Populations légales au 1er janvier 2013 : 228 868 Haut-Pyrénéens

Julien Kourdo

Au 1er janvier 2013, les Hautes-Pyrénées comptent 228 868 habitants. Entre 2008 et 2013, la population évolue peu ; elle diminue d’environ 40 habitants chaque année. Cette quasi-stabilité démographique n’est partagée qu’avec le département de la Lozère dans la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

Elle résulte, d’une part d’une baisse sensible de la population dans les principales communes, d’autre part d’un relatif dynamisme dans nombre de petites communes, que ce soit au nord du département, partie de loin la plus peuplée, ou au sud, dans les vallées pyrénéennes.

Figure 1 – Population municipale au 1er janvier 2013 et évolution annuelle moyenne

Population municipale au 1er janvier 2013 et évolution annuelle moyenne
Population en 2013 Population en 2008 Évolution annuelle moyenne entre 2008 et 2013 (%)
Hautes-Pyrénées 228 868 229 079 0,0
Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées 5 683 878 5 419 946 1,0
France métropolitaine 63 697 865 62 134 866 0,5
Grande aire urbaine du département
Tarbes(1) 115 497 115 588 0,0
Principales unités urbaines du département
Tarbes 75 624 77 609 -0,5
Lourdes 17 598 18 290 -0,8
Bagnères-de-Bigorre 12 932 13 322 -0,6
Argelès-Gazost 7 003 7 170 -0,5
Juillan 6 270 6 075 0,6
  • (1) Y compris partie hors Hautes-Pyrénées.
  • Source : Insee - Recensements de la population, exploitation principale.

Dépeuplement à Tarbes, dynamisme en périphérie

Sixième grande aire urbaine de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, l’aire de Tarbes compte 115 497 habitants au 1er janvier 2013 (y compris une commune des Pyrénées-Atlantiques). Cette stabilité par rapport à 2008 masque deux mouvements contradictoires : la commune de Tarbes continue de perdre de nombreux habitants (620 en moyenne chaque année) tandis que la banlieue et surtout la couronne périurbaine en gagnent (respectivement 225 et 400 chaque année) ; ce dynamisme allant croissant avec l’éloignement de la ville-centre.

Figure 2 – Principales communes des Hautes-Pyrénées

Population municipale au 1er janvier 2013 et évolution annuelle moyenne
Principales communes des Hautes-Pyrénées
Population en 2013 Population en 2008 Évolution annuelle moyenne entre 2008 et 2013 (%)
Tarbes 41 062 44 173 -1,5
Lourdes 14 644 15 410 -1,0
Aureilhan 7 959 7 801 0,4
Bagnères-de-Bigorre 7 633 8 003 -0,9
Lannemezan 5 940 5 716 0,8
Vic-en-Bigorre 4 990 5 116 -0,5
Borderes-sur-l'Echez 4 733 4 076 3,0
Séméac 4 713 4 950 -1,0
Juillan 4 076 3 868 1,1
Barbazan-Debat 3 437 3 432 0,0
  • Source : Insee - Recensements de la population, exploitation principale.

La population des deux autres agglomérations importantes du département se replie également en 2013. En effet, le nombre d’habitants des agglomérations de Lourdes et de Bagnères-de Bigorre baisse respectivement de 0,8 % et de 0,6 % par an entre 2008 et 2013. Les agglomérations les moins peuplées et les plus éloignées des principales communes du département sont, au contraire, en hausse de population : Lamarque-Pontacq (+ 1,4 % par an), Lannemezan (+ 0,8 %) et Juillan (+ 0,6 %).

Si la population de communes importantes comme Séméac est en recul, elle progresse pour certaines situées dans l’aire urbaine de Tarbes ou à sa périphérie (Bordères-sur-l’Échez, Orleix), autour de Lannemezan, le long de l’autoroute reliant Pau et Tarbes à Toulouse, ou encore dans les vallées (autour d’Argelès-Gazost). Dans le massif pyrénéen, des communes touristiques comme Campan, Cauterets et Saint-Lary-Soulan perdent également des habitants entre 2008 et 2013.

Figure_3 – Population municipale au 1er janvier 2013 et évolution annuelle entre 2008 et 2013

  • Source : Insee, Recensements de la population

Définitions

Unité urbaine : La définition de l’unité urbaine correspond à celle, communément admise, d’agglomération. C’est une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu d’au moins 2 000 habitants (pas plus de 200 m entre deux constructions). Les communes appartenant à une unité urbaine sont dites urbaines, les autres sont considérées comme rurales.

Aire urbaine : L’aire urbaine est la zone d’influence, en termes d’emploi, d’une unité urbaine d’au moins 1 500 emplois (pôle). C’est un ensemble de communes comprenant un pôle et sa couronne constituée par les communes (rurales ou urbaines) dont au moins 40 % des actifs en emploi travaillent dans le pôle ou dans une commune attirée par celui-ci. Si le pôle compte au moins 10 000 emplois, l’aire est considérée comme une grande aire urbaine et sa couronne est dite périurbaine.

Pour en savoir plus

En données complémentaires :

Population communale des communes du département

Population communale des aires et unités urbaines de Midi-Pyrénées

Répartition de la population selon les espaces du zonage en aires urbaines 2010