Des inégalités femmes-hommes marquées, dont certaines s'accentuent

Audrey Naulin

Les inégalités femmes-hommes sont plus marquées en Guyane qu'en France métropolitaine, et elles connaissent souvent une évolution plus défavorable. Notamment, l'écart entre les taux de chômage féminins et masculins (11 points) est le plus fort de France. La Guyane est également la seule région où le taux de scolarisation à 18 ans des femmes est plus faible que celui des hommes. Pourtant, leur niveau de formation est supérieur à celui de ces derniers et elles sont plus souvent cheffes d'entreprises qu'en moyenne nationale. Les femmes en emploi gagnent en moyenne 12 % de moins que les hommes. Leurs difficultés d'accès à l'emploi peuvent s'expliquer en partie par la forte proportion de cheffes de famille monoparentale.

De nombreuses inégalités sont défavorables aux femmes, notamment en matière d’insertion sur la marché du travail et de niveau de salaire. Elles sont aussi plus souvent cheffes de famille monoparentale (sept fois plus de femmes que d'hommes) et moins souvent propriétaires. Quelques écarts sont en faveur des femmes, comme l'espérance de vie ou le niveau de formation.

Si les inégalités entre les femmes et les hommes se réduisent en France depuis plusieurs années, la parité n’est pas atteinte. Par ailleurs, les inégalités évoluent de manière différente selon la région et le critère observé. En Guyane, de nombreuses inégalités s'accentuent. Composition familiale, statut d'occupation du logement, taux de chômage ou taux de scolarisation, l'évolution des inégalités dans ces domaines est défavorable aux femmes. Même si en termes de taux d'emploi des non diplômés, la position des femmes s'améliore, cela se fait à un rythme moins rapide qu'au niveau national. En revanche, pour le taux d'activité et le salaire, les évolutions sont plus favorables aux femmes en Guyane qu'en France métropolitaine.

L'inégalité d'accès à l'emploi, la plus forte de France, s'accentue

En 2011, l'écart entre les taux de chômage féminin et masculin est 6,4 fois plus important en Guyane qu'en France Métropolitaine. 34 % des femmes actives de 25-54 ans en Guyane déclarent être au chômage, soit 11 points de plus que les hommes, le plus grand écart observé en France. Cette inégalité s'amplifie depuis 1999, où l'écart entre les taux de chômage féminin et masculin était de 9 points, alors qu'elle se réduit en France métropolitaine.

Malgré sa diminution, l'écart entre les taux d'activité féminin et masculin reste également important : comme en 1999, il est 1,3 fois plus élevé en Guyane qu'en France métropolitaine. En 2011, seules 71 % des femmes de 25-54 ans en Guyane sont actives, en emploi ou au chômage.

L'inégalité d'accès à l'emploi des non-diplômés a diminué moins vite en Guyane qu'en France métropolitaine.

Figure_1 – De nombreuses inégalités toujours« défavorables » aux femmes - Positions relatives des femmes par rapport aux hommes en 2011 en Guyane

  • * 2010, **2012
  • Note de lecture : Pour les valeurs supérieures à 1, l'indicateur est plus élevé pour les femmes que pour les hommes et inversement pour les valeurs inférieures à 1. Le rond est vert quand l'écart est « favorable » aux femmes, rouge quand il est défavorable aux femmes, et orange quand l'écart est non significatif. Par exemple, le taux de chômage est 1,5 fois plus fort chez les femmes que chez les hommes, ce qui est « défavorable » aux femmes.
  • Source : Recensement de la population - Etat Civil - DADS.

Seules 24 % des femmes non diplômées de 25-54 ans sont en emploi, soit 22 points de moins que chez les hommes, alors que cet écart est de 16 points en moyenne nationale.

Figure_2 – La majorité des inégalités femmes-hommes ne se résorbent pas ou moins qu'en France métropolitaine - Evolution des inégalités par rapport à la France métropolitaine entre 1999 et 2011

  • 2000-2012 ; ** 2000-2010 / Comparaison par rapport à France entière
  • Note : Chaque indicateur d’inégalité (taux de chômage, taux d’activité…) est signifié par un rond de taille proportionnelle à l’importance de l'écart hommes-femmes en Guyane. Sa couleur indique si l'écart femmeshommes est plus ou moins favorable aux femmes en Guyane qu'en France métropolitaine : un rond de couleur verte indique que l'écart femmes-hommes est plus favorable en Guyane, un rond de couleur orange indique qu'elle est moins favorable en Guyane, un rond de couleur grise indique que l'écart est similaire à celui de France métropolitaine.
  • Un creusement des inégalités dans les charges de famille (part des cheffes de familles monoparentales supérieure à celle des chefs de familles monoparentales) est considéré comme défavorable à l’évolution des inégalités hommes-femmes.
  • La position des bulles selon l'axe vertical représente l'évolution des inégalités en Guyane. La position des bulles sur l'axe horizontal représente l'amélioration ou le recul par rapport à la France métropolitaine.
  • Lecture : L'écart entre le taux de chômage des femmes de Guyane de 25-54 ans et celui des hommes de Guyane est de 11,4 points en 2011 (taille de la bulle). Il est plus défavorable aux femmes en Guyane qu'en France métropolitaine (couleur). L'écart s'est accru, en défaveur des femmes, de 2,5 points entre 1999 et 2011 en Guyane (axe vertical négatif). Cet accroissement est supérieur de 5,1 points à celui de France métropolitaine (axe horizontal négatif).
  • Source : Insee / Recensement de la population / DADS / Etat Civil.

La Guyane, la seule région où le taux de scolarisation des femmes à 18 ans est plus faible que celui des hommes

En 2011, 69 % des femmes de 18 ans en Guyane sont scolarisées, soit 3 points de moins que les hommes. La Guyane est la seule région française où, à 18 ans, les hommes sont plus souvent scolarisés que les femmes. Sur l'ensemble de la France métropolitaine, le taux de scolarisation féminin à 18 ans est supérieur de 4 points au taux masculin.

Si les femmes ont un niveau de formation plus élevé que les hommes en Guyane, l'écart est moins marqué qu'en France métropolitaine. En 2011, 19 % des femmes de 25-54 ans en Guyane sont diplômées du supérieur, soit 2 points de plus que les hommes. Cet écart est devenu positif en faveur des femmes, alors qu'il était négatif en 1999. Toutefois, l'évolution en faveur des femmes reste moins marquée que sur le plan national, où l'écart entre les femmes et les hommes est de 6 points.

Les inégalités de salaires se réduisent plus rapidement

En 2010, en Guyane, le salaire annuel moyen net des femmes est de 22 632 euros, inférieur de 12 % à celui des hommes. Mais, il est supérieur à la moyenne nationale, alors que le salaire moyen des hommes est plus bas. Par conséquent, l'écart est moins important en Guyane qu'au niveau national, où le salaire annuel moyen des femmes est inférieur de 19 % à celui des hommes. L'écart entre les femmes et les hommes s'est fortement réduit en Guyane en 10 ans. Il était de 21 % en 2000, alors proche de l'écart observé au niveau national.

Les écarts de salaires varient selon la catégorie sociale. En Guyane, le salaire annuel moyen des ouvrières est inférieur de 19 % à celui des hommes, celui des femmes cadres de 22 %, celui des femmes exerçant une profession intermédiaire de 15 %. Seules les employées connaissent une inégalité moins prononcée, avec un salaire moyen seulement inférieur de 1 % à celui des hommes.

En Guyane, les cheffes d'entreprise sont nombreuses : ce statut concerne 7 % des femmes de 25 à 54 ans en emploi, soit la part la plus forte de France, contre seulement 4 % au niveau national. L'écart avec les hommes du même âge reste néanmoins élevé puisque 17 % d'entre eux sont chefs d’entreprise. Au final, l'écart entre les femmes et les hommes est deux fois plus important en Guyane qu'en France métropolitaine. Les inégalités face à l'entrepreneuriat se renforcent puisque l'écart entre les femmes et les hommes s'accentue plus vite en Guyane qu'en France métropolitaine depuis 1999. En 2010, seuls 30 % des créateurs d'entreprises en Guyane sont des femmes.

La structure familiale explique aussi les inégalités sur le marché du travail

En 2011, 27 % des femmes de 25-54 ans sont cheffes de famille monoparentale en Guyane, soit 24 points de plus que les hommes. Cet écart est en hausse par rapport à 1999, et augmente plus fortement qu'en France métropolitaine. Parmi les cheffes de famille monoparentale, 35 % sont propriétaires de leur logement, soit 12 points de moins que pour les hommes. Cet écart est moins important qu'en France métropolitaine (– 20 points), mails il s'accentue en Guyane depuis 1999, alors qu'il stagne en moyenne nationale.

L'écart d'âge entre les femmes et les hommes à la naissance de leurs enfants est le plus fort de France. Les femmes en Guyane ont leurs enfants en moyenne à 27,5 ans (tous rangs de naissance confondus), soit 4,2 ans plus tôt que les hommes. Cet écart est 1,4 fois plus important qu'en France métropolitaine. Comme sur le plan national, il s'est accentué entre 2000 et 2013.

Figure 3 – 34 % des Guyanaises actives de 25-54 ans n'ont pas d'emploi - Principaux indicateurs selon le sexe (sauf mention contraire)

34 % des Guyanaises actives de 25-54 ans n'ont pas d'emploi - Principaux indicateurs selon le sexe (sauf mention contraire)
Guyane France métropolitaine
Femmes Hommes Femmes Hommes
Taux de chômage 25-54 ans (%) 34,5 23,1 11,5 9,7
Taux d'activité 25-54 ans (%) 71,3 82,6 86,8 95,3
Taux d'emploi 25-54 ans non diplômés (%) 24,3 46,4 58,9 75,3
Part diplômés du supérieur (%) 18,9 16,5 38,1 32,0
Taux de scolarisation à 18 ans (%) 69,4 72,4 86,1 81,7
Part chefs de famille monoparentale (%) 27,4 3,8 11,9 2,4
Part chefs de famille monoparentale propriétaire (%) 35,2 47,1 27,5 47,3
Âge moyen à la parentalité 2013 (ans) 27,5 31,6 29,9 32,9
Espérance de vie à la naissance 2012 (ans) 82,8 75,6 84,9 78,5
Salaire net annuel moyen en EQTP 2010 * (euros) 22 632 25 724 21 464 26 606
Part artisans, commerçants, chefs d'entreprise (%) 7,2 17,3 3,6 8,6
  • * France Entière
  • Source : Recensement de la population / DADS / Etat Civil

Encadré

Encadré

Au 1er janvier 2015, la Guyane compte 127 300 femmes et autant d'hommes. C'est la seule région française où les femmes ne sont pas plus nombreuses que les hommes. Néanmoins, la part des femmes est en hausse. Elles sont particulièrement nombreuses chez les jeunes adultes : entre 25 et 39 ans, on compte 115 femmes pour 100 hommes. En 2012, l'espérance de vie à la naissance des Guyanaises (82,8 ans) est supérieure à celle des hommes (75,6 ans). L'écart d'espérance de vie est plus marqué qu'en France métropolitaine.

Définitions

Le taux d'activité est le rapport entre le nombre d'actifs (actifs occupés et chômeurs) et l'ensemble de la population correspondante.

Le taux d'emploi d'une classe d'individus est calculé en rapportant le nombre d'individus de la classe ayant un emploi au nombre total d'individus dans la classe. Il peut être calculé sur l'ensemble de la population, mais on se limite le plus souvent à la population en âge de travailler.