Près de 120 000 élèves attendus dans les premier et second degrés d’ici 2030

Hugues Horatius-Clovis, Rectorat ; Barbara Gragnic, Insee

Début 2015, en Guyane, 78 000 élèves sont scolarisés dans les établissements des premier et second degrés relevant de l’Éducation nationale. À l’horizon 2030, le système éducatif guyanais devrait en accueillir près de 120 000, soit une hausse de 55 % des effectifs par rapport à 2015. Le niveau de fécondité élevé, le recul des mouvements migratoires mais également les taux de scolarisation influent sur l’évolution des effectifs scolarisés. D’après le scénario privilégié prévoyant une réduction de moitié des écarts de taux de scolarisation avec les taux nationaux à l’horizon 2030, la croissance des effectifs de lycéens serait intense.

Entre 2015 et 2030, la population guyanaise devrait augmenter de 45 % pour atteindre 386 400 habitants en 2030. Aujourd’hui très jeune, la population guyanaise devrait le rester avec deux habitants sur cinq qui auront moins de 20 ans. La Guyane compterait donc 158 000 jeunes de moins de 20 ans en 2030, soit 43 500 de plus qu’en 2015. Dans ce contexte démographique remarquable, anticiper les évolutions d’effectifs d’élèves représente un enjeu important pour proposer une offre adaptée aux besoins de la population.

En 2015 : 2 200 élèves supplémentaires depuis 2010 dans le premier degré…

Début 2015, 44 050 élèves sont scolarisés en Guyane dans les établissements du premier degré, public ou privé. Ils sont 2 200 de plus qu’au début de l’année 2010, ce qui représente une évolution de 5,3 % des effectifs du premier degré. L’évolution des effectifs scolaires est contrastée sur le territoire. Cayenne et Kourou, à l’image de leur population, ont vu leurs effectifs d’élèves diminuer dans le premier degré. À l’inverse, les effectifs ont fortement augmenté à Saint-Laurent-du-Maroni. Début 2015, 8 600 élèves y sont inscrits dans le premier degré soit 1 000 élèves de plus qu’il y a cinq ans.

Avec l’achèvement de la Zone d’Aménagement Concerté de Soula et la mise sur le marché de plusieurs milliers de logements, la population scolaire du premier degré de Macouria a bondi de 45 % en 5 ans. Ce sont près de 600 élèves supplémentaires par rapport au début de l’année 2010 qui ont été scolarisés. Pour accueillir ces nouveaux élèves, deux nouveaux groupes scolaires ont vu le jour sur la période : le groupe scolaire Sainte-Agathe et l’école élémentaire publique ZAC de Soula.

Figure_1 – 1 000 élèves supplémentaires scolarisés dans le 1er degré à Saint-Laurent-du-Maroni en 5 ans

  • Source : Rectorat, Bases élèves.

… et près de 4 000 élèves supplémentaires dans le second degré

Dans le second degré relevant de l’éducation nationale, 33 600 élèves sont scolarisés en Guyane au début de l’année 2015, soit 3 850 de plus qu’il y a cinq ans. Les effectifs scolaires ont augmenté de 13 % sur la période.

Dans le premier cycle, en 2015, 22 000 élèves sont scolarisés, ce qui représente une hausse de 12 % des effectifs par rapport à 2010. Cette progression est tirée essentiellement par les communes de l’Ouest Guyanais. Grand-Santi et Maripasoula ont connu une très forte hausse (respectivement + 68 % et + 25 %) même si leurs effectifs pèsent encore peu sur l’ensemble des élèves scolarisés. Les autres communes de l’Ouest telles que Apatou, Mana et Saint-Laurent-du-Maroni sont également très dynamiques. L’Ouest Guyanais représente à lui seul la moitié des élèves supplémentaires scolarisés au collège. Au sein des communes du Centre Littoral, les tendances sont très variées. Les effectifs de collégiens à Macouria et Rémire-Montjoly se sont envolés (respectivement + 30 % et + 24 %) grâce à la construction des collèges Antoine Sylvère Félix et Reeberg Neron. À Cayenne, comme la population, les effectifs stagnent.

Dans le second cycle, l’évolution a été plus importante. Début 2015, 11 600 élèves sont scolarisés dans un lycée relevant de l’Éducation nationale. Ils sont 1 500 jeunes de plus qu’en 2010, ce qui représente une hausse de 15 % des effectifs. Les villes de Cayenne et Saint-Laurent-du-Maroni concentrent six lycéens sur dix. Certaines communes se démarquent par leur dynamisme. Mana, avec la diversification des formations du lycée Léopold Elfort, est la commune affichant le taux de croissance le plus élevé. Les villes de Kourou et Rémire-Montjoly sont également plus dynamiques que la moyenne du fait de la livraison du nouveau lycée professionnel Elie Castor à Kourou et du lycée polyvalent Lama Prévot à Remire-Montjoly.

Le ministère de l’éducation n’est pas le seul à assurer la scolarisation des jeunes en Guyane. En particulier, dans le second degré relevant du ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, 580 jeunes sont scolarisés au début de l’année 2015, soit 230 élèves de plus qu’il y a cinq ans. Les effectifs de l’enseignement agricole, concentrés au lycée agricole de Matiti à Macouria, ont augmenté de 68 % sur la période.

Dans le même temps, l’apprentissage dans le second degré se développe. Le nombre d’apprentis a augmenté de 53 % en cinq ans pour atteindre 400 élèves aujourd’hui.

Figure 2 – En 5 ans, 3 850 élèves supplémentaires scolarisés dans le second degré relevant de l’éducation nationale

  • Note : Les élèves du collège de Camopi sont comptabilisés dans les effectifs du second degré à Saint-Georges.
  • Source : Rectorat, Base élèves.

D’ici 2030 : 36 000 jeunes supplémentaires ayant entre 3 et 19 ans

Selon le scénario de projection de population « migrations basses », la Guyane devrait compter 386 400 habitants en 2030. Entre 2015 et 2030, la Guyane gagnerait 119 900 habitants. La croissance démographique à venir se justifierait uniquement par un solde naturel largement positif. Le solde apparent des entrées et des sorties pèserait quant à lui négativement sur l’évolution de la population. La population augmenterait toujours très rapidement, au rythme de 2,5 % chaque année.

En 2030, les jeunes ayant entre 3 et 19 ans, retenus comme la population susceptible d’être scolarisée dans le premier ou second degré, seraient 130 900. En 2030, la Guyane accueillerait donc 36 100 jeunes de cette tranche d’âge de plus qu’en 2015. Au delà des facteurs démographiques, l’évolution des effectifs d’élèves du premier et du second degré dépend également fortement des taux de scolarisation. En effet, même si les taux de scolarisation progressent en Guyane, des écarts importants avec la France hexagonale persistent. Plusieurs scénarii sur l’évolution des taux de scolarisation permettent donc d’envisager plusieurs futurs possibles sur l’évolution de la population scolaire.

Figure 3 – Près de 120 000 élèves attendus de la maternelle au lycée en 2030

en nombre
Près de 120 000 élèves attendus de la maternelle au lycée en 2030
2015 2030
Préélémentaire 15 542 24 400
Elémentaire 28 045 40 600
Collège 22 000 29 800
Lycée 11 600 25 100
  • Source: Insee, Omphale et Rectorat, Bases élèves.

Figure 3 – Près de 120 000 élèves attendus de la maternelle au lycée en 2030Projections d'effectifs scolaires selon le niveau (scénario médian)

En 2030, 65 000 élèves seraient attendus dans le premier degré…

Selon le scénario médian, le premier degré devrait accueillir près de 65 000 enfants en 2030, soit 21 400 élèves supplémentaires par rapport à 2015. L’évolution des effectifs serait plus soutenue en début de période. Entre 2015 et 2020, ils augmenteraient de 2,7 % chaque année, puis de 2,6 % entre 2020 et 2025 et enfin 2,4 % entre 2025 et 2030. En volume, la hausse des effectifs serait plus conséquente pour l’élémentaire. En 2030, 40 600 élèves seraient scolarisés dans l’élémentaire, ce qui représente un gain de 12 500 élèves en 15 ans. Dans le préélémentaire, 24 400 enfants seraient scolarisés en 2030, soit 8 900 élèves de plus qu’en 2015.

Selon les scénarii retenus, les effectifs scolaires du premier degré seraient compris entre 61 000 élèves, si les taux de scolarisation étaient maintenus constants, et 69 000 élèves si les taux de scolarisation augmentaient rapidement afin de se rapprocher des taux de France métropolitaine d’ici 2030.

Figure 4 – 65 000 élèves attendus dans le premier degré d’ici 2030

en nombre
65 000 élèves attendus dans le premier degré d’ici 2030
Taux constants Rattrapage médian Rattrapage
2015 43 500 44200 44900
2020 49 000 50600 52300
2025 54 800 57600 60300
2030 60900 65000 69000
  • Lecture : dans le scénario d'un rattrapage partiel entre les taux de scolarisation de Guyane et ceux de lFrance entière, le nombre d'élèves dans le premier degré passerait de 44 200 en 2015 à 65 000 en 2030.
  • Source: Insee, Omphale et Rectorat, Bases élèves.

Figure 4 – 65 000 élèves attendus dans le premier degré d’ici 2030Projections d’effectifs scolaires du premier degré selon les différents scénarii

… et 55 000 élèves dans le second degré

Selon le scénario médian, le second degré devrait quant à lui accueillir près de 54 900 élèves en 2030, soit 21 300 élèves supplémentaires par rapport à 2015. Contrairement à ce qui est observé dans le premier degré, l’évolution des effectifs s’intensifierait dans le temps. Entre 2015 et 2020, ils augmenteraient chaque année de 2,2 %, puis de 2,5 % entre 2020 et 2025 et enfin de 2,6 % entre 2025 et 2030. Ce rythme est de plus en plus intense car le différentiel de taux de scolarisation avec la France métropolitaine est important, particulièrement chez les lycéens.

L’évolution importante des taux de scolarisation des lycéens conduirait à une hausse annuelle de 2,7 % des effectifs d’ici 2030. Il y aurait, donc, 25 100 lycéens scolarisés en Guyane en 2030.

Le nombre de collégiens augmenterait lui plus modérément, au rythme de + 2,3 % chaque année pour atteindre 29 800 élèves en 2030. Selon les autres scénarii retenus, les effectifs scolaires du second degré seraient compris entre 51 800 élèves, si les taux de scolarisation étaient maintenus constants, et 59 000 élèves si les taux de scolarisation augmentaient rapidement pour se rapprocher des taux de France métropolitaine d’ici 2030.

Figure 5 – 55 000 élèves attendus dans le second degré en 2030

en nombre
55 000 élèves attendus dans le second degré en 2030
Taux constants Rattrapage médian Rattrapage
2015 37 400 38100 38900
2020 40 900 42600 44300
2025 45 400 48100 50900
2030 50700 54900 59000
  • Lecture : dans le scénario d'un rattrapage partiel entre les taux de scolarisation de Guyane et ceux de France entière, le nombre d'élèves dans le second degré passerait de 38 100 en 2015 à 54 900 en 2030.
  • Source : Insee, Omphale et Rectorat, Bases élèves.

Figure 5 – 55 000 élèves attendus dans le second degré en 2030Projections d'effectifs scolaires du second degré selon les différents scénarii

Figure 6 – Les taux de scolarisation en Guyane sont plus éloignés de l’objectif de scolarité obligatoire que ceux du niveau national

Taux de non scolarisation en Guyane et en France métropolitaine (en %)
Les taux de scolarisation en Guyane sont plus éloignés de l’objectif de scolarité obligatoire que ceux du niveau national
Taux de non scolarisation Guyane Taux de non scolarisation France entière
6 ans 4,3 1,8
7 ans 3,2 1,5
8 ans 2,5 1,3
9 ans 2,6 1,2
10 ans 2,5 1,1
11 ans 2,9 1,0
12 ans 2,8 1,0
13 ans 3,4 1,0
14 ans 4,8 1,1
15 ans 6,1 1,3
16 ans 10,0 3,6
  • Source : Insee, recensement de la population 2012.

Encadrés

La lutte contre le décrochage scolaire : priorité des politiques publiques

Le décrochage scolaire est au cœur des politiques publiques en matière d’éducation. Le Ministère de l’éducation nationale s’est fixé un double objectif : encourager la persévérance scolaire et faciliter le retour vers l’école des jeunes décrocheurs.

Depuis octobre 2013, afin d’endiguer ce phénomène, la Guyane a mis en place une plateforme de prévention contre le décrochage scolaire. Son but est de repérer les jeunes ayant plus de 16 ans sortis du système éducatif sans diplôme et étant sans emploi afin de leur proposer un accompagnement personnalisé. L’objectif est d’opérer un retour à la formation ou de mettre en place un processus de qualification afin de favoriser l’accès à l’emploi.

L’Union Européenne, via son programme « Éducation et formation 2020 » fixe elle aussi des objectifs. D’ici 2020, la part des jeunes ayant entre 16 et 24 ans sortis du système éducatif sans diplôme devra passer sous la barre des 10 %.

En Guyane, le taux de décrochage scolaire s’élève à 38 % en 2012 ce qui représente 9 600 jeunes sortis du système éducatif sans diplôme. Même si le taux observé est loin de l’objectif fixé en 2020, les progrès constatés ces vingt dernières années sont encourageants. En 1990, le taux culminait à 53 % et depuis, ne cesse de baisser.

Rectorat de Guyane

Un partenariat Insee-Rectorat utile au pilotage du système éducatif guyanais

Les projections consolidées d’effectifs scolaires présentées ici et réalisées en partenariat entre l’Insee et le rectorat de la Guyane constituent un outil à la fois inédit dans l’académie et utile au pilotage du système éducatif guyanais. La nécessité de scolariser l’ensemble des enfants de la Guyane guide cet exercice dont découlent les besoins en constructions scolaires nouvelles à moyen terme. Les constructions scolaires relèvent de la compétence des collectivités, le rectorat apporte son expertise tant au niveau des projections, de l’identification des besoins que de l’accompagnement des projets.

Rectorat de Guyane

Sources

Champs

L’étude porte sur l’ensemble des jeunes âgés de 3 à 19 ans, scolarisés dans le premier ou second degré. Sont retenus les élèves scolarisés dans les établissements sous la tutelle du ministère de l’éducation nationale, dans les lycées agricoles et les jeunes en apprentissage.

 

Méthodes

Les projections de population sont issues du modèle Omphale 2010 qui se base sur les données du Recensement de la population 2007 et les données de l’état civil. Le scénario migration basse a été retenu car c’est le scénario qui correspond le mieux à ce qui a été observé entre 2007 et 2012 à l’aide du recensement de la population. Ses hypothèses sont un maintien du niveau de fécondité et de mortalité et une baisse des migrations.

Des taux de scolarisation par âge sont ensuite appliqués à ces effectifs projetés. Plusieurs scénarii d’évolution des taux de scolarisation ont été retenus.

- Le premier scénario « taux constants » maintient les taux de scolarisation constants sur la période de projection.

- Le scénario appelé « médian » prévoit une évolution des taux de scolarisation permettant de réduire de moitié les écarts avec les taux nationaux à l’horizon 2030. C’est le scénario privilégié.

- Enfin, le scénario dit de « rattrapage » prévoit un rattrapage complet des écarts avec les taux nationaux d’ici 2030.

 

Sources

Les effectifs d’élèves sont issus des bases élèves du Rectorat. Les effectifs de jeunes proviennent du recensement de la population. Les projections démographiques s’appuient sur le modèle Omphale 2010 de l’Insee.

Définitions

Taux de scolarisation : ces taux sont calculés par tranche d’âge pour les 3-5 ans et les 6-14 ans puis par âge détaillé pour les 15 ans et plus. Pour chaque âge x (ou tranche d’âges) calculé en différence de millésimes, le taux de scolarisation est le rapport entre le nombre d’élèves d’âge x scolarisés l’année i et la population d’âge x de l’année i+1. Pour plus de robustesse, des taux moyens sur trois ans sont retenus.

Pour en savoir plus

Horatius-Clovis H., « Plus d’un demi-million de Guyanais en 2040 », Insee Premiers Résultats n°71, janvier 2011.

Gragnic B., Horatius-Clovis H., « L’état de l’école en Guyane : des progrès à poursuivre », Insee Analyses Guyane n°4, décembre 2014.

Gragnic B., Horatius-Clovis H., « L’état de l’école en Guyane », Insee Dossier n°1, décembre 2014.