Perspectives démographiques de l'Aire métropolitaine rouennaise - éléments pour une démarche prospective à l'horizon 2030

Julien DELAMARE, Jérôme Follin (Insee Haute-Normandie), Julien CAMMAS et de Valérie PALACIO (Aurbse)

Les pôles urbains de Rouen et de Louviers structurent un bassin de vie de plus de 700 000 habitants, soit près de la moitié de la population haut-normande. Cette grande aire métropolitaine se caractérise par une croissance démographique relativement faible. L'aire métropolitaine rouennaise connaîtra, comme les autres territoires, un vieillissement assez marqué dans les prochaines décennies. Les populations âgées dépendantes augmenteront fortement, au contraire des effectifs scolaires qui seraient au mieux stabilisés. Les habitants en âge de travailler seraient moins nombreux, mais l'allongement des carrières et l'augmentation de l'activité des femmes permettraient à la population active de ne pas diminuer. Des scénarios volontaristes ont été définis. Ils visent à résorber, au moins partiellement, le déficit d'attractivité pointé par l'analyse du profil migratoire spécifique de l'aire rouennaise. Le territoire se caractérise en effet par une faible attractivité à l'égard des jeunes, mais aussi vis-à-vis des actifs de 35 à 50 ans environ, avec leurs familles. Pour ces catégories d'habitants, se rapprocher du niveau d'attractivité de villes comme Rennes ou Nantes peut constituer un objectif ambitieux mais réaliste, au moins en termes de besoins en nouveaux logements. Le scénario le plus volontariste conduirait à une augmentation du nombre de ménages du même ordre que le rythme enregistré dans les années 1990 ou 2000

Dossier d'Aval
Paru le : 03/06/2013