L’IPC, miroir de l’évolution du coût de la vie en France ? Ce qu’apporte l’analyse des courbes d’Engel

Marie-Émilie CLERC et Élise COUDIN

Cette étude examine dans le cas français l’existence d’une dérive entre l’indice des prix à la consommation (IPC) et l’évolution du coût de la vie en s’appuyant sur la comparaison intertemporelle des courbes d’Engel relatives à la consommation alimentaire. Nous appliquons aux données françaises la méthodologie développée par Costa (2001) et Hamilton (2001). Le biais entre les deux indices s’obtient à partir du décalage entre les courbes estimées à deux dates différentes. Nous mobilisons les séries de l’IPC et les enquêtes Budget de famille de 1979 à 2006. L’analyse est conduite par catégorie de ménage. Un éventail de techniques est utilisé pour pallier les problèmes susceptibles d’être rencontrés lors de l’utilisation de données d’enquête : techniques robustes à l’influence trop forte de certaines observations, instrumentation contre les erreurs de mesure, techniques de recalage pour corriger des éventuelles mauvaises déclarations. Les résultats diffèrent selon que l’on travaille sur les données provenant directement de l’enquête ou sur les données au préalable recalées sur les agrégats des comptes nationaux. Cependant, même si les conclusions sur l’ampleur du biais diffèrent, les différentes méthodes aboutissent presque toujours à un biais positif ou nul. Par conséquent, l’analyse intertemporelle des courbes d’Engel ne conforte pas l’idée répandue selon laquelle l’IPC français aurait sous-estimé l’évolution du coût de la vie entre 1979 et 2006.

Documents de travail
No G2010/04
Paru le : 01/03/2010