Les flux migratoires externes de la Nouvelle-Calédonie de 1989 à 2009

Jean-François Royer

L'analyse des recensements de la population de Nouvelle-Calédonie de 1989, 1996, 2004 et 2009 et d'autres sources statistiques (état civil, trafic aérien, recensements d'autres territoires…) permet de dresser un diagnostic précis des flux migratoires externes de la Nouvelle-Calédonie et de proposer des pistes d'approfondissements statistiques dans ce domaine. La différence entre les entrées en Nouvelle-Calédonie et les sorties (solde migratoire global) est estimée à 900 personnes en plus par an entre 2004 et 2009. C'est plus que la valeur moyenne de la période 1996-2004 (+ 500 personnes par an), mais moins qu'au cours des années 1989-1996 (+ 1 200 personnes par an). Comparée aux décennies précédentes, la Nouvelle-Calédonie apparaît plus attractive pour les non natifs. En revanche, davantage de jeunes Calédoniens partent, notamment vers la métropole, pour poursuivre des études supérieures. La qualité des recensements calédoniens, jointe à celle d'autres sources (état civil, trafic aérien, CAFAT notamment), rend possible la constitution de séries démographiques annuelles robustes intégrant des chiffres de migrations, bases d'estimations et de projections.

Documents de travail
No F1103
Paru le : 16/02/2011