Partage de la valeur ajoutée, approche par données microéconomiques

Yoann BARBESOL - Pauline GIVORD - Simon QUANTIN

En France, environ les deux tiers de la part de la valeur ajoutée sert à la rémunération du travail. Ce constat agrégé masque une grande diversité des pratiques microéconomiques. Le rapport Cotis (2009) illustrait ainsi l'extrême variété de ce partage entre entreprises. Cette étude descriptive reprend et complète cette analyse microéconomique au niveau des entreprises. Plus précisément, nous décrivons comment construire, à partir des données comptables d'entreprises, des indicateurs de partage la valeur ajoutée cohérents avec ceux de la comptabilité nationale. Nous présentons ensuite des indicateurs de partage de la valeur ajoutée désagrégés selon différentes caractéristiques qui peuvent influer sur les pratiques de répartition (intensité capitalistique, taille de l'entreprise ou secteur d'activité…). Outre la part de la rémunération salariale dans la valeur ajoutée, nous étudions également la part d'autres postes comptables (dividendes, intérêts versés aux créanciers, poids de la taxation) selon les caractéristiques observables des entreprises.

Documents de travail
No g2009/14
Paru le : 01/12/2009