Mesurer et étudier la fécondité selon le rang de naissance : élaborer une statistique de nombre de naissances et d’âge à l’accouchement par rang

Emma Davie et Xavier Niel

La fécondité selon le rang de naissance ne peut pas être étudiée à partir de l'état civil, qui surestime fortement les premières naissances par rapport aux résultats que l'on peut observer dans les recensements ou dans les enquêtes familles. La répartition des naissances par rang de naissance (nombre de premiers enfants, de deuxièmes enfants etc. parmi l'ensemble des naissances d'une année) est en effet différente selon qu'on la calcule à partir des recensements par la méthode des enfants déclarés au foyer, ou à partir de l'état civil. Les écarts sont particulièrement forts pour les naissances enregistrées dans les grandes villes, dans les régions Languedoc-Roussillon, Aquitaine, Île-de-France, PACA, pour les naissances issues de femme nées à l'étranger, ou plus âgées que la moyenne, tous ces éléments étant corrélés. Le rang de l'état civil peut être corrigé en utilisant les données du recensement, notamment la répartition par rang de naissance selon l'âge, le lieu de naissance et la région de résidence de la mère. Ce redressement permet d'obtenir des statistiques par rang de naissance cohérentes avec l'ensemble des statistiques du bilan démographique (nombre de naissances, répartition des naissances selon l'âge de la mère…). Ce type de méthode d'imputation du rang dans l'état civil à partir de données du recensement pourra être employé pour répondre au futur règlement européen qui devrait demander chaque année un nombre de naissances par âge de la mère (et année de naissance) et par rang de naissance. Dans le cadre d'études démographiques au niveau national, le recensement peut également être directement utilisé pour étudier la fécondité différentielle en fonction de variables non présentes, ou de mauvaise qualité dans l'état civil (diplôme des mères, CS, pays de naissance à un niveau très fin…).

Documents de travail
No F1205
Paru le : 19/10/2012