Interpretation and limits of sustainability tests in public finance

Gildas LAMÉ, Matthieu LEQUIEN, Pierre-Alain PIONNIER

La dette publique est dite soutenable lorsque la somme actualisée des remboursements anticipés couvre l'émission initiale de dette, c'est-à-dire lorsque la contrainte budgétaire intertemporelle de l'État est vérifiée. Dans un contexte où les prêteurs sont averses au risque et où l'environnement économique est incertain, Bohn (1995) montre que cette contrainte fait intervenir un facteur d'escompte stochastique qui dépend des préférences des agents. Afin de contourner la difficulté liée à la spécification de ces préférences dans les études empiriques, Bohn (1998) suggère d'estimer des fonctions de réaction fiscale décrivant comment le surplus primaire réagit à l'endettement. Après avoir résolu les difficultés qui se présentent en pratique lorsque le surplus primaire et la dette ont des persistances très différentes (avec une approche non-paramétrique) ou sont tous les deux intégrés (avec une approche paramétrique), nous estimons des fonctions de réaction fiscale pour la France et pour la Grèce. Les résultats mettent en évidence le fait que les tests économétriques de soutenabilité présentent des difficultés d'interprétation et des limites importantes, même lorsqu'ils sont correctement spécifiés.

Documents de travail
No G2013/05
Paru le : 12/03/2013