Adjusted net savings and other approaches to sustainability: some theoretical background

Didier BLANCHET - Jacques LE CACHEUX - Vincent MARCUS

Le rapport Stiglitz sur la mesure de la performance économique et du progrès social a été récemment rendu public. Une partie de ce rapport a été dédiée à la mesure de la soutenabilité. L’un des indices de soutenabilité qu’il considère est le concept d’épargne nette ajustée (ENA). Comparée à d’autres indices, elle a l’avantage d’être complètement focalisée sur la soutenabilité au sens strict, évitant une confusion fréquente entre soutenabilité et mesure du bien-être courant. Elle bénéficie également d’un cadre comptable explicite et elle inclut l’ensemble des déterminants potentiels de la soutenabilité : l’accumulation de capital physique et humain, aussi bien que l‘évolution de la quantité ou de la qualité des actifs environnementaux. Mais le problème majeur qu’elle soulève est celui des prix à utiliser pour valoriser ces différents types d’actifs. En présence de marchés notoirement inefficients, ces prix ne peuvent être observés. Ils doivent être imputés. Ce texte rappelle quelles sont les exigences théoriques de cette imputation. Elles sont considérables puisqu’il ne faut pas moins qu’un modèle de projection complet des interactions à long terme entre l’économie et l’environnement. Nous nous appuyons sur ce constat pour expliquer la difficulté à trouver un consensus sur la mesure de la soutenabilité et nous examinons comment ceci plaide en faveur d’une approche éclectique combinant l’ENA et un ensemble d’indicateurs complémentaires focalisés sur les aspects environnementaux.

Documents de travail
No G2009/10
Paru le : 01/11/2009