Musique et danse en Limousin : fréquentation record des conservatoires

Maryse Aguer

À en juger par la fréquentation de ses quatre conservatoires, le Limousin est la région où l'apprentissage de la musique et de la danse est le plus répandu chez les jeunes de 6 à 29 ans. Les débutants sont particulièrement nombreux. Le nombre d'enseignants apparaît d'ailleurs réduit par rapport au nombre de jeunes pratiquants, chaque maître encadrant plus d'une vingtaine d'élèves. Le piano reste l'instrument favori, loin devant le violon et la guitare.

Publication électronique
No 10
Paru le : 01/01/2008

Le conservatoire à rayonnement régional (CRR) de Limoges et les trois conservatoires à rayonnement départemental (CRD) de Brive-la-Gaillarde, Tulle et Guéret ont accueilli près de 4 300 élèves au cours de l'année scolaire 2005-2006. Parmi ceux-ci, 87 % des élèves ont suivi un enseignement musical, 11 % des cours de danse et 2 % des cours d'art dramatique.

Les jeunes Limousins attirés par la musique

Ces conservatoires accueillent essentiellement des jeunes d'âge scolaire et universitaire, ainsi que de jeunes adultes. En la rapportant au nombre de jeunes de 6 à 29 ans, la fréquentation des conservatoires s'élève à près de 24 élèves pour mille jeunes en Limousin. Ce taux est presque le triple de la moyenne française (8,3 ‰). La région se classe ainsi au premier rang des régions de France métropolitaine, suivie par l'Auvergne (12,9 ‰), la Franche-Comté (12,2 ‰) et la Corse (11,8 ‰).

En collaboration avec l'Éducation nationale, des classes à horaires aménagés peuvent être organisées pour favoriser la poursuite conjointe des études générales et musicales à l'école élémentaire et au collège. Ces classes spéciales sont particulièrement développées en Limousin : plus de 700 jeunes Limousins les fréquentent, soit 5 % des effectifs nationaux.

Figure 1 – Le Limousin en tête pour la fréquenation des conservatoires

  • Source : Recensement de la population 2004-2006

Un nombre pourtant limité d'enseignants

On dénombre 193 enseignants dans les quatre conservatoires limousins, dont 182 en musique et 9 en danse. Un maître s'occupe ainsi en moyenne de 22 élèves. Le nombre d'élèves par enseignant, en Limousin, est le plus élevé des régions : en moyenne en France, un enseignant s'occupe de 18 pratiquants. C'est en Alsace que l'encadrement est le plus élevé : un enseignant s'occupe de moins de 14 élèves en moyenne.

Des inscrits en augmentation

Après une décrue de 2001 à 2003, le volume de pratiquants dans les quatre conservatoires régionaux renoue avec la hausse ces deux dernières années. Seul le nombre d'élèves inscrits au conservatoire de Guéret reste en diminution : il connaît une baisse de 140 élèves depuis 2000. Les autres conservatoires ont vu leurs effectifs augmenter durant la même période : de près de 100 élèves pour celui de Limoges, 80 à Brive-la-Gaillarde comme à Tulle.

Figure 2 – Plus d’élèves, notamment en Corrèze

  • Source : Ministère de la Culture et de la Communication

En Limousin, davantage de débutants

La jeunesse des élèves étudiant la musique est particulièrement remarquable en Limousin. En effet, 25 % des élèves limousins ont moins de huit ans, soit dix points de plus qu'en France. Un quart des élèves a entre huit et douze ans, un autre quart entre douze et dix-huit ans. La proportion de jeunes de moins de huit ans dans les disciplines de danse est encore plus élevée : 45 % en Limousin (27 % en France).

Les élèves étant plus jeunes, la part des débutants est logiquement plus élevée : l'éveil ou l'initiation concerne le quart des élèves limousins, contre 12 % en moyenne en France. Une bonne moitié (55 %) des jeunes pratiquants exercent leurs talents dans des orchestres ou des ensembles ; c'est dix points de moins qu'en France. En effet, la pratique musicale collective s'adresse davantage à des élèves plus avancés dans leur cursus.

Figure 3 – Davantage de très jeunes élèves en Limousin

  • Source : Ministère de la Culture et de la Communication

Les filles pratiquent davantage, mais les enseignants sont plus souvent des hommes

Six élèves de conservatoire sur dix sont des filles, tant au niveau régional que national. La proportion est de 56 % en musique, 95 % en danse. Les enseignants sont plus souvent de sexe masculin (55 % en Limousin, contre 61 % en France), sauf en danse, où ce sont surtout des femmes : 89 % en Limousin et 68 % dans le reste du pays.

Plus de la moitié des enseignants de musique ont entre 35 et 50 ans en Limousin comme en France, et un quart est âgé de 50 ans ou plus. Ceci s'inscrit dans la tendance nationale et les proportions sont similaires d'un conservatoire à l'autre.

Le piano reste l'instrument favori

Le piano arrive au premier rang des instruments pratiqués par les élèves ; en Limousin comme en France, 20 % des élèves le choisissent. Le violon suit à la deuxième place, avec 11 % des élèves, tant au niveau régional que national. La guitare concerne 9 % des jeunes pratiquants en Limousin et deux points de moins en France. À la quatrième place vient la flûte traversière, jouée par 5 % des élèves limousins (6 % en France).

Différents styles de danse existent : classique, contemporain, chorégraphique, jazz... Les cours de danse classique restent les plus prisés, en Limousin comme en France, avec un tiers des élèves étudiant la danse. Le style contemporain arrive en deuxième choix, suivie par la danse jazz. L'éveil et l'initiation concernent le tiers des élèves limousins, contre 18 % au niveau national.

Figure 4 – Le piano, grand favori

Le piano, grand favori
Instrument Limousin Métropole
effectifs % %
Piano 479 20 20
Violon 256 11 11
Guitare 206 9 7
Musique traditionnelle 179 7 1
Flûte traversière 115 5 6
Percussions 109 5 5
Trompette-cornet 99 4 5
Clarinette 95 4 5
Violoncelle 93 4 5
Saxophone 93 4 4
Accordéon 82 3 1
Chant 79 3 3
Alto 56 2 3
Cor 54 2 2
Flûte à bec 51 2 2
Orgue 48 2 1
Jazz (ex piano-jazz) 47 2 3
Contrebasse 46 2 2
Hautbois 41 2 2
Harpe 36 1 2
  • Les principales pratiques instrumentales en 2004-2005
  • Source : Ministère de la Culture et de la Communication

Définitions

En août 2004, l'enseignement public de la musique, de la danse et de l'art dramatique a été réformé : les établissements dépendent des collectivités territoriales. Le classement de tels établissements distingue trois types :

- les conservatoires à rayonnement régional (CRR) se substituent aux anciens conservatoires nationaux de région (CNR)

- les conservatoires à rayonnement départemental (CRD) se substituent aux anciennes écoles nationales de musique (ENM)

- les conservatoires à rayonnement communal ou intercommunal (CRCI) se substituent aux anciennes écoles de musique municipales agréées. Ces structures, de taille plus réduite, ne font pas partie de l'étude.

Tous les établissements classés sont soumis à un contrôle exercé par le service de l'inspection et de l'évaluation de la Direction de la musique, de la danse, du théâtre et des spectacles. Par ailleurs, les établissements classés CRR ou CRD bénéficient d'un financement de la DRAC.