L’activité des officines pharmaceutiques et les revenus de leurs titulaires - Situation en 2006 et évolutions depuis 2001

Marc COLLET, Claire DE KERMADEC

Les 22 500 pharmacies implantées en France ont réalisé en 2006 un chiffre d’affaires de 34 milliards d’euros toutes taxes comprises. Ce secteur d’activité, fortement réglementé, est particulièrement dynamique. L’augmentation de son chiffre d’affaires en valeur dépasse ces dernières années celle de l’ensemble du commerce de détail (+5,8 % en moyenne par an entre 2000 et 2006 contre +4 %). Sur la même période, avec l’accélération des charges de personnel, l’excédent brut d’exploitation a connu en 2005 et 2006 une baisse de 1 % par an, après une période continue de croissance annuelle de près de 5 %. Les officines peuvent être juridiquement constituées en entreprises individuelles ou, de plus en plus, sous forme de sociétés. Le nombre de ces sociétés a été multiplié par 2,5 depuis 1990. On constate notamment une très forte extension des sociétés d’exercice libéral (SEL) – 1 officine sur 8 en 2006 contre 1 sur 50 en 2001 – qui bénéficient d’un régime autorisant les exploitants à se verser une part variable de leur rémunération sous forme de dividendes ; en l’état actuel des déclarations comptables et fiscales, sur lesquelles repose le système d’information statistique, il n’est pas possible d’appréhender l’intégralité des revenus retirés de ces sociétés. C’est pourquoi elles ont été exclues des analyses. Les titulaires d’officine (hors SEL) bénéficient en 2006 d’un revenu brut annuel de 132 000 euros en moyenne, avec des écarts de revenus moyens allant de 121 000 à 143 000 euros, selon la forme juridique adoptée par l’entreprise. Entre 2001 et 2006, le revenu brut moyen des titulaires (hors SEL) a augmenté de 1,3 % par an ; ce qui représente, en euros constants, une baisse de près de 0,6 %. Cette diminution résulte de l’accroissement des charges sociales et de la contraction des taux de marge commerciale. Elle concorde avec un léger fléchissement de la croissance de la consommation de médicaments en 2005 et 2006 et, surtout, avec une nette baisse des prix.

Documents de travail
No E2009/04
Paru le : 01/07/2009