Toulouse, terre d'accueil des étudiants en Midi-Pyrénées

Benoît Mirouse

Midi-Pyrénées compte une forte proportion d’étudiants dans sa population. L’offre de formation y est aussi plus concentrée qu’ailleurs en France. Les étudiants vivent souvent seuls : originaires de Midi-Pyrénées ou d’une autre région, ils sont nombreux à quitter le domicile familial pour venir étudier à Toulouse. La région accueille aussi beaucoup d’étrangers en doctorat ou post-doctorat.

En 2012, 117 000 étudiants âgés de 16 à 29 ans vivent en Midi-Pyrénées. Les femmes sont plus nombreuses que les hommes (54 % contre 46 %) et plus de neuf étudiants sur dix ont entre 18 et 25 ans.

Midi-Pyrénées est la région de province où le nombre d’étudiants rapporté à la population est le plus élevé (4 %), juste devant Rhône-Alpes (figure 1). Près de quatre étudiants sur dix sont titulaires d’un diplôme de niveau 1er cycle universitaire ou plus élevé, soit la part la plus élevée de province.

Une forte présence d’étudiants en Midi-Pyrénées

Figure_1 – Nombre d’étudiants et part dans la population en 2012

  • Source : Insee, recensement de la population 2012

Une offre de formation très concentrée à Toulouse

L’aire urbaine de Toulouse concentre 80 % des inscriptions dans un établissement d’enseignement supérieur de Midi-Pyrénées. Il s’agit de la région de province où la concentration d’étudiants sur une seule aire urbaine est la plus élevée. Midi-Pyrénées est pourtant la plus vaste région de France métropolitaine. La concentration est encore plus forte pour les étudiants inscrits en 2e ou 3e cycle universitaire ou équivalent. Viennent ensuite les pôles d’enseignement supérieur des aires urbaines de Tarbes et Albi, qui regroupent environ la moitié des étudiants de la région hors aire urbaine de Toulouse.

Cependant, comparée à d’autres aires urbaines, ce n’est pas à Toulouse que la densité d’étudiants est la plus forte en termes de population résidante : les étudiants y représentent 7 % des habitants, alors qu’à Montpellier, Nancy et Poitiers la densité d’étudiants est proche de 9 %.

Beaucoup d’étudiants vivent seuls en Midi-Pyrénées

En Midi-Pyrénées, les étudiants majeurs résident le plus souvent seuls (37 %) ou chez leurs parents (31 %). Cette situation diffère du niveau national, où les étudiants vivent bien plus souvent chez leurs parents (46 %) que seuls (26 %) (figure 2).

Les étudiants vivent moins souvent chez leurs parents en Midi-Pyrénées

Figure 2 – Mode de cohabitation des étudiants en 2012

%
Mode de cohabitation des étudiants en 2012
Midi-Pyrénées France
Chez les parents* 30,9 46,0
En couple 11,6 9,5
Seul 37,1 25,9
En colocation 15,4 12,5
En communauté 4,9 6,1
  • *ou ascendants
  • Source : Insee, recensement de la population 2012

Figure 2 – Mode de cohabitation des étudiants en 2012

Cette différence s’explique en partie par la concentration de l’offre de formation dans la région : beaucoup de jeunes habitant loin de Toulouse doivent quitter le domicile familial et déménager pour poursuivre leurs études. Elle s’explique aussi par la forte attractivité de Midi-Pyrénées auprès des étudiants, qui sont nombreux à venir d’autres régions françaises ou de l’étranger pour étudier dans la région.

La colocation est plus répandue qu’ailleurs (15 % contre 12 % en France). En général, les étudiants partagent leur logement avec d’autres jeunes de moins de 30 ans. Dans deux cas sur trois, tous les colocataires sont étudiants. Le plus souvent, ils vivent à deux (61 %) ou à trois colocataires (24 %).

Sans surprise, la proportion d’étudiants vivant chez leurs parents décroît fortement avec l’âge : elle passe de 42 % pour les étudiants âgés de 18 ans à 8 % pour ceux de 29 ans dans la région.

A contrario, la proportion d’étudiants en couple augmente fortement, passant de 2 % à 18 ans à 44 % à 29 ans. Pour les autres modes de cohabitation, la répartition varie peu en fonction de l’âge

(figure 3).

La part des étudiants vivant chez leurs parents décroît avec l’âge

Figure 3 – Mode de cohabitation des étudiants en fonction de l’âge en Midi-Pyrénées en 2012

%
Mode de cohabitation des étudiants en fonction de l’âge en Midi-Pyrénées en 2012
âge Chez les parents (ou ascendants) En couple Seul En colocation En communauté
18 42,4 1,6 33,3 15,0 7,7
19 41,1 3,7 35,0 14,5 5,7
20 35,6 6,6 38,4 14,5 4,9
21 30,1 9,6 39,4 16,9 4,1
22 26,8 13,3 39,5 17,1 3,3
23 23,0 17,4 39,7 15,8 4,1
24 20,6 22,7 35,7 16,1 4,9
25 16,3 26,1 39,0 15,3 3,3
26 10,6 33,7 37,3 13,7 4,7
27 8,1 38,5 33,5 15,0 4,9
28 10,7 41,4 31,1 13,4 3,5
29 7,8 43,6 31,8 9,5 7,3
  • Source : Insee, recensement de la population 2012

Figure 3 – Mode de cohabitation des étudiants en fonction de l’âge en Midi-Pyrénées en 2012

Peu d’étudiants habitent près de l’université Toulouse - Jean Jaurès

À Toulouse, les étudiants habitent surtout à Rangueil et en centre-ville, près des universités Toulouse 1 Capitole et Toulouse III - Paul Sabatier. La proportion d’étudiants atteint 40 % dans les quartiers Rangueil, Amidonniers, Arnaud Bernard et Capitole. L’île du Ramier se démarque encore davantage avec 79 % d’étudiants (figure 4).

A contrario, le quartier du Mirail qui accueille l’université Toulouse - Jean Jaurès, ne compte que 9 % d’étudiants. La part de la population étudiante tombe à 4 % dans les quartiers environnants (Reynerie, Bagatelle, Papus, Les Pradettes), pourtant desservis par la ligne A du métro.

Peu d’étudiants habitent au Mirail

Figure_4 – Part des étudiants dans la population par quartier à Toulouse en 2012 (%)

  • Source : Insee, recensement de la population 2012

En plus de leur formation initiale, 7 % des étudiants travaillent

Si près d’un étudiant sur quatre exerce un emploi au 1er janvier 2012 en Midi-Pyrénées, ce chiffre englobe des situations assez différentes. Pour 10 % d’entre eux, l’emploi est lié au cursus de formation initiale (apprentissage, internes, chercheurs, enseignants…). Pour 6 % des étudiants, l’emploi rentre dans le cadre de la formation continue : ces personnes en emploi se forment pour évoluer ou se réorienter. Enfin, 7 % des étudiants sont en formation initiale et exercent un travail non lié à leur cursus de formation : ces étudiants sont plus âgés, la moitié d’entre eux ayant au moins un diplôme de niveau 2e cycle universitaire. Les professions les plus répandues sont caissier, serveur, surveillant, garde d’enfant, animateur de loisirs…

Figure 5 – Part des étudiants en emploi selon l’âge en 2012

%
Part des étudiants en emploi selon l’âge en 2012
âge En apprentissage Autre emploi lié au cursus de formation Emploi non lié au cursus de formation En formation continue
16 3,6% 0,0% 0,8% 2,9%
17 3,8% 0,0% 0,1% 1,7%
18 2,6% 0,2% 2,8% 0,7%
19 5,0% 0,3% 5,1% 1,2%
20 7,4% 0,6% 6,6% 3,6%
21 9,4% 1,1% 7,3% 4,4%
22 9,7% 2,3% 8,4% 8,7%
23 10,2% 4,5% 9,0% 7,9%
24 8,4% 5,9% 11,4% 11,3%
25 10,1% 10,8% 12,2% 13,9%
26 7,8% 12,3% 10,7% 20,4%
27 0,0% 14,8% 11,1% 29,5%
28 0,0% 12,4% 12,4% 28,7%
29 0,0% 8,5% 8,9% 31,8%
  • Source : Insee, recensement de la population 2012

Figure 5 – Part des étudiants en emploi selon l’âge en 2012

Encadré

Une forte présence d’étrangers très diplômés dans la région

Plus de 9 000 étudiants de nationalité étrangère résident en Midi-Pyrénées en 2012. Ils représentent 8 % des étudiants de la région, un chiffre équivalent à la moyenne française mais supérieur aux régions de province (6 %). Un sur cinq est arrivé en Midi-Pyrénées il y a moins d’un an depuis un pays étranger, et un sur dix depuis une autre région française. Les étudiants originaires d’Afrique représentent le plus gros contingent (42 %), suivis par les Européens (29 %), les Asiatiques (18 %) et les Américains (10 %).

Les étudiants étrangers ont 23 ans en moyenne, soit deux ans de plus que les Français. Beaucoup viennent en effet réaliser un doctorat ou un post-doctorat en France : 39 % ont déjà au moins un diplôme de niveau 2e cycle universitaire, soit un taux deux fois supérieur à celui des étudiants français.

Leur famille étant souvent éloignée géographiquement, peu d’étrangers vivent avec leurs parents (7 %). Les autres modes de cohabitation sont plus fréquents (42 % vivent seuls et 25 % en colocation). Le poids de ceux qui vivent en communauté est également élevé (12 % contre 5 % pour les étudiants français).

Définitions

Un étudiant est défini comme un jeune de 16 à 29 ans, inscrit dans un établissement d’enseignement et titulaire au moins d’un baccalauréat ou d’un diplôme équivalent. Cela comprend les actifs en emploi déclarant suivre des études.

Un étudiant est considéré en colocation s’il ne vit pas avec ses parents (ou des ascendants), et qu’il vit avec d’autres personnes, dont au moins une n’est ni son conjoint ou compagnon, ni son enfant.

Une communauté est un local d’habitation dont les étudiants partagent à titre habituel un mode de vie commun (cité universitaire, foyer).