La densité urbaine modère la motorisation des ménages en Languedoc-Roussillon comme ailleurs

Daniel François

Le taux de motorisation des ménages est passé de 48% à 81% entre 1968 et 1999 en Languedoc-Roussillon. Freinée par la densité urbaine, sa progression était moindre ces dernières années. Le taux de motorisation varie en fonction de la taille de la famille, de l'âge et du lieu d'habitation : il est plus élevé pour les actifs, et pour les jeunes, surtout en milieu rural. La motorisation a tendance à se maintenir à un niveau plus élevé en milieu périurbain permettant l'accès à des services plus dispersés. La croissance de la population en Languedoc-Roussillon laisse entrevoir une congestion de la circulation automobile plus rapide qu'ailleurs dans les pôles urbains.

Synthèse - Repères pour l'économie du Languedoc-Roussillon
No 9
Paru le : 01/12/2005