Découpage en unités urbaines de 2010 dans les Pays de la Loire : 15 % de population urbaine en plus en une décennie

Nicole GICQUAUD, Sébastien SEGUIN

En 10 ans, la population urbaine de la région s'est accrue de 15 % et le territoire urbain a augmenté de 28 % en superficie, occupant désormais 29 % de l'espace régional total. L'absorption dans l'espace urbain d'anciennes communes rurales explique la majeure partie de cette croissance, plus que la densification des territoires urbains. Désormais, 69 % des habitants des Pays de la Loire résident dans une commune urbaine. C'est en Vendée et en Loire-Atlantique que la population urbaine a le plus augmenté. Les 188 unités urbaines issues du découpage 2010 sont très hétérogènes : les quatre unités urbaines de plus de 100 000 habitants concentrent le tiers de la population régionale, mais plus de 20 % de la population habite dans les 160 petites unités urbaines de moins de 10 000 habitants. Près de la moitié de la population urbaine de la région réside dans une ville-centre. Le poids démographique des villes isolées dans les Pays de la Loire est deux fois plus élevé que la moyenne nationale.

Faits et Chiffres
No 418
Paru le : 16/08/2011

Désormais, 2 417 000 personnes résident en Pays de la Loire dans une commune appartenant à une unité urbaine, soit 69 % des habitants. Cette proportion est inférieure à la moyenne nationale hors Île-de-France (73 %). Les disparités entre les départements de la région sont importantes. Ainsi, avec 82 % de la population habitant une unité urbaine, la Loire-Atlantique est le seul département de la région dont la part de la population urbaine est supérieure à la moyenne nationale. Dans les départements de Maine-et-Loire, de la Sarthe et de la Vendée, la proportion d'habitants urbains est inférieure d'environ 10 points à la moyenne nationale. Enfin, en Mayenne, plus d'un habitant sur deux vit encore dans une commune rurale : seuls quinze autres départements français sont dans ce cas.

Figure 1 – Sept Ligériens sur dix résident dans une ville

  • Source : Insee, Recensements de la population 2008.

Croissance de l'espace urbain depuis 1999 : + 15 % en population, + 28 % en superficie

En 2010, la région des Pays de la Loire compte 188 unités urbaines, contre 146 en 1999. Ces unités urbaines regroupent 338 communes, contre 266 en 1999. De nouvelles petites unités urbaines sont apparues, tandis que le périmètre de certaines grandes unités urbaines s'est agrandi. L'espace urbain a donc tout d'abord augmenté en superficie.

Durant la dernière décennie, la population urbaine de la région des Pays de la Loire s'est ainsi accrue de 312 000 habitants, soit + 15 % contre + 9 % au niveau national (hors Île-de-France). Or, la croissance démographique dans les territoires urbains de 1999, et qui le sont toujours, n'a été que de 0,5 % en moyenne chaque année, contre 1,0 % pour l'ensemble du territoire régional. L'absorption dans l'espace urbain de communes auparavant rurales est la principale raison de cette croissance, plus que la densification des territoires urbains. Entre 1999 et 2008, la population urbaine (dans la géographie de 2010) a augmenté à un rythme inférieur à celui de la population rurale : 0,7 % en moyenne par an, contre 1,7 % dans l'espace rural.

L'urbanisation progresse surtout à l'ouest de la région

C'est dans les départements les plus dynamiques au niveau démographique que le mouvement d'expansion urbaine est le plus fort. En Vendée, la population des unités urbaines a ainsi augmenté de 3 % par an en moyenne au cours de la décennie écoulée, celle de Loire-Atlantique de 1,9 %. Dans ces deux départements, cette croissance s'explique pour près de la moitié par la densification du territoire urbain (+ 1,3 % par an en Vendée et + 0,9 % en Loire-Atlantique), mais la plus grosse part provient de l'absorption dans l'espace urbain de communes jusqu'alors rurales. Dans les autres départements en revanche, la population du territoire urbain augmente plus faiblement : + 0,2 % par an.

Sur l'ensemble de la région, l'espace urbain a gagné 2 000 km2 sur l'espace rural au cours de la décennie écoulée, soit une progression de 28 % de sa superficie. Avec 41 % d'accroissement chacun, la Loire-Atlantique et la Vendée sont les deux départements qui contribuent le plus à la croissance régionale.

Figure 2 – Une urbanisation plus soutenue en Loire-Atlantique et en Vendée

  • Source : Insee, Recensements de la population 1999 et 2008.

Un tissu de petites villes plus dense

En termes de taille de population, les unités urbaines des Pays de la Loire restent très hétérogènes. Trois d'entre elles font partie des 33 unités urbaines françaises regroupant plus de 200 000 habitants (Nantes, Angers et Le Mans, qui franchit ce seuil pour la première fois), une comprend entre 100 000 et 200 000 habitants (Saint-Nazaire). Ces quatre unités urbaines rassemblent un tiers de la population de la région, et donc pratiquement la moitié de sa population urbaine. Toutefois, les unités urbaines de plus de 100 000 habitants rassemblent une part moindre d'habitants de la région qu'en moyenne dans les autres régions de province (37 %). Il en est de même pour les unités de 20 000 à 100 000 habitants (9 % dans les Pays de la Loire contre 16 % ailleurs).

En conséquence, la part de la population des unités urbaines de moins de 10 000 habitants de la région est supérieure à la moyenne nationale (20 % contre 15 %). Ces "petites" unités urbaines de moins de 10 000 habitants sont par ailleurs les premières bénéficiaires de la croissance démographique sur la décennie écoulée. La région des Pays de la Loire en compte une très grande majorité : 160 unités urbaines sur 188 ont moins de 10 000 habitants, dont 113 regroupent moins de 5 000 habitants.

Près de la moitié des urbains habitent dans une ville-centre

Dans les Pays de la Loire, la population des unités urbaines réside principalement dans une ville-centre (48 %). L'autre moitié de la population se répartit entre communes de banlieue (27 %) et villes isolées (25 %). Si la part de la population urbaine habitant une ville-centre dans la région est semblable à la moyenne nationale hors Île-de-France, les villes de banlieue rassemblent en comparaison moins d'habitants (27 % contre 41 %). Quant aux villes isolées, elles regroupent deux fois plus d'habitants dans les Pays de la Loire qu'en moyenne ailleurs (25 % contre 12 %).

Cette répartition diffère selon les départements. Ainsi, dans le Maine-et-Loire et la Sarthe, 60 % de la population urbaine réside dans une ville-centre ; a contrario, la population urbaine vendéenne est davantage dispersée, puisque seulement un tiers habite une ville-centre, tandis que la majorité habite une ville isolée. De son côté, la Loire-Atlantique se caractérise par une répartition équilibrée de la population des agglomérations multicommunales entre villes-centre et banlieues.

Figure 3 – Près d’un urbain sur deux réside dans une ville-centre

  • Source : Insee, Recensements de la population 2008.

Figure 4 – Carte des unités urbaines 2010 des Pays de la Loire

  • Source : Insee.

Encadré

Révision des zonages d'étude

En 2011, conformément aux recommandations du Conseil national de l'information statistique (CNIS), plusieurs zonages d'étude sont révisés : il s'agit des zones d'emploi, des unités urbaines et des aires urbaines.

Cette nouvelle géographie de zonages d'études, attendue par tous les acteurs locaux, sera présentée, tout au long du deuxième semestre de l'année, à travers plusieurs numéros d'Informations statistiques.

Sources

Les unités urbaines étaient redéfinies traditionnellement à l'occasion de chaque recensement général de la population. Une première délimitation a été réalisée à l'occasion du recensement de 1954, puis de nouvelles unités urbaines ont été constituées lors des recensements de 1962, 1968, 1975, 1982, 1990 et 1999. L'actuel zonage, daté de 2010, a été établi en référence à la population connue au recensement de 2007 et sur la géographie du territoire au 1er janvier 2010.

Les unités urbaines peuvent s'étendre sur plusieurs départements ou régions, voire traverser les frontières nationales. Ainsi, dans les Pays de la Loire, trois communes appartiennent à des unités urbaines dont la ville-centre se situe en dehors de la région : Saint-Nicolas-de-Redon appartient à l'unité urbaine de Redon (Morbihan), tandis que Arçonnay et Saint-Paterne appartiennent à l'unité urbaine d'Alençon (Orne). A contrario, l'unité urbaine de Bessé-sur-Braye dans la Sarthe comprend une commune située en dehors de la région : Bonneveau (Loir-et-Cher).

Définitions

Les territoires urbains et ruraux sont des ensembles de communes. La différence entre les deux repose sur un double critère : la continuité du bâti et le nombre d'habitants. Est dénommé unité urbaine un ensemble de communes sur le territoire desquelles se trouve une zone bâtie continue (c'est-à-dire un espace au sein duquel il n'y a pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) dans laquelle résident au moins 2 000 habitants, la moitié au moins de la population de chaque commune appartenant à la zone bâtie.

Si l'unité urbaine est composée d'une seule commune, elle est dénommée ville isolée.

Si l'unité urbaine s'étend sur plusieurs communes, elle est dénommée agglomération multicommunale.

Si une commune représente plus de 50 % de la population de l'agglomération multicommunale, elle est seule ville-centre ; sinon, toutes les communes qui ont une population supérieure à 50 % de celle de la commune la plus peuplée, ainsi que cette dernière, sont villes-centres.

Les communes urbaines qui ne sont pas villes-centres constituent la banlieue de l'agglomération multicommunale.

Toute commune appartenant à une unité urbaine est dite urbaine. Sont considérées comme rurales les communes qui ne sont pas urbaines. Ce sont en d'autres termes les communes sans zone de bâti continu d'au moins 2 000 habitants ou dont moins de la moitié de la population est dans une zone de bâti continu d'au moins 2 000 habitants.

Pour en savoir plus

Forte extension des villes entre 1990 et 1999 - Insee, Insee Première n°707, Chavouet J.-M., Fanouillet J.-C., avril 2000

En Pays de la Loire, la ville déborde de plus en plus sur la campagne - Insee Pays de la Loire, Dossier n°38, octobre 2010

Base des unités urbaines 2010.