Le RMI et son successeur le RSA découragent-ils certains jeunes de travailler ? Une analyse sur les jeunes autour de 25 ans

Olivier BARGAIN et Augustin VICARD

En France métropolitaine, en l'absence d'enfant à charge ou à naître, seules les personnes de 25 ans et plus peuvent être allocataires du revenu de solidarité active (RSA) depuis juin 2009, ou du revenu minimum d'insertion (RMI) avant cette date. Cet article cherche à évaluer si le RMI ou le RSA décourage certains jeunes de travailler. Si cela était effectivement le cas, on devrait observer un fléchissement du taux d'emploi des jeunes juste après 25 ans, puisque certains jeunes choisiraient de ne pas travailler, ou de réduire leur effort de recherche d'emploi à partir de cet âge. En mobilisant les enquêtes annuelles de recensement de 2004 à 2011, nous n'observons pas de rupture nette dans les taux d'emploi à 25 ans pour l'ensemble des jeunes sans enfant, ce qui indique que le RMI et le RSA n'auraient pas d'effet désincitatif marqué sur l'emploi des jeunes autour de cet âge. Une légère rupture dans les taux d'emploi est toutefois décelable pour les jeunes les moins diplômés (ayant au mieux le brevet des collèges) lors des premières années de l'étude (2004 et 2005), mais elle n'est plus repérable par la suite, en particulier après la mise en place du RSA.

Documents de travail
No G2012/09
Paru le : 19/07/2012