Zones Franches Urbaines : quel impact sur le prix de l’immobilier d’entreprise ?

Mathilde POULHÈS

Certaines politiques publiques ciblent désormais des territoires plutôt que des groupes d'individus. Parmi elles, le dispositif des Zones Franches Urbaines désigne certains quartiers comme bénéficiaires d'un ensemble de mesures d'encouragement économique. Il est important d'évaluer l'impact de ce type de programmes sur les prix de l'immobilier d'entreprise car la transmission des aides au marché immobilier pourrait potentiellement limiter la capacité des Zones Franches à stimuler l'emploi et l'activité. Je développe un modèle simple dans lequel les subventions visant à réduire le coût du travail ont un effet inflationniste sur les prix immobiliers à l'équilibre. Cet effet dépend de l'ampleur des subventions, de l'intensité du facteur travail dans la production et de l'élasticité de l'offre immobilière. J'évalue ensuite empiriquement l'effet des Zones Franches Urbaines sur les prix de l'immobilier d'entreprise dans ces zones et testons les prédictions du modèle. J'utilise diverses méthodes d'identification exploitant des différenciations spatiales et temporelles pour tenir compte du fait que les zones bénéficiant de ce type de programme sont en général différentes du reste du territoire. Mon analyse empirique s'appuie sur la base des notaires qui recense les transactions géolocalisées sur la période 2000-2012 pour toutes les régions françaises. Les résultats empiriques suggèrent que les Zones Franches Urbaines ont eu un effet inflationniste sur la valeur des biens immobiliers. Je trouve des effets hétérogènes selon le type de secteur considéré et le niveau d'élasticité de l'offre immobilière dans la zone. (Document en anglais)

Documents de travail
No G2015/13
Paru le : 01/10/2015