Concentration géographique dans l’industrie manufacturière et dans les services en France : une approche par un indicateur en continu

Muriel BARLET - Anthony BRIANT - Laure CRUSSON

Cet article mesure la concentration géographique dans les secteurs manufacturiers et dans les secteurs de services aux entreprises en France à partir d’une approche en continu développée par Duranton et Overman (2005). Cette approche consiste à comparer la distribution des distances bilatérales entre établissements d’un secteur à une distribution de référence construite pour un secteur avec le même nombre d’établissements répartis aléatoirement sur le territoire national, en tenant compte de la distribution de l’activité économique globale. Nous montrons que les résultats obtenus par ces auteurs, pour les industries manufacturières britanniques, s’étendent à la France. Nous trouvons notamment que, contrairement aux indicateurs discrets (Ellison-Glaeser, Maurel-Sédillot), l’indicateur en continu conclut moins souvent à la concentration des secteurs. Il indique cependant que les secteurs concentrés le sont à courte distance (inférieure à 50km). Comme pour les indicateurs discrets, il apparaît une forte hétérogénéité de la concentration d’un secteur à l’autre. Les secteurs de services sont en général plus concentrés que les secteurs manufacturiers et à plus courte distance. Enfin, sur la décennie 1996-2005, les schémas de concentrations sont relativement stables. Néanmoins, au sein de chaque industrie, les établissements disparaissant tendent à renforcer la concentration, alors les nouveaux entrants ont l’influence inverse.

Documents de travail
No G2008/09
Paru le : 01/08/2008