La modulation du montant de pension selon la durée de carrière et l’âge de la retraite : quelles disparités entre assurés ?

Patrick AUBERT

Les liens entre montant de pension, durée de carrière et âge de départ à la retraite s'avèrent complexes, du fait du rôle majeur donné à la durée validée dans le système de retraite français. Celle-ci n'intervient pas uniquement dans la proratisation du montant de pension mais joue également dans les conditions d'accès au taux plein, depuis la réforme des retraites de 1983, et dans les conditions d'ouverture des droits, depuis celle de 2003. L'analyse menée dans ce document, à la fois sur la base de carrières types théoriques et de simulations au moyen du modèle DESTINIE, montre que la combinaison des règles de surcote, de décote et de proratisation réalise une redistribution entre assurés, dont les principaux bénéficiaires sont ceux qui atteignent la durée requise pour le taux plein exactement à l'âge d'ouverture des droits - au détriment des assurés à carrière plus longue et, surtout, de ceux à carrière courte. Par ailleurs, un report d'un an du départ à la retraite au-delà du taux plein procure un gain de pension sensiblement plus élevé pour les assurés encore en emploi que pour ceux qui sont sortis de l'emploi (+5,2 % contre +4,3 % en moyenne parmi les nés entre 1955 et 1964). D'un assuré à l'autre, l'ampleur du gain peut varier sensiblement selon le statut, le profil de carrière salariale, et la situation de mono- ou polyaffiliation.

Documents de travail
No G2015/10
Paru le : 20/07/2015