Disparités de montant de pension et redistribution dans le système de retraite français

Patrick AUBERT et Marion BACHELET

Nous étudions, au moyen du modèle de microsimulation dynamique DESTINIE, la redistribution intragénérationnelle effectivement réalisée par le système de retraite français. L'analyse détaille plus précisément deux questions : en quoi le système de retraite modifie-t-il la distribution des pensions par rapport à celle des salaires cumulés au cours de la carrière ? Les dispositifs de redistribution profitent-ils bien aux catégories ciblées ? Les résultats confirment l'idée que le système de retraite est plutôt redistributif, au sens où les montants de pension (tous régimes confondus) sont moins dispersés que les cumuls de salaires sur toute la carrière. L'atténuation des écarts se fait surtout dans le bas de la distribution. Les pensions des femmes sont par ailleurs plus dispersées que celles des hommes, mais dans une proportion nettement moindre que ne le sont les cumuls de salaire sur toute la carrière. Les femmes, parce qu'elles ont à la fois des salaires plus faibles et des carrières plus courtes que les hommes, bénéficient en effet davantage des dispositifs correcteurs prévus par le système de retraite, parmi lesquels certains visent spécifiquement les mères. Les dispositifs qui contribuent le plus à la réduction des disparités de montant de retraite sont les minima de pension, ainsi que les dispositifs de durée (validation de trimestres assimilés pour chômage, invalidité, etc. ; majoration de durée d'assurance pour enfants ; assurance vieillesse des parents au foyer). La montée en charge, depuis les années 1970, de ces dispositifs a conduit à réduire les disparités de montant de pension entre retraités au cours du temps.

Documents de travail
No g2012/06
Paru le : 21/06/2012