Patronymes et toponymes courants en Limousin : un déterminisme géographique

Auteur : Joselito Mancuso

L'étude des noms de famille les plus courants en Limousin met en évidence quelques spécificités régionales et départementales. Aux côtés des Faure, Moreau et Vergne apparaissent des patronymes typiques de la région : Leyrat en Corrèze, Lathière en Haute-Vienne... Il existe d'ailleurs une forte corrélation entre les noms de famille répandus et les noms de hameaux ou lieux-dits régionaux.

Publication électronique
No 9
Paru le : 01/11/2007

Le patronyme Dupont est souvent usité dans le langage courant pour désigner une personne de façon générique ; cet usage pourrait laisser penser que ce nom est le plus répandu en France. Le patronyme Martin est pourtant beaucoup plus courant : en effet, 3,5 enfants sur 1 000 nés en France entre 1891 et 1990 portent ce nom, ce qui représente près de 230 000 personnes. Martin devance nettement les Bernard, Thomas, Petit et Robert attribués chacun plus de 100 000 fois. Les Dupont, avec 63 000 occurrences, n'apparaissent qu'au 23e rang des patronymes français les plus communs.

Figure 1 – En France, Martin domine largement le répertoire

  • Source : Insee.

En Limousin, Faure et Moreau devancent Martin

La répartition géographique montre également une large domination du nom Martin, qui arrive en tête dans trente départements. Dans huit départements dominent les Moreau ; dans six autres, on trouve les Faure en tête de liste.

En Limousin, les patronymes les plus répandus sont Faure et Moreau, qui regroupent chacun plus de 3 500 personnes nées de 1891 à 1990. Ils devancent nettement Martin (2 860 occurrences). Chaque département se distingue par un patronyme dominant différent : Vergne en Corrèze, Moreau en Creuse et Faure en Haute-Vienne.

Figure 2 – Faure et Moreau sont les noms les plus répandus en Limousin

  • Source : Insee.

La redistribution géographique élargit le répertoire des noms

En un siècle, le nombre de patronymes a constamment progressé sous l'effet des migrations de population. La croissance la plus forte a été enregistrée pendant l'entre-deux-guerres. L'exode rural et les premiers flux migratoires en provenance de l'étranger alimentent alors l'élargissement de la palette des noms de famille sur tout le territoire. De l'après-guerre au milieu des années 1960, la progression est moins intense, mais en 1965 le stock des noms avait déjà doublé par rapport à 1915. De nouveaux flux migratoires en provenance d'Afrique vont continuer d'élargir l'éventail des patronymes. Entre 1966 et 1990, la France accroit son stock de 30 % par rapport à la période précédente, avec plus de 300 000 nouveaux noms.

Figure 3 – Le nombre de patronymes a plus que doublé au cours du siècle

  • Source : Insee.

Une concentration des patronymes

La progression constante du stock patronymique masque cependant un phénomène de concentration. Entre 1891 et 1990, la proportion d'individus nés sous un patronyme portés par au moins 100 personnes a progressé d'environ 20 points en France comme dans le Limousin. Par opposition, les noms plus rares portés par moins de 100 personnes ont diminué dans les mêmes proportions. Si cette tendance se poursuit à plus long terme, on peut supposer que certains patronymes, de moins en moins attribués, se raréfient jusqu'à extinction.

Depuis le 1er janvier 2005, date d'entrée en vigueur de la loi relative au nom de famille (loi n° 2002-304 du 4 mars 2002), les nouveau-nés ont la possibilité de se voir adjoindre le nom de leur mère. Si le recul n'est pas encore suffisant pour mesurer l'effet sur le stock des patronymes, le législateur a présenté le risque d'extinction de certains patronymes comme l'une des motivations principales de la loi.

Concentration moins forte en Limousin

Un peu plus de 67 000 patronymes différents sont répertoriés pour le million de naissances (995 500) enregistrées dans le Limousin entre 1891 et 1990. 3 % de ces noms de famille ont été reçus par plus de 100 personnes. Ce chiffre est inférieur à la moyenne nationale (7 %). Les noms peu répandus dominent largement le stock des patronymes, en France comme dans le Limousin. Seulement 0,5 % des noms limousins ont été attribués à plus de 400 personnes. Ces derniers, au nombre de 305, rassemblent environ un quart des natifs de la région.

Des noms de famille "typiquement limousins"

Parmi ces noms assez répandus, certains peuvent être qualifiés de spécifiques au Limousin : c'est le cas des patronymes français pour lesquels au moins la moitié des personnes concernées sont natives de la région. 66 patronymes reçus par au moins 400 personnes répondent à ce critère en Limousin. Cette sélection se réduit à 13 patronymes si l'on ne retient que les noms de familles portés par au moins 500 personnes. Pour cinq d'entre eux, la proportion de natifs régionaux est supérieure à 60 %.

Figure 4 – Des patronymes très spécifiques à la région

Des patronymes très spécifiques à la région
Nom Nombre * Spécificité Répartition (%)
Limousin France % Corrèze Creuse Haute-Vienne
Laplaud 586 762 76,9 1,4 0,6 74,9
Bouillaguet 579 846 68,4 64,4 0,5 3,5
Leyrat 508 808 62,9 59,3 0,4 3,2
Nouhaud 756 1 236 61,2 1,8 0,2 59
Verlhac 735 1 220 60,2 59,1 0,2 0,9
Lebraud 557 931 59,8 1,7 7,3 50,8
Lathière 640 1 092 58,6 1,1 0,3 57,2
Sirieix 607 1 062 57,2 31,2 6,4 19,6
Rougerie 899 1 697 53 22,6 0,5 29,9
Boulesteix 1 095 2 078 52,7 0,5 0,1 52,1
Lascaux 818 1 553 52,7 30,9 2,7 19,1
Frugier 1 270 2 460 51,6 0,9 0,7 50
Clavaud 725 1 406 51,6 0,6 18,1 32,9
  • * Nombre de personnes portant le patronyme nées de 1891 à 1990.
  • Patronymes spécifiques à la région Limousin.
  • Source : Insee.

Les noms Laplaud, Nouhaud, Lathière ou Boulesteix sont ainsi typiquement haut-viennois, tandis que Bouillaguet, Leyrat ou Verlhac sont plutôt corréziens. Sur la période 1891-1915, où les patronymes étaient moins nombreux, la part des natifs régionaux est supérieure ou égale au deux tiers pour les 13 noms spécifiques au Limousin portés par plus de 500 personnes.

Figure 5 – Origine géographique des quelques noms les plus spécifiques du Limousin

  • Source : Insee - Fichier des noms patronymiques.

Des patronymes régionaux en étroite corrélation avec la toponymie

Un peu plus de 22 600 hameaux, écarts ou lieux-dits couvrent les 747 communes du territoire limousin (par commodité, on parlera de hameaux dans la suite du texte). C'est en Haute-Vienne, particulièrement dans le sud et sud-ouest du département, que l'on trouve le plus grand nombre de hameaux par commune. La palme revient à Saint-Yrieix-la-Perche où l'on en recense plus de 200 sur le finage communal.

Comme pour les patronymes, les noms de lieux peu répandus dominent le stock des toponymes limousins. Un quart d'entre eux peuvent toutefois être identifiés au moins cinq fois (avec la même orthographe) sur tout le territoire régional.

Quatre grandes familles de toponymes

Parmi ces toponymes, quatre grandes familles thématiques se dégagent. Dans chacune de ces quatre familles, il existe une forte corrélation entre toponymes et patronymes.

- Les noms de lieux liés à la végétation sont dominés par le toponyme Vergne ou Lavergne, bien enraciné dans la distribution des noms de famille limousins. On peut relever aussi les toponymes Besse, Breuil, Chassagne, Faye, Lachaud et Theil que l'on retrouve déclinés en patronymes régionaux. La spécificité locale est assez forte puisque tous ces noms concentrent entre 20 et 30 % du stock national.

- D'autres hameaux portent des noms qui décrivent l'aspect des lieux. Parmi ceux-ci, s'imposent les toponymes Lavaud, Monteil, Peuch, Puy et Roche. Tous ont leur équivalence patronymique, mais seuls Lavaud et Monteil conservent une forte spécificité régionale.

- Les hameaux peuvent également avoir été nommés en faisant référence à l'habitat. Ils présentent des toponymes communs comme Mas ou Grange. Dans la même famille toponymique, on retrouve Borie, Bordes ou Lascaux. Pour ce dernier, le pendant patronymique se rencontre essentiellement dans le Limousin.

- Enfin, l'agriculture est un thème très habituel dans la toponymie locale. Chatenet, Peyrat et Ribière sont les plus représentés. On peut leur associer les trois patronymes équivalents, à fort accent régional.

Figure 6 – Patronymes et toponymes, un déterminisme géographique

Patronymes et toponymes, un déterminisme géographique
Nom Nombre * Spécificité Répartition (%)
Limousin France % Corrèze Creuse Haute-Vienne
Laplaud 586 762 76,9 1,4 0,6 74,9
Bouillaguet 579 846 68,4 64,4 0,5 3,5
Leyrat 508 808 62,9 59,3 0,4 3,2
Nouhaud 756 1 236 61,2 1,8 0,2 59
Verlhac 735 1 220 60,2 59,1 0,2 0,9
Lebraud 557 931 59,8 1,7 7,3 50,8
Lathière 640 1 092 58,6 1,1 0,3 57,2
Sirieix 607 1 062 57,2 31,2 6,4 19,6
Rougerie 899 1 697 53 22,6 0,5 29,9
Boulesteix 1 095 2 078 52,7 0,5 0,1 52,1
Lascaux 818 1 553 52,7 30,9 2,7 19,1
Frugier 1 270 2 460 51,6 0,9 0,7 50
Clavaud 725 1 406 51,6 0,6 18,1 32,9
  • * Nombre de personnes portant le patronyme nées de 1891 à 1990.
  • Patronymes spécifiques à la région Limousin.
  • Source : Insee.

Figure 7 – La carte de France des patronymes par départements

  • Source : Insee - état civil.

Sources

Connaissance des patronymes

L'une des missions de l'Insee consiste à collecter les bulletins d'état civil transmis par les mairies afin d'élaborer des statistiques démographiques. Ces éléments ont permis d'alimenter un fichier statistique contenant près de 66 millions de personnes nées en France entre 1891 et 1990. Ce fichier nous révèle l'existence d'un peu plus de 1 300 000 patronymes différents.

Dans la recherche de patronymes spécifiquement régionaux, il convient cependant d'éviter deux écueils :

- Les mouvements migratoires en provenance de l'étranger, mais également les migrations internes (dont l'un des moteurs fut l'exode rural), opèrent de profondes redistributions géographiques de la population et obscurcissent d'autant plus la recherche des origines patronymiques.

- Jusqu'à la seconde guerre mondiale, l'accouchement a lieu le plus souvent dans la commune du domicile des parents. À partir des années 1950, l'accouchement en maternité se généralise. Ce phénomène génère un biais statistique lorsque l'on s'intéresse à l'origine géographique du nom de famille.

Afin de limiter ces écueils, on a considéré que les naissances qui se sont produites avant la première guerre mondiale sont les moins sujettes à ces biais statistiques.

 

Connaissance des toponymes

Des données exploitées du recensement de la population de 1999 ont permis de dresser un inventaire des hameaux, écarts et lieux-dits du Limousin. Pour 16 des 747 communes régionales, l'exploitation fut absente ou partielle. C'est le cas pour les principales villes comme Limoges, Saint-Junien, Brive, Tulle, Ussel ou Guéret. L'étude couvre donc un peu plus de 22 600 hameaux, écarts et lieux-dits recensés en 1999 qui représentent 98 % du territoire limousin.

La corrélation toponyme et patronyme s'opère sur des fractions représentatives du stock de patronymes et toponymes régionaux. Sont donc corrélés 0,3 % des patronymes limousins (représentant 20 % des naissances de la période) avec 25 % des toponymes limousins.

Pour en savoir plus

Noms des lieux du Limousin - Marcel Villoutreix, Christine Bonneton éditeur - 1995

Dictionnaire des noms de personne - Yves Lavalade, Lucien Souny éditeur - 2004