Une structure sociale variée en Auvergne-Rhône-Alpes

Simon Desgouttes, Philippe Bertrand, Insee

Au croisement des influences industrielles du nord de la France, touristiques et artisanales du sud et agricoles du centre, Auvergne-Rhône-Alpes présente une grande diversité socioprofessionnelle. La part des ouvriers, en baisse, reste importante dans des territoires de tradition industrielle et périurbains. Les commerçants et artisans sont très présents dans les zones touristiques, les agriculteurs et retraités dans les espaces ruraux. Les cadres et professions intermédiaires résident davantage dans les métropoles ou leur pourtour.

Auvergne-Rhône-Alpes se situe au carrefour de diverses influences. Comme les autres régions de l'est de la France, la région a une forte tradition industrielle, en lien avec le développement de l'énergie (houille blanche, charbon) et du textile au 19e siècle. C'est également un territoire à dominante rurale dans sa partie occidentale, où l'agriculture est solidement implantée. Enfin, la région a une vocation touristique développée, liée à la présence des montagnes alpines dans sa façade orientale et au climat méditerranéen dans sa partie méridionale. À ces influences physiques et humaines s'ajoute une composante urbaine avec la présence de grandes agglomérations qui structurent l'activité du territoire.

Ces éléments font d'Auvergne-Rhône-Alpes une région à la structure sociale très variée.

Des ouvriers de moins en moins nombreux

Les ouvriers sont moins nombreux qu'avant. Leur part dans la population des 15 ans et plus est passée de 19 % en 1982 à 14 % en 2012, sous l'effet du déclin de l'industrie et de la tertiarisation de l’économie. Ils sont très présents dans les espaces de tradition industrielle (vallée de l'Arve, Saint-Jean de-Maurienne, vallée du Rhône, Haut-Bugey, Bourg-en-Bresse, bassins d'Issoire, de Thiers, Combrailles) mais aussi dans les espaces périurbains plus ou moins éloignés des grandes agglomérations (dans l’Ain ou le Forez par exemple).

Des cadres très présents dans les métropoles

À l'échelle nationale, les cadres se concentrent dans les grandes métropoles. Dans la région, ils sont particulièrement nombreux dans les bassins de vie de Lyon, Grenoble, Clermont-Ferrand, Annecy mais aussi dans le Genevois français. On les retrouve en particulier dans les villes-centres et dans les premières couronnes.

Entre 1982 et 2012, la part des cadres et professions intellectuelles supérieures est passée de 4 % à 9 % sous l’effet de la métropolisation (l’emploi dans les fonctions métropolitaines a progressé de 74 % sur la période). Le phénomène va de pair avec une forte augmentation du niveau de diplôme.

Figure 1 – En trente ans, la part des retraités augmente fortement

En trente ans, la part des retraités augmente fortement
1982 2012
Agriculteurs| exploitants 3,69174925 0,94148896
Artisans, commerçants| et chefs d'entreprise 5,0574335 3,78310546
Cadres et professions| intellectuelles supérieures 4,01727051 8,77418064
Professions| intermédiaires 9,7471081 14,8839435
Employés 13,7434216 16,0729718
Ouvriers 19,625865 13,5067677
Retraités 17,5342918 26,7688837
Autres inactifs| (dont élèves| étudiants) 26,5828602 15,2686583
  • Note de lecture : les six premières catégories socioprofessionnelles (d’agriculteurs exploitants à ouvriers) incluent les personnes en activité (qui ont un emploi ou en recherchent un), les retraités sont d’anciens actifs et enfin les autres inactifs incluent les personnes qui n’ont pas d’emploi et n’en recherchent pas (élèves, étudiants, personnes au foyer).
  • Champ : population de 15 ans ou plus au lieu de résidence.
  • Source : Insee, Recensements de la population 1982 et 2012

Figure 1 – En trente ans, la part des retraités augmente fortementRépartition de la population par catégorie socioprofessionnelle (en %)

Les personnes qui travaillent dans des professions dites intermédiaires (dont les contremaîtres, infirmières, assistantes sociales) sont présentes dans les espaces occupés par les cadres, avec néanmoins quelques nuances. Elles résident davantage dans les couronnes périurbaines que dans le cœur des grandes agglomérations ou leur immédiate périphérie. Elles sont ainsi particulièrement présentes autour de la Métropole de Lyon (Meximieux dans l'Ain, L'Arbresle dans le Rhône, Vienne et Bourgoin-Jallieu en Isère) et autour du Genevois français, notamment sur les rives du lac Léman. Les professions intermédiaires ont également une place importante dans les agglomérations (Chambéry). Elles suivent une progression proche de celle des cadres (de 10 % en 1982 à 15 % en 2012), dans un contexte d'élévation des qualifications.

De nombreux agriculteurs dans le Massif central

Le Massif central se caractérise par une population plutôt âgée et une forte implantation de l'agriculture extensive pratiquée dans de petites exploitations. Les éleveurs bovins y sont nombreux et en moyenne âgés. Retraités et agriculteurs exploitants sont ainsi très représentés dans ces espaces.

Globalement, dans la région, la part des retraités passe de 18 % en 1982 à 26 % en 2012 sous l'effet du vieillissement de la population. En revanche, la part des agriculteurs exploitants poursuit sa chute entamée après-guerre.

Les artisans commerçants sont surreprésentés dans la moitié sud de la France et notamment dans les régions touristiques du quart sud-est. En Auvergne-Rhône-Alpes, il s’agit notamment des montagnes alpines et du sud de la région. Dans ces espaces, les autres catégories socioprofessionnelles sont moins présentes en raison de la faible urbanisation ou d'une moindre industrialisation.

Figure 2 – Surreprésentation des ouvriers au nord et des artisans-commercants au sud-est - Catégorie socioprofessionnelle la plus surreprésentée dans les bassins de vie

  • Guide de lecture : Sur le champ de la population des actifs ou anciens actifs, la carte de surreprésentation indique, pour chaque bassin de vie, la catégorie socioprofessionnelle la plus surreprésentée par rapport à la France métropolitaine. On calcule la part de chaque catégorie socioprofessionnelle pour le bassin de vie et la France métropolitaine, puis le rapport entre ces deux parts. La catégorie socioprofessionnelle correspondant au rapport le plus important est retenue pour le bassin de vie considéré, à condition que sa part soit supérieure à 5 % dans le bassin de vie.
  • Champ : population de 15 ans ou plus, active et retraitée, au lieu de résidence.
  • Source : Insee, Recensement de la population 2012.

Pour en savoir plus

Cette publication est extraite d’un atlas réalisé par les directions régionales de l’Insee et les agences d’urbanisme d’Auvergne-Rhône-Alpes, avec l’appui financier de la préfecture de région. Cet ouvrage a également reçu le soutien du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes. Fruit de plusieurs mois de collaboration entre des équipes pluridisciplinaires de statisticiens, de géographes, d’urbanistes et de cartographes, ce recueil est le deuxième d’une série de trois tomes à paraître d’ici fin 2016. « Auvergne-Rhône-Alpes : géographie de la qualité de vie, des habitants et de l'environnement », Atlas tome 2, juin  2016