98 126,9
avril 2016 121,02 125,56
mai 2016 127,46 128,71
juin 2016 132,88 126,87
juil. 2016 144,41 124,76
  • Note : données mensuelles brutes au 13 septembre 2016, en date de jugement.
  • Chaque point représente l'évolution du cumul des douze derniers mois.
  • Source : Fiben, Banque de France.

Figure 6 – Défaillances d'entreprises

Recul du fret et légère progression du transport de passagers

Dans le transport de fret, le trafic total en tonnes diminue de 7,0 % par rapport au 2e trimestre 2015 pour atteindre 522 500 tonnes au 2e trimestre 2016 (figure 7). Cette baisse est essentiellement due à une forte diminution des entrées de marchandises (-7,9 %) et de gaz et d’hydrocarbures (-7,0 %). Seules les entrées de ciment sont en progression avec une hausse de 2,5 % sur un an.

Figure 7 – Évolution du trafic de marchandises par type de fret

Évolution du trafic de marchandises par type de fret
Variation (en %)
Trimestrielle Annuelle
Roll (Marchandises) 1,9 -7,9
Gaz et hydrocarbures 8,6 -7,0
Ciment 27,3 2,5
Ensemble 4,7 -7,0
  • Note : données en tonnes en fin de trimestre. Les données du deuxième trimestre 2016 sont provisoires.
  • Source : Observatoire régional des transports de la Corse.

L’activité dans les transports de passagers croît légèrement, de 0,6 % par rapport au 2e trimestre 2015. En avril, le trafic augmente de 9,8 % tandis que le mois de mai recule de 7,5 %en raison notamment du hasard du calendrier, en effet les 1er et 8 mai étaient des dimanches. Sur la période, c’est exclusivement le transport aérien qui explique la hausse avec une croissance de 3,5 % contre une baisse de 2,4 % dans le maritime (figure 8).

Figure 8 – Évolution du trafic de passagers

Nombre de passagers
Évolution du trafic de passagers
Air 2015 Mer 2015 Air 2016 Mer 2016
Janvier 118 028 84 246 120 449 81 377
Février 109 778 74 980 114 250 84 393
Mars 127 159 89 388 135 165 97 850
Avril 246 948 194 727 265 742 219 115
Mai 363 175 349 262 352 311 306 717
Juin 380 072 418 682 407 074 413 602
Juillet 540 300 776 921
Août 634 827 1 145 709
Septembre 401 560 472 673
Octobre 266 647 233 784
Novembre 124 217 77 858
Décembre 144 103 107 778
  • Note : nombre de passagers transportés au départ et à l'arrivée.
  • Source : Observatoire régional des transports de la Corse.

Figure 8 – Évolution du trafic de passagers

Croissance de la fréquentation des hôtels et campings

Dans l'hôtellerie, par rapport au 2e trimestre 2015, le nombre de nuitées progresse de 1,1 % en Corse alors que le niveau national recule de 3,6 % (figure 9).

Cette progression est essentiellement portée par la clientèle étrangère en augmentation de 10,1 % entre le 2e trimestre 2015 et le 2e trimestre 2016. Cette clientèle représente 25 % des nuitées hôtelières sur la période.

Dans les campings, la fréquentation augmente de 2,5 % sur un an. Cette hausse est exclusivement due au mois de juin (+ 8,3 %). En effet, le mois de mai enregistre une baisse de 21 000 nuitées du fait d’un calendrier sans longs week-end.

Figure 9 – Nombre de nuitées passées dans les hôtels et les campings de Corse

En milliers
Nombre de nuitées passées dans les hôtels et les campings de Corse
Hôtels 2015 Hôtels 2016 Campings 2015 Campings 2016
Janvier 28 25 0 0
Février 30 32 0 0
Mars 43 47 0 0
Avril 142 156 0 0
Mai 385 372 212 191
Juin 461 369 459 497
Juillet 517 1 290
Aout 644 1 610
Septembre 507 495
Octobre 205 0
Novembre 39 0
Décembre 31 0
  • Source : Insee, DGE, partenaires régionaux.

Figure 9 – Nombre de nuitées passées dans les hôtels et les campings de Corse

Encadrés

Contexte national – L’activité à calé au printemps

L’économie française a calé au deuxième trimestre (- 0,1 % après + 0,7 %), ralentissant plus fortement que prévu en juin, avec notamment un repli des dépenses de services et des exportations anémiques.

En revanche, l’emploi marchand a continué de progresser solidement (+ 30 000) et le taux de chômage a reculé de 0,3 point à 9,9 %.

Au second semestre, la hausse des exportations progresseraient plus en phase avec la demande adressée, et la production manufacturière rebondirait, notamment dans les branches affectées par les grèves au printemps. Au total, en 2016, la croissance s’élèverait à + 1,3 %, un rythme comparable à celui de 2015 (+ 1,2 %). L’emploi total progresserait de 165 000, et le taux de chômage baisserait encore un peu, à 9,8 % en fin d’année.

Contexte international – La conjoncture européenne resiste aux incertitudes politiques

L’activité dans les économies avancées a déçu au deuxième trimestre 2016, notamment aux États-Unis, et le commerce mondial n’a que faiblement rebondi. Dans la zone euro, la croissance est restée solide, notamment en Allemagne et en Espagne. Au second semestre, le climat des affaires se redresse timidement dans les économies émergentes et l’activité reprendrait un peu d’élan.

De même l’activité américaine accélérerait à la faveur d’une reprise de l’investissement productif. En revanche, le vote pro-Brexit provoquerait un net ralentissement de l’activité outre-Manche via celui des dépenses d’investissements. Dans la zone euro, malgré la hausse des incertitudes politiques cet été, le climat des affaires résiste et l’activité progresserait de nouveau solidement. Principalement, la consommation privée resterait portée par un emploi et des salaires dynamiques, notamment en Allemagne, alors que l'inflation resterait contenue.

Supplément Observatoire économique régional – Endettement et recours aux services bancaires en Corse

Ce trimestre, l’épargne des ménages poursuit sa tendance à la baisse. Parmi les supports d’épargne, les plans d’épargne logement restent en collecte. Côté crédits, la dette des particuliers, principalement à travers le crédit à l’habitat, continue de progresser tandis que côté entreprise, la progression de l’encours notamment sur l’investissement s’est ralentie (voir pdf).

Auteur : Lena Serdjanian, Corsica Statistica

Observatoire économique régional