Une économie ornaise toujours atone mais des signes d'embellie

Fabrice FOURRÉ, Jean-Louis MURY (Insee Normandie)

En 2015, l'économie ornaise n'est toujours pas sortie de la crise qui a frappé le pays à partir de 2008 : le taux de chômage (9,6 %) continue à croître et la désindustrialisation se poursuit. Dans les deux cas néanmoins, les phénomènes ralentissent. Le secteur de la construction semble à son étiage. En revanche, l'activité redémarre dans le secteur des services et du commerce, se traduisant par une petite hausse du nombre de salariés et une augmentation de l'activité touristique. Cette légère embellie bénéficie surtout aux jeunes.

Le taux de chômage dans l'Orne augmente de 0,1 point sur un an pour atteindre 9,6 % au 4e trimestre 2015. Si cette évolution est opposée à la tendance observée à l'échelle de la Normandie (- 0,2 points), le taux de chômage dans l'Orne reste cependant en deçà du taux régional (10,2 %). Dans le détail, le nombre de demandeurs d'emplois de catégories A, B ou C s'accroît de 5,8 % pour s'établir à 22 000 personnes fin 2015. La seule catégorie A comprend 13 900 personnes et progresse de 6,0 %, soit plus fortement qu'au niveau régional (+ 2,8 %). La situation se dégrade particulièrement pour les personnes de 50 ans ou plus, qui sont 10,6 % de plus à chercher un emploi, et pour les personnes en recherche d'emploi depuis plus d'an, dont les effectifs augmentent de 9,1 %. En revanche, le nombre de jeunes de moins de 25 ans recherchant un emploi recule de 1,1 % en 2015, alors qu'il est stable sur l'ensemble de la Normandie (+ 0,1 %).

L'activité redémarre dans le secteur tertiaire

En 2015, le nombre d'emplois salariés diminue dans l'Orne (- 0,3 %) mais à un rythme plus lent que les années précédentes et analogue à celui de la région (-0,2 %). L'évolution est contrastée selon les activités économiques. Le secteur des services marchands recommence à recruter, enregistrant une hausse de 1,1 % de ses emplois salariés, conforme à la tendance régionale. Le commerce, bénéficie d'une embellie avec une progression des effectifs (+ 2,2 %) qui est la plus soutenue des cinq départements normands.

L'activité touristique, qui occupe certes une place moins importante dans l'économie ornaise que dans les autres départements normands, a elle aussi connu une légère amélioration. Le nombre de nuitées dans les campings ornais s'est accru de 4,7 % pour atteindre 100 000 en 2015, alors que la progression n'était que de 3,4 % à l'échelle de la Normandie. De plus, la fréquentation hôtelière dans l'Orne s'est stabilisée à 377 000 nuitées, alors qu'elle se réduisait de 1,0 % pour l'ensemble de la Normandie. L'Orne demeure cependant le département normand où la part des nuitées réalisées par la clientèle étrangère est la plus faible, que ce soit dans les hôtels ou dans les campings.

Pas d'amélioration dans l'industrie et la construction

Dans l'industrie, en revanche, le recul de l'emploi salarié se poursuit dans l'Orne (- 1,1 %) comme au niveau régional (-1,5 %). La morosité économique ambiante continue à affecter le secteur de la construction ornaise qui, en 5 ans, a vu disparaître près d'un emploi salarié sur cinq. Sur la dernière année, cette perte est plus marquée dans l'Orne ( 4,3 %) qu'au niveau régional (- 3,4 %). Cette évolution résulte de l'effondrement de la construction de logements dans le département depuis 2008. En 2015, les logements commencés sont moins nombreux de 3,5 % et les autorisations de constructions continuent de diminuer (- 1,4 %), dans un contexte où ces autorisations se sont pourtant accrues de 5,0 % à l'échelle de la région.

Tous secteurs confondus, les créations d'entreprises ont diminué de 10,0 % dans l'Orne, un recul similaire à celui enregistré au niveau régional. Ce reflux s'explique par la chute du nombre d'entreprises créées par les micro-entrepreneurs. En effet, le régime de la micro-entreprise qui, fin 2014, s'est substitué à celui de l'auto-entreprise, est apparu plus contraignant aux créateurs d'entreprise. Ainsi, au niveau départemental comme au niveau régional, les créations de micro-entreprises ont diminué de 31,2 %. La progression des créations d'entreprises individuelles hors micro-entreprises (+ 20,1 %) et des créations de sociétés (+ 8,3 %) n'a pas compensé cette perte. Quant aux défaillances d'entreprises, elles ont augmenté dans l'Orne de 5,2 %, davantage qu'à l'échelle régionale (+ 1,1%).

Une production de céréales en hausse

Dans un contexte où le prix du lait, en raison de l'abondance de l'offre mondiale, a baissé plus fortement que celui des aliments pour vaches laitières, le cheptel de vaches laitières de l'Orne, le deuxième de Normandie derrière la Manche, a diminué de 0,7 % en 2015.En conséquence, la production de lait, représentant 683 millions de litres, s'est contractée de 0,3 %. Dans le même temps, sous l'effet conjugué de l'accroissement des surfaces cultivées et de l'amélioration des rendements, les volumes de production des principales céréales cultivées dans l'Orne sont en progression, notamment le blé tendre (+ 14 %), l'orge (+ 13 %), et, dans une moindre mesure, le colza (+ 3 %) . Cependant, les producteurs ne sont pas épargnés par le contexte international de baisse généralisée des prix des produits agricoles.

Figure 1 – Tableau de bord de l'année 2015 dans l' Orne

Tableau de bord de l'année 2015 dans l' Orne
Orne Normandie
2015 2014 Évolution 2015/2014 2015 2014 Évolution 2015/2014
Emploi salarié du secteur marchand non agricole (*) au quatrième trimestre 2015 54 865 55 011 -0,3% 722 356 723 485 -0,2%
dont
industrie 19 571 19 795 -1,1% 196 625 199 564 -1,5%
construction 5 640 5 891 -4,3% 72 437 75 004 -3,4%
tertiaire marchand 29 654 29 326 1,1% 453 294 448 918 1,0%
dont commerce 10 758 10 522 2,2% 138 282 137 184 0,8%
dont intérim 2 535 2 430 4,3% 36 124 34 628 4,3%
Taux de chômage localisé au quatrième trimestre 2015 (p) 9,6 % 9,5 % + 0,1 pt 10,2 % 10,4 % -0,2 pt
Demandeurs d'emploi de catégorie A 13 910 13 120 6,0% 181 580 176 630 2,8%
Créations d'entreprises (y-c micro-entreprises) 1 283 1 426 -10,0% 17 299 19 197 -9,9%
Logements commencés 400 500 -3,5% 14 200 14 600 -2,5%
Logements autorisés 400 400 -1,4% 15 400 14 700 5,0%
Tourisme – Nuitées en hôtels (en milliers) 377 377 0,1% 7 515 7 589 -1,0%
Tourisme – Nuitées en camping (en milliers) 100 96 4,7% 3 363 3 251 3,4%
  • *Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • (p) données provisoires
  • Sources: Insee, Direccte, Pôle Emploi, Dreal

Encadré

Évenements 2015

Janvier :

L’usine du fabricant de glace Ysco à Argentan accueille une nouvelle ligne de production où est fabriqué le bâtonnet glacé « Magnum » du groupe Unilever. Le site Ysco emploie 180 personnes, réalise dix embauches par an et embauche 150 saisonniers durant la période estivale.

Février :

Avec le vote favorable de ses salariés, Faurecia Système d’Echappement adopte un plan de relance industriel (PRI) pour ses sept sites français. Celui de Messei va donc bénéficier d’un investissement d’un million d’euros sur deux ans et d’embauches qui viendront s’ajouter aux 150 emplois déjà présents sur le site.

Mars :

Le groupe Intermarché annonce la fermeture de sa base logistique de Magny-le-Désert à l’horizon 2018. Le site emploie 135 salariés dont l’activité sera transférée à Louviers (Eure) et Erbrée (Ille-et-Vilaine).

Septembre :

L’entreprise TTA Lubrifiants, distributeur de lubrifiants et graisses industrielles basé à Lonrai, achète l’activité lubrifiants de l’un de ses concurrents, la société Worex. Cet achat s’accompagne d’embauches, l’effectif passant de 44 à 70 salariés. Le groupe espagnol Gestamp investit 33 millions d'euros dans son usine de pièces pour l'automobile du Theil-sur-Huisne. Il ambitionne d'en faire sa vitrine française et projette d'y créer son centre de formation national.

Octobre :

Le groupe anglais Marwin, propriétaire de la société Le Chameau, annonce la fermeture de l’usine de Cahan près de Flers et la suppression des 55 emplois. La production de bottes va être délocalisée au Maroc.

Décembre :

En difficultés financières, la société SNA qui fabrique des CD et des panneaux photovoltaïques à Tourouvre, est placée en redressement judiciaire. L'entreprise, qui emploie près de 120 personnes, supprime une vingtaine d’emplois et envisage de relancer le pressage de disques vinyle, activité qu’elle a abandonné en 2004.

Pour en savoir plus