Malgré un déficit d'attractivité, la population seinomarine progresse toujours

Damien BARTHÉLÉMY (Insee Haute-Normandie)

Au 1er janvier 2011, le département de la Seine-Maritime compte 1 251 282 habitants. Il se place au 14e rang parmi les 100 départements français en nombre d'habitants, dépassé durant les cinq dernières années par la Loire-Atlantique et la Haute-Garonne. Mais il se situe seulement au 85e rang en terme d'évolution de population, position comparable avec celle des départements du Nord, du Pas-de-Calais mais aussi des Alpes-Maritimes. Pourtant l'excédent naturel (naissances moins décès) de 0,4 % situe le département dans la moyenne nationale. Mais la croissance démographique de la Seine-Maritime est grevée par un déficit migratoire de - 0,3 %, place la Seine-Maritime parmi les 15 départements français les moins attractifs. Les trois quarts des 744 communes seino-marines ont moins de 1 000 habitants, comme dans le reste de la France. Ces communes connaissent une progression de leur population supérieure ou proche de 1 %, soit nettement plus forte que l'ensemble du département. Malgré tout, elles ne rassemblent que 19 % de la population du département, alors que cette proportion est de 15 % en France. En Seine-maritime, ces communes ne sont pas rurales à proprement parler mais généralement périurbaines. La plupart appartiennent à une aire urbaine, que ce soit celle de Rouen, du Havre, de Dieppe, etc... Cela signifie qu'au moins 40 % des actifs résidents dans ces communes travaillent dans l'aire urbaine.

Brèves d'Aval
No 91
Paru le : 31/12/2013