Isère : un essoufflement de l'attractivité malgré des flux migratoires importants

Cynthia Battu

Le département de l'Isère a perdu en attractivité du fait d'un fléchissement de l'influence grenobloise, même si la mobilité des habitants reste importante. Les seules migrations externes induisent un rajeunissement de la population, une augmentation du nombre d'actifs occupés et la baisse de celui des retraités. Les migrations internes, plus nombreuses, amplifient ces tendances sur certains territoires. Ainsi, les équipements et les services proposés à la population doivent s'adapter à ce nouveau contexte. Le Nord-Isère est nettement plus attractif que le sud, même si les flux migratoires y sont plus faibles. L'impact des migrations a tendance à faire augmenter le nombre de cadres et à faire diminuer celui des étudiants dans le Nord-Isère, le sud connaissant les phénomènes inverses.

La Lettre Analyses
No 133
Paru le : 08/10/2010