L’évolution du chômage accentue les différences entre les territoires

Alain Coënon, Insee

Au quatrième trimestre 2014, le taux de chômage de la Basse-Normandie s’élève à 9,3 % de la population active, après une augmentation de 0,4 point durant l’année 2014. La progression du chômage entre fin 2013 et fin 2014 accentue les différences entre les zones d’emploi : il progresse le plus souvent dans les zones d’emploi déjà les plus touchées. La Manche est le département le moins impacté par le chômage.

En Basse-Normandie, au quatrième trimestre 2014, le taux de chômage s’élève à 9,3 % de la population active. Comme en France métropolitaine, il a progressé au second semestre 2014 après s’être stabilisé au premier semestre. Sur l’année, l’augmentation du taux de chômage régional est égale à celle observée au niveau de la France métropolitaine (+ 0,4 point). Le niveau atteint fin 2014 dans la région est le plus élevé de ces quinze dernières années. Il reste cependant inférieur de 0,7 point au taux de chômage observé au niveau national.

Des trois départements, c’est dans le Calvados que le chômage est le plus élevé (9,8 %). Il est de 9,4 % dans l’Orne. La Manche (8,4 %) fait partie de la vingtaine de départements métropolitains où le chômage est le moins élevé.

Les taux de chômage des zones d’emploi de la partie Est de la région sont supérieurs à la moyenne régionale. C’est à L’Aigle qu’il est le plus élevé (10,5 %), mais il atteint ou dépasse les 10 % aussi à Alençon et à Lisieux. A Caen, la plus peuplée et la plus attractive des zones d’emploi de la région, le taux de chômage atteint 10,1 %, après un accroissement de 0,6 % sur un an.

Une progression du chômage dans l’Est de la région qui accentue les différences entre les territoires

Entre fin 2013 et fin 2014, les trois départements bas-normands enregistrent une hausse du chômage. Elle est plus forte que la moyenne régionale dans le Calvados (+ 0,5 point) qui présente déjà le taux le plus élevé. Dans l’Orne, la hausse du chômage est identique à la moyenne régionale (+ 0,4 point). À l’inverse, le chômage progresse un peu moins dans la Manche (0,2 point).

Excepté la zone d’emploi de Coutances dont le taux de chômage est resté stable pour la seconde année consécutive, aucune autre zone d’emploi n’a été épargnée par la hausse du chômage entre fin 2013 et fin 2014. Pour trois des quinze zones d’emploi, l’évolution est supérieure à l’évolution régionale. Les zones d’emploi de Caen et de L’Aigle enregistrent la plus forte progression de la région (+ 0,6 %). Le chômage augmente aussi nettement dans la zone d’emploi d’Alençon (+ 0,5 %). En revanche, la progression reste contenue dans les zones d’emploi d’Avranches (+ 0,1 %), Saint-Lô et Argentan (+ 0,2 %).

Les évolutions entre fin 2013 et fin 2014 neutralisent l’amélioration constatée en 2013. Le taux de chômage avait en effet baissé dans la région et dans chaque département entre le 4ème trimestre 2012 et le 4ème trimestre 2013. Or, en 2014, dans chacun des trois départements, la hausse excède la baisse de 2013. Ainsi l’augmentation du chômage en Basse-Normandie en 2014 (+  0,4 point) dépasse la baisse de l’année précédente (- 0,3 point).

Figure_1 – Entre fin 2013 et fin 2014, les trois départements bas-normands enregistrent une hausse du chômage

Unité: %
Entre fin 2013 et fin 2014, les trois départements bas-normands enregistrent une hausse du chômage
Taux de chômage (en % des actifs) Evolution annuelle (en points)
4e trimestre 2014 4e trimestre 2013 4e trimestre 2012 2013/2014 2012/2013
Calvados 9,8 9,3 9,7 0,5 -0,4
Manche 8,4 8,2 8,3 0,2 -0,1
Orne 9,4 9 9,3 0,4 -0,3
Basse-Normandie 9,3 8,9 9,2 0,4 -0,3
France 10 9,6 9,7 0,4 -0,1
  • Source : Insee, taux de chômage national (au sens du BIT) et taux de chômage localisés.

Figure_2 – Le chômage augmente plus vite dans les zones d'emploi de Caen, l'Aigle et Alençon que sur l'ensemble de la région

Figure_3 – Le chômage augmente plus vite dans les zones d'emploi de Caen, l'Aigle et Alençon que sur l'ensemble de la région

Définitions

Le taux de chômage localisé, estimé par zone d'emploi et par département, est le rapport du nombre de chômeurs à la population active qui comprend les personnes occupant un emploi et les chômeurs. Le nombre de chômeurs national (au sens du Bureau International du Travail) est ventilé chaque trimestre à partir des séries de chômage répertorié des demandeurs d'emploi en fin de mois (DEFM). L'emploi s'appuie sur les estimations d'emploi au lieu de travail issues du dispositif d'Estimations d'emploi localisées (Estel), et sur des matrices de passage du lieu de travail au lieu de résidence. Les séries sont diffusées en moyennes trimestrielles corrigées des variations saisonnières (CVS).

Une zone d'emploi est un espace géographique à l'intérieur duquel la plupart des actifs résident et travaillent. Le découpage en zones d'emploi constitue une partition du territoire adaptée aux études locales sur le marché du travail. Le découpage actualisé se fonde sur les flux de déplacement domicile-travail des actifs observés lors du recensement de 2006.

Pour en savoir plus

Indicateurs de Taux de chômage par zone d'emploi

Bilan économique 2014 de la Basse-Normandie - Insee Basse-Normandie , Insee Bilan économique Basse-Normandie, n°5, mai 2015.

Un  frémissement de l'emploi au quatrième trimestre, Insee Basse-Normandie, Insee Conjoncture, n°4, mai 2015.