Évolutions démographiques et déformation du cycle de la vie active : quelles relations ?

Didier BLANCHET et Fabien TOUTLEMONDE

Les évolutions historiques du cycle de la vie active ne se conforment pas à un modèle simple d’équirépartition des gains d’espérance de vie entre formation, travail et loisir. On a au contraire assisté à une contraction quasi-généralisée de la part du cycle de vie consacrée au travail. La raison principale d’une telle déviation est le fait que ce cycle de vie se déforme en fonction d’autres facteurs : productivité, évolution des préférences, conditions d’accumulation et de dépréciation du capital humain. On explore l’articulation de ces différents facteurs dans un modèle d’optimisation sur cycle de vie en temps continu qui permet un traitement réaliste de la structure démographique. Les principaux motifs de contraction du cycle de vie active sont la hausse de la productivité et la dépréciation du capital humain. On montre que le scénario d’égal partage suppose une évolution des normes de consommation parallèle à celle de la productivité, et un ralentissement de la dépréciation du capital humain cohérent avec le rythme d’allongement de la durée de vie.

Documents de travail
No G2008/05
Paru le : 01/07/2008