Performances comparées des entreprises françaises sur le marché domestique et à l'étranger

José BARDAJI - Jean-Charles BRICONGNE - Benoît CAMPAGNE - Guillaume GAULIER

En France, le solde commercial s'est dégradé de la fin des années 1990 au début des années 2010. Si de nombreuses études insistent sur les pertes de parts de marché à l'exportation, qu'en est-il de la performance des entreprises en France sur le marché domestique ? L'examen des données macroéconomiques montre que les performances des entreprises en France reculent assez nettement à l'export, mais de manière moindre sur le marché domestique. À un niveau microéconomique, les performances à l'exportation et sur le marché domestique d'une entreprise donnée ont une faible tendance à évoluer dans des sens opposés. Cette substitution entre les marchés peut résulter d'une stratégie délibérée des entreprises de cibler un marché ou de la présence de contraintes de production. Cependant, un choc positif de demande sur le marché intérieur sur lequel l'entreprise est présente, se traduisant par une hausse des ventes domestiques, entraîne une hausse des exportations. Cette complémentarité semble portée par les petites entreprises et pourrait refléter l'existence de contraintes de liquidité. Une progression des ventes sur un marché permettrait d'affaiblir ces contraintes, en facilitant le financement du développement de l'entreprise sur le deuxième marché. La bonne tenue de la demande intérieure sur la période pré-crise en France n'est donc pas un facteur explicatif des pertes de parts de marché à l'exportation.

Documents de travail
No G2015/16
Paru le : 17/11/2015