Avec un emploi atone, le chômage continue de progresser

Yannig Pons, Insee

Au 2e trimestre 2015, l’emploi salarié insulaire se tasse légèrement. En glissement annuel, il baisse de 0,1 point, comme au niveau national. L’emploi progresse en Haute-Corse alors qu’il diminue en Corse-du-Sud.

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi continue à augmenter pour atteindre 22 500 fin juin, en hausse de 12,4 % sur un an (+ 7,1 % en France métropolitaine). Comme au niveau national, le taux de chômage se stabilise. Il est d’un point supérieur à la moyenne française. Il situe la Corse au 7e rang des régions où le chômage est le plus élevé de métropole. La Haute-Corse enregistre un taux de chômage supérieur de 1,8 point à celui de la Corse-du-Sud (11,9 % contre 10,1 %).

Par ailleurs, les autorisations de construire s’élèvent à 3 600 sur un an. Les créations d’entreprises hors auto-entrepreneurs augmentent. Les défaillances d’entreprises reculent légèrement après une longue période de hausse.

Enfin, le transport de passagers diminue tandis que celui de fret progresse, notamment grâce aux entrées de ciment. Parallèlement, la fréquentation des hôtels et des campings croît par rapport au 2e trimestre 2014.

Insee Conjoncture Corse
No 7
Paru le : 19/10/2015

L’emploi régional marque le pas

Au 2e trimestre 2015, l’emploi salarié dans les secteurs principalement marchands se tasse légèrement par rapport à l’an dernier (– 0,1 % soit – 50 emplois). L’évolution est identique à celle observée au niveau de la métropole. 

Au niveau départemental, l’emploi augmente légèrement en Haute-Corse (+ 0,8 %) alors qu’il recule en Corse-du-Sud (– 0,8 %) par rapport au 2e trimestre 2014(figure 1).

L’emploi régional baisse dans la construction : – 4,4 % sur un an. Le repli s’y poursuit pour le 10e trimestre consécutif (– 971 emplois depuis le 4e trimestre 2012). En revanche, il progresse à nouveau dans le tertiaire marchand hors intérim (+ 0,7 %) (figure 2), notamment dans l’hébergement et restauration (+ 1,3 %).

1 – Évolution de l’emploi salarié marchand

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l’emploi salarié marchand
France métropolitaine Corse-du-Sud Haute-Corse Corse
T1 2005 100 100 100 100
100,063649 99,5267175 99,6562199 99,5913458
100,181408 100,452444 100,894533 100,673069
100,325932 102,652517 102,73703 102,694693
T1 2006 100,432024 103,232477 102,673433 102,953486
101,000638 103,768164 103,046755 103,408144
101,38018 104,468473 103,966352 104,217889
101,447896 106,001212 105,384554 105,693469
T1 2007 102,242358 107,668486 106,633363 107,151907
102,480594 108,505998 106,88562 107,697347
102,857823 108,893661 107,203381 108,050126
103,061964 109,299969 107,999419 108,650928
T1 2008 103,315914 111,205638 109,050245 110,129988
102,891642 111,671427 108,422979 110,050286
102,573704 112,072031 107,923382 110,001645
101,853858 113,464607 109,241915 111,357269
T1 2009 100,773527 113,474331 110,196191 111,838373
100,288749 113,79608 110,932081 112,366799
100,016055 113,527669 110,400852 111,967229
100,09887 114,207652 110,684705 112,449523
T1 2010 100,016013 116,033552 112,43267 114,236529
100,089292 116,902979 113,785808 115,347352
100,298389 116,546171 112,674138 114,61383
100,506742 117,236792 113,14056 115,192564
T1 2011 100,789263 118,174729 112,854542 115,519685
101,059637 119,912962 114,172634 117,048247
100,969217 118,934043 114,524745 116,733579
100,948579 119,365686 114,100598 116,738139
T1 2012 100,985629 119,842697 115,116708 117,484189
100,853761 120,554705 114,605589 117,585794
100,626553 120,079192 114,734286 117,411813
100,344758 120,445652 114,684451 117,57052
T1 2013 100,287917 120,133554 114,125001 117,134981
99,912199 120,468354 114,753699 117,616451
99,9853926 120,989601 114,125515 117,564074
100,04882 121,090977 114,642836 117,873027
T1 2014 99,8769214 121,43287 114,344194 117,89526
99,8813125 122,220772 116,311865 119,271927
99,5467486 122,016412 115,6097 118,819137
99,6578969 121,272489 114,531387 117,908336
T1 2015 99,6121637 121,07087 114,437222 117,760343
99,7661472 121,13514 117,219866 119,181219
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs ; données corrigées des variations saisonnières.
  • Note : données trimestrielles.
  • Source : Insee, estimations d’emplois

1 – Évolution de l’emploi salarié marchand

2 – Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Corse

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Corse
Construction Industrie Tertiaire marchand hors intérim dont Commerce
T1 2005 100 100 100 100
T2 2005 100,63 100,61 99,17 99,76
T3 2005 102,78 101,82 100,02 100,52
T4 2005 105,57 101,24 102,22 101,61
T1 2006 107,57 100,76 102,19 101,12
T2 2006 107,92 100,32 102,82 101,64
T3 2006 110,29 100,41 103,34 101,56
T4 2006 112,23 100,4 104,9 102,35
T1 2007 113,64 101,49 106,41 102,65
T2 2007 114,33 101,17 107,05 103,05
T3 2007 116,2 101,55 107,01 103,82
T4 2007 117,26 103,01 107,37 103,65
T1 2008 119,54 104,29 108,64 104,52
T2 2008 122,36 104,59 107,9 103,59
T3 2008 122,64 106,2 107,47 104,15
T4 2008 124,02 107,1 108,72 105,09
T1 2009 124,21 108,09 109,12 104,68
T2 2009 125,29 108,23 109,35 104,89
T3 2009 125,38 108,25 109,08 104,92
T4 2009 125,48 109,92 109,53 105,51
T1 2010 126,04 110,12 111,56 107,33
T2 2010 124,78 110,52 113,08 107,85
T3 2010 125,85 111,06 111,77 106,52
T4 2010 127 111,13 112,52 106,45
T1 2011 127,33 112,97 112,91 106,8
T2 2011 128,36 114,63 114,52 107,88
T3 2011 128,51 114,86 113,8 107,79
T4 2011 128,63 115,49 113,45 107,75
T1 2012 130,02 115,8 114,15 107,98
T2 2012 130,09 116,46 114,42 107,95
T3 2012 129,34 115,74 114,36 108,65
T4 2012 129,81 115,17 114,65 109,04
T1 2013 127,98 115,15 114,45 108,44
T2 2013 127,34 116,16 115,09 108,53
T3 2013 127,58 116,7 114,95 109,15
T4 2013 125,99 117,06 115,73 109,36
T1 2014 125,62 117,18 115,65 109,66
T2 2014 124,48 117,04 117,74 110,52
T3 2014 122,47 117,42 117,59 110,09
T4 2014 121,52 117,92 116,45 109,72
T1 2015 120,52 117,29 116,7 110,96
118,93 117,9 118,88 112,21
  • Note : données trimestrielles.
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs ; données corrigées des variations saisonnières.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

2 – Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Corse

3 – Taux de chômage

% CVS
Taux de chômage
France métropolitaine Corse Corse-du-Sud Haute-Corse
T1 2005 8,29049294 8,90856159 8,41868691 9,39251656
8,42886495 9,34364473 8,75528965 9,92374649
8,59772735 9,33699561 8,6642139 9,99928282
8,67899058 9,23787943 8,4623584 10,0003553
T1 2006 8,75407592 9,20441812 8,32616333 10,0691871
8,56741595 9,20527334 8,32009709 10,0802681
8,49301832 9,22904811 8,34410125 10,1057394
8,00038288 8,83147408 8,03447366 9,62409698
T1 2007 8,10490156 8,79864784 8,01760729 9,57587346
7,79561051 8,50541829 7,67758327 9,32727524
7,63918753 8,30694633 7,40348746 9,20059038
7,12172923 7,86625983 7,19777467 8,52803339
T1 2008 6,81887022 7,5741019 6,98484614 8,1573717
6,95406242 7,58904342 6,99080381 8,18243243
7,08692363 7,70294192 7,04339734 8,35783284
7,37860087 7,65888965 7,05874481 8,25546207
T1 2009 8,20347659 7,88469796 7,3010678 8,46724963
8,8145284 8,15782393 7,50073107 8,81991848
8,8062672 8,31281387 7,69772993 8,94182408
9,13740093 8,6499531 8,04172698 9,28187272
T1 2010 8,98407955 8,61142032 7,9424505 9,30854923
8,87385221 8,55721859 7,92980625 9,20645008
8,83388424 8,61201355 7,95171137 9,29040777
8,79296257 8,73807375 8,0871582 9,40341574
T1 2011 8,71125566 8,75488322 8,14727057 9,37553332
8,6163908 8,65166045 8,05399597 9,26321658
8,76590335 8,82227242 8,20430628 9,45204635
8,93310573 8,9259736 8,27160867 9,59055529
T1 2012 9,10187491 9,00427435 8,37734255 9,64145504
9,30169525 9,148179 8,59250817 9,71491496
9,40045102 9,13437533 8,57215584 9,70854487
9,71703172 9,64611658 9,05108405 10,2531473
T1 2013 9,90115806 9,84128893 9,15462568 10,5418166
9,94177551 9,88026859 9,18750369 10,5882353
9,89434642 9,86580074 9,12536914 10,6234871
9,65783066 9,90649351 9,10745743 10,7233979
T1 2014 9,71045491 9,94990589 9,13515812 10,7826243
9,6787441 10,0082542 9,16359074 10,8705041
9,94348081 10,2666686 9,3945177 11,1498258
10,0885966 10,7489882 9,73471876 11,7772547
T1 2015 9,96814599 10,8088914 9,79257816 11,8403777
10 10,8 9,8 11,7
  • Note : données trimestrielles.
  • Source : Insee, taux de chômage localisé (région), et au sens du BIT (France).
  • Les séries de taux de chômage ont été révisées ce trimestre.

3 – Taux de chômage

Au niveau des départements, sur un an, l’emploi dans la construction baisse une nouvelle fois plus vite en Corse-du-Sud (– 5,2 %) qu’en Haute-Corse (–  3,7 %). A l’inverse, l’emploi industriel progresse en Corse-du-Sud (+  1,4 %) alors qu’il est stable en Haute-Corse. Enfin, dans le tertiaire marchand, il augmente en Haute-Corse (+ 2,0 %) et est stable en Corse-du-Sud.

Le taux de chômage insulaire se stabilise et s’établit à 11 % ce trimestre. Il est supérieur au taux de la métropole d’un point (figure 3). La Corse a le 7e taux de chômage le plus haut des 22 régions métropolitaines. Au niveau départemental, le taux de chômage est stable en Corse-du-Sud et diminue légèrement en Haute-Corse.

Plus de 22 500 demandeurs d’emploi

À compter de juin 2015, Pôle emploi accède à des données administratives plus complètes lui permettant de mieux classer dans la catégorie correspondant à leur situation, les demandeurs d’emploi en formation, en service civique ou en contrat aidé dans l’insertion par l’activité économique. Ces opérations, réalisées principalement sur le mois de juin 2015, se poursuivent à la marge en juillet et ont un impact à la baisse sur les évolutions du nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B et C. Au niveau national, environ 0,5 % des demandeurs d’emploi en catégories A, B et C ont été reclassés en catégorie D ou E.

Pour autant, le nombre de demandeurs d’emploi en fin de mois de catégories A, B et C, en données corrigées des variations saisonnières, continue à augmenter au 2e trimestre 2015. En Corse, il atteint 22 500 fin juin. L’évolution trimestrielle (+ 2,6 %) est même supérieure à celle du 1er trimestre (+ 1,8 %). Ces hausses sont plus marquées que celles enregistrées en France métropolitaine (+ 2,0 % au 2e trimestre et + 1,4 % au 1er trimestre).

Sur un an, le nombre de personnes inscrites à Pôle Emploi en catégories A, B et C progresse de 12,4 % en Corse et de 7,1 % en moyenne nationale.

L’augmentation trimestrielle du nombre de demandeurs d’emploi insulaires concerne toutes les classes d’âge mais les personnes de plus de 50 ans sont encore les plus touchées, en hausse de  4,7 % par rapport au trimestre précédent. En évolution annuelle, le nombre de chômeurs de plus de 50 ans augmente de 17,2 % et celui des moins de 25 ans progresse de 9,7 %.

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits depuis plus d’un an continue aussi à croître fortement ce trimestre, tant en variation trimestrielle (+ 8,8 %), qu’annuelle (+ 31,9 %).

3 600 autorisations de construire sur un an

En cumul annuel, le nombre de logements autorisés à la construction dans la région atteint 3 600 fin juin, soit une augmentation de 10,1 % par rapport à l’année précédente contre une diminution de 5,6 % au niveau national (figure 4). Le point bas des autorisations avait été atteint au premier trimestre 2014. La tendance semble toutefois s’inverser pour les mois de juillet et août.

4 – Évolution du nombre de logements autorisés à la construction

Indice base 100 en janvier 2005
Évolution du nombre de logements autorisés à la construction
Corse France métropolitaine
janv. 2005 100 100
févr. 2005 100 100,47
mars 2005 106,98 101,51
avril 2005 109,3 102,27
mai 2005 100 102,8
juin 2005 109,3 104,19
juil. 2005 111,63 105,05
août 2005 109,3 105,52
sept. 2005 111,63 106,38
oct. 2005 109,3 106,52
nov. 2005 109,3 106,97
déc. 2005 116,28 108,38
janv. 2006 118,6 109,42
févr. 2006 118,6 110,69
mars 2006 118,6 112,44
avril 2006 120,93 113,42
mai 2006 123,26 114,81
juin 2006 125,58 115,55
juil. 2006 125,58 116,39
août 2006 127,91 117,06
sept. 2006 123,26 116,57
oct. 2006 125,58 118
nov. 2006 125,58 118,98
déc. 2006 116,28 118,49
janv. 2007 111,63 117,9
févr. 2007 113,95 117,92
mars 2007 113,95 118,39
avril 2007 116,28 117,86
mai 2007 116,28 117,55
juin 2007 109,3 116,78
juil. 2007 111,63 117
août 2007 113,95 116,82
sept. 2007 127,91 116,53
oct. 2007 127,91 115,79
nov. 2007 132,56 113,69
déc. 2007 127,91 112,44
janv. 2008 141,86 112,22
févr. 2008 141,86 111,87
mars 2008 139,53 110,26
avril 2008 148,84 109,48
mai 2008 146,51 108,28
juin 2008 151,16 106,09
juil. 2008 148,84 103,62
août 2008 165,12 101,16
sept. 2008 155,81 99,61
oct. 2008 158,14 97,43
nov. 2008 155,81 95,57
déc. 2008 158,14 92,75
janv. 2009 148,84 89,99
févr. 2009 148,84 86,39
mars 2009 148,84 83,49
avril 2009 132,56 81,24
mai 2009 137,21 78,57
juin 2009 132,56 76,64
juil. 2009 134,88 75,52
août 2009 111,63 74,66
sept. 2009 109,3 74,03
oct. 2009 106,98 73,13
nov. 2009 104,65 73,29
déc. 2009 106,98 74,01
janv. 2010 111,63 74,68
févr. 2010 130,23 76,42
mars 2010 132,56 78,95
avril 2010 130,23 80,85
mai 2010 132,56 82,96
juin 2010 132,56 85,31
juil. 2010 137,21 87,52
août 2010 146,51 88,84
sept. 2010 151,16 90,38
oct. 2010 151,16 91,03
nov. 2010 153,49 91,54
déc. 2010 158,14 92,73
janv. 2011 155,81 94,01
févr. 2011 139,53 94,22
mars 2011 141,86 93,71
avril 2011 141,86 93,65
mai 2011 141,86 95,1
juin 2011 146,51 95,46
juil. 2011 139,53 96,02
août 2011 137,21 97,26
sept. 2011 144,19 99,02
oct. 2011 144,19 99,69
nov. 2011 144,19 100,8
déc. 2011 141,86 101,84
janv. 2012 139,53 101,86
févr. 2012 137,21 102,02
mars 2012 141,86 101,7
avril 2012 141,86 102,02
mai 2012 139,53 100,61
juin 2012 132,56 100,22
juil. 2012 139,53 99,37
août 2012 141,86 99,24
sept. 2012 137,21 97,2
oct. 2012 137,21 96,65
nov. 2012 137,21 95,57
déc. 2012 137,21 93,87
janv. 2013 137,21 94,05
févr. 2013 144,19 95,55
mars 2013 146,51 96,06
avril 2013 144,19 94,52
mai 2013 144,19 92,5
juin 2013 139,53 90,76
juil. 2013 134,88 88,68
août 2013 130,23 86
sept. 2013 118,6 84,41
oct. 2013 109,3 83,92
nov. 2013 104,65 83,08
déc. 2013 100 82,28
janv. 2014 97,67 80,2
févr. 2014 90,7 77,16
mars 2014 76,74 76,11
avril 2014 74,42 74,95
mai 2014 74,42 75,07
juin 2014 74,42 74,95
juil. 2014 76,74 75,23
août 2014 81,4 75,01
sept. 2014 83,72 75,19
oct. 2014 81,4 74,17
nov. 2014 83,72 73,33
déc. 2014 86,05 72,93
janv. 2015 81,4 72,29
févr. 2015 76,74 71,52
mars 2015 81,4 70,47
avril 2015 81,4 70,9
mai 2015 83,72 70,29
juin 2015 83,72 70,78
juil. 2015 76,74 70,27
août 2015 74,42 71,03
  • Note : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente le cumul des 12 derniers mois.
  • Source : SOeS, Sit@del2.

4 – Évolution du nombre de logements autorisés à la construction

Les créations d’entreprise « classiques » à un niveau élevé

5 – Créations d'entreprises

Indice base 100 au 1er trimestre 2009
Créations d'entreprises
Corse hors micro-entrepreneurs France métro. hors micro-entrepreneurs Corse y/c micro-entrepreneurs France métro. y/c micro-entrepreneurs
T1 2009 100 100 100 100
T2 2009 80,14 94,99 116 117,58
T3 2009 85,06 93,46 100,3 108,03
T4 2009 91,74 99,49 109,1 119,92
T1 2010 81,55 96,1 122,7 134,17
T2 2010 80,84 99,53 106,7 118,72
T3 2010 75,04 98,24 91,3 108,7
T4 2010 78,73 97,32 99 114,41
T1 2011 78,73 96,02 98,7 108,6
T2 2011 78,73 94,16 105,4 105,19
T3 2011 81,72 96,13 89,9 99,96
T4 2011 77,15 96,62 92,2 105,76
T1 2012 74,34 91,75 104,3 112,59
T2 2012 75,4 88,29 104,6 105,2
T3 2012 66,61 89,55 85,2 100,26
T4 2012 80,84 90,7 93,2 102,59
T1 2013 88,58 97,11 97,3 107,54
T2 2013 86,12 97,56 97,7 102,87
T3 2013 87,7 98,91 87,1 98,75
T4 2013 91,74 101,93 90,4 104,95
T1 2014 85,59 100,25 96,8 109,59
T2 2014 90,69 100,05 106,4 104,67
T3 2014 91,04 99,7 88,2 103,28
T4 2014 84,01 101,07 90,5 106,96
T1 2015 93,15 107,29 90,9 103,68
T2 2015 98,24 112,53 99,3 99,07
  • Note : les créations d'entreprises hors micro-entrepreneurs sont corrigées des jours ouvrables et corrigées des variations saisonnières (CJO-CVS), les créations sous régime de micro-entrepreneur sont brutes. Données trimestrielles.
  • Champ : ensemble des activités marchandes hors agriculture.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

5 – Créations d'entreprises

Au 2e trimestre 2015, 559 entreprises hors auto-entrepreneurs ont été créées (données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables) contre 530 au trimestre précédent, soit une augmentation trimestrielle de 5,5 % contre + 4,9 % en moyenne nationale (figure 5). Le nombre de créations « classiques » atteint ainsi son niveau le plus haut depuis la mise en place du régime de l’auto-entrepreneur.

En glissement annuel, le nombre global de créations, y compris auto-entrepreneurs, diminue davantage en Corse (– 6,7 %) que sur le continent (– 5,3 %). Comme sur le continent, les créations sous le régime de l’auto-entrepreneur reculent de façon importante (– 20,8 % en Corse et – 22,1 % au niveau national). La progression des créations classiques ne permet donc pas de compenser la forte baisse des créations sous le régime de l’auto-entrepreneur.

Le nombre de défaillances diminue après une longue hausse

6 – Défaillances d'entreprises

Indice base 100 en janvier 2005
Défaillances d'entreprises
Corse France métropolitaine
janv. 2005 100 100
févr. 2005 98,64 100,52
mars 2005 95,25 100,57
avril 2005 95,59 101,22
mai 2005 91,19 102,01
juin 2005 88,81 102,31
juil. 2005 86,44 102,08
août 2005 87,46 101,95
sept. 2005 87,8 102,18
oct. 2005 84,41 101,8
nov. 2005 85,08 101,61
déc. 2005 81,02 101,36
janv. 2006 80 100,49
févr. 2006 82,71 99,45
mars 2006 83,39 98,95
avril 2006 81,02 97,81
mai 2006 82,37 97,16
juin 2006 82,71 96,75
juil. 2006 86,78 96,78
août 2006 84,75 97
sept. 2006 83,39 97,05
oct. 2006 84,41 97,57
nov. 2006 81,69 98,29
déc. 2006 82,03 98,95
janv. 2007 83,05 99,82
févr. 2007 82,03 101,14
mars 2007 83,39 102
avril 2007 80,68 102,72
mai 2007 78,64 103,16
juin 2007 81,36 103,95
juil. 2007 79,32 105,07
août 2007 79,66 104,94
sept. 2007 80,68 104,96
oct. 2007 88,81 105,76
nov. 2007 90,85 105,6
déc. 2007 94,92 105,6
janv. 2008 97,29 105,64
févr. 2008 101,02 106,13
mars 2008 103,05 105,69
avril 2008 109,15 107,12
mai 2008 110,51 106,87
juin 2008 111,86 106,86
juil. 2008 112,88 107,4
août 2008 113,22 107,64
sept. 2008 113,22 109,11
oct. 2008 106,44 110,52
nov. 2008 107,12 111,76
déc. 2008 106,78 114,05
janv. 2009 103,73 115,7
févr. 2009 106,44 117,52
mars 2009 111,19 121,05
avril 2009 106,78 122,8
mai 2009 111,53 124,71
juin 2009 110,17 126,52
juil. 2009 108,81 128
août 2009 112,54 128,98
sept. 2009 112,88 130,67
oct. 2009 117,97 130,38
nov. 2009 120,34 130,96
déc. 2009 119,32 130,57
janv. 2010 124,41 130,72
févr. 2010 120 130,53
mars 2010 118,98 130,65
avril 2010 120,34 129,35
mai 2010 117,63 129,3
juin 2010 120,34 129,4
juil. 2010 122,03 128,48
août 2010 119,66 128,63
sept. 2010 118,31 127,41
oct. 2010 114,92 126,45
nov. 2010 113,9 125,86
déc. 2010 111,53 124,77
janv. 2011 110,17 124,84
févr. 2011 108,81 124,8
mars 2011 106,1 123,95
avril 2011 108,47 123,42
mai 2011 107,8 125,01
juin 2011 100 123,63
juil. 2011 99,66 122,91
août 2011 97,29 122,95
sept. 2011 94,58 122,44
oct. 2011 95,59 122,53
nov. 2011 95,93 122,76
déc. 2011 98,64 122,57
janv. 2012 96,27 123,52
févr. 2012 98,64 123,51
mars 2012 99,66 122,56
avril 2012 100,34 122,9
mai 2012 99,32 121,24
juin 2012 104,07 121,36
juil. 2012 105,76 122,97
août 2012 107,12 122,83
sept. 2012 108,47 122,24
oct. 2012 109,49 124,24
nov. 2012 106,78 124,54
déc. 2012 109,15 125,94
janv. 2013 115,93 125,66
févr. 2013 111,19 125,49
mars 2013 108,14 125,31
avril 2013 106,78 126,73
mai 2013 108,81 127
juin 2013 112,2 127,46
juil. 2013 113,22 128,46
août 2013 114,58 128,29
sept. 2013 122,03 129,3
oct. 2013 118,64 129,28
nov. 2013 118,31 129
déc. 2013 120 129,06
janv. 2014 116,27 129,21
févr. 2014 120 130,38
mars 2014 123,05 130,39
avril 2014 123,73 130,68
mai 2014 125,42 130,06
juin 2014 130,85 130,32
juil. 2014 129,83 130,39
août 2014 129,49 130,44
sept. 2014 127,46 130,88
oct. 2014 128,14 130,76
nov. 2014 127,46 130,99
déc. 2014 122,37 129,28
janv. 2015 120 130
févr. 2015 121,69 129,83
mars 2015 124,75 132,24
avril 2015 127,12 132,32
mai 2015 124,41 129,62
juin 2015 118,98 131,48
juil. 2015 113,9 130,87
août 2015 113,9 130,23
  • Note : données mensuelles brutes au 12 octobre 2015, en date de jugement.
  • Chaque point représente la moyenne des douze derniers mois.
  • Source : Fiben, Banque de France.

6 – Défaillances d'entreprises

La tendance à la hausse des défaillances d’entreprise depuis fin 2011 semble s’inverser. En cumul sur un an, elles sont en recul de 5,2 % par rapport au trimestre précédent (figure 6).

En cumul annuel, par rapport au 2e trimestre 2014, les défaillances diminuent (– 9,4 %) alors qu’elles progressent légèrement au niveau national (+ 0,7 %).

Progression du fret, recul du transport de passagers

Dans le transport de fret, le trafic total en tonnes augmente de 1,5 % sur un an pour atteindre 562 000 tonnes au 2e trimestre. Cette hausse résulte principalement d’une forte augmentation des entrées de ciment (+ 47,5 %) et de gaz et hydrocarbures (+ 12,6 %). En revanche, le trafic de « Roll » est en repli (– 3,6 %) (figure 7), notamment à cause d’une baisse importante des échanges avec l’Italie (– 18,3 %).

7 – Evolution du trafic par type de fret (en tonnes)

Evolution du trafic par type de fret (en tonnes)
Evolution cumul annuel 2015T2/2015T1 Evolution 2015T2/2015T1
Rolls 12,6% -3,6%
Gaz et hydrocarbures -11,5% 12,6%
Ciment 28,5% 47,5%
Ensemble 7,8% 1,5%
  • Source : Observatoire Régional des Transports de la Corse

7 – Evolution du trafic par type de fret (en tonnes)

L’activité dans les transports de passagers diminue globalement de 1,4 % par rapport au 2e trimestre 2014. Le trafic de passagers, stable en avril, augmente en mai (+ 4,2 %) mais recule fortement en juin (– 6,5 %). Sur un an, l’aérien progresse de 2,8 % et le maritime diminue de 5,4 % (figure 8).

8 – Évolution du trafic de passagers

en nombre de passagers
Évolution du trafic de passagers
AIR 2014 MER 2014 AIR 2015 MER 2015
Janvier 119 867 78 697 118 028 84 246
Février 111 654 74 382 109 778 74 980
Mars 133 833 98 220 127 159 89 388
Avril 236 443 205 932 246 948 194 727
Mai 332 084 351 708 363 175 349 262
Juin 394 306 460 169 380 072 418 682
Juillet 519 884 762 497
Aout 620 322 1 172 646
Septembre 372 877 460 082
Octobre 239 721 212 604
Novembre 132 968 86 661
Decembre 143 510 106 671
  • Source : Observatoire Régional des Transports de la Corse.

8 – Évolution du trafic de passagers

La fréquentation des hôtels et campings augmente par rapport à l’an dernier

Dans l'hôtellerie, par rapport au 2e trimestre 2014, le nombre de nuitées croît moins fortement qu’au niveau national (+ 1,4 % contre + 1,9 %) (figure 9).

Cette progression est portée par les touristes français (+ 4,9 %) qui compensent un recul de la fréquentation étrangère (– 8,6 %), cette dernière ne regroupant qu’un quart des nuitées hôtelières. Le nombre de nuitées globales sur ces trois mois représente 35 % des nuitées annuelles du secteur.

9 – Nombre de nuitées dans les hôtels et campings

en milliers
Nombre de nuitées dans les hôtels et campings
Hotel 2014 Hotel 2015 Camping 2014 Camping 2015
Janvier 31 28 0 0
Février 30 30 0 0
Mars 48 43 0 0
Avril 158 142 0 0
Mai 365 385 168 208
Juin 450 461 489 461
Juillet 457 1 201
Aout 612 1 615
Septembre 484 473
Octobre 179 0
Novembre 36 0
Décembre 31 0
  • Source : Insee ; DGE, partenaires régionaux.

9 – Nombre de nuitées dans les hôtels et campings

La hausse de la fréquentation dans les hôtels de Corse est particulièrement marquée en mai (+ 5,2 %) et en juin (+ 2,3 %). En revanche, le mois d’avril enregistre un recul (– 10,3 %) dû notamment à un calendrier scolaire défavorable (vacances de printemps plus tardives).

Dans les campings, la fréquentation progresse aussi (+ 1,8 % par rapport au 2e trimestre 2014). Elle augmente fortement en mai (+ 23,9 %) mais baisse en juin (– 6,7 %). La forte hausse sur mai s’explique en partie par les ponts, la météo favorable et le calendrier scolaire. Elle fait également suite à une baisse importante en mai 2014 (– 15,3 %).

Encadrés

Contexte national – La demande reste bien orientée, l’activité progresse par à-coups

En France, l’activité a calé au deuxième trimestre (0,0 % après + 0,7 %), du fait notamment du décrochage de la production industrielle qui s’est poursuivi jusqu’au début de l’été. Au second semestre, la consommation des ménages retrouverait une croissance en phase avec les gains de pouvoir d’achat, lequel accélèrerait nettement sur l’ensemble de l’année (+ 1,7 %). Leur investissement en logement continuerait cependant de peser sur l’activité. Après une hausse au premier semestre, l’investissement des entreprises accélèrerait modérément au second semestre, avec la hausse de leurs marges et un accès au crédit facilité par les mesures de politiques monétaires. Au total, au-delà des à-coups trimestriels, l’activité progresserait au second semestre (+ 0,2 % puis + 0,4 %) à un rythme comparable à celui du premier semestre. En moyenne annuelle, la croissance serait de + 1,1 %, après + 0,2 % en 2014. L’accélération de l’activité et les politiques d’allégement du coût du travail stimuleraient l’emploi, qui serait rehaussé de 120 000 postes en 2015. En conséquence, le taux de chômage se stabiliserait, à 10,3 % de la population active fin 2015.

Contexte international – Le climat conjoncturel est favorable dans les économies avancées mais se dégrade encore dans les pays émergents

Au deuxième trimestre 2015, la croissance des pays avancés est restée robuste. Elle a été particulièrement vive aux États-Unis et au Royaume-Uni. Dans les pays émergents, l’activité a continué de ralentir, notamment en Chine. Le commerce entre pays asiatiques a pesé sur les échanges mondiaux, qui se sont de nouveau contractés. Dans la zone euro, en revanche, la reprise continue de se diffuser progressivement : le redémarrage de l’emploi et la baisse du prix du pétrole portent la consommation des ménages, tandis que la dépréciation de l’euro depuis mi-2014 stimule les exportations. L’activité resterait très dynamique en Espagne, grâce aussi à la vigueur de l’investissement privé. Elle accélèrerait modérément en Allemagne, et plus modestement encore en Italie, dont le PIB a renoué avec la croissance début 2015. Dans les pays anglo-saxons, l’activité resterait soutenue par la vigueur de la consommation. Au total en 2015, la croissance des économies avancées resterait solide. Dans les pays émergents, l’activité continuerait de tourner au ralenti, et leurs importations reculeraient en moyenne annuelle, pour la première fois depuis 2009.