Social Security and Well-Being of the Elderly: the Case of France

Muriel ROGER - Emmanuelle WALRAET

Nous utilisons les deux réformes majeures de 1982 et 1993 du régime de base et des régimes complémentaires des travailleurs du secteur privé pour identifier la relation entre le système de pension et le niveau de vie des retraités. Ces réformes ont affecté différemment les personnes selon leur date de naissance, leur sexe ou leur statut socio-économique. Ces différences permettent l’identification du lien entre niveau des allocations et niveau de vie des retraités. Afin d’éviter les problèmes d’endogeneité dans nos régressions, nous avons simulé les niveaux de pension par cohorte et comparé leurs évolutions avec différents indicateurs du niveau de vie des retraités : indicateurs de revenu, de consommation ou de bien-être subjectif sur l’ensemble de la période avant de faire une analyse plus spécifique des réformes de 1982 et 1993. Nos estimations concluent à une augmentation du niveau de revenu, de consommation ou de bien-être lorsque le niveau des pensions de retraite augmente. Toutefois, une augmentation d’un euro de la pension ne conduit généralement pas (sauf pour les plus hautes pensions) à une hausse de un euro du revenu après impôts. On observe donc des phénomènes de substitution entre les différentes sources de revenu des personnes âgées. Des estimations par double différence des réformes de 1982 et 1993 mettent en évidence des asymétries dans les effets de substitution entre les sources de revenus possibles selon les variations dans la générosité des systèmes de pension.

Documents de travail
No G2008/11
Paru le : 01/12/2008