Mesurer la fécondité par secteur d’activité (secteur public / secteur privé / non salarié) et par catégorie socialeà partir des recensements

Emma Davie et Xavier Niel

La fécondité des femmes selon leur secteur d'activité (public/privé/non salarié) et leur catégorie sociale ne peut pas se mesurer à partir des bulletins de naissance, dans lesquels ces renseignements sont absents ou de mauvaise qualité. L'exploitation du recensement permet en revanche de le faire, par la méthode dite des enfants déclarés au foyer. Cette méthode s'applique à un champ de femmes et d'enfants plus restreint que celui habituellement retenu par l'Insee dans son bilan démographique car elle ne prend en compte que les enfants en ménage ordinaire et en famille. La première partie de ce document expose les principes de la méthode des enfants au foyer et en mesure les biais. La deuxième partie expose comment calculer des indicateurs conjoncturels de fécondité annuels par catégorie sociale grâce à cette méthode. Certaines femmes actives, mais qui sont en congé temporaire, considèrent qu'elles sont inactives, et ne déclarent pas de catégorie sociale. La méthode exposée prend en compte ce biais de déclaration, ce qui permet de retrouver des résultats de fécondité par catégorie sociale conformes à ceux connus sur la descendance finale à partir des enquêtes Famille. La troisième partie propose un traitement des réponses au recensement sur le secteur d'activité des femmes (secteur public/privé/non salarié) et fournit des résultats sur leur fécondité. La fécondité des enseignantes est plus forte que celle des autres salariées du secteur public. Ces dernières ont une fécondité similaire à celle des salariées du secteur privé, même à diplôme équivalent. Les femmes non salariées ont une fécondité plus élevée que les salariées

Documents de travail
No F1203
Paru le : 12/04/2012